A Saint-Pétersbourg, un chantier naval pour assurer la domination russe en Arctique

Le brise-glace à propulsion nucléaire Arktika tiré par des remorqueurs alors qu’il commence les essais en mer, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 12 décembre 2019. (Photo d'archives Anton Vaganov/Reuters)
Le brise-glace à propulsion nucléaire Arktika tiré par des remorqueurs alors qu’il commence les essais en mer, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 12 décembre 2019. (Photo d'archives Anton Vaganov/Reuters)
Short Url
Publié le Jeudi 15 juillet 2021

A Saint-Pétersbourg, un chantier naval pour assurer la domination russe en Arctique

  • Dans cette région stratégique riche en hydrocarbures, la Russie s'est fixée pour objectif de devenir la première puissance économique et militaire
  • Après avoir rouvert et modernisé plusieurs bases, elle entend désormais profiter de la fonte des glaces due au changement climatique pour y développer une route commerciale

SAINT-PETERSBOURG, RUSSIE: Des grues de toutes parts et des ouvriers qui s'activent autour de navires géants: sur le chantier naval Baltiïski Zavod de Saint-Pétersbourg, quatre brise-glaces à propulsion nucléaire sont actuellement en construction pour assurer la domination russe dans l'Arctique.

Dans cette région stratégique riche en hydrocarbures, la Russie s'est fixée pour objectif de devenir la première puissance économique et militaire. Après avoir rouvert et modernisé plusieurs bases, elle entend désormais profiter de la fonte des glaces due au changement climatique pour y développer une route commerciale.

C'est à Baltiïski Zavod, dans l'ancienne capitale impériale, que des brise-glaces sont construits avec pour but d'assurer la navigation sur cette route du Nord, plus courte que celle passant par le canal de Suez. 

"La construction de brise-glaces qui permettront d'assurer la navigation tout au long de l'année, les plus puissants au monde, représente un gigantesque pas en avant dans le développement de l'Arctique et de la route du Nord", se félicite Kirill Miadzouta, l'ingénieur en chef.

Fondé en 1856, ce qui en fait l'un des plus vieux de Russie, le chantier Baltiïski Zavod est aujourd'hui le seul à fabriquer ces mastodontes des mers à propulsion nucléaire, les plus puissants bâtiments de cette catégorie. Tous les brise-glaces soviétiques, hormis le premier, le "Lénine" aujourd'hui amarré à Mourmansk plus au Nord et transformé en musée, ont été construits ici.

En chantier actuellement se trouvent le Sibir, l'Oural, le Iakoutie et le Tchoukotka, tous baptisés du nom de régions russes et qui devraient rejoindre leur port d'attache de Mourmansk respectivement en 2021, 2022, 2024 et en 2026 au sein de la flotte de l'agence nucléaire publique Rosatom. 

Destinés à servir dans les conditions extrêmes du Grand Nord, ces navires imposants mesurent 173,4 mètres de long pour 52 mètres de haut, avec un tirant d'eau de 33.450 tonnes. Selon leurs constructeurs, ils peuvent passer à travers une épaisseur de 2,8 mètres de glace.

Misant sur les retombées économiques du développement de l'Arctique, la Russie n'a pas lésiné sur les moyens pour bâtir sa flotte de brise-glaces, dont la construction s'élève à plus de 340 millions d'euros l'unité. Un millier de personnes sont chargées de la fabrication d'un navire, qui dure de 5 à 7 ans.

«Besoin de ces navires»

Cela fait six mois qu'Oleg Chapov, le futur capitaine du brise-glace Sibir, qui devrait sortir du chantier vers la fin de l'année, est à Saint-Pétersbourg pour suivre la dernier étape de la construction. "C'est un très bon navire, le deuxième du projet 22220. Il sera encore mieux que l'Arktika, son prédécesseur, parce que la voie à suivre est déjà connue", dit-il à l'AFP, ajoutant se préparer d'ores et déjà à embaucher l'équipage.

L'Arktika, présenté comme le plus puissant brise-glace au monde, a été mis en service en 2020 en grande pompe après sa construction sur le chantier Baltiïski Zavod. "Nous avons vraiment besoin de ces navires pour l'Arctique", souligne le capitaine Chapov.  "La partie orientale de l'Arctique est complètement gelée et sans les brise-glaces russes, la navigation tout au long de l'année est impossible", abonde Léonid Grigoriev, expert à l'Ecole supérieure d'économie de Moscou.

Le développement de la route du Nord doit notamment simplifier pour la Russie la livraison d'hydrocarbures à l'Asie du Sud-Est en reliant l'océan Atlantique à l'océan Pacifique par l'Arctique en un temps record. 

Le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine avait ainsi salué l'année dernière, lors de l'inauguration de l'Arktika, des bâtiments qui "permettront d'ouvrir pleinement le potentiel de la route du Nord" et "d'assurer la supériorité russe en Arctique", région où les intérêts de Moscou s'opposent à ceux de plusieurs autres pays.

