Le gouvernement français à l'écoute d’une filière automobile en pleine mutation

Le président français Emmanuel Macron s’apprête à monter dans une version électrique de la Renault 4L pour marquer le 60e anniversaire d'un modèle portant le logo 'Présidence de la République' sur la porte, lors de sa visite sur le site de la future usine de batterie de la firme japonaise Envision AESC, où Renault SA développe un centre de fabrication de véhicules électriques, à Douai, dans le nord de la France, le 28 juin 2021. (Photo, AFP)
Le président français Emmanuel Macron s’apprête à monter dans une version électrique de la Renault 4L pour marquer le 60e anniversaire d'un modèle portant le logo 'Présidence de la République' sur la porte, lors de sa visite sur le site de la future usine de batterie de la firme japonaise Envision AESC, où Renault SA développe un centre de fabrication de véhicules électriques, à Douai, dans le nord de la France, le 28 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 13 juillet 2021

Le gouvernement français à l'écoute d’une filière automobile en pleine mutation

  • L’UE envisage la suppression complète des émissions de CO2 à partir de 2035, les véhicules électriques deviendraient de facto les seuls autorisés sur le marché
  • Paris veut garder les hybrides rechargeables sur la table, même s'ils émettent des gaz toxiques, ils représentent « une bonne solution de transition », selon l'Elysée

PARIS : La France va continuer à promouvoir les hybrides rechargeables face à la proposition européenne d'interdiction des moteurs thermiques, et prépare un nouveau plan d'investissements pour la filière.

Un an après la mise en œuvre, en mai 2020, d'un plan de relance automobile doté de huit milliards d'euros, Emmanuel Macron a réuni lundi les constructeurs comme Renault, Stellantis (Peugeot-Fiat) et Toyota, les équipementiers, les partenaires sociaux ainsi que des représentants des filières.

Le secteur s'apprête en effet à vivre une révolution: mercredi, la Commission européenne doit proposer de nouvelles réglementations pour réduire à zéro les émissions de CO2 des véhicules neufs, afin d'accélérer la lutte contre le changement climatique.

Selon plusieurs sources, elle envisage la suppression complète des émissions automobiles à partir de 2035. Les véhicules électriques deviendraient de facto les seuls autorisés sur le marché du neuf.

La France ne s'y oppose pas, mais veut garder les hybrides rechargeables sur la table. Même s'ils émettent des gaz toxiques, ils représentent "une bonne solution de transition", a indiqué l'Elysée.

"On n'a pas acté la fin du moteur thermique en 2035, ça fermerait la porte à l'hybride également", a souligné la présidence française.

Pour 2030, le gouvernement français et la filière militent pour "un objectif réaliste", "autour de 55% de baisse des émissions maximum", soit moins que ce que devrait proposer la Commission européenne.

Le chef de l'Etat a multiplié les gestes en direction de ce secteur industriel hautement symbolique et pourvoyeur de près de 200000 emplois industriels en France. Fin juin, entouré de trois ministres, il a visité le futur pôle "ElectriCity" de Renault dans les Hauts-de-France, qui va bientôt accueillir la deuxième usine de batteries de l'Hexagone.

La réunion de lundi était le "coup d’envoi de la mobilisation de l’équipe France pour faire face à une transition très forte" et "qui s’accélère", a expliqué l'Elysée.

Le gouvernement prépare pour la fin de l'été un plan d’investissements pour soutenir la transition du marché automobile. Le sujet des subventions à l'achat des véhicules devrait être abordé, a précisé l'Elysée.

Une "cartographie détaillée de l'impact de cette transition et des moyens de l’Etat qui peuvent être mis en place", filière par filière, doit également être présentée au Premier ministre.

La Plateforme automobile (PFA), qui représente la filière, estime à 17 milliards d'euros les investissements à localiser en France dans les cinq ans "sur les technologies clés de l'automobile du XXIe siècle", comme les bornes de recharge, l'hydrogène ou les composants électroniques. La PFA évalue le besoin de soutien public à 30%.

"Nous faisons très clairement face au risque d’un scénario du déclin qui ferait sortir la France des grands pays de l’industrie automobile. Nous pouvons aussi en faire une opportunité de sursaut en exigeant une nouvelle ambition industrielle", a déclaré à l'AFP Luc Chatel, le président de la PFA.

100000 emplois seraient menacés dans la filière française d'ici 2035, selon un rapport de l'Observatoire de la métallurgie.

"Pour être juste, la transition énergétique ne doit pas se conduire au détriment de l'emploi", a souligné le syndicat FO Métaux dans un communiqué. "Un effort gigantesque doit être mis en œuvre sur la formation afin d’offrir à chaque salarié une opportunité dans les futurs métiers".

Plusieurs groupes automobiles ont déjà annoncé le retrait progressif des moteurs à combustion de leurs gammes, à l'image de Volkswagen, Volvo (2030) ou Jaguar (2025).

"Nous devons y aller, mais faisons-le à une cadence qui ne nous mette pas en risque de dépendance", notamment vis-à-vis d'une industrie automobile chinoise en pleine explosion, a souligné à l'AFP Claude Cham, de la Fédération des équipementiers. "Ça implique qu’entre maintenant et 2035, on n’accélère pas le rythme".

