Assemblée: la majorité cherche à sécuriser le prix payé aux agriculteurs

Le ministre français de l'Agriculture Julien Denormandie s'exprime lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris (AFP)
Le ministre français de l'Agriculture Julien Denormandie s'exprime lors d'une séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale à Paris (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 22 juin 2021

Assemblée: la majorité cherche à sécuriser le prix payé aux agriculteurs

  • Du côté des agriculteurs, le syndicat majoritaire FNSEA accueille favorablement l'initiative, tout en appelant à renforcer ses dispositions
  • A l'inverse, industriels transformateurs et distributeurs affichent leurs réticences

PARIS : Comment assurer de meilleurs revenus aux agriculteurs? Moins de trois ans après la loi Alimentation, un nouveau texte porté par la majorité arrive à l'Assemblée jeudi afin de renforcer leur pouvoir dans les négociations avec les industriels et les supermarchés.

Objectif: compléter l'arsenal de la loi Alimentation ou "Egalim" votée en 2018, qui a notamment encadré les promotions et relevé le seuil de revente à perte afin d'enrayer la course aux prix bas en magasins, mais qui n'a pas tenu ses promesses en termes de rémunération pour les agriculteurs.

La proposition de loi du député Grégory Besson-Moreau (LREM, Aube), soutenue par le gouvernement, va être examinée en séance publique jeudi, après avoir été adoptée le 16 juin en commission des affaires économiques.

Elle prévoit de généraliser les contrats écrits entre l'agriculteur et l'entreprise qui va transformer ses produits, sur trois ans minimum, en tenant compte des coûts de production. Et de rendre "non négociable", entre l'industriel et le distributeur, la part du prix correspondant au coût des matières premières agricoles.

«Aveu d'échec»

Le but est de "protéger les trois acteurs", a plaidé M. Besson-Moreau auprès de l'AFP. "Les agriculteurs et leur rémunération, bien sûr, mais aussi les industriels" qui vont pouvoir répercuter le prix de la matière première agricole sur les acheteurs de la grande distribution. Quant à cette dernière, "elle sera certaine que le prix proposé par les industriels rémunère bien les agriculteurs".

"La juste rémunération des agriculteurs est l'enjeu le plus important de l'agriculture. Elle sous-tend toutes les questions agricoles: souveraineté alimentaire, renouvellement des générations, transition vers des modèles plus vertueux", a-t-il insisté devant la commission des affaires économiques.

Au nom du groupe Les Républicains (LR), le député Julien Dive a affirmé que le texte sonnait "l'aveu d'échec" d'Egalim: "Le constat est implacable. Depuis Egalim, la rémunération des agriculteurs n'a pas augmenté".

Pour Dominique Potier (groupe socialiste), le nouveau texte est encore "loin du compte", en raison d'un "rapport de force économique qui est totalement déséquilibré".

Du côté des agriculteurs, le syndicat majoritaire FNSEA accueille favorablement l'initiative, tout en appelant à renforcer ses dispositions.

«Soutien total»

A l'inverse, industriels transformateurs et distributeurs affichent leurs réticences.

Les grandes organisations défendant les intérêts des premiers (Ania, Coopération Agricole, FEEF et Ilec) "saluent l'ambition de mettre fin à cette guerre des prix" mais redoutent que leurs professions soient prises en étau entre les distributeurs et les producteurs. Elles veulent que leurs propres coûts soient aussi "sanctuarisés".

De son côté, la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) plaidait en mai que "la grande distribution alimentaire est loin d'être le premier débouché des exploitants agricoles" et que "la part de la +négociation annuelle+ avec la grande distribution est marginale dans les revenus des exploitants agricoles".

Moins ouvertement, des acteurs mettent aussi en garde contre le risque de voir des entreprises s'approvisionner davantage à l'étranger si les prix des matières premières agricoles françaises sont déconnectés du marché.

