Thaïlande: Phuket a rouvert aux touristes malgré le virus qui sévit dans le pays

Les passagers d'un vol Etihad Airways en provenance d'Abou Dhabi arrivent à l'aéroport international de Phuket  alors que le programme touristique "Phuket Sandbox" a été lancé (AFP)
Les passagers d'un vol Etihad Airways en provenance d'Abou Dhabi arrivent à l'aéroport international de Phuket alors que le programme touristique "Phuket Sandbox" a été lancé (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 01 juillet 2021

Thaïlande: Phuket a rouvert aux touristes malgré le virus qui sévit dans le pays

  •  A cause des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19, la Thaïlande a enregistré en 2020 ses pires résultats économiques depuis la crise asiatique de 1997
  • Le pays totalise à ce jour 264834 cas et 2080 décès, dont 57 annoncés jeudi, le pire bilan quotidien jamais connu par la Thaïlande

PHUKET :Les premiers voyageurs internationaux exemptés de quarantaine ont atterri jeudi matin sur l'île touristique de Phuket en Thaïlande, qui tente de relancer son industrie touristique exsangue malgré une troisième vague de virus qui sévit dans le royaume.

 A cause des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19, la Thaïlande a enregistré en 2020 ses pires résultats économiques depuis la crise asiatique de 1997.

Le tourisme représente près d'un cinquième de l'économie du royaume et avant la fermeture des frontières en mars 2020, environ 40 millions de voyageurs se rendaient tous les ans en Thaïlande.

De grands espoirs ont été placés dans ce que le gouvernement a baptisé le "bac à sable de Phuket", un modèle qui permet à des voyageurs complètement vaccinés de séjourner sur place sans passer par une quarantaine.

Environ 250 passagers devaient arriver sur l'île touristique du sud du royaume jeudi à bord de quatre vols, pour profiter des célèbres plages de sable fin quasi désertes depuis plus d'un an.

Un premier avion s'est posé peu après 11H00 locales (04H00 GMT) sur l'aéroport de Phuket en provenance d'Abou Dhabi avec 25 passagers à bord.

Parmi eux, Omar Al Raessi, 37 ans, originaire des Émirats arabes unis, qui s'était déjà rendu 15 fois sur l'île et va passer huit jours de détente.

"Après deux ans sans voyager, j'ai choisi le bac à sable de Phuket pour me changer les idées", a-t-il déclaré à l'AFP.

Un autre touriste, britannique, a déclaré qu'il resterait un mois et qu'il attendait avec impatience de revoir des proches.

"Mes enfants vivent ici, donc je vais pouvoir les voir", a-t-il déclaré à l'AFP.

Ces arrivées surviennent alors que le royaume tente actuellement de contenir une troisième vague de coronavirus, la pire qu'il ait connue, en imposant des restrictions dans la capitale Bangkok et sa périphérie, qui ont vu les variants Alpha et Delta se propager.

Le pays totalise à ce jour 264834 cas et 2080 décès, dont 57 annoncés jeudi, le pire bilan quotidien jamais connu par la Thaïlande.

Mais Phuket reste relativement épargnée, avec une poignée de cas par jour, car les autorités thaïlandaises ont lancé une campagne de vaccination de masse pour s'y préparer et 70% des habitants ont reçu au moins une dose.

Réouverture du pays d'ici octobre

Un centre de commandement qui suit les mouvements des visiteurs étrangers via une application mobile que les touristes doivent installer à leur arrivée, a pour mission de prévenir tout risque de cluster.

Des conditions strictes sont posées pour ceux qui choisissent Phuket pour leurs vacances. Outre le fait d'être vaccinés, seuls les voyageurs en provenance de 66 pays, dont la France, considérés comme faiblement ou moyennement à risque, sont éligibles.

Ils devront passer 14 jours sur l'île avant de pouvoir se rendre ailleurs en Thaïlande et devront subir trois tests PCR pendant cette période, une dépense de plusieurs centaines de dollars pour une famille.