L'hiver dernier, un nouveau record avait été battu : des bateaux du groupe russe Novatek ont réussi à parcourir cette route maritime sans même l'assistance d'un brise-glace.

par Marina KORENEVA

                


Le pape attendu à Chypre, la question migratoire au coeur de sa visite

Le pape François a quitté Rome ce matin en direction de l'île de Chypre. (AFP).
Le pape François a quitté Rome ce matin en direction de l'île de Chypre. (AFP).
Short Url
  • L'avion du pontife argentin de 84 ans doit atterrir à 15H00 (13H00 GMT) à l'aéroport de Larnaca (sud)
  • Jeudi matin, des routes étaient coupées dans Nicosie rendant le trafic difficile, le parvis de la cathédrale orthodoxe était passé au jet d'eau et des employés municipaux s'affairaient à planter des arbustes sur des ronds-points

NICOSIE: Le pape François arrive jeudi après-midi à Chypre pour une visite de deux jours lors de laquelle il entend attirer l'attention sur l'accueil des migrants sur l'île méditerranéenne, confrontée à une importante crise migratoire.


Il s'agit de la deuxième visite d'un pape sur l'île majoritairement peuplée de chrétiens orthodoxes après la venue de Benoit XVI en 2010.


L'avion du pontife argentin de 84 ans doit atterrir à 15H00 (13H00 GMT) à l'aéroport de Larnaca (sud). Le Saint-Père se rendra ensuite dans la capitale Nicosie où il prononcera deux discours, le premier devant des responsables religieux et associatifs et l'autre devant les autorités officielles.


Jeudi matin, des routes étaient coupées dans Nicosie rendant le trafic difficile, le parvis de la cathédrale orthodoxe était passé au jet d'eau et des employés municipaux s'affairaient à planter des arbustes sur des ronds-points. 


Vendredi matin, le pape célébrera une messe publique au stade municipal de Nicosie en présence de quelque 7.000 fidèles, selon les organisateurs.


C'est le seul événement auquel pourra participer la communauté catholique latine de Chypre, composée d'environ 25.000 membres - aujourd'hui majoritairement des travailleurs immigrés asiatiques (Philippines, Inde, Sri Lanka) et des réfugiés africains. 


Plus de 500 policiers seront mobilisés pour assurer la sécurité du Souverain pontife.


Vendredi soir, le pape présidera une prière œcuménique à laquelle un groupe de migrants a été invité.


Le pape a souligné, à la veille de son départ, que son voyage, le 35e à l'étranger depuis son élection en 2013, serait "l'occasion de se rapprocher d'une humanité blessée" auprès "de tant de migrants en quête d'espoir".


François "va avant tout vers les plus vulnérables et les plus marginalisés. Aujourd'hui, ce sont des migrants qui ont été contraints de quitter leur pays dans la douleur ou l'illégalité", a confié à l'AFP l'archevêque de Chypre pour les Maronites, Mgr Selim Sfeir.


Selon les autorités chypriotes, le pape pourrait permettre à des migrants, dont le nombre n'a pas été précisé, de rejoindre Rome.


En 2016, il avait déjà ramené à Rome trois familles syriennes de Lesbos (Grèce), principal point d'entrée des migrants en Europe. Il retournera sur l'île grecque à l'issue de sa visite à Chypre.


La République de Chypre affirme que quelque 10.000 migrants en situation irrégulière sont arrivés au cours des dix premiers mois de l'année, la plupart depuis le nord de l'île.


Rapporté à sa population, la République de Chypre enregistre le plus grand nombre de primo-demandeurs d'asile en Europe.

« Dialogue »

Jerzy Kraj, archevêque de l'Eglise Sainte-Croix qui appartient au Patriarcat latin de Jérusalem, a déclaré à l'AFP que l'arrivée du pape à Chypre et en Grèce, deux pays orthodoxes, porterait un message de "dialogue ouvert".


Depuis son arrivée à la tête de l'Eglise catholique en 2013, le pape François accorde une grande importance au dialogue entre les religions et entre les différentes branches chrétiennes.


"Ce sera un voyage aux sources de la foi apostolique et de la fraternité entre chrétiens de diverses confessions", a déclaré mercredi le pape, qui a répété sa volonté de se rendre "aux périphéries".


Jeudi, le Souverain pontife rencontrera le président Nicos Anastasiades qui, selon un communiqué, présentera au pape la vision de son pays pour une "solution juste et viable" aux problèmes de Chypre.


L'île est divisée depuis l'invasion du nord de Chypre par l'armée turque en 1974 en réaction à un coup d'Etat de nationalistes chypriotes-grecs souhaitant rattacher l'île à la Grèce.


Le dialogue avec les orthodoxes, séparés de l'église catholique depuis le schisme de 1054 entre Rome et Constantinople, sera également à l'ordre du jour. Le pape rencontrera vendredi à l'archevêché Chrysostome II, primat de l'Eglise orthodoxe locale.


La République de Chypre n'exerce son autorité que sur les deux tiers sud de l'île à majorité hellénophone.

