Le promoteur URB dévoile ses plans pour une communauté à zéro émission de carbone au Koweït

Image : Shutterstock
Image : Shutterstock
Short Url
Publié le Jeudi 25 août 2022

Le promoteur URB dévoile ses plans pour une communauté à zéro émission de carbone au Koweït

  • La société déclare que ce projet de 1 600 hectares, situé au sud du pays, comprendra 30 000 logements et permettra la création de 30 000 emplois respectueux de l'environnement
  • «Le cœur de ce projet est un paysage unique et résilient, multifonctionnel et conçu pour promouvoir la santé, le bien-être et la biodiversité»

Le promoteur URB, basé à Dubaï, a dévoilé ses plans pour XZero City, une communauté durable au Koweït qui vise à offrir à 100 000 résidents un mode de vie à zéro émission de carbone.

La société indique que ce projet de 1 600 hectares, situé au sud du pays, comprendra 30 000 logements et permettra la création de 30 000 emplois respectueux de l'environnement dans des secteurs tels que la médecine, le tourisme, la technologie, l'éducation, la vente au détail et le divertissement.

Les actifs hôteliers conçus pour promouvoir le tourisme durable comprennent un centre de villégiature écologique cinq étoiles et des pavillons écologiques. Il est également prévu de créer un centre de conservation de la nature, un parc utilitaire, un village destiné à l’accueil des personnes souffrant d’autisme, un centre équestre, un centre de bien-être, une crèche et une école.

Le groupe URB, qui se décrit comme «un leader mondial dans le développement de villes durables», déclare que XZero a été conçu pour fournir des solutions multifonctionnelles et globales qui répondent aux trois piliers essentiels de la durabilité: social, économique et environnemental. Les plans ont été créés avec des stratégies de conception passive et des infrastructures respectueuses de l'environnement qui minimisent l'investissement financier requis tout en maximisant les avantages environnementaux.

Le PDG d'URB, Baharash Bagherian, a supervisé la conception de plusieurs villes durables, dont des projets récents comme Alnama à Riyad et Nexgen au Caire.

M. Bagherian souligne l'importance de XZero, qui constitue une référence pour les villes du futur: «Le cœur de ce projet est un paysage unique et résilient, multifonctionnel et conçu pour promouvoir la santé, le bien-être et la biodiversité.»

«Le paysage est le ciment social de toute la ville, ce qui favorisera le dynamisme du quartier tout en reliant les résidents à tous les services en quelques minutes.»

URB déclare que XZero est conçue et optimisée pour être la ville la mieux adaptée à la marche à pied et que les voies piétonnes primaires et secondaires seront bien ombragées et reliées à des options de transport vertes telles que des pistes cyclables et des voiturettes électriques.

«Les constructions sont intégrées aux oueds afin d’améliorer la résilience et l'habitabilité, tout en favorisant des habitats variés pour la faune», ajoute Baharash Bagherian.

«Le paysage est également productif, car il intègre de nombreuses méthodes d'agriculture urbaine différentes, telles que les jardins communautaires, les dômes bio, l'aquaponie, les fermes verticales et l'agriculture biosaline.»

XZero a également été optimisée pour maximiser la proportion d'espaces verts, déclare URB, ce qui contribuera à atténuer les effets de la hausse des températures et des îlots de chaleur urbains, avec pour résultat un environnement plus frais.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tourisme: comment le Maroc compte séduire le marché britannique

Des touristes se promènent dans la vieille ville de Marrakech, au Maroc, le 12 mai 2022. (Photo, AFP)
Des touristes se promènent dans la vieille ville de Marrakech, au Maroc, le 12 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Dans le cadre de sa stratégie de reconquête des principaux marchés émetteurs de touristes, le Maroc accorde une grande importance au marché britannique
  • «À la fin du mois d’août 2022, le taux de reprise de ce marché a atteint 72%»

