Origines du Covid: Pékin dénonce «l'arrogance» de l'OMS, Washington proteste

Cette vue aérienne montre le laboratoire P4 sur le campus de l'Institut de virologie de Wuhan, dans la province centrale du Hubei en Chine le 27 mai 2020. (Photo, Archives/AFP)
Cette vue aérienne montre le laboratoire P4 sur le campus de l'Institut de virologie de Wuhan, dans la province centrale du Hubei en Chine le 27 mai 2020. (Photo, Archives/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 23 juillet 2021

Origines du Covid: Pékin dénonce «l'arrogance» de l'OMS, Washington proteste

  • La Chine nie farouchement être à l’origine de la pandémie, même si les premiers malades du coronavirus ont été identifiés en 2019 dans la ville de Wuhan
  • Le régime de Xi Jinping combat aussi la théorie selon laquelle le virus aurait pu s'échapper d'un de ses laboratoires avant de se répandre à la surface du globe

PEKIN : "Arrogance" et "manque de respect". La Chine a critiqué vivement jeudi la demande de l'OMS de poursuivre sur son sol l'enquête sur les origines du Covid-19, s'attirant une réplique véhémente de Washington sur son attitude jugée "irresponsable".

Les premiers malades du coronavirus ont été identifiés fin 2019 dans la ville chinoise de Wuhan. Le virus s'est depuis répandu à la surface du globe, faisant plus de 4 millions de victimes à ce jour.

Plus d'un an et demi après le début de la pandémie, les scientifiques peinent toujours à en retracer l'origine et le sujet est devenu un énième point de contentieux dans les relations déjà bien tendues entre la Chine et les Etats-Unis.

La Chine a révélé le 31 décembre 2019 à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'existence d'un foyer de pneumonie virale inconnue sur son sol.

Mais Pékin n'admet pas pour autant que le coronavirus soit d'origine chinoise et a même laissé entendre qu'il aurait pu être importé dans le pays.

Le régime du président Xi Jinping combat aussi farouchement la théorie selon laquelle le Covid-19 aurait pu s'échapper d'un de ses laboratoires, en particulier de ceux de l'Institut de virologie de Wuhan, pointé du doigt par l'ex-administration Trump (2017-2021).

Longtemps balayée d'un revers de la main par la plupart des experts, cette hypothèse revient cependant en force ces derniers mois.

Le chef de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a lui-même demandé la semaine dernière un audit des laboratoires dans les régions où les premiers cas de coronavirus ont été identifiés -- une référence à Wuhan.

Jeudi, Pékin a fustigé cette proposition et s'est dit "extrêmement surpris".

Elle révèle un "manque de respect pour le bon sens et une arrogance envers la science", a estimé devant la presse le vice-ministre chinois de la Santé, Zeng Yixin.

M. Zeng a par ailleurs récusé la théorie de la fuite de laboratoire, qualifiée de "rumeur".

L'Institut de virologie de Wuhan "n'a jamais mené de recherches" sur les coronavirus, a-t-il assuré aux journalistes.

La réponse des Etats-Unis, engagé dans un bras de fer tous azimuts avec le géant asiatique, ne s'est pas fait attendre longtemps.

La position chinoise est "irresponsable" et "dangereuse", a lancé jeudi la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki. "Ce n'est pas le moment de faire obstruction", a-t-elle critiqué.

Le chef de l'OMS, longtemps accusé d'être trop complaisant envers Pékin, avait déjà créé la surprise en mars en demandant des enquêtes supplémentaires.

Quelques semaines plus tôt, des experts internationaux dépêchés à Wuhan par l'OMS avaient pourtant jugé "extrêmement improbable" que le virus provienne d'un laboratoire, privilégiant la piste d'une contamination naturelle par des animaux.

Cette conclusion est cependant mise en doute par Washington.

L’administration américaine a souligné à plusieurs reprises que l'équipe de l'OMS ne comportait pas de spécialistes capables d'évaluer la sécurité des laboratoires.

Le Dr Tedros a lui évoqué la semaine dernière un manque de partage par Pékin de "données brutes" sur le virus, ce qui constitue un "problème" pour retracer l'origine de l'épidémie.

La Chine s'en défend et critique à son tour un manque de transparence des Etats-Unis.

Responsables chinois comme médias d'Etat pointent du doigt en particulier le laboratoire de Fort Detrick près de Washington, comme étant à l'origine du Covid-19.

Ce site est au coeur de la recherche américaine contre le bioterrorisme.

Selon le Global Times, quotidien chinois au ton résolument nationaliste, cinq millions d'internautes avaient signé mercredi une pétition pour l'ouverture d'une enquête sur Fort Detrick.