"C'est trop lourd", estime Kongsak Khoopongsakorn, président de la section sud de l'association des hôtels de Thaïlande.

Il espère que certaines des restrictions seront levées d'ici le 1er octobre, début de la saison touristique en Thaïlande. Si ce n'est pas le cas, "nous risquons de perdre une autre saison (...) Cela pourrait être désastreux et condamner de nombreux établissements à ne jamais rouvrir leurs portes", déplore-t-il.

M. Kongsak indique que les autorités ont revu à la baisse leur prévision d'entrée dans les "bacs à sable", qui était de 129 000 visiteurs au troisième trimestre, pour la ramener à 100 000.

Après Phuket, où pratiquement 90% des hôtels avaient dû fermer, l'île de Koh Samui doit rouvrir courant juillet puis le reste du pays d'ici octobre.

Mais même un petit nombre de visiteurs sera une bouée de sauvetage pour des vendeurs désespérés comme Thewan Phromyang, qui loue des chaises longues sur la célèbre plage de Patong à Phuket.

"Je n'ai pratiquement aucun revenu. Nous pouvons seulement nous nourrir", a déclaré à l'AFP cet homme de 49 ans.

Un autre haut lieu touristique de la région, Bali, avait envisagé une réouverture en juillet, mais les autorités indonésiennes semblent avoir fait marche arrière alors que les cas de virus atteignent des niveaux record dans ce pays d'Asie du Sud-Est.

Bien que Jakarta n'ait pas annoncé d'annulation officielle, les commentaires formulés cette semaine par le ministre du Tourisme laissent entendre que toute tentative d'accueillir à nouveau les touristes sera probablement retardée jusqu'à ce que la montée en flèche des contaminations soit enrayée.

 

 


Déraillement d'un train aux Etats-Unis: au moins trois morts

Amtrak a indiqué avoir dépêché des équipes sur place (Photo, AFP).
Amtrak a indiqué avoir dépêché des équipes sur place (Photo, AFP).
Short Url
  • Huit des dix wagons du train ont déraillé vers 16H00 locales (22H00 GMT) près de Joplin, une petite localité proche de la frontière avec le Canada dans le nord du Montana
  • Environ 141 passagers et 16 membres d'équipage étaient à bord de ce train qui reliait Chicago à Seattle

WASHINGTON: Au moins trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées lors du déraillement d'un train samedi dans l'Etat américain du Montana, a annoncé la compagnie ferroviaire publique Amtrak.

Huit des dix wagons du train ont déraillé vers 16H00 locales (22H00 GMT) près de Joplin, une petite localité proche de la frontière avec le Canada dans le nord du Montana, selon la compagnie.

Elle a précisé qu'environ 141 passagers et 16 membres d'équipage étaient à bord de ce train qui reliait Chicago à Seattle.

"Nous sommes profondément attristés d'apprendre que les autorités locales confirment à présent la mort de trois personnes à la suite de cet accident", a déclaré la compagnie, faisant état également de "plusieurs blessés" parmi les passagers et les membres d'équipage.

Amtrak a indiqué avoir dépêché des équipes sur place qui "oeuvrent avec les autorités locales pour transporter les passagers blessés et évacuer en toute sécurité tous les autres passagers".

Les causes de l'accident n'étaient pas claires dans un premier temps. Le Conseil national de la sécurité des transports (NTSB), une agence fédérale, a annoncé sur Twitter avoir ouvert une enquête.

Des images vidéo publiées sur les réseaux sociaux et diffusées par les médias locaux montraient des personnes attendant près des voies, des bagages éparpillés à côté d'elles, regardant des wagons ayant déraillé, dont au moins un renversé sur le côté.

«Plus de 50 blessés»

La coordinatrice des services de catastrophe et d'urgence du Montana, Amanda Frickel, a déclaré au New York Times que "plus de 50 personnes ont été blessées".

"Toutes les personnes en vie ont été extraites de la carcasse" du train, a-t-elle ajouté.

Le réseau ferroviaire américain souffre d'un sous-financement chronique et des accidents mortels s'y produisent régulièrement.

