Rentrée: le coût de la vie étudiante en nette hausse, selon l'Unef

Le gouvernement prévoit notamment de revaloriser les bourses étudiantes de 4% à la rentrée. Mais cette hausse reste insuffisante, selon le syndicat, car elle est inférieure à l'inflation. (Unef.fr)
Le gouvernement prévoit notamment de revaloriser les bourses étudiantes de 4% à la rentrée. Mais cette hausse reste insuffisante, selon le syndicat, car elle est inférieure à l'inflation. (Unef.fr)
Short Url
Publié le Lundi 15 août 2022

Rentrée: le coût de la vie étudiante en nette hausse, selon l'Unef

  • Pour l'année 2022-2023, le coût de la vie étudiante augmente de 6,47%, alors que l'inflation s'élève à 6,1%, indique l'Unef
  • Cette hausse représente un budget supplémentaire nécessaire de 428,22 euros pour l'année, soit 35,7 euros de plus par mois

PARIS : Augmentation des loyers, restauration universitaire plus onéreuse et revalorisation insuffisante des bourses: le coût de la vie augmente fortement pour les étudiants en raison notamment de la hausse de l'inflation, selon une enquête du syndicat étudiant Unef publiée lundi.

Pour l'année 2022-2023, le coût de la vie étudiante augmente de 6,47%, alors que l'inflation s'élève à 6,1%, indique l'Unef. Cette hausse représente un budget supplémentaire nécessaire de 428,22 euros pour l'année, soit 35,7 euros de plus par mois.

Le coût de "la quasi-totalité des postes de dépenses" augmente, à l'exception de celui du transport car les prix sont stabilisés par les politiques publiques locales, explique le syndicat.

En parallèle, "les politiques publiques des gouvernements Macron envers les étudiants sont bien en deçà des attentes", dénonce l'Unef, proche de la gauche.

Le gouvernement prévoit notamment de revaloriser les bourses étudiantes de 4% à la rentrée. Mais cette hausse reste insuffisante, selon le syndicat, car elle est inférieure à l'inflation.

Pour l'organisation étudiante, cette enquête révèle la "précarité extrême" des étudiants et met en lumière la nécessité de mettre en place une "protection sociale" pour ces jeunes en formation et en insertion. Le syndicat propose de créer une allocation autonomie "d'un montant suffisant pour vivre, à destination de l'ensemble des étudiants" et calculé sur leurs revenus propres plutôt que celui de leurs parents.


Les transferts d'argent vers les pays pauvres ont moins augmenté en 2022

La hausse est estimée à 2,5% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Photo, AFP).
La hausse est estimée à 2,5% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Photo, AFP).
Short Url
  • Le montant total des fonds à l'échelle mondiale s'élève à environ 626 milliards de dollars
  • Les transferts de fonds avaient grimpé de 10,2% entre 2020 et 2021, soutenus par la reprise économique en Europe et aux Etats-Unis

WASHINGTON: Les transferts d'argent des migrants vers les pays pauvres et à revenu intermédiaire ont augmenté d'environ 5% en 2022, une croissance deux fois moins forte que celle de l'an passé, qui avait accéléré avec la reprise économique, a annoncé mercredi la Banque mondiale.

Le montant total des fonds à l'échelle mondiale s'élève à environ 626 milliards de dollars, a-t-elle précisé dans son communiqué.

"La réouverture des économies d'accueil, alors que la pandémie de Covid-19 reculait, a soutenu l'emploi des migrants et leur capacité à continuer d'aider leurs familles restées au pays", a détaillé la Banque mondiale.

L'inflation, en revanche, "a eu un impact négatif sur les revenus réels des migrants. L'appréciation du rouble a également influencé la valeur des envois de fonds, ce qui s'est traduit par une valeur plus élevée, en dollars américains, des envois de fonds sortants de la Russie vers l'Asie centrale", selon la même source.

L'euro plus faible, cependant, a eu l'effet inverse.

Les transferts de fonds avaient grimpé de 10,2% entre 2020 et 2021, soutenus par la reprise économique en Europe et aux Etats-Unis.

"Les migrants aident à soulager la tension des marchés du travail dans les pays d'accueil tout en soutenant leurs familles par le biais des envois de fonds", a commenté Michal Rutkowski, directeur mondial de la protection sociale et de l'emploi à la Banque mondiale.

Les "politiques de protection sociale inclusives (...) ont des impacts mondiaux par le biais des envois de fonds et doivent être poursuivies", a-t-il ajouté.