La controverse risque d'être au menu des discussions qu'aura en Chine à partir de dimanche la vice-secrétaire d'Etat Wendy Sherman, la plus haute responsable américaine à se rendre dans le pays depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche.

 


Thaïlande: interdiction des écrans solaires nuisibles aux coraux

Les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques «détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux». (Photo, AFP)
Les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques «détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux». (Photo, AFP)
Short Url
  • Les contrevenants risquent une amende de 100 000 bahts thaïlandais (3 000 dollars), mais les autorités n'ont pas précisé comment elles comptaient faire respecter l'interdiction
  • Les plages thaïlandaises sont une destination très prisée attirant habituellement des millions de touristes mais les écrans solaires qu'ils utilisent sont devenus une source d'inquiétude pour la survie des fragiles coraux, à la croissance très lente

BANGKOK: La Thaïlande a interdit mercredi les crèmes solaires contenant des substances chimiques susceptibles de causer des dégâts aux récifs de corail dans ses parcs nationaux marins.

Un décret entré en vigueur mercredi interdit l'usage dans les parcs nationaux marins de la Thaïlande des crèmes solaires contenant des composés chimiques comme l'oxybenzone, l'octinoxate, le 4-methylbenzylidene camphor ou le butylparaben. Ces produits servent de filtres pour protéger la peau des rayons UVA et UVB ou comme les parabens, de conservateurs permettant de lutter contre les germes.

Selon le texte, les études scientifiques ont montré que ces substances chimiques "détériorent les récifs de corail, détruisent les larves de corail, entravent leur système reproductif et causent le blanchissement des coraux".

Les contrevenants risquent une amende de 100 000 bahts thaïlandais (3 000 dollars), mais les autorités n'ont pas précisé comment elles comptaient faire respecter l'interdiction.

Les plages thaïlandaises sont une destination très prisée attirant habituellement des millions de touristes mais les écrans solaires qu'ils utilisent sont devenus une source d'inquiétude pour la survie des fragiles coraux, à la croissance très lente.

Le secteur crucial du tourisme a été dévasté par la pandémie de Covid-19, le gouvernement ayant imposé des restrictions très strictes à l'entrée du territoire thaïlandais.


Le Royaume-Uni va vacciner les 16-17 ans contre le Covid

Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes. (Photo, AFP)
Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les 16-17 ans recevront une première dose avant qu'une décision ne soit prise au sujet de la deuxième dose après examen des données
  • Seul le vaccin Pfizer/BioNTech a pour l'heure été approuvé chez les plus de 12 ans par le régulateur britannique

LONDRES: Le Royaume-Uni va étendre sa campagne de vaccination contre le coronavirus aux adolescents de 16 et 17 ans, s'abstenant pour l'instant d'immuniser tous les plus de 12 ans comme de nombreux pays occidentaux, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires.

"J'ai demandé au NHS", le service public de santé britannique, "de se préparer à vacciner ceux qui sont éligibles dès que possible", a déclaré dans un communiqué le ministre de la Santé, Sajid Javid.

Le programme commencera dans "les toutes prochaines semaines", a déclaré le professeur Jonathan Van-Tam, médecin-chef adjoint pour l'Angleterre, lors d'une conférence de presse.

Les 16-17 ans recevront une première dose avant qu'une décision ne soit prise au sujet de la deuxième dose après examen des données, a-t-il ajouté.

Jusqu'alors, les jeunes de plus de 16 ans n'étaient éligibles que s'ils sont considérés à haut risque en raison de pathologies sous-jacentes.

Seul le vaccin Pfizer/BioNTech a pour l'heure été approuvé chez les plus de 12 ans par le régulateur britannique.

Selon le Pr Wei Shen Lim, qui préside la commission chargée de conseiller le gouvernement dans son programme de vaccination, les données seront réexaminées pour les 12-15 ans.

Le mois dernier, le gouvernement avait annoncé l'extension de la campagne de vaccination aux 12-15 ans cliniquement vulnérables, ainsi qu'aux 12-17 ans qui sont en contact dans leur foyer avec des personnes immunodéprimées et à tous les jeunes de 17 ans dans les trois mois qui précèdent leur 18e anniversaire.

Au Royaume-Uni, où 73% des adultes sont totalement vaccinés, l'épidémie a fait près de 130 000 morts, l'un des bilans les plus lourds en Europe.


