Régionales: l'abstention reste record au second tour, léger rebond en Paca

Thierry Mariani, candidat RN en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA)  vote à Le Pontet, dans le sud de la France. (AFP)
Thierry Mariani, candidat RN en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) vote à Le Pontet, dans le sud de la France. (AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 27 juin 2021

Régionales: l'abstention reste record au second tour, léger rebond en Paca

  • Des 13 régions métropolitaines, la Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca) est la seule à connaître un duel qui s'annonce serré, entre les frères ennemis Thierry Mariani (ex-LR devenu RN) et Renaud Muselier (LR), après un premier qui a favorisé les sortants LR
  • A midi, seuls 12,66% des quelque 48 millions d'électeurs de France métropolitaine se sont rendus aux urnes, dans un contexte de crise sanitaire et de protocole strict (masque, gel, distance de sécurité)

PARIS : L'abstention record du premier tour des régionales et départementales semble se confirmer au second tour dimanche à midi, sauf en Corse, avec un léger rebond en Paca où le RN espère emporter la première région de son histoire, à un an de la présidentielle.

Des 13 régions métropolitaines, la Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca) est la seule à connaître un duel qui s'annonce serré, entre les frères ennemis Thierry Mariani (ex-LR devenu RN) et Renaud Muselier (LR), après un premier qui a favorisé les sortants LR et PS.

A midi, seuls 12,66% des quelque 48 millions d'électeurs de France métropolitaine se sont rendus aux urnes, dans un contexte de crise sanitaire et de protocole strict (masque, gel, distance de sécurité).

Cette faible mobilisation confirme les craintes d'une abstention record déjà enregistrée au premier tour (66,72%, et 41,59% au second tour en 2015) pour ce double scrutin placé à 10 mois de la présidentielle. 

"Ne pas voter c'est un déni de démocratie", estime Thierry, un septuagénaire, devant son bureau de vote du Ve arrondissement de Marseille. "Je trouve dommage l'abstention du premier tour, mais peut-être que les jeunes ont besoin d'alternative...", avance-t-il.

Dans un bureau de vote de Strasbourg, les électeurs, quasiment exclusivement des retraités, arrivent au compte-goutte à l'ouverture. 

Alors qu'une polémique sur les ratés de l'acheminement des professions de foi des candidats a entaché le premier tour, Anne-Françoise, 66 ans, se plaint de ne pas les avoir reçues "une fois encore". "C'est peut-être lié à la situation globale, avec la pandémie et tout ça, mais ce qui est sûr c'est que ça ne donne pas envie d'aller voter", déplore-t-elle.

L'abstention "ne peut que nous interroger. Qu'est-ce qui fait qu'on n'arrive pas à intéresser les électeurs ?", s'interroge pour sa part Françoise Schaetzel, 69 ans, une élue présidente du bureau de vote.

Comme d'autres abstentionnistes, Hélène Débotte, 31 ans, qui n'a pas reçu non plus le matériel de vote, "ne sait pas vraiment à quoi ça sert". Mais elle ira aux urnes pour la présidentielle: "C'est plus clair, les enjeux, les grandes lignes".  

 

- Alliances locales -

 

La mobilisation, même légèrement supérieure, ne devrait pas "bouleverser le rapport de forces établi au premier tour", anticipe Romain Pasquier, directeur de recherche au CNRS: flop de la majorité macroniste, prime aux sortants PS-LR, RN bien en deçà des prévisions des sondeurs et "front républicain" - ou pas - face à lui, ambitions élyséennes aiguisées à droite. 

Si les politologues soulignent une défiance des électeurs envers la classe politique qui semble bien ancrée, les Français ne manquent pourtant pas de choix pour désigner les 13 exécutifs régionaux métropolitains, chargés de nombreux aspects de leur vie quotidienne (transports, bâtiments scolaires, accompagnement des entreprises...).

