Industrie automobile: les secrets de la success-story marocaine

Une employée de Kenitra PSA sur la ligne d'assemblage, le 21 juin 2019. (AFP).
Une employée de Kenitra PSA sur la ligne d'assemblage, le 21 juin 2019. (AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 29 juillet 2021

Industrie automobile: les secrets de la success-story marocaine

  • L’industrie automobile marocaine date de 1959 avec la création de la Société marocaine de construction automobile (Somaca)
  • Cette industrie a pris son envol grâce à plusieurs avantages: incitations fiscales, performance des infrastructures routières, ferroviaires et logistiques du Maroc, qualité et compétitivité des ressources humaines et proximité avec l’Europe

CASABLANCA. Alors que le Maroc était spécialisé depuis la fin des années 1950 dans l’assemblage, à petite échelle, de voitures, il peut désormais se targuer d’être une véritable plate-forme de construction automobile. Grâce à une politique d’industrialisation volontariste, concrétisée par le Plan d’accélération industrielle (PAI), le pays a franchi, en une décennie, plusieurs étapes stratégiques pour se positionner aujourd’hui parmi les centres mondiaux phares de cette industrie de pointe. Le Maroc figure comme le premier hub de construction sur le continent africain, détrônant l’Afrique du Sud.

80 milliards de dirhams à l’export

Cette success-story marocaine est le fruit d’un travail de longue haleine, suivi de très près par le roi du Maroc en personne, Mohammed VI. Le Royaume a ainsi réussi, en quelques années, à mettre en place plusieurs écosystèmes industriels accueillant plus de 250 grands constructeurs et équipementiers mondiaux. Ces derniers sont spécialisés dans toute la chaîne de valeur de cette industrie comme les sièges, les moteurs, l’électronique embarquée, les systèmes de climatisation, les câbles, les pièces de rechange, les coiffes de sièges et les faisceaux.

Entre 2014 et 2020, cette industrie a créé près de 600 000 emplois, pesant plus de 80 milliards de dirhams (1 dirham = 0,095 euro) de chiffre d’affaires à l’export, dépassant les performances du groupe marocain historique OCP, premier exportateur de phosphate brut, d’acide phosphorique et d’engrais phosphatés dans le monde.

«Figurez-vous que le secteur automobile a dépassé les exportations des phosphates. Une première. Qui aurait cru qu’on allait réaliser ces grandes performances. Le Maroc dispose aujourd’hui de tous les moyens pour devenir le pays le plus compétitif au monde dans ce secteur et je pèse mes mots», avait déclaré Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique, lors de son passage à la fin de juin 2021, devant la Commission des secteurs productifs du Parlement marocain.

Selon lui, la résilience et la maturité du secteur ont été salvatrices en ces périodes de crise due à la Covid-19, puisque l’industrie automobile a désormais dépassé son chiffre d’affaires de 2019 et a récupéré 99,8 % des emplois perdus lors de la crise, selon les dires du ministre. «Nous ne nous attendions pas à de tels résultats», confie-t-il. 

L’automobile dépasse l’indétrônable industrie des phosphates

À la fin de mai 2021, le secteur a exporté pour plus de 35,38 milliards de dirhams, en hausse de moitié par rapport à la même période un an auparavant. Une performance salutaire pour un secteur qui exporte 90 % de sa production, dont 80 % vers le marché européen. «Cette évolution s’explique principalement par la hausse des ventes du segment de la construction de 44 % et celles du segment du câblage de 47,4 %. Ces exportations sont égales à celles réalisées durant la même période en 2019», a précisé l’Office des changes marocain. De son côté, les exportations des phosphates et dérivés ont atteint 24,15 milliards de dirhams sur la même période. 

L’industrie automobile marocaine ne date pas d’aujourd’hui, mais de 1959 avec la création de la Société marocaine de construction automobile (Somaca), à l’initiative du gouvernement marocain, avec une assistance technique italienne (Fiat), et française (Simca). La Somaca est aujourd’hui détenue à 99 % par le constructeur français Renault. 

Mais si l’industrie automobile a véritablement pris son envol à partir de la deuxième décennie de ce siècle, c’est grâce principalement au PAI qui a prévu un ensemble de mesures incitatives et d’accompagnement au profit des investisseurs du secteur.

Le Maroc a ainsi mis en place le Fonds de promotion des investissements (FPI) qui propose la prise en charge partielle par le gouvernement de certaines dépenses liées à l’acquisition du foncier, à l’infrastructure externe et à la formation professionnelle. Le Fonds Hassan II pour le développement économique et social, propose, quant à lui, des subventions à hauteur de 15 % du montant total de l’investissement, plafonnées à 30 millions de dirhams.

Un ensemble de mesures incitatives pour les investisseurs

Ce qui a toutefois attiré davantage les investisseurs, c’est le statut de zone franche. Le Maroc a multiplié les zones franche d’exportation (ZFE) à Tanger, à Kénitra, à Casablanca, à Rabat et à Oujda. Le statut de zone franche offre des incitations fiscales indéniables comme l’exonération totale de l’impôt sur le revenu et de l’impôt sur les sociétés pendant les cinq premières années, suivie d’abattements.

Le statut permet également une exonération totale de la taxe professionnelle et de la taxe urbaine pendant quinze ans, en plus de de celle sur les produits des parts sociales, dividendes et revenus assimilés pour les non-résidents. Concernant la formation professionnelle, quatre Instituts de formation aux métiers de l’industrie automobile (Ifmia) sont sortis de terre à Casablanca, à Kénitra et à Tanger, et des aides directes à la formation allant jusqu’à 65 000 dirhams par personne ont été initiées par le gouvernement marocain.

