Fort recul des exports d'armements français en 2020, net rebond attendu en 2021

Chaîne de construction du chasseur multirole "Rafale" vendu récemment à l'Inde dans une usine de Dassault aviation. (Photo, AFP)
Chaîne de construction du chasseur multirole "Rafale" vendu récemment à l'Inde dans une usine de Dassault aviation. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 03 juin 2021

Fort recul des exports d'armements français en 2020, net rebond attendu en 2021

  • «En 2020, le montant des prises de commande s'est élevé à 4,9 milliards d'euros»
  • Les exportations d'armement français avaient déjà baissé de près de 8,6% en 2019

PARIS: Les exportations d'armements français ont baissé de 41% en 2020 sous l'effet de la crise sanitaire et faute de grands contrats emblématiques, selon un rapport annuel au Parlement publié mercredi, mais Paris table sur un net rebond cette année grâce aux commandes d'avions Rafale.

"En 2020, le montant des prises de commande s'est élevé à 4,9 milliards d'euros", contre 8,3 milliards d'euros l'année précédente, selon ce document. L'Arabie Saoudite (703,9 millions d'euros, incluant des systèmes de défense aérienne et des robots navals de déminage), les États-Unis (433 M EUR, essentiellement des sonars) et le Maroc (425,9 M EUR) figurent parmi les plus gros clients de la France, troisième exportateur mondial d'armement.

"Ce résultat, en retrait par rapport aux précédentes années, s'explique en partie par les contraintes liées à la crise sanitaire mondiale qui ont repoussé à 2021 plusieurs prospects d'armement, en raison de la suspension des discussions commerciales et des décisions d'investissement", ainsi que par "l'absence de grands contrats supérieurs à 500 millions d'euros pour l'année 2020", souligne le ministère des Armées.

Toutefois, cette baisse "ne traduit pas une tendance de fond", assure-t-il. Il peut en effet se targuer de gros contrats Rafale, avec l'Égypte (30 exemplaires pour près de 4 milliards d'euros), la Grèce (18 avions dont 12 d'occasion pour 2,5 mds EUR) et la Croatie (12 Rafale d'occasion, 1 md EUR).

Grâce à ces commandes majeures, en sus d'un socle traditionnel de 3 à 4 milliards d'euros de petits contrats, "raisonnablement, on peut espérer en 2021 au moins 10 milliards d'euros de ventes d'armement" français, a affirmé le porte-parole du ministère des Armées Hervé Grandjean, lors d'un point presse.

Les exportations d'armement français avaient déjà baissé de près de 8,6% en 2019, après des années 2015, 2016 et 2018 particulièrement fastes, dopées notamment par des ventes de Rafale à l'Égypte, à l'Inde et au Qatar.

Le montant des livraisons a quant à lui chuté de plus de moitié en 2020, à 4,3 milliards d'euros, contre 9,9 en 2019.

Sur le plan des prises de commandes, la zone Europe représente pour la deuxième année consécutive "la principale destination des exportations françaises" avec 25% (15% pour les pays de l'Union européenne et 10% pour les autres pays européens), le Royaume-Uni et la Grèce figurant parmi les six premiers clients de la France. 

Juste derrière, la zone Proche et Moyen-Orient représente 24% des commandes, contre 22% pour la zone Asie-Océanie, soit "une part légèrement supérieure à celle observée ces trois dernières années", et 16% pour l’Afrique. 

Les exportations de matériels militaires sont nécessaires à la France pour financer son modèle d'armée et maintiennent son autonomie stratégique.

Contrôle parlementaire

Mais la question de leur contrôle est devenue plus pressante avec notamment l'intervention de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, deux clients de Paris, dans le conflit au Yémen où certaines ONG les soupçonnent de crimes de guerre.

Selon une enquête d'opinion Harris Interactive réalisée mi-mai pour Amnesty International, 78% des sondés jugent qu'il y a un manque de transparence sur les exports d'armement.

Deux députés, Jacques Maire (parti présidentiel LREM) et Michèle Tabarot (Les Républicains, droite), ont préconisé dans un rapport publié en novembre de renforcer les pouvoirs du Parlement sur ce contrôle.

"Dans notre pays, l'exécutif est juge et partie de la qualité du processus d'examen des demandes de licences (d'exportation, ndlr), notamment quant à l'examen rigoureux du respect du droit humanitaire international", déplorent-ils.