Trois triangulaires (Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Hauts-de-France), sept quadrangulaires (Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire, Grand-Est, Ile-de-France, Normandie, Pays de la Loire, Corse), et même deux quinquangulaires (Bretagne, Nouvelle-Aquitaine) sont au rendez-vous.

Après d'intenses tractations entre états-majors des partis, les alliances locales apparaissent à géométrie variable: gauche et écologistes unis en Ile-de-France, Centre-Val de Loire, Bourgogne-Franche-Comté, mais pas en Bretagne ni en Nouvelle-Aquitaine par exemple.

La droite classique, promise au néant entre le RN et LREM, est sortie du premier tour soulagée, portant encore beau dans les régions qu'elle détient.

Mais elle pourrait se retrouver dimanche soir face à son vieux démon: devoir départager les ambitions nationales de trois présidents de région sortants en pole position dans leurs baronnies, Xavier Bertrand (Hauts-de-France), Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes) et Valérie Pécresse (Ile-de-France).

Quinquangulaires 

A gauche, un PS à l'étiage dans les scrutins nationaux sort lui aussi requinqué du premier tour, avec notamment ses présidents sortants Carole Delga (Occitanie), Alain Rousset (Nouvelle-Aquitaine) ou Loïg Chesnay-Girard (Bretagne) bien placés.

L'arithmétique complexe du mode de scrutin pourrait toutefois compliquer le résultat dans ces deux dernières régions où se déroulent des quinquangulaires: si la prime à la liste arrivée en tête (un quart des sièges à pourvoir) n'est pas suffisante pour obtenir une majorité, des alliances devront se former.

Les écologistes, alliés à la gauche, lorgnent une possibilité de victoire dans les Pays de la Loire, où leur candidat Matthieu Orphelin (ex-LREM) affronte la sortante LR Christelle Morançais.

Quant à la majorité présidentielle, absente au premier tour en Paca, éliminée dans les Hauts-de-France ou en Occitanie, elle est à la traîne dans les régions où elle est encore en lice.

Dans l'ombre des régionales, les départementales ont été logiquement marquées par une abstention massive équivalente au premier tour, et des équipes sortantes issues des partis de droite et de gauche largement en tête.

Le RN espère toutefois progresser dans les Pyrénées-Orientales dont il dirige le chef-lieu Perpignan. Le PCF est, lui, en situation difficile dans son fief du Val-de-Marne.

Outre-mer, ce second tour concerne La Réunion, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et Mayotte, suivant leur organisation territoriale propre.


Mondial-2022: sur les traces de Jules Koundé, défenseur humain et engagé

Le défenseur français #05 Jules Kounde dirige le ballon aux côtés du défenseur danois #05 Joakim Maehle lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo de FRANCK FIFE / AFP)
Le défenseur français #05 Jules Kounde dirige le ballon aux côtés du défenseur danois #05 Joakim Maehle lors du match de football du groupe D de la Coupe du monde Qatar 2022 entre la France et le Danemark au stade 974 de Doha le 26 novembre 2022. (Photo de FRANCK FIFE / AFP)
Short Url
  • Il a beau être né à Paris, c'est à Landiras, petite commune rurale de 2000 âmes du Sauternais à une quarantaine de kilomètres de Bordeaux où sa mère, postière, a atterri au début des années 2000, que Koundé a usé ses premiers shorts
  • Pour éviter qu'il imite d'autres jeunes du club, partis trop tôt dans des contrées plus huppés de l'agglomération bordelaise pour finalement échouer, La Brède contacte directement les Girondins début 2013 afin qu'ils l'observent

LANDIRAS: Véritable enfant de la balle, le défenseur Jules Koundé s'est construit humainement et socialement en Gironde, sans griller les étapes mais avec la ferme intention d'atteindre le plus haut niveau, jusqu'à rejoindre Barcelone et l'équipe de France, qui pourrait l'aligner dimanche en huitièmes du Mondial-2022.

Il a beau être né à Paris, c'est à Landiras, petite commune rurale de 2000 âmes du Sauternais à une quarantaine de kilomètres de Bordeaux où sa mère, postière, a atterri au début des années 2000, que Koundé a usé ses premiers shorts.