Le marché européen, lui, s'électrifie à grande vitesse: sa faible reprise en temps de crise sanitaire profite surtout aux véhicules hybrides et électriques, qui représentaient près d'un tiers des ventes européennes au premier trimestre.


Salmonelle: le patron de Kinder dresse le coûteux bilan du scandale sanitaire

Depuis fin mars, le nombre de malades atteints par la salmonellose n'a cessé de gonfler (Photo, AFP).
Depuis fin mars, le nombre de malades atteints par la salmonellose n'a cessé de gonfler (Photo, AFP).
Short Url
  • Nicolas Neykov a réitéré les excuses déjà présentées par le groupe, et reconnu des défaillances
  • Le scandale sanitaire aurait causé la perte de 40% du chiffre d'affaires sur la période de Pâques pour le groupe.

PARIS: Des millions de produits Kinder, représentant plus de 3.000 tonnes, ont été retirés du marché en France au total après de nombreux cas de salmonellose en Europe, avec un "impact financier" de "plusieurs dizaines de millions d'euros", a annoncé le directeur général France de Ferrero dans un entretien au Parisien publié jeudi

"Cette crise nous fait mal au cœur. Il s’agit du plus gros rappel de produits de ces 20 dernières années. Et il concerne la marque préférée des Français", déclare Nicolas Neykov, qui prend la parole pour la première fois depuis le début du scandale sanitaire.

"D’après nos enquêtes", la contamination proviendrait "d'un filtre situé dans une cuve à beurre laitier" de l'usine d'Arlon en Belgique et aurait été provoquée "soit par des matières premières contaminées, soit par des personnes", selon lui.

Le scandale sanitaire aurait causé la perte de "40% du chiffre d'affaires" sur la période de Pâques pour le groupe.

L'usine d'Arlon, dans les Ardennes belges, d'où sont issus les produits Kinder incriminés, a été mise à l'arrêt début avril. Tous les produits fabriqués sur ce site (Kinder Surprise, Kinder Mini Eggs, Kinder Surprise Maxi 100g et Kinder Schoko-Bons) ont été rappelés.

"Nous avons demandé une réouverture à compter du 13 juin pour redémarrer la production au plus tôt", a dit le directeur général de Ferrero France.

Au cours de son interview au Parisien, M. Neykov a annoncé que désormais 50% des contrôles sanitaires seraient "réalisés par un laboratoire extérieur homologué" alors que pour l'heure tout repose sur un système d'auto-contrôle interne.

Le dirigeant a réitéré les excuses déjà présentées par le groupe, et reconnu des défaillances.

Le groupe a présenté un plan le 4 mai aux autorités sanitaires belges et 1.000 salariés de l’usine travaillent sept jours sur sept à sa réouverture. 10.000 pièces vont être démontées et nettoyées une par une.

Début avril, Ferrero avait dû rappeler des lots de produits chocolatés Kinder fabriqués en Belgique et vendus dans plusieurs pays européens en raison d'une suspicion de contamination à la salmonelle.

Mi-avril, 150 cas de salmonellose avaient été détectés dans neuf pays européens, dont 81 cas en France, majoritairement chez des enfants de moins de dix ans.


Saudi Aramco pourrait absorber Shell et BP, déclare le PDG de Brand Finance

David Haigh s'attend à ce que l'Arabie saoudite dépasse les EAU en tête de l'indice des marques nationales (Photo, Shutterstock).
David Haigh s'attend à ce que l'Arabie saoudite dépasse les EAU en tête de l'indice des marques nationales (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • Aramco occupe actuellement la première place du classement du Brand Finance Global 500 de 2022, avec un classement mondial de 31
  • Haigh affirme que l'Arabie saoudite pourrait bientôt dépasser les EAU dans le Global Soft Power Index de Brand Finance

DAVOS: Aramco, le géant pétrolier saoudien, pourrait absorber BP et Shell et les acheter toutes deux, a déclaré le PDG et fondateur de Brand Finance, David Haigh, lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial.

«Au cours de ces dernières années, Aramco a vraiment intensifié son marketing à l'échelle mondiale. Vous la voyez partout, dans le sponsoring, la publicité et toutes sortes de relations gouvernementales», a indiqué Haigh à Arab News au pavillon HCL, sur la promenade de Davos. «Aramco possède ainsi une notoriété et sa réputation grandit très rapidement.»

Saudi Aramco occupe actuellement la première place parmi le Brand Finance Global 500 de 2022, avec un classement mondial de 31. La deuxième entreprise arabe ayant le classement le plus élevé sur la liste mondiale est l'ADNOC des EAU, avec un classement mondial de 159.

À l'échelle nationale, les Émirats arabes unis sont en tête du Global Soft power index de Brand Finance de 2022 parmi les pays arabes, avec un classement mondial de 15, tandis que l'Arabie saoudite occupe la deuxième place parmi les Arabes et la 24e au niveau mondial.