En France, la décision d'exporter ou non est prise par le Premier ministre, sur avis d'une Commission interministérielle pour l'étude des exportations des matériels de guerre (CIEEMG), selon une procédure confidentielle.

Mais la ministre des Armées Florence Parly indique dans le rapport avoir "commencé à intégrer les propositions" des députés. Le texte précise ainsi que Paris a refusé un total de 47 licences d'exportations en 2020, en grande majorité à destination de pays d'Asie, une demande des deux députés.

Ces derniers réclamaient également que le contrôle du Parlement s'exerce sur les exportations des biens à double usage, civil et militaire, en s'intéressant à l'identité du bénéficiaire des livraisons.


Collaboration Aramco-Yokogawa pour la fabrication de semi-conducteurs en Arabie saoudite

Aramco collabore avec l’entreprise japonaise Yokogawa pour localiser la fabrication de puces à semi-conducteur en Arabie saoudite. (Photo fournie)
Aramco collabore avec l’entreprise japonaise Yokogawa pour localiser la fabrication de puces à semi-conducteur en Arabie saoudite. (Photo fournie)
Short Url
  • En vertu de cet accord, Aramco doit étudier la possibilité d’utiliser les technologies Minimal Fab pour la fabrication de semi-conducteurs
  • L’entreprise japonaise offrira son expertise en déployant ces technologies dans les installations d’Aramco, et fournira des services de formation, de maintenance et d’assistance

RIYAD: L’entreprise Yokogawa Electric, basée à Tokyo, a conclu un premier accord avec Aramco afin de lancer et de localiser la fabrication de puces à semi-conducteur en Arabie saoudite et stimuler ainsi le développement du domaine des entreprises numériques industrielles.

En vertu de cet accord, Aramco doit étudier la possibilité d’utiliser les technologies Minimal Fab pour la fabrication de semi-conducteurs, selon un communiqué.

Minimal Fab est un système de production qui permet de fabriquer des semi-conducteurs et des systèmes microélectromécaniques en grande quantité et à faible volume sans avoir recours à une salle blanche.

L’entreprise japonaise offrira son expertise en déployant ces technologies dans les installations d’Aramco, et fournira des services connexes de formation, de maintenance et d’assistance pour garantir une réussite complète.

Cette annonce intervient alors que le monde est confronté à une pénurie de puces et, selon un récent rapport publié par le gouvernement américain, le problème pourrait perdurer pendant plus de six mois.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


USA: la consommation ralentit en décembre, les revenus des ménages augmentent peu

Un employé de Delta assiste un client à l'aéroport intercontinental George Bush le 13 janvier 2022 à Houston, au Texas.(AFP)
Un employé de Delta assiste un client à l'aéroport intercontinental George Bush le 13 janvier 2022 à Houston, au Texas.(AFP)
Short Url
  • Les revenus des ménages ont eux progressé de 0,3%, un peu moins que ce qui était anticipé par les analystes, et en ralentissement par rapport aux deux mois précédents
  • Par rapport à décembre 2021, la hausse des prix est au plus haut depuis 1982, à 5,8%. La hausse est de 4,9% pour l'inflation sous-jacente

WASHINGTON : La consommation a marqué le pas en décembre aux États-Unis, l'activité économique ayant été perturbée par le variant Omicron, tandis que les revenus des ménages ont progressé, mais moins qu'attendu, selon les données du département du Commerce publiées vendredi.

Les dépenses des ménages ont, comme prévu, reculé de 0,6% en décembre par rapport à novembre. La hausse des dépenses dans les services (+0,5%), et notamment en services de santé, n'a pas été suffisante pour compenser la baisse des achats de biens (-2,6%), plombée par le recul des ventes de voitures.

Par ailleurs, la consommation avait été forte les deux mois précédents, les Américains ayant réalisé leurs achats de fin d'année avec de l'avance par peur des pénuries.

Les revenus des ménages ont eux progressé de 0,3%, un peu moins que ce qui était anticipé par les analystes, et en ralentissement par rapport aux deux mois précédents.

"En décembre, les cas de Covid-19 ont entraîné des restrictions et des perturbations continues dans l'activité des entreprises dans certaines régions du pays", souligne le département du Commerce dans son communiqué.