Après l'école, son quotidien était ce mur de frappes "où il faisait ses gammes" se souvient Bernard Ricaud, 78 ans dont plus d'un demi-siècle passé comme secrétaire de la Fraternelle de Landiras qui jusque-là avait amené deux joueurs du cru (Philippe Lagardère et Thierry Labarthe) aux portes du professionnalisme dans les années 1980.

"Je suis voisin du stade et je voyais ce petit aux moyens athlétiques au dessus des autres sauter la barrière. La clôture ne lui faisait pas peur pour aller sur les terrains d'entraînement", poursuit celui qui lui a fait signer sa première licence à six ans.

"Il était dans son petit coin, au mur de frappes, c'est là qu'il a acquis ses qualités techniques".

Poli, respectueux et sérieux, Koundé progresse à vue d'œil et fait naturellement l'objet de convoitises. Après cinq saisons à Landiras et une autre à Cérons non loin de là, il est repéré à onze ans par un éducateur U13 du FC La Brède, club formateur reconnu du Sud-Gironde.

«Intelligence de jeu»

"Il était tranquille, ne faisait pas de bruit mais lorsqu'il se mettait à jouer on sentait une différence, raconte Tony Gomez, le président brèdois. Il pouvait jouer un peu partout. Quand on perdait, on le faisait monter devant pour marquer des buts. Mais manque de pot, comme il n'était plus derrière, on en prenait d'autres (rires)".

"Jules avait déjà une détente, il sautait plus haut que les autres malgré sa taille (1,78 m aujourd'hui) et avait ses enjambées que l'on voit sur le terrain à l'heure actuelle".

Pour éviter qu'il imite d'autres jeunes du club, partis trop tôt dans des contrées plus huppés de l'agglomération bordelaise pour finalement échouer, La Brède contacte directement les Girondins début 2013 afin qu'ils l'observent.

Du gagnant-gagnant. Koundé rejoint l'équipe au scapulaire à 15 ans, fort déjà "d'une intelligence de jeu", "dans l'art d'anticiper" selon ses différents éducateurs qui le décrivent comme "passionné et gros travailleur".

"C'était peut-être pas le meilleur au début, pas celui qui scintillait le plus mais il a beaucoup écouté, observé et bossé, gagnant en masse, en galbe, avec cette rage de vaincre", décrit Paul Frey, employé du club bordelais.

Sa progression est linéaire et la reconnaissance logique avec le brassard de capitaine de +la génération dorée+ qu'il compose avec Gaëtan Poussin, Aurélien Tchouaméni et Zaydou Youssouf, championne de France U19 en 2017.

Ouvert sur le monde, fidèle à son terroir

Bac avec mention en poche, la tête sur les épaules avec la +cool-attitude+, il débute en pro en janvier 2018 et charme rapidement son nouvel entraîneur Gustavo Poyet. "L'émergence de Jules, c'est incroyable. On a un joueur, il est là pour des années", s'enthousiasme le technicien uruguayen.

Jules reste simple, "il a gardé sa C3 grise qui traînait sur le parking des pros, c'était marrant", sourit Paul Frey qui le côtoie alors au quotidien. "Il est assez vif d'esprit, se positionne pas mal sur certains sujets de société, est assez cultivé et engagé, poursuit-il. A son domicile, ce qui m'avait marqué, c'est qu'il y avait beaucoup de livres et il regardait beaucoup de films en anglais, en VO".

Une ouverture d'esprit confirmée dans L'Équipe par son agent Jonathan Kébé: "Il regarde tout ce qui se passe dans le monde et partage (sur les réseaux sociaux) ce qu'il ressent sans se soucier des retours. S'il n'était pas footballeur, il aurait opté pour Science Po".

Malgré son départ pour Séville en 2019 puis Barcelone l'été dernier, Koundé (24 ans) est resté fidèle à son terroir.

