Accord de libre-échange entre le Royaume Uni et trois pays européens

Un fleuriste dans l'est de Belfast, le 19 mai 2021, où des problèmes sont survenus depuis le « protocole » post-Brexit avec des graines et des plantes du Royaume-Uni qui s'avèrent plus difficiles à obtenir. (Paul Foi/AFP)
Un fleuriste dans l'est de Belfast, le 19 mai 2021, où des problèmes sont survenus depuis le « protocole » post-Brexit avec des graines et des plantes du Royaume-Uni qui s'avèrent plus difficiles à obtenir. (Paul Foi/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 04 juin 2021

Accord de libre-échange entre le Royaume Uni et trois pays européens

Un fleuriste dans l'est de Belfast, le 19 mai 2021, où des problèmes sont survenus depuis le « protocole » post-Brexit avec des graines et des plantes du Royaume-Uni qui s'avèrent plus difficiles à obtenir. (Paul Foi/AFP)
  • Depuis la sortie du Royaume-Uni de l'UE, le gouvernement de Boris Johnson a pour projet, qualifié de "Global Britain", de négocier des accords commerciaux dans le monde, qui seront selon lui plus avantageux que ceux négociés par l'UE
  • Londres a déjà obtenu des accords avec l'UE, Singapour et le Japon, et est en discussions avec l'Australie, les États-Unis, l'Inde et la Nouvelle-Zélande. Des négociations vont aussi débuter avec le Canada et le Mexique

LONDRES : Le Royaume-Uni a annoncé vendredi un accord de libre-échange avec trois pays européens --la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein--, qui constitue une nouvelle étape dans son ambition de renforcer son rayonnement commercial après le Brexit.

L'accord conclu avec ces trois pays qui ne sont pas membres de l'Union européenne mais y sont étroitement liés via leur appartenance à l'Espace économique européen (EEE) porte sur un volume d'échanges de 21,6 milliards de livres en 2020.

Il va entraîner "un essor majeur de notre commerce" avec les trois autres États, a affirmé la ministre britannique du Commerce, Liz Truss, dans un communiqué.

Depuis la sortie du Royaume-Uni de l'UE, le gouvernement de Boris Johnson a pour projet, qualifié de "Global Britain", de négocier des accords commerciaux dans le monde, qui seront selon lui plus avantageux que ceux négociés par l'UE.

Londres a déjà obtenu des accords avec l'UE, Singapour et le Japon, et est en discussions avec l'Australie, les Etats-Unis, l'Inde et la Nouvelle-Zélande. Des négociations vont aussi débuter avec le Canada et le Mexique.

Celui dévoilé vendredi va "dynamiser des secteurs importants comme le numérique, faire baisser les droits de douane sur des produits alimentaires et denrées agricoles britanniques de haute qualité et soutenir les emplois partout dans le pays", s'est félicité le ministère du Commerce.

Couvrant pour l'essentiel les échanges avec la Norvège, l'accord prévoit notamment une réduction des droits de douane, qui peuvent aujourd'hui atteindre 277%, pour les exportateurs de certains fromages cheddar vers le pays nordique.

Il comprend aussi des réductions des taux dans le porc, les volailles, certains poissons et crustacés et "aide à préserver 18.000 emplois" dans la pisciculture.

La Norvège de son côté a souligné que l'accord n'entraînerait pas une augmentation des quotas de bœuf et de fromages britanniques, apaisant ainsi a priori les peurs des producteurs nationaux alors que le gouvernement de centre droit fait face à des élections législatives qui se présentent mal en septembre.

Le pays nordique sécurise ainsi l'accès à son premier marché, hors UE, le Royaume-Uni absorbant 22% de ses exportations, y compris beaucoup de gaz naturel et de poisson.

Parmi les autres avancées, le texte prévoit des procédures électroniques plutôt que formulaires papier pour les échanges commerciaux, un plafonnement des frais d'itinérance téléphonique ("roaming") ou encore une reconnaissance mutuelle des formations de certains emplois qualifiés (infirmier, vétérinaire, avocat...).

La deuxième meilleure option

En prévision du Brexit, le Royaume-Uni, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein avaient signé un accord temporaire leur permettant de continuer à échanger leurs marchandises librement.

Mais un accord permanent et plus étendu, incluant notamment les services et les marchés publics, restait à conclure.

Lors d'une conférence de presse à Oslo, la Première ministre norvégienne, Erna Solberg, a salué "l'accord de libre échange le plus vaste que nous ayons jamais conclu".

Europhile dans un pays qui a rejeté à deux reprises d'adhérer à l'UE, Mme Solberg a toutefois souligné qu'"un accord de libre échange ne sera pas aussi satisfaisant que l'accord EEE".

Avec le Brexit, le Royaume-Uni a aussi quitté cet espace qui garantit la libre circulation des personnes, des marchandises, des services et des capitaux entre l'UE et la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein.

