Les Banques centrales du CCG suivent la Fed: augmentation des taux d'intérêt en raison de l'inflation

La Banque centrale du Koweït a augmenté son taux d'escompte clé de 25 points de base (pb) pour le porter à 2,5%. (Shutterstock)
La Banque centrale du Koweït a augmenté son taux d'escompte clé de 25 points de base (pb) pour le porter à 2,5%. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Vendredi 29 juillet 2022

Les Banques centrales du CCG suivent la Fed: augmentation des taux d'intérêt en raison de l'inflation

  • Les Banques centrales des Émirats arabes unis (EAU), du Qatar et de Bahreïn ont respectivement relevé leurs taux d'intérêt à 2,4%, 3% et 3,25%
  • Les économistes de FocusEconomics ont prévu que le taux d'inflation en Arabie saoudite serait en moyenne de 2,4% en 2022

RIYAD: Les Banques centrales de la région du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont augmenté les taux d'emprunt de référence de trois quarts de point de pourcentage mercredi dernier après que la Réserve fédérale américaine a redoublé ses efforts contre l'inflation.

Cette décision a été prise après que la Fed a accru le taux directeur de 75 points de base. Il s’agit de la quatrième hausse des taux d'intérêt au cours des quatre derniers mois et de la plus élevée depuis 1994.

Les banques centrales du CCG tentent de rétablir la stabilité des prix

Afin de rétablir la stabilité des prix et de lutter contre l'inflation, la Banque centrale d'Arabie saoudite, également connue sous le nom de «Sama», a augmenté son taux de prise en pension de 75 points de base pour l’amener à 3% et son taux de prise en pension inverse d'une marge similaire pour le porter à 2,50%.

Les Banques centrales des Émirats arabes unis (EAU), du Qatar et de Bahreïn ont respectivement relevé leurs taux d'intérêt à 2,4%, 3% et 3,25%.

La Banque centrale du Koweït, qui lie sa monnaie à un panier plutôt qu'au seul dollar, a également augmenté son taux d'escompte de 0,25 point de base pour le porter à 2,50%.

La Banque centrale d'Oman a également augmenté les taux d'intérêt des banques locales de 75 points de base pour les hisser à 3%.

 

L'Arabie saoudite sera-t-elle touchée?

Fawaz al-Fawaz, économiste et chroniqueur indépendant qui habite l’Arabie saoudite, estime toutefois que ces hausses de taux n'auront pas un impact énorme à un niveau plus large.

«L'effet macroéconomique ne devrait pas être significatif étant donné que les taux augmentent à partir de niveaux historiquement bas et qu’ils viennent d'atteindre les taux dits “normaux”. Au niveau macroéconomique, et plus particulièrement dans le domaine des finances publiques, la hausse des taux est intervenue alors que les finances publiques saoudiennes se sont considérablement améliorées et que le besoin d'emprunter a diminué», explique Al-Fawaz.

Ce dernier ajoute: «L'effet le plus probable de l'augmentation de la dette sur les consommateurs, en particulier les prêts hypothécaires, pourrait réduire leur capacité à dépenser de l'argent pour d'autres choses.»

Contrairement à Al-Fawaz, Abdallah Baeshen, analyste qui réside à Riyad, considère que les récents développements affecteront l'économie saoudienne comme toute autre économie mondiale.

«Le coût plus élevé des services et des biens va changer le comportement des clients. Les gens se détourneront des biens tels que les grandes marques, le luxe, les actifs et, pour certains, des services les plus importants comme les soins de santé, l'éducation et l'alimentation», alerte Baeshen.

Il poursuit: «L'inflation sera plus élevée, parce que la plupart des marchandises arrivent sur le marché saoudien de l'extérieur. Dans l'ensemble, je pense que le gouvernement va essayer de contrôler l'inflation plutôt que les taux d'intérêt, car cette dernière touche toute la population, en particulier les personnes à faibles revenus.»

L'inflation en Arabie saoudite et aux EAU est inférieure à celle de l'Occident

En juin, l'inflation aux États-Unis a atteint 9,1%, le taux le plus élevé depuis 1981. Dans des pays comme l'Arabie saoudite et les EAU, l'inflation n'a pas eu un impact aussi important.