"Un dimanche quand il était encore à Séville, se remémore Tony Gomez, l'équipe C de La Brède qui joue en district se déplaçait à Illats, un village voisin. +Oh! Regardez il y a Jules+ se retournaient les gens d'Illats. Il venait voir jouer ses copains, ses amis qui sont toujours les mêmes. Il peut leur prêter sa maison, faire plein de choses comme ça... C'est Jules, une bonne personne."


Macron se rend à La Nouvelle-Orléans pour célébrer la francophonie

«À La Nouvelle-Orléans, en terre francophone s'il en est», le président Macron a fait savoir qu'il annoncerait une initiative «ambitieuse»: «le fonds "French For All", pour soutenir l'apprentissage du français partout où il est en jeu aux Etats-Unis» (Photo, AFP).
«À La Nouvelle-Orléans, en terre francophone s'il en est», le président Macron a fait savoir qu'il annoncerait une initiative «ambitieuse»: «le fonds "French For All", pour soutenir l'apprentissage du français partout où il est en jeu aux Etats-Unis» (Photo, AFP).
Short Url
  • Jadis française, «New Orleans» fut vendue aux Etats-Unis par Napoléon Bonaparte en 1803
  • Le chef de l'Etat va donc «célébrer un patrimoine franco-américain» mais aussi «rendre hommage à la résilience d'une grande ville américaine» endeuillée par l'ouragan Katrina

WASHINGTON: Emmanuel Macron conclut vendredi sa visite d'Etat de trois jours aux Etats-Unis par un passage à La Nouvelle-Orléans, ville emblématique des liens historiques franco-américains où il va faire la promotion de la francophonie.

Au lendemain d'une réception fastueuse à la Maison Blanche qui a scellé "l'amitié" du président français avec son homologue américain Joe Biden, il doit passer moins de 24 heures dans la ville de Louisiane, dans le sud-est du pays.

Jadis française, "New Orleans" fut vendue aux Etats-Unis par Napoléon Bonaparte en 1803.

"À La Nouvelle-Orléans, en terre francophone s'il en est", le président Macron a fait savoir qu'il annoncerait une initiative "ambitieuse": "le fonds 'French For All', pour soutenir l'apprentissage du français partout où il est en jeu aux Etats-Unis, de la maternelle à l'université, spécialement auprès des publics défavorisés qui peuvent trouver dans le français un multiplicateur d'opportunités", a-t-il dit mercredi devant la communauté française à Washington.

Il a ajouté vouloir rénover "l'image du français aux Etats-Unis, qui est parfois peut-être vu comme élitiste".

Après le général de Gaulle en 1960, Emmanuel Macron a donc choisi de faire étape à La Nouvelle-Orléans. Il ne devrait pas manquer de déambuler dans les rues de "NoLa", probablement dans le "Vieux Carré", ou "French Quarter", le très animé centre historique de cette ville, dont la population est très majoritairement afro-américaine.

"Nous avons une histoire à La Nouvelle-Orléans et des choses importantes à dire sur place qui concernent à la fois notre histoire et ce que nous voulons faire pour la suite", a dit l'Elysée.


Les contrôleurs de la SNCF en grève tout le week-end, 60% des TGV annulés

Les presque 10 000 chefs de bord de la SNCF, dont près de 3 000 travaillent sur les TGV et Intercités, ont une fonction essentielle en matière de sécurité de la circulation et des voyageurs (Photo, AFP).
Les presque 10 000 chefs de bord de la SNCF, dont près de 3 000 travaillent sur les TGV et Intercités, ont une fonction essentielle en matière de sécurité de la circulation et des voyageurs (Photo, AFP).
Short Url
  • Les contrôleurs ont décidé de cesser le travail pendant tout le week-end pour réclamer une meilleure reconnaissance de leur statut
  • Le week-end s'annonce donc extrêmement perturbé et une «reprise progressive» est envisagée lundi, avec 3 trains sur 4 sur tous les axes TGV

PARIS: Week-end compliqué en perspective dans les gares françaises: une grève lancée par un collectif de contrôleurs a contraint la SNCF à annuler 60% de ses TGV et Intercités de vendredi à dimanche, et laisse craindre de nouvelles perturbations lors des fêtes de fin d'année.