En février 2118, deux personnes avaient été tuées et 70 blessés dans une collision entre deux trains, l'un transportant 147 personnes et l'autre des marchandises, en Caroline du Sud (sud-est).

Cette collision était intervenue quelques jours après un accident entre un train dans lequel voyageaient des élus républicains et un camion en Virginie (sud-est), qui avait fait un mort et six blessés.

En décembre 2017, trois personnes avaient été tuées dans un déraillement dans l'Etat de Washington (nord-ouest), qui avait fait basculer plusieurs wagons d'un pont sur une autoroute.

Mais la pire catastrophe ferroviaire depuis une cinquantaine d'années remonte à octobre 1972, lorsque deux trains de banlieue étaient entrés en collision à Chicago, faisant 45 morts et plus de 330 blessés.


Etats-Unis: un train déraille et fait au moins 2 morts

Une ambulance est garée sur les lieux du déraillement d'un train Amtrak le 25 septembre 2021, dans le centre-nord du Montana. (Photo, AP)
Une ambulance est garée sur les lieux du déraillement d'un train Amtrak le 25 septembre 2021, dans le centre-nord du Montana. (Photo, AP)
Short Url
  • Des images vidéo publiées sur les réseaux sociaux et diffusées par les médias locaux montraient des personnes attendant près des voies, des bagages éparpillés à côté d'elles, regardant des wagons dont au moins un renversé sur le côté
  • Le coordinateur des Services de catastrophe et d'urgence du Montana a dit au New York Times qu'au moins deux personnes avaient été trouvé la mort

Plusieurs personnes ont été blessées dans le déraillement d'un train samedi dans l'Etat américain du Montana, a annoncé la compagnie ferroviaire Amtrak.

"Amtrak travaille avec les autorités locales pour transporter les passagers blessés et évacuer en toute sécurité tous les autres passagers", a déclaré l'opérateur dans un communiqué, ajoutant qu'environ 147 passagers et 13 membres d'équipage étaient à bord.

Les médias locaux ont fait état de plusieurs décès dans l'accident.

Cinq des wagons du train ont déraillé vers 16H00 locales (22H00 GMT) près de Joplin, dans le nord du Montana, selon le communiqué.

Des images vidéo publiées sur les réseaux sociaux et diffusées par les médias locaux montraient des personnes attendant près des voies, des bagages éparpillés à côté d'elles, regardant des wagons dont au moins un renversé sur le côté.

Le coordinateur des Services de catastrophe et d'urgence du Montana a dit au New York Times qu'au moins deux personnes avaient été trouvé la mort et que "bien plus de 50 personnes avaient été blessées".


Retraite politique au goût amer pour Angela Merkel

Le leader de l'Union chrétienne-démocrate CDU et candidat à la chancelier Armin Laschet et la chancelière allemande Angela Merkel lors de leur rassemblement électoral à Aix-la-Chapelle, dans l'ouest de l'Allemagne, le 25 septembre 2021, un jour avant les élections fédérales allemandes. (Photo, AFP)
Le leader de l'Union chrétienne-démocrate CDU et candidat à la chancelier Armin Laschet et la chancelière allemande Angela Merkel lors de leur rassemblement électoral à Aix-la-Chapelle, dans l'ouest de l'Allemagne, le 25 septembre 2021, un jour avant les élections fédérales allemandes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il n'est pas exclu que les conservateurs se retrouvent pour la première fois depuis 2005 dans l'opposition
  • Le parti pourrait éclater entre tenants d'une ligne économiquement plus libérale, représentée par Friedrich Merz, ou conservatrice plus traditionnelle, incarnée par le bavarois Markus Söder

BERLIN : Sortie ratée en vue pour Angela Merkel: selon toute probabilité son camp conservateur va enregistrer un score historiquement bas aux législatives de dimanche et se prépare à des lendemains difficiles.

Dans les derniers sondages, la famille démocrate-chrétienne allemande, composée des partis CDU et CSU, n'était créditée que de 23% des suffrages au mieux.