En Arabie saoudite, la plus importante économie du monde arabe, le taux d'inflation annuel est passé de 2,2% en mai à 2,3% en juin 2022, selon les données publiées par l'Autorité générale des statistiques.

«Comme le taux d'intérêt augmente, si vous ne pouvez pas contrôler l'inflation en même temps, cela va être inhabituel pour l'économie, et ensuite vous ajouterez deux chiffres pour l'augmentation du coût de la vie», renchérit Baeshen.

Les économistes de FocusEconomics ont prévu que le taux d'inflation en Arabie saoudite serait en moyenne de 2,4% en 2022. Ils ont également prévu que l'inflation dans le Royaume serait de 2,2 % en 2023.

Jadwaa Investment a également prévu que l'inflation du Royaume atteindrait 2,4% en 2022, sous l'effet d'une hausse mondiale des prix des denrées alimentaires.

Aux EAU, l'inflation est relativement faible par rapport aux taux enregistrés dans d'autres régions du monde. L'indice des prix à la consommation dans ce pays a atteint 3,4% au cours du premier trimestre de 2022.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Banque mondiale: une «cinquième vague de crise de la dette» est en vue

«Je suis inquiet quant au niveau d'endettement, inquiet pour un certain nombre de pays», a déclaré le président de la Banque mondiale (BM), David Malpass (Photo, AFP).
«Je suis inquiet quant au niveau d'endettement, inquiet pour un certain nombre de pays», a déclaré le président de la Banque mondiale (BM), David Malpass (Photo, AFP).
Short Url
  • La pandémie a poussé de nombreux pays à emprunter davantage afin de soutenir leur économie
  • La BM retient quatre vagues précédentes de crise de la dette depuis les années 70, entraînant le plus souvent des crises financières

WASHINGTON: Le monde est sur le point d'affronter une "cinquième vague de crise de la dette", a prévenu vendredi le président de la Banque mondiale (BM), David Malpass, lançant un appel en faveur d'un soutien aux pays en difficulté.

La pandémie a poussé de nombreux pays à emprunter davantage afin de soutenir leur économie, se retrouvant désormais face à un risque de tension sur leur dette, sous l'effet combiné de l'inflation et de la hausse des taux d'intérêt.

"Je suis inquiet quant au niveau d'endettement, inquiet pour un certain nombre de pays", a déclaré M. Malpass lors d'une conférence de presse en ligne.

"Rien qu'en 2022, environ 44 milliards de dollars de dette, détenue par le secteur privé ou d'autres Etats, est devenue exigible" dans certains des pays les plus pauvres, un montant supérieur à l'aide internationale reçue par ces mêmes pays, a souligné le président de la BM.

"Nous faisons actuellement face à ce que je pense être une cinquième vague de crise de la dette", a-t-il ajouté, appelant à "radicalement plus de transparence" sur les niveaux d'endettement, tant de la part des prêteurs que des emprunteurs.

Le président de la Banque mondiale s'exprimait en amont des réunions annuelles du Fonds monétaire international (FMI) et d'une réunion du G20 finances, qui se tiendront la semaine prochaine à Washington.

David Malpass en a profité pour demander de nouveau à la Chine, parmi les prêteurs les plus importants auprès des pays à faibles revenus, de communiquer plus sur les montants prêtés et d'en faire plus afin de permettre la restructuration des dettes les plus problématiques.

Ses propos rejoignent les alertes lancées par la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, qui a estimé jeudi que près d'un quart des pays émergents et jusque 60% des pays les plus pauvres risquent d'être confrontés à une crise de leur endettement.

Une situation amplifiée par le ralentissement de l'économie mondiale, sous l'effet conjugués de l'inflation, nourrie par la hausse des prix de l'énergie et de l'alimentation, ainsi que le resserrement monétaire décidée par les banques centrales pour limitée cette dernière.

"Face au risque de crise financière dans les pays en développement, il est très important de reconnaître le rôle que les économies avancées jouent en terme de soutien à la croissance", a rappelé David Malpass.

Les pays en développement ont également besoin de voir plus de capitaux être investis chez eux et, même si la BM tente d'augmenter ton aide, "ce n'est tout simplement pas suffisant", a-t-il ajouté.

