L'inflation flambe aux États-Unis, au plus haut depuis 40 ans

L'inflation a atteint 7% en 2021, un record depuis les douze mois se terminant en juin 1982, selon l'indice des prix à la consommation (CPI) publié mercredi par le département du Travail. (Photo, AFP)
L'inflation a atteint 7% en 2021, un record depuis les douze mois se terminant en juin 1982, selon l'indice des prix à la consommation (CPI) publié mercredi par le département du Travail. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 13 janvier 2022

L'inflation flambe aux États-Unis, au plus haut depuis 40 ans

  • L'opposition républicaine reproche au président démocrate une politique inflationniste avec trop de dépenses, et fustige ce qu'elle appelle la «Bidenflation»
  • Joe Biden, pour qui cette flambée du coût de la vie est un problème politique majeur, a souligné les «progrès» faits par son administration, mais a reconnu qu'il «restait du travail, avec des prix encore trop élevés, qui compriment le budget des ménages»

WASHINGTON: Les prix à la consommation ont flambé en 2021 aux États-Unis, où l'inflation est au plus haut depuis près de 40 ans, une préoccupation majeure pour Joe Biden, mais aussi pour la banque centrale, vers laquelle les regards se tournent désormais.

L'inflation a atteint 7% en 2021, un record depuis les douze mois se terminant en juin 1982, selon l'indice des prix à la consommation (CPI) publié mercredi par le département du Travail.

Joe Biden, pour qui cette flambée du coût de la vie est un problème politique majeur, a souligné les "progrès" faits par son administration, mais a reconnu qu'il "restait du travail, avec des prix encore trop élevés, qui compriment le budget des ménages".

L'opposition républicaine reproche au président démocrate une politique inflationniste avec trop de dépenses, et fustige ce qu'elle appelle la "Bidenflation".

Sur le seul mois de décembre cependant, la hausse a été moins forte qu'en novembre (0,5% contre 0,8%), notamment car l'augmentation des prix de l'énergie a ralenti pour la première fois depuis avril.

Il s'agit d'une "décélération bienvenue", a salué mercredi le principal conseiller économique de la Maison Blanche, Brian Deese, lors d'un point presse. "C'est encore trop haut mais ça va dans la bonne direction".

Il a également annoncé de nouvelles mesures d'ici la fin du mois, pour résorber encore les problèmes d'engorgement dans les ports américains, et alléger la pression sur les prix.

Les regards se tournent désormais vers la banque centrale américaine (Fed), qui pourrait relever ses taux directeurs plus tôt et plus fort que prévu, pour tenter d'enrayer cette inflation, qu'elle considérait jusqu'à tout récemment, comme temporaire seulement.

Problèmes d'approvisionnement aux Etats-Unis, la Maison Blanche promet de nouvelles mesures en janvier

La Maison Blanche a annoncé mercredi qu'elle prendrait de nouvelles mesures "plus tard" en janvier afin de résorber davantage les problèmes d'engorgement dans les ports américains.

"Nous avons constaté des progrès très importants dans les ports avec une diminution de 40% du temps qu'un conteneur reste à quai", a déclaré le conseiller de la Maison Blanche, Brian Deese, lors d'une conférence de presse.

L'administration Biden avait poussé en octobre en faveur de l'ouverture 24 heures sur 24 du port de Los Angeles, le plus important des Etats-Unis, pour accélérer le débarquement des marchandises et diminuer la file d'attente des cargos attendant leur tour pour décharger.

Puis début novembre, les ports de Los Angeles et de Long Beach avaient imposé une redevance aux transporteurs maritimes sur leurs cargaisons séjournant sur les quais pendant plus de huit jours.

"Mais sur ce front, il reste du travail à faire. C'est pourquoi plus tard ce mois-ci, nous allons prendre des mesures supplémentaires avec les ports à travers le pays pour trouver des emplacements afin de déplacer les produits et imposer de nouveaux coûts sur les conteneurs vides qui restent à quai", a-t-il indiqué.

