Comment les États arabes accélèrent l'action climatique avant la COP26

L'ONU affirme que les nations doivent faire beaucoup plus si le monde veut atteindre l'objectif de l'Accord de Paris de limiter la hausse des températures mondiales à 2°C (Photo, AFP)
L'ONU affirme que les nations doivent faire beaucoup plus si le monde veut atteindre l'objectif de l'Accord de Paris de limiter la hausse des températures mondiales à 2°C (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 07 juillet 2021

Comment les États arabes accélèrent l'action climatique avant la COP26

L'ONU affirme que les nations doivent faire beaucoup plus si le monde veut atteindre l'objectif de l'Accord de Paris de limiter la hausse des températures mondiales à 2°C (Photo, AFP)
  • Les attentes sont élevées avant le sommet de la COP26, avec des États arabes désireux d’apporter leur contribution afin de réduire les émissions
  • Face aux graves problèmes engendrés par le changement climatique, le monde arabe a un rôle essentiel à jouer, selon les experts

DUBAÏ: Alors que les représentants des gouvernements et les autres participants se préparent à se réunir à Glasgow à partir du 31 octobre pour la 26e Conférence des nations unies sur les changements climatiques (COP26), les observateurs espèrent que le sommet pourra apporter un changement significatif. 

La conférence – sous le thème «Unir le monde pour lutter contre le changement climatique» – comprendra les contributions de plus de 30 000 délégués du monde entier, y compris de la région arabe. 

Avec d'autres pays de la région du Conseil de coopération du Golfe (CCG), l'Arabie saoudite accélère les mesures visant à atteindre les objectifs de l'Accord de Paris et de la Convention-cadre des nations unies sur les changements climatiques. 

Le Royaume a dévoilé un programme national d'énergie renouvelable – grâce auquel il aspire à répondre à 50 % de ses besoins en énergie domestique à partir de sources renouvelables d'ici à 2030 – et a lancé l'Initiative verte saoudienne, un projet visant à planter 10 milliards d'arbres dans le pays afin de réduire ses émissions de CO2.  

1
Les énergies renouvelables sont devenues la principale et la plus économique source de production d'électricité au monde (Photo, AFP) 

Le Royaume a également été le pionnier de l'«économie circulaire du carbone», une stratégie intégrée pour lutter contre les émissions tout en permettant la croissance économique, une initiative approuvée par les dirigeants du Groupe des vingt (G20) lors de son sommet, sous la présidence saoudienne, l'année dernière. 

 

La récente annonce du projet solaire de Sakaka constitue un autre signe des ambitions du Royaume dans les énergies renouvelables. L'Arabie saoudite est également à la pointe dans l’utilisation de l'hydrogène, que certains visionnaires de l'énergie considèrent comme le carburant du futur. Saudi Aramco a expédié la toute première cargaison de ce carburant l'été dernier. 

Pour leur part, les Émirats arabes unis (EAU) disposent désormais d'une capacité d'énergie renouvelable installée de plus de 2,4 GW, alors qu’ils prévoient de diversifier leur bouquet énergétique et d'augmenter leur part d'énergies renouvelables à 44 % d'ici au milieu du siècle, dans le cadre de leur plan national de stratégie énergétique 2050.  

«Nous avons tous un rôle important à jouer dans la résolution de ce problème mondial, car il affecte non seulement l'environnement, l'écologie et la biodiversité de notre planète, mais également les ressources naturelles disponibles pour les générations futures», déclare à Arab News le Dr Nawal al-Hosany, représentante permanente des EAU auprès de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena). 

«Les pays arabes font partie intégrante de cette action collective pour promouvoir la réalisation des objectifs de la COP26. Ces derniers consistent à garantir l’élimination totale de la pollution mondiale d'ici au milieu du siècle, à maintenir les objectifs de température accessibles, à protéger les communautés et les habitats naturels, à mobiliser des financements et à travailler ensemble pour relever le défi et obtenir des résultats», ajoute-t-elle.  

Bien que des progrès significatifs aient déjà été réalisés, l'Organisation des nations unies (ONU) affirme que les nations doivent faire beaucoup plus si le monde veut atteindre l'objectif de l'Accord de Paris de limiter la hausse des températures mondiales à 2°C – et idéalement 1,5°C – d'ici à la fin du siècle. 

 

Nous espérons voir les dirigeants mondiaux capitaliser sur l'élan autour de la relance verte pour prendre des mesures réelles et significatives contre le changement climatique», déclare à Arab News Mohamed Jameel al-Ramahi, PDG de Masdar, une société d'énergie renouvelable basée à Abu Dhabi. «Le monde arabe fait face à des défis particulièrement importants liés au changement climatique. Les scientifiques préviennent que, sans action climatique immédiate, nous pourrions assister à des vagues de chaleur régulières mettant en danger la vie des habitants dans toute la région.» 