"Un accord de libre échange veut dire plus de bureaucratie et des coûts accrus pour les entreprises et les citoyens, et est moins dynamique par rapport à ce qu'on a via l'EEE", a fait valoir Mme Solberg.

"L'accord ne supprime pas tous les obstacles au commerce non plus. Certains ne sont pas résolus", a-t-elle ajouté.

Le texte doit encore être approuvé par le Parlement norvégien, où le gouvernement de Mme Solberg est minoritaire.

A Reykjavik, le ministre islandais des Affaires étrangères, Guðlaugur Thór Thórdarson, s'est quant à lui félicité "d'un accord historique qui marque un tournant dans les relations entre les pays".

"Le Royaume-Uni est l'un des marchés d'exportation les plus importants de l'Islande et, en raison des liens étroits entre les deux pays, il a été jugé extrêmement important de conclure un futur accord avec le Royaume-Uni à ce stade", a-t-il dit dans un communiqué.


La BCE va entamer la «seconde mi-temps» de sa politique monétaire, selon Villeroy de Galhau

François Villeroy de Galhau, patron de la Banque de France (Photo, AFP).
François Villeroy de Galhau, patron de la Banque de France (Photo, AFP).
Short Url
  • La BCE a relevé brusquement ses taux directeurs depuis juillet afin de lutter contre une inflation qui atteint des records
  • Actuellement, le taux principal s'élève à 1,5%

PARIS: Pour le patron de la Banque de France François Villeroy de Galhau, il est temps pour la Banque centrale européenne d'entamer la "seconde mi-temps" de sa politique monétaire, et de procéder à partir de janvier à des hausses de taux directeurs plus "flexibles".

La BCE a relevé brusquement ses taux directeurs depuis juillet afin de lutter contre une inflation qui atteint des records en zone euro: 10,6% en octobre.

Le patron de la Banque de France estime qu'à la réunion de la BCE "du 15 décembre, nous devrions terminer la première mi-temps, de normalisation" de la politique monétaire, après plusieurs années de taux exceptionnellement bas, proches de zéro voire négatifs depuis 2016.

"Nous discuterons autour de Christine Lagarde (la présidente de la BCE, ndlr) et je pense que la bonne mesure serait de relever les taux d'intérêt pour arriver autour de 2%, un taux plus normal au regard des niveaux passés", a-t-il déclaré lors d'une émission de la chaîne d'information en continu LCI.

Actuellement, le taux principal s'élève à 1,5%. M. Villeroy de Galhau se positionne donc en faveur d'un relèvement des taux de 0,50 point de pourcentage à l'issue de la prochaine réunion de décembre.

Pour lui, la réunion de décembre sera "un point d’inflexion, pas un point d’arrêt". Il imagine ensuite une "deuxième mi-temps où les hausses de taux vont continuer, mais à un rythme moins rapide et plus flexible --disons des passes plus courtes", a-t-il expliqué pour filer la métaphore footballistique, tandis que l'équipe de France disputait dans le même temps un match contre la Pologne pour accéder au quart de finale de la Coupe du Monde.

Il a aussi évoqué la réduction du bilan de la BCE, c'est-à-dire la réduction des achats d'actifs sur les marchés financiers par l'institution.

Ces "injections de liquidités dans l'économie" ont été fortement "augmentées en 2021" puis "stabilisées en 2022". "Nous discuterons le 15 décembre de les réduire (...), mais il faut le faire prudemment et progressivement", selon le patron de la Banque de France.


La croissance du commerce d'armes ralentie par des problèmes d'approvisionnement, selon un rapport

Les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars en 2021 (Photo, Reuters).
Les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars en 2021 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Les problèmes d'approvisionnement devraient s'aggraver avec la guerre en Ukraine
  • Dans le même temps, les ventes des huit plus grandes entreprises chinoises d'armement ont grimpé de 6,3% en 2021

STOCKHOLM: La vente d'armes et de services destinés au secteur militaire a augmenté en 2021, toutefois affectée par des problèmes d'approvisionnement liés à la pandémie et la guerre en Ukraine qui devrait à la fois amplifier ces difficultés et stimuler la demande, selon un nouveau rapport publié lundi.

Selon le rapport de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), les 100 plus grandes entreprises d'armement ont vendu des armes et des services destinés au secteur militaire pour un total de 592 milliards de dollars (environ 562 milliards d'euros) en 2021, soit une augmentation de 1,9% par rapport à 2020.

Cette croissance a cependant été sévèrement affectée par des problèmes généralisés sur la chaîne d'approvisionnement.

"L'impact durable de la pandémie commence vraiment à se manifester dans les entreprises d'armement", a déclaré à l'AFP Nan Tian, chercheur au SIPRI et co-auteur du rapport.

Des problèmes en termes de pénurie de main-d'œuvre et d'approvisionnement en matières premières ont "ralenti la capacité des entreprises à produire des systèmes d'armement et de les livrer à temps".

"Ce que l'on voit réellement, c'est une croissance possiblement plus lente que ce que beaucoup avait prévu dans la vente des armes en 2021", a-t-il souligné.