La Fédération française des spiritueux (FFS) a enfin déclaré à l'AFP soutenir "l'objectif" de la loi visant "à préserver le revenu du producteur agricole".

Elle précise toutefois que, "compte tenu du procédé de vieillissement très long" pour elle, il n'y a "pas de réelle corrélation entre le prix de nos matières premières agricoles" à l'achat, et le prix de revente aux consommateurs.

A ses yeux, l'interdépendance entre les deux, prévue par le projet de loi, "pourrait en définitive se révéler nuisible pour tous les opérateurs de la filière".


Londres supprime la quarantaine pour les voyageurs vaccinés venant de France métropolitaine

Le Royaume-Uni déplore plus de 130 000 morts depuis le début de la pandémie. (Photo, AFP)
Le Royaume-Uni déplore plus de 130 000 morts depuis le début de la pandémie. (Photo, AFP)
Short Url
  • Londres lève ainsi une mesure dénoncée comme «discriminatoire» par Paris
  • L'hexagone retrouve ainsi la liste orange classique, qui n'impose une quarantaine comprise entre cinq et 10 jours qu'aux voyageurs qui ne sont pas vaccinés

LONDRES: Le gouvernement britannique a annoncé mercredi soir la suppression à partir de dimanche de la quarantaine imposée aux voyageurs vaccinés contre le coronavirus arrivant en Angleterre en provenance de France métropolitaine.

Londres lève ainsi une mesure dénoncée comme "discriminatoire" par Paris, imposée il y a trois semaines, que le gouvernement de Boris Johnson avait justifiée par la présence "persistante" du variant Beta en France.

Elle excluait la France d'un assouplissement des règles britanniques, qui permet depuis peu d'exempter de quarantaine les voyageurs en provenance de pays classés en orange s'ils sont vaccinés avec un sérum approuvé par les régulateurs américain et européen.

L'hexagone retrouve ainsi la liste orange classique, qui n'impose une quarantaine comprise entre cinq et 10 jours qu'aux voyageurs qui ne sont pas vaccinés.

En revanche, l'île de la Réunion et Mayotte, où le variant Beta initialement identifié en Afrique du Sud voisine est présent, sont classées en rouge, réservant aux seuls résidents britanniques la possibilité de rentrer en Angleterre, au prix d'une coûteuse quarantaine à l'hôtel obligatoire de 10 jours. Le Mexique et la Géorgie subissent le même sort.

L'Espagne, première destination pour les vacanciers britanniques, échappe à la liste rouge et reste en orange.

Inde, Barhein, le Qatar et les Émirats arabes unis quittent la liste rouge pour être classés en orange.

Sept pays, parmi lesquels l'Allemagne, rejoignent la liste verte, ne nécessitant qu'un test négatif avant le départ et un test au deuxième jour.

"Nous sommes déterminés à ouvrir les voyages internationaux en toute sécurité", a déclaré le ministre britannique des Transports Grant Shapps dans un communiqué. "Bien que nous devions continuer à être prudents, les changements d'aujourd'hui rouvrent un éventail de destinations de vacances à travers le monde, ce qui est une bonne nouvelle pour le secteur et les voyageurs", a-t-il ajouté.

Les règles fixées par le gouvernement britannique ne concernent que l'Angleterre, mais les gouvernements locaux d'Écosse, du Pays de Galles et d'Irlande du Nord adoptent généralement les mêmes mesures.

Figurant parmi les pays les plus durement touchés en Europe, le Royaume-Uni déplore plus de 130 000 morts depuis le début de la pandémie.


Positif à la Covid-19, le rappeur Akhenaton a été hospitalisé à Marseille

Akhenaton, membre du groupe IAM. (Photo, AFP)
Akhenaton, membre du groupe IAM. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le fondateur du groupe IAM serait rentré chez lui ce mercredi après-midi
  • Le groupe IAM a été contraint d’annuler plusieurs dates de concert, à la suite de l'apparition d’un cas de Covid-19 au sein des membres du groupe

CASABLANCA: Le rappeur Akhenaton, leader du groupe légendaire IAM, a été admis, dimanche dernier aux urgences de l'hôpital de la Timone, à Marseille, pour détresse respiratoire. 