Par région, les envois vers l'Afrique subsaharienne ont augmenté de 5,2% contre +16,4% l'année dernière.

La hausse est de 10,3% vers l'Europe et l'Asie centrale, "où l'augmentation des prix du pétrole et la demande de travailleurs migrants en Russie ont soutenu les envois de fonds, en plus de l'effet d'évaluation des devises", précise la Banque mondiale.

En Ukraine, la croissance est estimée à 2%, "car les fonds destinés aux Ukrainiens ont été envoyés aux pays qui les accueillent".

La hausse est estimée à 9,3% pour l'Amérique latine et les Caraïbes, 3,5% pour l'Asie du Sud, 2,5% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et 0,7% en Asie de l'Est et dans le Pacifique.

"En 2022, pour la première fois, un seul pays, l'Inde, est sur la bonne voie pour recevoir plus de 100 milliards de dollars en envois de fonds annuels", selon le communiqué.


Tourisme: comment le Maroc compte séduire le marché britannique

Des touristes se promènent dans la vieille ville de Marrakech, au Maroc, le 12 mai 2022. (Photo, AFP)
Des touristes se promènent dans la vieille ville de Marrakech, au Maroc, le 12 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Dans le cadre de sa stratégie de reconquête des principaux marchés émetteurs de touristes, le Maroc accorde une grande importance au marché britannique
  • «À la fin du mois d’août 2022, le taux de reprise de ce marché a atteint 72%»

CASABLANCA: Dans le cadre de sa stratégie de reconquête des principaux marchés émetteurs de touristes, le Maroc accorde une grande importance au marché britannique. Ce dernier figure parmi les plus stratégiques pour la destination Maroc puisqu’il est le troisième marché en flux, avec 600 000 arrivées en 2019, et le deuxième en valeur, avec 2,2 millions de nuitées. Il arrive également en deuxième position pour le mois d’août 2022 en termes de recherches et de réservations selon TripAdvisor, le troisième au niveau des arrivées touristiques et de nuitées à la fin de juillet 2022 et le quatrième le mieux desservi – avec un peu plus d’un million de sièges en 2022. Une position que le Maroc compte consolider: le pays a pour objectif de doubler les arrivées de touristes britanniques et de les porter à 1,2 million d’ici à 2027. 

C’est à cette fin que le Maroc a mis en place une «task force du marché britannique» menée par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et composée d’acteurs majeurs des secteurs public et privé. Sa mission consiste à mieux vendre la destination Maroc auprès des prescripteurs britanniques. Et ce n’est pas un hasard si l’Association des voyagistes et agents de voyage de Grande-Bretagne (Abta), l’une des plus importantes associations touristiques du monde, a choisi Marrakech pour organiser son congrès annuel en octobre dernier.

Quelques jours plus tard, le Maroc a participé en force au World Travel Market (WTM) 2022, qui se déroulait à Londres. Une importante délégation, conduite par la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, et le président de l’ONMT, Adel el-Fakir, qui regroupe une trentaine d’opérateurs touristiques marocains parmi les plus influents, a fait le déplacement à cette grand-messe de l’industrie touristique mondiale.

Le Maroc a mobilisé d’importants moyens en déployant sa visibilité sur un stand de nouvelle génération d’une superficie de 630 m2, une première pour le pays, qui lui a valu le prix Best Stand Design («Meilleure conception du stand») lors de l’édition 2022 du WTM.

«Les touristes britanniques sont friands de destinations ensoleillées et de gastronomie. Ils privilégient aussi la sécurité, l’hospitalité et les sites touristiques attrayants. Le Maroc, qui offre ces atouts, se positionne donc parmi leurs destinations de choix. À la fin du mois d’août 2022, le taux de reprise de ce marché a atteint 72%. Notre participation à ce grand salon s’inscrit dans le cadre de cette reprise et de la consolidation de notre présence sur ce marché stratégique, auquel un plan d’action est consacré», confie Adel el-Fakir.

Par ailleurs, de nombreuses réunions de travail ont été organisées entre le président de l’ONMT et les patrons des grands opérateurs du secteur comme TUI Group, Expedia, TripAdvisor ou Easyjet Holidays. Des conventions et des mémorandums d’entente ont également été signés avec les tour-opérateurs LoveHolidays et Intrepid Travel. Ces accords ont pour objectif de passer de 48 000 à 121 000 touristes sur le marché marocain pour le premier et de 10 000 à 50 000 touristes pour le second à l’horizon 2025. 