Crise au Liban 

Après son arrivée, il se rendra immédiatement à la cathédrale maronite Notre-Dame de Grâce à Nicosie où il rencontrera le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, venu du Liban voisin, ainsi que d'autres membres du clergé.


Selon des responsables de l'église maronite, un millier de Libanais sont venus à Chypre pour l'occasion. Le pape devrait évoquer la crise au Liban, pays plongé dans une crise socio-économique sans précédent.


En juillet, il avait appelé les Libanais à ne pas perdre confiance, pressant pour des "solutions urgentes" à la crise et promettant de se rendre au Liban.


Les Maronites chypriotes, descendants de Libanais et de Syriens qui ont migré vers l'île dès le VIIIe siècle, constituent moins d'1% de la population de Chypre.


Peng Shuai: des stars du tennis saluent la WTA pour son retrait de Chine

Cette photo d'archive prise Photo de Peng Shuai lors d'un de ses matchs à l'Open de France de Roland Garros 2018 à Paris. ( AFP)
Cette photo d'archive prise Photo de Peng Shuai lors d'un de ses matchs à l'Open de France de Roland Garros 2018 à Paris. ( AFP)
Short Url
  • La WTA s'inquiète du sort de l'ancienne numéro une mondiale en double, âgée de 35 ans, depuis qu'elle a accusé début novembre un ancien dirigeant chinois, de 40 ans son aîné, de l'avoir contrainte à un rapport sexuel.
  • En Chine, la fédération nationale de tennis reste muette

WASHINGTON: L'association qui gère le circuit professionnel féminin de tennis (WTA), a annoncé mercredi qu'elle suspendait ses tournois en Chine, à la suite du scandale sexuel dénoncé par la championne Peng Shuai.

La WTA s'inquiète du sort de l'ancienne numéro une mondiale en double, âgée de 35 ans, depuis qu'elle a accusé début novembre un ancien dirigeant chinois, de 40 ans son aîné, de l'avoir contrainte à un rapport sexuel.  

Une décision lourde mais une décision saluée: des grands noms du tennis ont chaleureusement accueilli la décision de la WTA, qui gère le circuit féminin de tennis, de suspendre les tournois en Chine, en soutien à la joueuse Peng Shuai qui a accusé un ex-haut dirigeant chinois d'agression sexuelle.


En réponse, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a dénoncé jeudi "toute politisation du sport".


La WTA a pris cette initiative en raison, selon son président Steve Simon, des "doutes sérieux" quant à la liberté de mouvement de la joueuse de 35 ans, ex-lauréate de Wimbledon et Roland-Garros en double.


Dans un communiqué virulent, il a annoncé mercredi soir "la suspension immédiate de tous les tournois WTA en Chine, y compris Hong Kong".

 


À Chypre, la petite communauté catholique est en effervescence pour l'arrivée du pape

Le Pape François saluant les religieuses après son audience générale dans le hall Paul VI, le 1er décembre 2021. (AFP).
Le Pape François saluant les religieuses après son audience générale dans le hall Paul VI, le 1er décembre 2021. (AFP).
Short Url
  • La visite du pape est attendue avec une grande impatience par les quelque 25 000 membres de la communauté catholique de ce pays
  • Pour les 5 000 à 7 000 fidèles de l'Église maronite, l’une des Églises catholiques orientales, la visite du pape constitue un signe d'espoir, en particulier pour ceux qui sont originaires du Liban et de la Syrie, pays voisins en crise

NICOSIE: Escalier de l'église repeint, chorales soigneusement préparées, vaccinations Covid à jour: l'effervescence règne au sein des communautés catholique et maronite de Chypre, où le pape François est attendu jeudi prochain.

Cette visite de deux jours sur l'île méditerranéenne est la deuxième d'un pape à Chypre après celle de Benoit XVI en 2010. Elle est attendue avec une grande impatience par les quelque 25 000 membres de la communauté catholique de ce pays qui compte plus d'un million d'habitants, à majorité orthodoxe (80%).

Pour les 5 000 à 7 000 fidèles de l'Église maronite, l’une des Églises catholiques orientales, la visite du pape constitue un signe d'espoir, en particulier pour ceux qui sont originaires du Liban et de la Syrie, pays voisins en crise, mais aussi pour ceux qui souhaitent un avenir pacifié sur cette île divisée.

«Beaucoup de Chypriotes-Grecs, de Chypriotes-Turcs et de maronites ont perdu leurs terres en raison de la guerre», rappelle Neophitou Christofou, un Chypriote maronite qui espère que la visite du pape pourra orienter l'île vers une «réunification».

Chypre est divisée depuis qu’elle a été envahie par l'armée turque, en 1974, en réaction au coup d'État de nationalistes chypriotes-grecs qui souhaitaient la rattacher à la Grèce. La République de Chypre, membre de l'Union européenne, exerce son autorité au Sud. Au Nord, la République turque de Chypre-Nord (RTCN), autoproclamée, est uniquement reconnue par Ankara.