L'administration Biden estime que "c'est la meilleure façon de contribuer à étendre la capacité de l'économie à fournir des biens et des services au peuple américain".

Il a estimé que le pays "était dans une situation économique unique et solide à de nombreux égards" mais a reconnu qu'il fallait s'attaquer à la hausse des prix qui plombent le budget des ménages américains.

L'inflation a accéléré de 7% en 2021, un niveau inédit depuis juin 1982.

"Notre objectif est maintenant d'évaluer où nous en sommes et d'essayer de résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le but d'essayer d'accélérer le cours de la reprise" économique, a également commenté Brian Deese.

Numéro d'équilibriste de la Fed 
"L'inflation est trop forte", alertera jeudi Lael Brainard, future vice-présidente de l'institution, lors de son audition devant la commission bancaire du Sénat, selon son texte publié mercredi.

"Notre politique monétaire est axée sur la réduction de l'inflation à 2% tout en maintenant une reprise qui inclut tout le monde. C'est notre tâche la plus importante", précisera-t-elle.

La Fed s'apprête en effet à réaliser un subtil numéro d'équilibriste, en relevant ses taux directeurs pour endiguer l'inflation, sans toutefois freiner l'économie, ce qui pourrait compromettre le redressement du marché du travail. 

Or en décembre, si le chômage est tombé à 3,9%, les créations d'emplois sont restées à la traîne, et les inégalités très fortes.

Le président de la Fed, Jerome Powell, qui a été entendu mardi au Sénat, a promis d'agir "en conséquence" si l'inflation persiste au second semestre, préparant les esprits à un relèvement des taux potentiellement incisif.

La Fed "est passée de la patience à la panique face à l'inflation en un temps record", relève Diane Swonk, économiste pour Grant Thornton.

Le variant Omicron du Covid-19 pourrait faire encore grimper les prix, de nombreux salariés étant placés en quarantaine, ralentissant de fait la production et la livraison.

"Les goulets d'étranglement persistants de la chaîne d'approvisionnement, dans un contexte de forte demande, maintiendront le taux d'inflation à un niveau élevé au moins au premier trimestre", anticipe ainsi Kathy Bostjancic, cheffe économiste pour Oxford Economics.

Malgré des prix en hausse, la demande reste en effet très forte.

«Un peu ralenti»

Des signes de modération semblent toutefois apparaître. Ainsi, "certaines" entreprises interrogées en décembre par la banque centrale américaine pour son Livre beige publié mercredi, "ont relevé que les hausses de prix ont un peu ralenti par rapport au rythme soutenu de ces derniers mois".

Ces chiffres devraient quoi qu'il en soit mettre encore un peu plus de plomb dans l'aile au plan d'investissement social et environnemental de Joe Biden, "Build Back Better", déjà paralysé car accusé d'être inflationniste.

Ces 7% d'inflation restent cependant bien loin des 14,8% qu'avait connu le pays en 1980.

Récemment, c'était plutôt la faible inflation qui préoccupait les économistes. En 2020, elle avait été, sur l'ensemble de l'année, au plus bas en cinq ans, à 1,4%.

Mais 2021 a été marquée par de très fortes pressions sur la chaîne mondiale d'approvisionnement. 

Pour attirer les candidats, les employeurs ont aussi proposé plus d'argent et de meilleures conditions. En 2021, le salaire horaire moyen a ainsi augmenté de 4,7%, permettant de compenser en partie seulement cette hausse des prix, mais alimentant l'inflation puisque ces coûts ont été répercutés sur les prix.

Autre conséquence de l'inflation: la hausse du coût de la dette des Etats-Unis, qui a augmenté de 15% d'octobre à décembre par rapport aux trois mêmes mois de l'année précédente, à cause notamment des titres ajustés sur l'inflation.