CASABLANCA: Dans le cadre de sa stratégie de reconquête des principaux marchés émetteurs de touristes, le Maroc accorde une grande importance au marché britannique. Ce dernier figure parmi les plus stratégiques pour la destination Maroc puisqu’il est le troisième marché en flux, avec 600 000 arrivées en 2019, et le deuxième en valeur, avec 2,2 millions de nuitées. Il arrive également en deuxième position pour le mois d’août 2022 en termes de recherches et de réservations selon TripAdvisor, le troisième au niveau des arrivées touristiques et de nuitées à la fin de juillet 2022 et le quatrième le mieux desservi – avec un peu plus d’un million de sièges en 2022. Une position que le Maroc compte consolider: le pays a pour objectif de doubler les arrivées de touristes britanniques et de les porter à 1,2 million d’ici à 2027. 

C’est à cette fin que le Maroc a mis en place une «task force du marché britannique» menée par l’Office national marocain du tourisme (ONMT) et composée d’acteurs majeurs des secteurs public et privé. Sa mission consiste à mieux vendre la destination Maroc auprès des prescripteurs britanniques. Et ce n’est pas un hasard si l’Association des voyagistes et agents de voyage de Grande-Bretagne (Abta), l’une des plus importantes associations touristiques du monde, a choisi Marrakech pour organiser son congrès annuel en octobre dernier.

Quelques jours plus tard, le Maroc a participé en force au World Travel Market (WTM) 2022, qui se déroulait à Londres. Une importante délégation, conduite par la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, et le président de l’ONMT, Adel el-Fakir, qui regroupe une trentaine d’opérateurs touristiques marocains parmi les plus influents, a fait le déplacement à cette grand-messe de l’industrie touristique mondiale.

Le Maroc a mobilisé d’importants moyens en déployant sa visibilité sur un stand de nouvelle génération d’une superficie de 630 m2, une première pour le pays, qui lui a valu le prix Best Stand Design («Meilleure conception du stand») lors de l’édition 2022 du WTM.

«Les touristes britanniques sont friands de destinations ensoleillées et de gastronomie. Ils privilégient aussi la sécurité, l’hospitalité et les sites touristiques attrayants. Le Maroc, qui offre ces atouts, se positionne donc parmi leurs destinations de choix. À la fin du mois d’août 2022, le taux de reprise de ce marché a atteint 72%. Notre participation à ce grand salon s’inscrit dans le cadre de cette reprise et de la consolidation de notre présence sur ce marché stratégique, auquel un plan d’action est consacré», confie Adel el-Fakir.

Par ailleurs, de nombreuses réunions de travail ont été organisées entre le président de l’ONMT et les patrons des grands opérateurs du secteur comme TUI Group, Expedia, TripAdvisor ou Easyjet Holidays. Des conventions et des mémorandums d’entente ont également été signés avec les tour-opérateurs LoveHolidays et Intrepid Travel. Ces accords ont pour objectif de passer de 48 000 à 121 000 touristes sur le marché marocain pour le premier et de 10 000 à 50 000 touristes pour le second à l’horizon 2025. 

«Au niveau des relations publiques, des rencontres ont été mises en place avec les plus grands groupes média britanniques et internationaux, parmi lesquels CNN, The Sun, The Daily Telegraph, The Guardian, City A.M., Euronews, Wanderlust ou Travel Mode TV. Ce rendez-vous incontournable des opérateurs touristiques internationaux a été l’occasion pour la destination Maroc de renforcer sa visibilité, de préparer la saison hiver 2022 et l’année 2023 sous les meilleurs auspices», souligne l’ONMT.