La BM retient quatre vagues précédentes de crise de la dette depuis les années 70, entraînant le plus souvent des crises financières dans les économies émergentes et en développement, à l'image de la crise asiatique de la fin des années 90.


Accord sur un objectif de neutralité carbone en 2050 pour l'aviation

Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Vue de l'Alice, un avion 100% électrique (Photo, Eviation Aircraft)
Short Url
  • «Un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050» a été conclu selon un tweet de l'OACI
  • Le transport aérien est aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2

MONTRÉAL : Un accord pour atteindre la neutralité carbone en 2050 dans l'aviation civile mondiale a été conclu vendredi, a annoncé l'Organisation de l'Aviation civile internationale (OACI), une agence de l'ONU.

Les représentants des 193 États réunis pour l'assemblée de l'organisation, dont le siège est à Montréal, sont parvenus à «un accord historique sur un objectif collectif ambitieux à long terme de zéro émission de carbone d'ici 2050», a tweeté l'OACI.

«C'est un excellent résultat» a estimé auprès de l'AFP une source diplomatique européenne qui a précisé que «seuls quatre pays, dont la Chine, avaient exprimé des réserves».

Le transport aérien est montré du doigt pour son rôle dans la crise climatique. Aujourd'hui responsable de 2,5 à 3% des émissions mondiales de CO2, le secteur s'avère difficile à faire passer aux énergies renouvelables, même si l'industrie aéronautique et les énergéticiens y travaillent d'arrache-pied.

Selon les compagnies aériennes, créer une aviation décarbonée représente 1.550 milliards de dollars d'investissements entre 2021 et 2050.


Le FMI va débloquer 310 millions USD pour le Rwanda

Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier. (AFP).
Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier. (AFP).
Short Url
  • L'accord comprend la mise en place d'un nouvel instrument de coordination de sa politique économique (PCI) qui intègre les conditions à remplir dans le cadre du financement, pour une durée de trois ans
  • Ce nouveau fonds fiduciaire pour la «résilience et la durabilité» (RST en anglais) permet au FMI d'accorder un financement à long terme, et peu cher, afin d'aider les Etats bénéficiaires à mettre en place les politiques nécessaires

WASHINGTON : Le Rwanda va recevoir 310 millions de dollars de la part du Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre de son nouvel instrument destiné à aider les pays en développement et à faibles revenus à s'adapter aux conséquences du réchauffement climatique, a annoncé vendredi l'institution.

L'accord comprend la mise en place d'un nouvel instrument de coordination de sa politique économique (PCI) qui intègre les conditions à remplir dans le cadre du financement, pour une durée de trois ans.

Ce nouveau fonds fiduciaire pour la "résilience et la durabilité" (RST en anglais) permet au FMI d'accorder un financement à long terme, et peu cher, afin d'aider les Etats bénéficiaires à mettre en place les politiques nécessaires pour affronter le changement climatique ou les pandémies.

Il peut s'agir d'un financement jusqu'à 20 ans, avec une période de grâce (période pendant laquelle le pays ne commence pas à rembourser) pouvant atteindre plus de 10 ans.

L'accord doit être encore validé par le conseil d'administration "dans les prochaines semaines", a précisé le communiqué.

Le Rwanda est le premier pays africain à bénéficier d'un aide dans le cadre du RST, lancé en mai dernier. Deux pays américains, le Costa Rica et l'île de la Barbade ont également trouvé un accord avec le FMI pour en bénéficier.

"Le Rwanda dispose d'un bilan solide en termes de réformes économiques et est très avancé dans la mise en place d'une stratégie climat. Ce nouveau PCI, combiné avec les fonds du RST, doit permettre de soutenir les autorités dans leurs efforts de stabilisation macroéconomique (...) et d'adaptation au changement climatique", selon le FMI.

Le pays devrait atteindre une croissance de 6,8% pour 2022, malgré le contexte économique mondial compliqué, mais reste confronté à une inflation élevée, les prix alimentaires ayant progressé de 15,9% en août.

"Le Rwanda reste vulnérable aux chocs extérieurs. Les prix de l'énergie et alimentaires élevés vont continuer à nourrir l'inflation  et affaiblir ses réserves", a cependant souligné Haimanot Teferra, responsable de l'équipe du FMI qui s'est rendue sur place du 26 septembre au 7 octobre.