L’Arabie saoudite connaît une forte croissance principalement alimentée par les réformes économiques

Le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jaadan, s’exprime à l’occasion de la 117e réunion du Comité de coopération financière et économique du CCG, à Riyad, lundi dernier. (Photo fournie)
Le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jaadan, s’exprime à l’occasion de la 117e réunion du Comité de coopération financière et économique du CCG, à Riyad, lundi dernier. (Photo fournie)
Short Url
  • M. Al-Jadaan souligne l’importance d’établir un marché commun du Golfe au profit des citoyens du CCG
  • M. Al-Jaadan affirme que l’économie mondiale fait face à des troubles majeurs, alors que les effets de l’épidémie et les problèmes des chaînes d’approvisionnement persistent

RIYAD: Les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe (CCG) souhaitent fermement que le groupe atteigne «les plus hauts niveaux d’intégration économique», a déclaré le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan.

Il s’est exprimé en ces termes lors de la 117e réunion du Comité de coopération financière et économique du CCG, à Riyad, lundi dernier.

M. Al-Jadaan a souligné qu’il était important d’établir un marché commun du Golfe au profit des citoyens du CCG.

Il estime que les économies des pays du CCG ne sont pas à l’abri des effets des crises économiques que traverse le monde, mais qu’elles s’attaquent à ces problèmes en adoptant une approche proactive.

«Oui, nous tirons profit de la hausse des prix du pétrole, mais la forte croissance que nous constatons est principalement alimentée par les réformes que nous avons mises en œuvre», note-t-il.

Le ministre saoudien des Finances affirme que l’économie mondiale fait face à des troubles majeurs, alors que les effets de l’épidémie et les problèmes des chaînes d’approvisionnement persistent, que les marchés de l’énergie et de l’alimentation connaissent un grand bouleversement et que l’inflation a atteint son niveau le plus haut depuis plusieurs années.

Il insiste sur la nécessité de durcir les conditions monétaires et financières.

L’Arabie saoudite s’attend à ce que son excédent budgétaire atteigne en 2022 90 milliards de riyals saoudiens (SAR), soit 24 milliards de dollars (1 dollar = 1,02 euro) et 9 milliards de SAR supplémentaires l’année prochaine, a annoncé le ministère des Finances la semaine dernière.

Si l’on considère les projections pour l’ensemble de l’année 2022, le produit intérieur brut réel devrait augmenter de 8%, tandis que l’inflation pourrait enregistrer environ 2,6% en 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Dans ses bâtiments, Engie se prépare à un hiver de sobriété

Cette vue montre la tour Engie (G) et la tour Sequoia (D) qui abrite une partie de l'administration centrale du ministère de la Transition écologique et solidaire située dans le quartier de La Défense à Nanterre en périphérie de Paris, le 16 juillet 2019. AFP / Joël SAGET
Cette vue montre la tour Engie (G) et la tour Sequoia (D) qui abrite une partie de l'administration centrale du ministère de la Transition écologique et solidaire située dans le quartier de La Défense à Nanterre en périphérie de Paris, le 16 juillet 2019. AFP / Joël SAGET
Short Url
  • Le groupe s'engage aussi à généraliser l'extinction de l’éclairage entre 20H00 et 07H00, la lumière comptant pour 13% de la consommation énergétique de ses sites
  • Avec ces mesures, Engie vise une baisse de la consommation de chauffage de 18% cet hiver par rapport à 2021

PARIS: L'énergéticien Engie "prendra sa part" dans l'effort de sobriété demandé cet hiver aux entreprises en généralisant, dans ses bâtiments en France, l'extinction des lumières dès 20H00 et en programmant l'arrêt du chauffage lors des pics de consommation, a indiqué le groupe mardi.

"Compte tenu des tensions existantes sur le système énergétique français et européen", le groupe entend prendre ses "responsabilités" et "amplifier" cet hiver son plan de réduction de sa consommation d'énergie entamé en 2019.

Alors que le chauffage constitue en moyenne 40% de la dépense énergétique dans son parc immobilier français de 400.000 m2, la période de chauffe commencera le 15 octobre au lieu du 15 septembre dans ses sites, dont son siège de La Défense, une tour de 36 étages.