Côté revenus, "les prestations sociales gouvernementales ont diminué, reflétant principalement la fin des programmes d'aide liés à la pandémie" et la hausse des revenus "reflète surtout une augmentation de la rémunération qui a été en partie contrebalancée par une diminution du revenu des propriétaires", est-il précisé.

L'inflation a par ailleurs ralenti sur un mois, selon l'indice PCE, celui que privilégie la banque centrale américaine (Fed), et les prix ont augmenté de 0,4% par rapport à novembre. En excluant les prix volatils de l'alimentation et de l'énergie, la hausse des prix sur un mois est stable par rapport à novembre, à 0,5%.

Par rapport à décembre 2021, la hausse des prix est au plus haut depuis 1982, à 5,8%. La hausse est de 4,9% pour l'inflation sous-jacente. 

Le département du Commerce avait communiqué jeudi, une autre mesure de l'inflation PCE, et qui comparait l'ensemble de l'année 2021 à l'ensemble de l'année 2020, et avait fait état d'une hausse des prix de 3,9%.

Il existe aux États-Unis deux indices mesurant l'inflation, l'indice PCE et l'indice CPI. Selon ce dernier, les prix ont grimpé de 7% en 2021.

Le PIB américain a enregistré une croissance de 5,7% en 2021, sa plus forte hausse depuis 1984, a annoncé jeudi le département du Commerce, après une contraction historique de 3,5% en 2020 à cause de la crise sanitaire. Sur le dernier trimestre, la croissance a été très forte, à 6,9% en rythme annualisé.

Les dépenses de consommation des ménages, qui représentent près des trois quarts de l'économie américaine, ont bondi de 7,9% sur l'année. Elles avaient chuté de 3,9% en 2020.

 


Salaire minimum dans l'UE : un écart de 1 à 7 entre Bulgarie et Luxembourg

Le commissaire européen à l'économie Paolo Gentiloni s'exprime lors d'une conférence de presse sur le rapport 2020 d'Eurostat sur les progrès vers les objectifs de développement durable dans l'UE, à Bruxelles, le 22 juin 2020.(AFP)
Le commissaire européen à l'économie Paolo Gentiloni s'exprime lors d'une conférence de presse sur le rapport 2020 d'Eurostat sur les progrès vers les objectifs de développement durable dans l'UE, à Bruxelles, le 22 juin 2020.(AFP)
Short Url
  • La question des bas salaires préoccupe Bruxelles qui a proposé en octobre 2020 un projet de directive visant à améliorer le sort des travailleurs les plus mal lotis
  • Seuls six pays disposent d'un salaire minium mensuel supérieur à 1.500 euros

BRUXELLES : Le salaire minimum au Luxembourg est près de sept fois plus élevé qu'en Bulgarie, et l'Union européenne reste marquée par des disparités très fortes, révèlent les derniers chiffres d'Eurostat publiés vendredi.

La question des bas salaires préoccupe Bruxelles qui a proposé en octobre 2020 un projet de directive visant à améliorer le sort des travailleurs les plus mal lotis. Le texte, actuellement examiné par le Parlement européen et les Etats membres, est l'une des priorités de la présidence française du conseil de l'UE qui espère le faire adopter avant l'été.

Au 1er janvier 2022, parmi les 21 pays de l'UE qui disposent d'un salaire minimum, treize sont sous le seuil des 1.000 euros mensuels (avant impôt et contributions sociales). Les plus faibles sont enregistrés en Bulgarie (332 euros par mois), en Lettonie (500) et en Roumanie (515), a indiqué l'office européen des statistiques dans un communiqué.

Seuls six pays disposent d'un salaire minium mensuel supérieur à 1.500 euros, les plus élevés étant au Luxembourg (2.257), en Irlande (1.775) et aux Pays-Bas (1.725). L'Allemagne (1.621) et la France (1.603) arrivent juste derrière la Belgique (1.658).

Les écarts se réduisent nettement, une fois prises en compte les différences de coût de la vie entre pays. En parité de pouvoir d'achat, le salaire minimum est évalué à 604 euros en Bulgarie, contre 1.707 au Luxembourg, soit tout de même un écart de 1 à 3.

Le projet de directive de Bruxelles prévoit des règles visant à favoriser l'augmentation des salaires minimums là où ils existent, mais ne fixe pas de seuil européen uniforme. Il n'obligera pas non plus à introduire un salaire minimum dans les six pays de l'UE qui n'en disposent pas (Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Italie, Suède).