Le Moyen-Orient tire profit des possibilités touristiques pour stimuler la croissance régionale

Les leaders du secteur touristique de la région se sont exprimés lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi. (Capture d'écran)
Les leaders du secteur touristique de la région se sont exprimés lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi. (Capture d'écran)
Short Url
  • L’enthousiasme est palpable à Oman, un pays qui investit dans le développement du capital humain afin de stimuler le tourisme à la fois au sein du pays et dans toute la région
  • Le royaume de Bahreïn s’apprête à recevoir plus de cinquante mille touristes au cours des six mois à venir – jusqu’en mai de l’année prochaine – dans le cadre de la saison des croisières 2022-2023

RIYAD: Pendant des décennies, le Moyen-Orient a assuré son succès économique en tirant profit de ses riches ressources naturelles, comme le pétrole. Cependant, la région a dorénavant pris une autre voie pour renforcer son secteur touristique en utilisant le pouvoir discret de la culture et de la nature.
«Nous avons la chance d’être la première région d’Arabie saoudite qui a une stratégie approuvée par le gouvernement parmi les treize provinces. Toutes les mesures pour protéger la nature et la culture du Royaume sont en cours», déclare le prince Turki ben Talal, président de l’Aseer Development Authority. Il a tenu ces propos lors du Sommet mondial du voyage et du tourisme à Riyad, mardi.
Cette institution est sous le feu des projecteurs depuis le mois de septembre dernier, lorsque le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a fait part d’une stratégie visant à transformer la région d’Asir en une destination touristique mondiale en tant que «région montagneuse arabe», en investissant 50 milliards de riyals saoudiens (13,3 milliards de dollars; 1 dollar = 0,97 euro).
«L’idée est de faire d’Asir un lieu où il fait bon vivre et pas seulement une région agréable à visiter. Nous voulons que toutes les personnes qui se rendent à Asir veuillent y retourner. C’est vraiment notre vœu le plus cher», affirme le prince Turki.
L’enthousiasme est palpable à Oman, un pays qui investit dans le développement du capital humain afin de stimuler le tourisme à la fois au sein du pays et dans toute la région.
«Un certain nombre d’Omanais travaillent au Qatar pour la Coupe du monde et également dans le secteur de l’hôtellerie. Ils ont été formés à Oman grâce à un programme international. Nous aidons ainsi le pays et la région», soutient Hashil al-Mahrouki, PDG d’Oman Tourism Development Co.
D’autre part, le royaume de Bahreïn est prêt pour son tourisme de croisière, car il s’apprête à recevoir plus de cinquante mille touristes au cours des six mois à venir – jusqu’en mai de l’année prochaine – dans le cadre de la saison des croisières 2022-2023.
Le tourisme de croisière fait partie intégrante de la stratégie nationale 2022-2026 qui vise à promouvoir Bahreïn comme centre touristique mondial.
«Nous avons réussi à mettre en place des offres touristiques uniques qui permettent au royaume de Bahreïn de raconter son Histoire», déclare Fatima al-Sairafi, ministre du Tourisme de Bahreïn.
La mer Rouge constitue un atout majeur qui permet de créer des possibilités touristiques dans la région. Les pays collaborent pour attirer le trafic touristique mondial vers le Moyen-Orient.
«La commercialisation des croisières dans la région de la mer Rouge a de bien meilleures chances de succès que la simple commercialisation de l’Arabie saoudite», déclare Fawaz Farooqui, directeur général de Cruise Saudi, une filiale détenue à 100 % par le Fonds public d’investissement (PIF) qui travaille avec le gouvernement pour construire l’écosystème de croisières en mer et de circuits touristiques sur le territoire.
La société a collaboré avec l’Égypte et la Jordanie pour développer le tourisme de croisière dans la région et elle est actuellement en pourparlers avec Oman pour hisser les voiles lorsque le vent sera favorable.
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Chine: le zéro Covid plombe l'activité manufacturière