Grèce: un monastère et plusieurs villages entourés par les flammes sur l'île d'Eubée

Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée (AFP)
Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée (AFP)
Short Url
  • Alors que douze villages et hameaux menacés ont été évacués, trois moines ont refusé de quitter le monastère Saint-David
  • Sous l'effet d'une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 40 degrés, la Grèce était mercredi la proie d'une quarantaine d'incendies

ATHENES: Un monastère et une dizaine de villages étaient entourés par les flammes mercredi sur l'île d'Eubée, à 200 km d'Athènes, dans le plus violent des quarante incendies qui frappent la Grèce sous l'effet d'une canicule exceptionnelle.

Les flammes immenses émergeant de la forêt et visibles de la mer témoignaient de la virulence du sinistre qui semblait incontrôlable, selon les pompiers, en raison du terrain accidenté et de l'absence de visibilité.

Alors que douze villages et hameaux menacés ont été évacués, trois moines ont refusé de quitter le monastère Saint-David, situé au sommet d'une montagne près de Rovies, dans le nord d'Eubée, ont précisé la police et les pompiers.

"Les flammes sont hautes de 30 à 40 mètres et encerclent le monastère. Nous suffoquons à cause de la fumée", a déclaré un moine par téléphone à l'agence de presse grecque ANA. 

"Nous les évacuerons de force" en cas de danger pour leur vie, a déclaré à l'AFP un officier de police.

Les autorités ont appelé les habitants de Rovies et des villages proches à quitter leurs maisons et à se rassembler sur la plage, selon l'ANA. 

Quelque 85 personnes s'étaient réunies mercredi après-midi sur la plage et ont été évacuées par la police portuaire, qui a mis cinq bateaux à disposition.

Trois pompiers ont été légèrement blessés en luttant contre les flammes, selon les autorités.

- "Impossible d'intervenir" -

Une centaine de pompiers, aidés de deux hélicoptères et de quatre avions bombardiers d'eau, ont été mobilisés pour lutter contre cet incendie, dont le front a été estimé à une vingtaine de kilomètres, selon la protection civile.

Mais "nous sommes complètement incapables d'intervenir ni par les airs ni par la terre", a déclaré le vice gouverneur de la région, Dimitris Vourdanos. "Il y a deux fronts principaux qui sont incontrôlables et plusieurs autres plus petits", a-t-il dit au quotidien Kathimerini.

Les maires de deux localités ont dénoncé le manque de moyens. "Nous prions les autorités de renforcer les forces aériennes et terrestres pour ne pas risquer des vies humaines", a déclaré Giorgos Tsapourniotis, maire de Limni, sur l'ANA. 

"Aucun moyen aérien n'a été déployé pour éteindre le feu", a accusé Argyris Liaskos, le maire ajdoint de Mantoudiou. "Au moins 150 maisons ont brûlé", a-t-il précisé sur Skai TV. 

Sous l'effet d'une canicule exceptionnelle, avec des températures dépassant les 40 degrés, la Grèce était mercredi la proie d'une quarantaine d'incendies, selon le ministre adjoint de la protection civile Nikos Hardalias.

- Feu près de l'ancienne Olympie -

Un feu a pris près du village de l'ancienne Olympie à l'ouest de la péninsule du Péloponnèse, selon les pompiers.

La ministre de la Culture, Lina Mendoni, et le ministre de la protection du citoyen, Michalis Chrysochoidis, devaient se rendre sur place en fin de journée pour évaluer les risques pour le site archéologique.

Une centaine de soldats du feu y sont mobilisés, aidés de trois hélicoptères et de deux avions, selon la même source.

Sept villages ont été évacués par précaution et une partie de la route principale entre Tripoli et Pyrgos a été fermée, selon les pompiers. 

Le maire de l'ancienne Olympie, Giorgos Georgopoulos a dénoncé lui aussi sur Open TV le manque de moyens: "Nous avons besoin de plus de soutien aérien". 

Dans le cadre du mécanisme de protection civile de l’UE, deux avions de lutte contre les incendies en provenance de Chypre et deux autres venant de Suède doivent apporter leur soutien à la Grèce. 

D'autres incendies étaient en cours en Chalcidique (nord) et dans le sud du Péloponnèse (ouest). Sur l'île de Rhodes, le sinistre a été maîtrisé mercredi.

Un incendie qui s'était déclaré mardi aux portes d'Athènes était en passe d'être maîtrisé mercredi, après avoir détruit près de 1.250 hectares de pinède au pied du Mont Parnès, selon Nikos Hardalias.

A Athènes, les autorités ont recommandé à tous de rester le plus possible à l'intérieur ou de porter un masque pour se protéger des cendres et des particules.

Des dizaines de personnes avec des problèmes respiratoires ont fait appel aux urgences, selon les services sanitaires.