Le chauffage sera réglé sur 19 degrés comme préconisé par les autorités avec la possibilité de programmer des arrêts entre 09H00 et 12H00 et entre 18H00 et 21H00 "pour faire face aux potentiels pics électriques sur ces créneaux", a détaillé un porte-parole du groupe, premier fournisseur en France de gaz naturel et d'électricité d'origine renouvelable.

Avec ces mesures, Engie vise une baisse de la consommation de chauffage de 18% cet hiver par rapport à 2021.

Le groupe s'engage aussi à généraliser l'extinction de l’éclairage entre 20H00 et 07H00, la lumière comptant pour 13% de la consommation énergétique de ses sites. Engie prévoit de "programmer la mise en veille ou l'arrêt automatique des appareils" électroniques comme les ordinateurs.

"Depuis 2019, nous avons réduit de 25% la consommation énergétique liée à l'immobilier du groupe en France et notre objectif est d’atteindre -35% au niveau mondial en 2030", souligne le groupe.

Autre levier d'économies, la poursuite des actions entreprises depuis 2019 qui lui ont permis

de "réduire de 35% la consommation énergétique" liée aux déplacements des salariés sur leur lieu de travail, le résultat en partie du télétravail. Cela passe aussi par l'"optimisation" de la flotte de véhicules de services, des formations à l'éco-conduite et l'utilisation de vélos à l'intérieur de ses sites.

Le gouvernement présente jeudi son plan de sobriété, fruit d'un travail de plusieurs mois avec l’ensemble des secteurs et filières, afin de passer l’hiver en pleine crise énergétique en évitant si possible les coupures et, au-delà, de lancer le pays sur la voie d’une réduction de 10% de la consommation d’énergie d’ici à 2024.


Twitter met en place un bouton «modifier» pour certains utilisateurs payants

Le but de ce nouveau bouton est de rendre le fait d'envoyer un tweet «plus accessible et moins stressant», avait déclaré Twitter (Photo, AFP).
Le but de ce nouveau bouton est de rendre le fait d'envoyer un tweet «plus accessible et moins stressant», avait déclaré Twitter (Photo, AFP).
Short Url
  • Les abonnés au service Twitter Blue peuvent désormais corriger jusqu'à cinq fois un tweet dans les 30 minutes suivant sa publication
  • Le test lancé début septembre «s'est bien passé», et le déploiement de la fonctionnalité se fera «bientôt» aux Etats-Unis

SAN FRANCISCO: Après une phase de test, un bouton "modifier" est désormais accessible aux utilisateurs payants de Twitter dans une poignée de pays, a annoncé lundi la plateforme.

Les abonnés au service Twitter Blue - cinq dollars par mois - d'Australie, du Canada et de Nouvelle-Zélande peuvent désormais corriger jusqu'à cinq fois un tweet dans les 30 minutes suivant sa publication, indique l'entreprise basée à San Francisco.

Le test lancé début septembre "s'est bien passé", et le déploiement de la fonctionnalité se fera "bientôt" aux Etats-Unis, a ajouté Twitter.

"Il faut le voir comme un bref moment pour corriger des coquilles, ajouter des tags et davantage", avait expliqué la firme à l'oiseau bleu début septembre sur son site internet.

Une petite icône en forme de stylo doit indiquer qu'un tweet a été modifié, et l'historique des modifications sera accessible.

Elon Musk, actuellement dans une bataille judiciaire avec Twitter sur le rachat de la plateforme, avait plusieurs fois appuyé cette requête, comme de nombreux autres utilisateurs.

Les abonnés à Twitter Blue, accessible uniquement en Australie, au Canada, en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis "bénéficient de fonctionnalités en avance et nous aident à les tester" avant leur plus large diffusion, précise le réseau social.

Le but de ce nouveau bouton est de rendre le fait d'envoyer un tweet "plus accessible et moins stressant", avait déclaré Twitter.