1
La mise en place des cadres politiques, réglementaires, techniques et économiques permettant aux États de développer les énergies renouvelables sera indispensable à la réussite collective mondiale (Photo, AFP) 

Pourtant, le changement climatique ne reçoit pas toujours l'attention qu'il mérite au Moyen-Orient, note Jameel al-Ramahi. Pour remédier à cette situation, il estime que les jeunes de la région – le groupe démographique le plus important du monde arabe – auront un rôle vital à jouer dans la diffusion du message et les actions à entreprendre. 

Selon Daniel Gribbin, responsable du développement durable chez WSP Middle East, les récentes activités menées contre les grands acteurs pétroliers par des investisseurs et des organisations non gouvernementales (ONG) auront probablement attiré l'attention des décideurs du CCG. L'élan mondial vers l'intégration de mesures environnementales, sociales et de gouvernance ainsi que la transition vers des économies sobres en carbone s'accélère. 

«Nous pouvons nous attendre à voir ces tendances mises en évidence lors des futurs sommets de la COP, alors que les dirigeants mondiaux accordent une plus grande attention aux gouvernements, aux entreprises et aux organisations qui ne font pas assez pour mener une action climatique adéquate», souligne Daniel Gribbin à Arab News

1
Dr Nawal al-Hosany, représentante permanente des EAU auprès de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) (Photo fournie) 

«Les futurs sommets de la COP exerceront également une pression accrue sur les gouvernements, les entreprises et les organisations dont les stratégies, les niveaux de divulgation et de transparence font actuellement défaut en ce qui concerne les risques, les opportunités et les objectifs liés au climat.» 

L'accent mis sur le pétrole et sur la manière dont le Moyen-Orient facilite la transition vers des économies à faible émission de carbone figure en bonne place à l'ordre du jour, en particulier avec le lancement par les EAU d'une candidature pour que la COP28 se déroule à Abu Dhabi en 2023. 

«On s'attend à ce que les pays du Moyen-Orient deviennent plus transparents sur la façon dont ils gèrent l'action climatique accélérée conformément à leurs ambitions de transition, au-delà des modèles économiques traditionnellement dépendants des combustibles fossiles», ajoute M. Gribbin. 

Le Moyen-Orient, peut-être plus que la plupart des pays, ressent les effets du changement climatique, avec des températures record, une biodiversité en déclin et une pénurie de ressources en eau. 

«Certains écosystèmes spécifiques de cette région sont déjà très vulnérables, comme le Golfe arabique hypersalin», explique à Arab News Tatiana Antonelli Abella, fondatrice de l'entreprise sociale verte Goumbook basée aux EAU. 

Mme Abella appelle à une action collective afin de réduire l'empreinte carbone, œuvrer pour une transition énergétique axée sur les énergies renouvelables et lutter contre les perturbations sociales et économiques dans la région – aggravées par la pandémie de la Covid-19 – au moyen de plans de relance économique inclusifs. 

1
Le changement climatique ne reçoit pas toujours l'attention qu'il mérite au Moyen-Orient (Photo, AFP) 

 

«Nous devons réduire la pollution plastique, préserver les écosystèmes, en particulier le carbone bleu, et favoriser la circularité et les modèles de croissance économique durable», déclare-t-elle. «Une collaboration régionale est également nécessaire pour faire face aux impacts transfrontaliers.» 

Le changement climatique a déjà un impact dévastateur sur les écosystèmes, les économies et les communautés du monde entier en raison de la hausse des températures, de la désertification, des sécheresses et des inondations. Afin d’enrayer cette tendance, la COP26 exhorte tous les pays à se fixer des objectifs ambitieux pour 2030, dans le but d'atteindre des émissions nettes de carbone nulles d'ici au milieu du siècle. 

«Nombre de ces défis peuvent être des opportunités pour faire de cette décennie celle de la transformation énergétique et de politiques durables qui augmenteront encore les investissements et feront progresser l'innovation dans les énergies renouvelables, afin d’aider à réduire le changement climatique», conclut le Dr Nawal al-Hosany pour Arab News

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


La branche armée du Hamas dit avoir visé Tel-Aviv avec un «important barrage de roquettes»

Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Un Palestinien passe devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 mai 2024, alors que le conflit en cours entre Israël et le groupe militant du Hamas se poursuit (Photo, AFP).
Short Url
  • "Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam
  • L'armée israélienne a affirmé que "certaines des roquettes ont été interceptées"

TEL AVIV:  La branche armée du Hamas palestinien a dit dimanche avoir visé Tel-Aviv avec un "important barrage de roquettes" dans un message publié sur Telegram après que l'armée israélienne ait affirmé qu'au moins 8 roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël.

"Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils", ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam dans leur message mis en ligne quelques minutes après que des sirènes d'alerte aient retenti dans le centre d'Israël selon des journalistes de l'AFP.

Auparavant, l'armée israélienne avait déclaré dans un communiqué que huit roquettes avaient été tirées vers le centre du pays depuis la "région de Rafah", dans l'extrême sud de la bande de Gaza, où d'intenses combats l'opposent actuellement aux mouvement armés palestiniens.

L'armée a précisé qu'"un certain nombre" de roquettes avaient été interceptées par le système de défense aérienne, sans donner plus de détails. Un journaliste de l'AFP a entendu au moins trois explosions dans l'air.