Fournisseur de cinq des huit chanceliers depuis 1949, le centre-droit allemand avait jusqu'ici toujours récolté plus de 30% des suffrages. Un seuil aujourd'hui qui paraît hors de portée.

Pire même, il n'est pas exclu que les conservateurs se retrouvent pour la première fois depuis 2005 dans l'opposition.

De quoi ternir la retraite politique annoncée après 16 ans de pouvoir d'Angela Merkel. 

"Débâcle historique attendue dans les urnes" pour la CDU, titre le magazine Der Spiegel, qui pointe d'abord du doigt le mauvais choix des conservateurs, qui ont désigné "le désastreux Armin Laschet" comme chef de file.

Il n'a jamais réussi à persuader l'opinion qu'il avait la carrure d'un chancelier et affiche une cote de popularité abyssale.

"La CDU ne ressemble plus au parti omnipotent qui tient d'une main de fer la chancellerie, mais plutôt à un groupe de discussions sans but, sans idées, ni solutions propres", lâche l'hebdomadaire.

Vide après Merkel

Dirigeant de la plus peuplée des régions allemandes, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie (ouest), il n'avait remporté la primaire à droite qu'aux forceps face au Bavarois Markus Söder, nettement plus populaire.

Il a vu sa cote s'éroder après les inondations meurtrières de mi-juillet, lorsqu'il a été filmé hilare pendant un discours empreint de gravité du président allemand Frank-Walter Steinmeier.

"La façon d'agir de Laschet -lors des inondations mais pas seulement- ont entraîné une perte de confiance et de réputation de la CDU. Tout à coup, elle s'est retrouvée dans une position de challenger à laquelle elle n'était pas préparée et l'a remarquée après coup", explique à l'AFP le politologue Thorsten Faas de l'Université libre de Berlin.

Il pointe aussi du doigt la responsabilité d'Angela Merkel qui n'a pas fait émerger de nouvelles personnalités derrière elle, "laissant de fait un grand vide, d'abord à la tête du parti, maintenant probablement aussi à la chancellerie".

Mais la CDU a également dû se battre contre ses propres démons, éclaboussée par des scandales qui ont conduit à la démission de deux députés et au retrait annoncé d'un troisième.

Un premier a été accusé d'avoir touché des pots de vin de la part de l'Azerbaïdjan pour faire la promotion de ce pays riche en hydrocarbures dans un journal. Deux autres ont été soupçonnés de malversations autour de l'achat de masques médicaux au début de la pandémie.

«Séisme»

S'y ajoute une perte de repères idéologiques. Durant les années Merkel, et après l'ère Helmut Kohl, la droite allemande s'est déplacée au centre, notamment sur les questions d'immigration, de société, voire même sociales. 

Ses électeurs les plus conservateurs sont partis pour l'extrême droite ou le parti libéral FDP.

"Toutes les années de gouvernement ont en partie gommé la spécificité programmatique" du parti CDU, analyse le politologue Karl-Rudolf Korte de l'Université de Duisbourg.

"Il est difficile aujourd'hui, au-delà de la capacité à gérer les situations de crise qui se présentent, de savoir quelle est l'essence" du mouvement, estime-t-il, précisant que dans son domaine de prédilection, l'économie, il "a désormais du mal à se distinguer des sociaux-démocrates auprès des citoyens".

Si les conservateurs ne parviennent pas à rester au pouvoir, "ce sera synonyme de séisme interne au sein du parti", avertit le groupe de presse régional RND.

"Je ne pense pas que Laschet serait capable de tenir le coup si son camp termine loin derrière le SPD. Ses détracteurs viendront alors en force et diront: +nous avons besoin d'un nouveau départ maintenant+", affirme le politologue Oskar Niedermayer de l'Université libre de Berlin.

Le parti pourrait alors éclater entre tenants d'une ligne économiquement plus libérale, représentée par Friedrich Merz, ou conservatrice plus traditionnelle, incarnée par le bavarois Markus Söder.