Les contrôleurs - aussi appelé chefs de bord à la SNCF - ont décidé de cesser le travail pendant tout le week-end pour réclamer une meilleure reconnaissance de leur statut.

"Au total, on est plus de 80% à être en grève et plus de 90% sur le TGV, c'est du jamais vu", a assuré Nicolas Limon, membre du Collectif national ASCT (CNA), lancé en septembre sur Facebook en dehors de tout cadre syndical et qui compte aujourd'hui près de 3 000 membres.

Les syndicats (Unsa-Ferroviaire, SUD-Rail, CFDT-Cheminots et FO-Cheminots) ont depuis tous apporté leur appui au mouvement, à l'exception de la CGT-Cheminots.

Les presque 10 000 chefs de bord de la SNCF, dont près de 3 000 travaillent sur les TGV et Intercités, ont une fonction essentielle en matière de sécurité de la circulation et des voyageurs. Sans eux, les trains ne peuvent pas circuler.

Le week-end s'annonce donc extrêmement perturbé et une "reprise progressive" est envisagée lundi, avec 3 trains sur 4 sur tous les axes TGV. L'axe Atlantique est particulièrement touché, avec seulement 1 TGV sur 4, comme pour les Ouigo.

"La direction n'a pas pris la mesure de la grogne", a assuré Rénald Szpitalnik, élu SUD-Rail et contrôleur dans le TGV Paris-Milan. Le collectif a été reçu à deux reprises par la direction, mais sans avancées concrètes, avant de mettre sa menace de grève à exécution.

"C'est une grève qu'on n'a pas vu arriver, ni nous ni les syndicats", a reconnu jeudi le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou, lors d'une conférence organisée par le magazine Challenges. "On a été un peu surpris par ce mouvement", a-t-il admis.

Grève le 7 décembre

"On n'est pas considérés comme des personnels roulants alors qu'on travaille trois weekends par mois et qu'on ne dort pas chez nous dix soirs dans le mois", explique Nicolas Limon.

Avec le CNA, il réclame l'intégration de diverses primes au salaire de base afin qu'elles soient prises en compte dans le calcul de la retraite.

Ces primes sont indexées sur l'activité et ne sont donc pas versées en cas d'arrêt maladie ou lors des congés, dénonce aussi le cheminot, qui fait partie des six contrôleurs à l'origine de la création du collectif.

La direction de SNCF Voyageurs dit avoir proposé "une augmentation de la prime de travail de 600 euros par an pour tous les chefs de bord", une intégration "partielle" de celle-ci "au salaire fixe en 2024", "l'accélération de la progression de la rémunération" et "le passage à deux chefs de bord par rame pour tous les TGV Inoui d'ici trois ans".

Des propositions qui n'ont pas calmé la mobilisation. "On n'est pas des révolutionnaires, mais il nous faut du concret", assure Nicolas Limon.

Le collectif a déposé un préavis de grève pour les weekends de Noël et du Nouvel An afin de mettre la pression sur la SNCF mais "on fera le maximum pour qu'il n'y ait pas de grève à Noël", a promis M. Limon.

Cette mobilisation survient à la veille du début des négociations annuelles obligatoires (NAO), qui doivent s'engager mercredi prochain au niveau du groupe SNCF. La CGT, SUD-Rail et CFDT ont appelé à une "grève unitaire" ce jour-là.

Passée cette date, les négociations entre chefs de bord et direction devraient reprendre et "entre le 8 et le 22 décembre, on aura 15 jours pour réenclencher un dialogue" et parvenir à un accord, a dit espérer Nicolas Limon.

Jean-Pierre Farandou a dit de son côté espérer pouvoir "trouver un équilibre entre (...) prix des billets d'un côté, augmentation des cheminots de l'autre, avoir des ressources pour innover et pour investir...."