«On peut envisager le fait que l'Arabie saoudite soit organisée de façon à ce qu'une fois l’engrenage établi et que vous dépensez beaucoup d'argent, en faisant de nombreux sponsorings et en faisant connaître le nom, cela augmente», a-t-il déclaré.

Haigh voit le Royaume dépasser les EAU dans les années à venir, du fait que «c'est un pays beaucoup plus grand, qui va probablement dépenser beaucoup plus d'argent pour le faire».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Trois nouveaux hôtels s’ajoutent à la liste impressionnante de stations balnéaires de la mer Rouge

Parmi ces hôtels figurent le Ritz-Carlton Reserve et Miraval – les premiers à être opérationnels au Moyen-Orient – et la chaîne hôtelière internationale de luxe Rosewood. (Photo fournie)
Parmi ces hôtels figurent le Ritz-Carlton Reserve et Miraval – les premiers à être opérationnels au Moyen-Orient – et la chaîne hôtelière internationale de luxe Rosewood. (Photo fournie)
Short Url
  • Ritz-Carlton Reserve, Miraval et Rosewood ont signé des contrats avec la Red Sea Development Company
  • «Le projet de la mer Rouge compte 12 chaînes d’hôtels confirmées et démontre la volonté croissante des dirigeants mondiaux de participer à l’expansion du marché touristique saoudien», estime John Pagano, PDG de la Red Sea Development Company

RIYAD: Trois nouveaux contrats de gestion hôtelière ont été conclus avec des chaînes d’hôtels internationales afin d’exploiter des complexes durant la première phase de développement de du projet de la mer Rouge, a confirmé mardi la Red Sea Development Company (TRSDC). Cette annonce a été faite lors du Future Hospitality Summit à Riyad.

Parmi ces hôtels figurent le Ritz-Carlton Reserve et Miraval – les premiers à être opérationnels au Moyen-Orient – et la chaîne hôtelière internationale de luxe Rosewood. «Cette annonce témoigne de la confiance de l’industrie dans le projet de la mer Rouge, qui compte à présent 12 chaînes d’hôtels confirmées et démontre la volonté croissante des dirigeants mondiaux de participer à l’expansion du marché touristique saoudien. Avec l’entrée inédite de deux nouvelles chaînes dans la région, l’avenir du tourisme dans le Royaume s’annonce radieux», affirme John Pagano, PDG de TRSDC.
 

image 4
Lorsqu’il sera achevé en 2030, le projet comprendra 50 stations balnéaires, proposant jusqu’à 8 000 chambres d’hôtel et plus de 1 000 propriétés résidentielles sur 22 îles et 6 sites intérieurs. (Photo fournie)

Le Ritz-Carlton Reserve est situé sur les îles idylliques d’Oummahat, tandis que Miraval et Rosewood sont localisés sur l’île de Shoura, le centre principal du projet. La nouvelle chaîne d’hôtels compte au total près de 500 chambres d’hôtel sur les 3 000 prévues pour la première phase. «Avec notre groupe de partenaires mondialement reconnus et respectés, nous sommes ravis de jouer notre rôle dans l’ouverture de cette partie unique et inconnue du monde, tout en établissant de nouvelles références en matière de développement durable», explique M. Pagano.

«Noujouma, hôtel de la chaîne Ritz-Carlton Reserve, proposera une expérience de loisirs hautement personnalisée associant un service intuitif à une beauté naturelle époustouflante et à un design local. Le complexe sera entouré d’une beauté naturelle intacte et conçu pour se fondre parfaitement dans l’environnement», indique Jérôme Briet à Arab News, directeur du développement de Marriott International pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

«Nous travaillerons en étroite collaboration avec l’équipe de TRSDC pour promouvoir l’ensemble de la destination, ainsi que Noujouma, qui sera une destination en soi. C’est également là que le potentiel du système de distribution de Marriott, de nos canaux et de nos partenaires jouera un rôle clé. Lorsqu’il ouvrira ses portes, le complexe aura également accès à un réseau de plus de 160 millions de membres dans le cadre de notre programme de fidélité, Marriott Bonvoy, auquel Ritz-Carlton Reserve a récemment adhéré», ajoute-t-il. 

Pour sa part, Ludwig Bouldoukian, vice-président régional et du développement pour le Moyen-Orient et Afrique de Hyatt Hotels Corporation, a évoqué l’avenir prometteur de la mer Rouge en Arabie saoudite. «Miraval The Red Sea sera, avec le Grand Hyatt Read Sea, le deuxième hôtel Hyatt à ouvrir ses portes dans le cadre de la première phase du projet de développement de la mer Rouge. C’est une grande fierté pour Hyatt de jouer un rôle aussi central dans ce projet et de pouvoir collaborer avec des propriétaires qui partagent nos valeurs et nos ambitions. Nous sommes impatients de faire découvrir à nos clients un nouveau niveau de luxe et de bien-être, synonyme de la marque Miraval, où l’accent est mis sur la pleine conscience et la création d’un équilibre. Nous sommes convaincus que cette propriété sera un ajout unique au projet de la mer Rouge», précise M. Bouldoukian à Arab News.

image 4
Jérôme Briet, directeur du développement de Marriott International pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. (Photo fournie)