Les problèmes d'approvisionnement devraient s'aggraver avec la guerre en Ukraine, notamment "parce que la Russie est un grand fournisseur de matières premières utilisées dans la production d'armes", selon les auteurs du rapport, mais aussi parce que ce conflit a entraîné une hausse de la demande.

Il reste pourtant difficile d'évaluer le niveau de cette hausse selon Nan Tian, qui dépend à la fois du besoin des pays ayant aidé l'Ukraine avec des armes de reconstituer leurs stocks et de l'aggravation de l'environnement sécuritaire, signifiant que "les pays cherchent à se procurer plus d'armes".

Bien que les entreprises américaines dominent toujours le marché mondial de la production d'armes, représentant plus de la moitié des ventes globales (soit 299 milliards de dollars), les États-Unis sont la seule région dans le monde ayant connu une baisse de ses ventes par rapport à 2020.

Parmi les cinq plus grosses entreprises du marché - Lockheed Martin, Raytheon Technologies, Boeing, Northrop Grumman et General Dynamics - seule Raytheon a vu ses ventes croître.

Dans le même temps, les ventes des huit plus grandes entreprises chinoises d'armement ont grimpé de 6,3% en 2021, à 109 milliards de dollars.

Les entreprises européennes, qui représentent maintenant 27 des 100 plus grandes entreprises, totalisent un chiffre d'affaires de 123 milliards de dollars, soit une hausse de 4,2% par rapport à 2020.

Le rapport note également une tendance chez les sociétés d'investissement privé à acheter des entreprises d'armement, une évolution que les auteurs du rapport estiment plus visible ces trois ou quatre dernières années.

Selon eux, cette tendance menace de rendre l'industrie de l'armement plus opaque et donc plus difficile à tracer.

"Car ces sociétés d'investissement privé vont acheter ces entreprises et pratiquement plus produire de données financières publiques", explique Mr Tian.


Subventions américaines: UE et Etats-Unis doivent «se coordonner»

Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Le ministre français de l'Industrie Roland Lescure s'exprime lors d'une session de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, à Paris, le 29 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'UE doit prendre des mesures de «rééquilibrage» pour aplanir les «distorsions» de concurrence causées par l'IRA
  • Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables

PARIS: Europe et Etats-Unis doivent "se coordonner" pour éviter une coûteuse course aux subventions et jouer sur un pied d'égalité, a estimé dimanche le ministre français de l'Industrie, interrogé sur l'Inflation Reduction Act (IRA) américain, critiqué par Emmanuel Macron lors de sa visite aux Etats-Unis.

"Il faut que l'on évite la course à l'échalote (...) des subventions maximales qui font qu'on se retrouve en concurrence au détriment de nos finances publiques", a déclaré Roland Lescure au cours de l'émission Questions politiques de France Inter/France Télévisions/Le Monde.

"Il faut que la concurrence soit forte et loyale, donc on a besoin de se coordonner pour s'assurer qu'on est sur un terrain de jeu qui est juste", en ce qui concerne notamment les subventions à l'installation d'usines, a-t-il poursuivi.

L'Union européenne s'inquiète depuis plusieurs mois des effets de l'IRA, plan de 420 milliards de dollars du président américain Joe Biden largement consacré au climat et adopté l'été dernier, au cœur d'une visite officielle d'Emmanuel Macron outre-Atlantique ces derniers jours.

Ce plan prévoit entre autres des réformes favorisant les entreprises implantées aux Etats-Unis, notamment dans les secteurs des véhicules électriques, des batteries, de la tech, des énergies renouvelables ou encore de l'hydrogène.

Si une usine qui s'installe en France a bien des subventions, "le problème c’est l'échelle de niveaux, bien plus importants aux Etats-Unis qu'en Europe" avec des "dispositions un peu plus rapides et efficaces que les nôtres", constate le ministre.

Et concernant les subventions à l'achat, pour "un véhicule électrique aux Etats-Unis vous avez 7 000 dollars de prime mais il faut qu’il soit américain jusqu’au circuit électrique", "en France vous avez 6 000 ou 7 000 euros selon votre niveau de revenu et le véhicule peut venir de Chine", fait-il remarquer, ajoutant que sur ce point Europe et Etats-Unis étaient "déjà en train de discuter" de possibles exemptions.

"On a été naïf, il y a aujourd'hui en Chine et aux Etats-Unis des dispositions qu'il faut qu'on intègre dans notre politique européenne", a déclaré M. Lescure, soulignant notamment le peu de critères permettant de "privilégier les achats européens" pour les appels d'offres publics.

"Sans fermer les frontières" afin de préserver les marchés de l'Europe, plus exportatrice que les Etats-Unis, ajoute-t-il.

L'UE doit prendre des mesures de "rééquilibrage" pour aplanir les "distorsions" de concurrence causées par l'IRA, a estimé dimanche la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, tandis que le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, appelait à la création d'un "fonds européen de souveraineté pour soutenir des projets industriels".