Sirènes  

Une correspondante de l'AFP dans la bande de Gaza a dit avoir vu des roquettes tirées depuis Rafah.

Des sirènes d'alerte ont retenti en début d'après-midi à Tel-Aviv et dans le centre d'Israël pour que les habitants se mettent à l'abri après des tirs de roquettes.

Les services de secours israéliens, le Magen David Adom (MDA), ont fait savoir que leurs équipes n'avaient identifié qu'un patient qui s'était légèrement blessé en se rendant dans un abri.

La guerre a été déclenchée par l'attaque du Hamas le 7 octobre qui a entraîné la mort de plus de 1.170 personnes, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir de chiffres officiels israéliens.

Sur les 252 personnes alors emmenées comme otages le 7 octobre, 121 sont toujours retenues à Gaza, dont 37 mortes selon l'armée.

Israël a juré de détruire le Hamas et lancé en représailles une offensive dévastatrice dans la bande de Gaza, entraînant la mort d'au moins 35.984 personnes, pour la plupart des civils, selon des données du ministère de la Santé du Hamas à Gaza.


Plusieurs navires américains échoués près du port artificiel pour l'aide à Gaza

Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Un enfant joue sur une plage alors qu'un navire transportant de l'aide humanitaire internationale est amarré à la jetée américaine Trident Pier près de Nuseirat, dans le centre de la bande de Gaza, le 21 mai 2024, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué
  • Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel»

WASHINGTON : Quatre embarcations de l'armée américaine utilisées pour la jetée provisoire pour l'aide à Gaza se sont échouées samedi matin à cause d'une «mer agitée», a fait savoir le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

«Les navires se sont détachés de leur mouillage et deux navires sont désormais amarrés à la plage près du ponton. Les troisième et quatrième navires sont échoués sur la côte israélienne près d'Ashkelon», relève un communiqué.

Le Centcom précise qu'aucun militaire n'a été blessé et que «le ponton reste pleinement fonctionnel».

Il ajoute que l'armée israélienne aide les Américains à remettre à flots les navires et insiste: «Aucun (militaire) américain n'entrera dans Gaza».

Les Etats-Unis ont achevé la semaine dernière cette jetée dont la construction avait été annoncée en mars par le président Joe Biden. Il s'agit de pallier les restrictions imposées par Israël à l'acheminement terrestre de l'aide vers la bande de Gaza, ravagée par sept mois d'une guerre déclenchée par l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Vendredi, l'ONU a fait savoir que l'installation a permis le débarquement en une semaine de 97 camions d'aide humanitaire.

Le Centcom a précisé que 1.005 tonnes d'aide avait été débarquées en date de vendredi, dont 903 acheminées vers l’entrepôt de l'ONU.

Le port artificiel, d'un coût d'au moins 320 millions de dollars, à l'instar d'autres initiatives alternatives, ne peuvent se substituer à un afflux d'aide par voie terrestre, préviennent l'ONU et les organisations humanitaires.

Selon les Nations unies, la quasi-totalité des 2,4 millions d'habitants de la bande de Gaza ont été déplacés par les combats et les bombardements, et se trouvent en situation d'insécurité alimentaire, avec un risque de famine à grande échelle.

 


Le premier groupe de pèlerins marocains arrive en Arabie saoudite grâce à l'initiative de la route de La Mecque

Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed bin Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la nécessité de créer une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj
  • Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque

RIYAD : Le premier groupe de pèlerins du Hadj en provenance du Maroc est arrivé samedi à l'aéroport international Prince Mohammed ben Abdulaziz de Médine, après avoir quitté l'aéroport international Mohammed V de Casablanca.

Les pèlerins se sont rendus dans le Royaume par le biais de l'initiative de la route de La Mecque.

Cette initiative vise à faciliter autant que possible le voyage des pèlerins pour accomplir le Hajj, grâce à l'enregistrement électronique dans leur pays d'origine, y compris en ce qui concerne l'immigration, la santé, les bagages, le voyage et le logement à La Mecque et à Médine.

Ils sont transportés par bus sur des itinéraires désignés, et des agences de service livrent leurs bagages sur leurs lieux de séjour, a rapporté l'agence de presse saoudienne.

L'IAM fait partie du programme d'expérience des pèlerins (PEP) du ministère de l'Intérieur, un pilier de la Vision 2030 du Royaume.

Cette initiative, qui en est à sa sixième année, est menée en coopération avec un grand nombre d'autorités publiques et semi-gouvernementales, notamment les ministères des Affaires étrangères, de la Santé, du Hajj et de la Omra, des Médias, de l'Aviation civile, de la Zakat, de l'Impôt et des Douanes, de la SDAIA et du Programme d'expérience du pèlerin.

Les dirigeants saoudiens ont donné la priorité à la prise en charge des pèlerins et à la création d'une atmosphère de foi pendant leur voyage du Hajj.

Les pèlerins qui sont arrivés ces derniers jours ont exprimé leur « gratitude au gouvernement du Royaume pour les services et les facilités qui ont été fournis, et rendu leur pèlerinage sûr et tranquillisant », a déclaré l'agence de presse saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com