Un travailleur portant un équipement de protection individuelle (EPI) se tient à l'entrée d'une zone résidentielle confinée en raison des restrictions liées au coronavirus Covid-19 à Pékin le 29 novembre 2022. (Photo de Noel CELIS / AFP)
Un travailleur portant un équipement de protection individuelle (EPI) se tient à l'entrée d'une zone résidentielle confinée en raison des restrictions liées au coronavirus Covid-19 à Pékin le 29 novembre 2022. (Photo de Noel CELIS / AFP)
Short Url
  • La Chine continue à suivre une stratégie anti-Covid inflexible
  • Ces mesures entraînent la fermeture inopinée d'usines, perturbent les chaînes logistiques, empêchent parfois des ouvriers de rejoindre leur lieu de travail voire contraignent certaines entreprises à fermer définitivement

PEKIN: L'activité manufacturière en Chine a poursuivi sa chute en novembre, pour le deuxième mois consécutif et plus fortement que prévu, en raison des restrictions anti-Covid qui pénalisent lourdement l'économie, selon des chiffres officiels publiés mercredi.

L'indice des directeurs d'achat (PMI), reflet de la santé du monde industriel, s'est établi à 48 points contre 49,2 en octobre, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS).

Un nombre inférieur à 50 témoigne d'un repli de l'activité. Des analystes sondés par l'agence Bloomberg avaient anticipé une contraction, mais plus modérée (49).

"En novembre, en raison de plusieurs facteurs comme les foyers épidémiques étendus et fréquents qui ont touché la Chine et le contexte international devenu plus complexe et critique, le PMI a chuté", a souligné dans un communiqué Zhao Qinghe, statisticien du BNS.

La Chine continue à suivre une stratégie anti-Covid inflexible.

Cette politique se traduit par des confinements de bâtiments voire de villes entières dès l'apparition de cas positifs, des tests PCR quasi obligatoires plusieurs fois par semaine ou encore le placement en quarantaine des personnes positives.

Ces mesures entraînent la fermeture inopinée d'usines, perturbent les chaînes logistiques, empêchent parfois des ouvriers de rejoindre leur lieu de travail voire contraignent certaines entreprises à fermer définitivement.

Habituée en temps normal à quelques dizaines voire centaines de nouveaux cas positifs quotidiens, le pays a fait face en novembre, et notamment ces dernières semaines, à plusieurs dizaines de milliers de nouvelles contaminations journalières au coronavirus.

Un chiffre qui reste toutefois très modeste comparé à la population chinoise (1,4 milliard d'habitants).

"La situation épidémique continue d'assombrir les perspectives économiques", a estimé Sheana Yue, analyste du cabinet Capital Economics.

«Douloureux»

"Il y a un risque croissant que les autorités locales perdent le contrôle (...) si les mesures (sanitaires) sont assouplies. Si c'est le cas, elles risquent d'imposer un confinement national strict similaire à celui de début 2020", met-elle en garde.

De son côté, le PMI non-manufacturier, qui englobe le secteur des services et de la construction, s'est lui aussi affiché en net repli ce mois-ci, à 46,7 points - moins 2 points par rapport à octobre (48,7).

Les secteurs du transport, de l'hôtellerie-restauration et du divertissement ont notamment vu leur activité baisser "de façon significative" en raison des récents foyers épidémiques, a souligné Zhao Qinghe.

"Ces indices PMI décevants convaincront-ils Pékin d'accélérer la réouverture du pays?", s'interroge dans une note Ting Lu, économiste pour la banque Nomura.

"Soyons un peu plus prudents", souligne-t-il, rappelant que l'indice était également très bas lors du dur confinement de Shanghai au printemps, sans entraîner d'assouplissement majeur.

"En réalité", ces mauvais résultats "nous disent que le processus de réouverture pourrait être lent, douloureux et semé d'embûches", indique Ting Lu.

Le gouvernement a fixé cette année un objectif de croissance d'environ 5,5%, après 8,1% en 2021. Mais nombre d'économistes le jugent désormais irréaliste.

De rares manifestations ont par ailleurs éclaté le weekend dernier dans plusieurs villes de Chine contre la politique zéro Covid. Mais les autorités n'ont pas manifesté la volonté d'assouplir significativement cette stratégie à court terme.