«Au niveau des relations publiques, des rencontres ont été mises en place avec les plus grands groupes média britanniques et internationaux, parmi lesquels CNN, The Sun, The Daily Telegraph, The Guardian, City A.M., Euronews, Wanderlust ou Travel Mode TV. Ce rendez-vous incontournable des opérateurs touristiques internationaux a été l’occasion pour la destination Maroc de renforcer sa visibilité, de préparer la saison hiver 2022 et l’année 2023 sous les meilleurs auspices», souligne l’ONMT.


Le Moyen-Orient tire profit des possibilités touristiques pour stimuler la croissance régionale

Les leaders du secteur touristique de la région se sont exprimés lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi. (Capture d'écran)
Les leaders du secteur touristique de la région se sont exprimés lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi. (Capture d'écran)
Short Url
  • L’enthousiasme est palpable à Oman, un pays qui investit dans le développement du capital humain afin de stimuler le tourisme à la fois au sein du pays et dans toute la région
  • Le royaume de Bahreïn s’apprête à recevoir plus de cinquante mille touristes au cours des six mois à venir – jusqu’en mai de l’année prochaine – dans le cadre de la saison des croisières 2022-2023

RIYAD: Pendant des décennies, le Moyen-Orient a assuré son succès économique en tirant profit de ses riches ressources naturelles, comme le pétrole. Cependant, la région a dorénavant pris une autre voie pour renforcer son secteur touristique en utilisant le pouvoir discret de la culture et de la nature.
«Nous avons la chance d’être la première région d’Arabie saoudite qui a une stratégie approuvée par le gouvernement parmi les treize provinces. Toutes les mesures pour protéger la nature et la culture du Royaume sont en cours», déclare le prince Turki ben Talal, président de l’Aseer Development Authority. Il a tenu ces propos lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi.
Cette institution est sous le feu des projecteurs depuis le mois de septembre dernier, lorsque le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a fait part d’une stratégie visant à transformer la région d’Asir en une destination touristique mondiale en tant que «région montagneuse arabe», en investissant 50 milliards de riyals saoudiens (13,3 milliards de dollars; 1 dollar = 0,97 euro).
«L’idée est de faire d’Asir un lieu où il fait bon vivre et pas seulement une région agréable à visiter. Nous voulons que toutes les personnes qui se rendent à Asir veuillent y retourner. C’est vraiment notre vœu le plus cher», affirme le prince Turki.
L’enthousiasme est palpable à Oman, un pays qui investit dans le développement du capital humain afin de stimuler le tourisme à la fois au sein du pays et dans toute la région.
«Un certain nombre d’Omanais travaillent au Qatar pour la Coupe du monde et également dans le secteur de l’hôtellerie. Ils ont été formés à Oman grâce à un programme international. Nous aidons ainsi le pays et la région», soutient Hashil al-Mahrouki, PDG d’Oman Tourism Development Co.
D’autre part, le royaume de Bahreïn est prêt pour son tourisme de croisière, car il s’apprête à recevoir plus de cinquante mille touristes au cours des six mois à venir – jusqu’en mai de l’année prochaine – dans le cadre de la saison des croisières 2022-2023.
Le tourisme de croisière fait partie intégrante de la stratégie nationale 2022-2026 qui vise à promouvoir Bahreïn comme centre touristique mondial.
«Nous avons réussi à mettre en place des offres touristiques uniques qui permettent au royaume de Bahreïn de raconter son Histoire», déclare Fatima al-Sairafi, ministre du Tourisme de Bahreïn.
La mer Rouge constitue un atout majeur qui permet de créer des possibilités touristiques dans la région. Les pays collaborent pour attirer le trafic touristique mondial vers le Moyen-Orient.
«La commercialisation des croisières dans la région de la mer Rouge a de bien meilleures chances de succès que la simple commercialisation de l’Arabie saoudite», déclare Fawaz Farooqui, directeur général de Cruise Saudi, une filiale détenue à 100 % par le Fonds public d’investissement (PIF) qui travaille avec le gouvernement pour construire l’écosystème de croisières en mer et de circuits touristiques sur le territoire.
La société a collaboré avec l’Égypte et la Jordanie pour développer le tourisme de croisière dans la région et elle est actuellement en pourparlers avec Oman pour hisser les voiles lorsque le vent sera favorable.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com