Testé positif à la Covid-19, il a été admis dans l'unité de médecine aiguë polyvalente, rapporte BFM Marseille Provence.

Selon le média, la famille de l’artiste aurait confirmé l’exactitude de ces informations, se gardant toutefois de faire un commentaire.

La même source affirme que le fondateur du groupe IAM serait rentré chez lui ce mercredi après-midi.

Le groupe IAM a par ailleurs été contraint d’annuler plusieurs concerts à la suite de l'apparition d’un cas de Covid-19 au sein de ses membres. L'identité de la personne contaminée n’a pas été révélée par le groupe.

Akhenaton avait, en juillet, pris position publiquement: «Je le redis, avec le groupe IAM, nous sommes contre le pass sanitaire et contre la vaccination obligatoire, à l'usure ou non, dans le cas des soignants ou d'autres métiers», avait-il notamment déclaré dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

 


Le pass sanitaire, «discriminatoire» selon Médecins du Monde

MDM se prononce «contre le pass sanitaire tant que chacun n’aura pas un accès effectif à la vaccination». (Photo, AFP)
MDM se prononce «contre le pass sanitaire tant que chacun n’aura pas un accès effectif à la vaccination». (Photo, AFP)
Short Url
  • L'organisation de solidarité médicale cite le cas des personnes «exclues du soin» ou faisant face à la «fracture numérique ou aux barrières administratives»
  • Le gouvernement a demandé mardi aux préfets et directeurs généraux d'ARS d'accélérer sa politique du «aller vers» pour la vaccination des demandeurs d'asile et réfugiés précaires

MONDE: L'ONG Médecins du Monde (MDM) a condamné mercredi le principe d'un pass sanitaire en France qu'elle juge "discriminatoire", appelant à un accès "sans entraves" des personnes les plus précaires à la vaccination.  

Dans un communiqué, MDM se prononce "contre le pass sanitaire tant que chacun n’aura pas un accès effectif à la vaccination".

Sur le fond du projet de loi, sur lequel le Conseil constitutionnel doit se prononcer jeudi, Médecins du Monde estime que le pass sanitaire est une "obligation vaccinale déguisée, discriminant les non vaccinés".

"Médecins du Monde refuse toute forme d'opposition et d’inégalité de droits entre personnes vaccinées et non vaccinées, toute forme d’obligation de contrôle par les employeurs, toute entrave à la circulation des personnes ou à leur accès aux lieux de soins, administratifs, ou de culture", insiste sa présidente, Carine Rolland, médecin généraliste de profession.

L'organisation de solidarité médicale cite le cas des personnes "exclues du soin" ou faisant face à la "fracture numérique ou aux barrières administratives", notamment les personnes sans domicile fixe, migrantes, travailleuses du sexe ou mineures non accompagnées.

Le gouvernement a demandé mardi aux préfets et directeurs généraux d'ARS d'accélérer sa politique du "aller vers" pour la vaccination des demandeurs d'asile et réfugiés précaires, réitérant son objectif fixé le 5 juillet de tous les vacciner "d'ici fin août".

Citant la position à ce sujet de la Défenseuse des droits, MDM se dit également inquiète d'un "risque de glissement vers des pratiques de surveillance sociale généralisée". 

Le projet de loi anti-Covid, qui a été adopté définitivement le 25 juillet par le Parlement, rend obligatoire la vaccination des personnels des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, des sapeurs-pompiers, de certains militaires, ainsi que des professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile.

Une extension du pass sanitaire y est également prévue pour le 9 août. Il est déjà appliqué dans les lieux culturels et de loisirs depuis le 21 juillet.