Outre ces incitations, la proximité avec l’Europe, les performances des infrastructures routières, ferroviaires et logistiques du Maroc, ainsi que la qualité des ressources humaines et leur compétitivité, ont poussé l’ancien PDG du groupe Renault-Nissan, Carlos Ghosn, après de longues négociations, à réaliser un investissement de taille à Melloussa, dans la région du nord du Maroc, à quelques kilomètres de Tanger.

Une capacité de production d’un million de véhicules d’ici à 2025

Opérationnelle depuis 2012, l’usine Renault-Nissan Tanger emploie actuellement 6 700 personnes, avec un taux d’intégration locale de près de 60 %. «En 2019, le groupe a produit plus de 300 000 véhicules, sous ses quatre marques; Lodgy, Sandero, Dokker et Logan. On se rapproche à grands pas de la capacité actuelle du site, soit 340 000 véhicules. «La stratégie d’implantation privilégiée par Renault est un succès incontestable. Ce qui ne pouvait laisser Peugeot indifférent», souligne une étude réalisée en novembre 2020 par le centre de recherche Policy Center for the New South (PCNS).

En effet, sept ans après l’investissement de Renault, le groupe PSA a inauguré, en présence du roi Mohammed VI, sa première grande usine sur le continent africain. Installée dans la zone franche de Kénitra, cette usine a nécessité 500 millions d’euros d’investissement. Sa capacité de production est de 200 000 véhicules, le premier produit sur ce site a été la Peugeot 208, rappelle le centre de recherche PCNS. La même année, le géant chinois des véhicules électriques a annoncé sa prochaine implantation au Maroc. Grâce à ce futur investissement, le Maroc atteindra une capacité de production d’un million de véhicules en 2025.


La licence de China Telecom révoquée aux Etats-Unis

L'annonce, qui risque d'aggraver les tensions entre Washington et Pékin, a fait nettement baisser les Bourses chinoises mercredi. A Hong Kong, l'indice des valeurs technologiques Hang Seng Tech chutait de plus de 3% . (Photo, AFP)
L'annonce, qui risque d'aggraver les tensions entre Washington et Pékin, a fait nettement baisser les Bourses chinoises mercredi. A Hong Kong, l'indice des valeurs technologiques Hang Seng Tech chutait de plus de 3% . (Photo, AFP)
Short Url
  • La FCC a donné 60 jours à China Telecom America pour arrêter ses services aux USA, où la compagnie chinoise est présente depuis une vingtaine d'années
  • «Le fait que China Telecom America soit détenue et contrôlée par le gouvernement chinois pose des risques significatifs pour la sécurité nationale»

WASHINGTON : Le régulateur américain a révoqué mardi l'autorisation d'opérer aux Etats-Unis de la filiale locale de China Telecom, évoquant des risques "significatifs" pour la sécurité nationale.

La Commission fédérale des communications (FCC) a donné 60 jours à China Telecom America pour arrêter ses services aux Etats-Unis, où la compagnie chinoise est présente depuis une vingtaine d'années.

"Le fait que China Telecom America soit détenue et contrôlée par le gouvernement chinois pose des risques significatifs pour la sécurité nationale et l'application de la loi", a estimé la FCC dans un communiqué.

La commission a estimé que China Telecom et le gouvernement chinois peuvent "accéder, stocker, interrompre et/ou détourner les communications américaines, ce qui leur permet de perpétrer de l'espionnage et d'autres activités nuisant aux Etats-Unis".

"Promouvoir la sécurité nationale fait partie intégrante des responsabilités de la Commission pour défendre l'intérêt public, et notre action d'aujourd'hui correspond à cette mission", a-t-elle ajouté.

L'annonce est intervenue quelques heures après un appel vidéo entre des responsables chinois et américains portant sur le commerce, que Pékin a qualifiées de "pragmatiques, franches et constructives". 

Contacté par l'AFP, China Telecom n'a pas répondu dans l'immédiat.

Cette mesure constitue la dernière salve en date d'une longue passe d'armes qui oppose les deux plus grandes économies mondiales sur toute une série de questions, notamment Taïwan, Hong Kong, les droits de l'Homme, le commerce et la technologie.

«Espoirs douchés»

L'annonce, qui risque d'aggraver les tensions entre Washington et Pékin, a fait nettement baisser les Bourses chinoises mercredi. A Hong Kong, l'indice des valeurs technologiques Hang Seng Tech chutait de plus de 3% à la mi-journée.

Le retrait de la licence de China Telecom par Washington "semble avoir douché les espoirs que les relations entre la Chine et les Etats-Unis redeviennent meilleures", a commenté Jun Rong Yeap, analyste chez IG Asia. 

Selon lui, "les Etats-Unis pourraient être plus vigilants à l'égard des entreprises technologiques chinoises".

China Telecom est le principal opérateur de téléphonie fixe en Chine, dont les actions avaient bondi de 20% en août lors de son entrée en bourse à Shanghai.

Il avait dû quitter Wall Street en janvier, tout comme ses compatriotes et rivaux China Mobile et China Unicom, à la suite d'un décret de l'ex-président américain Donald Trump interdisant à tout citoyen américain d'investir dans des entreprises accusées d'être liées à l'armée et à l'appareil sécuritaire chinois.

En avril 2020, le ministère américain de la Justice avait déjà menacé de mettre un terme aux activités américaines de China Telecom, déclarant que les agences gouvernementales américaines avaient "identifié des risques substantiels et inacceptables pour la sécurité nationale et l'application de la loi associés aux opérations de China Telecom". 

Les régulateurs américains ont également pris des mesures contre d'autres entreprises de technologies mobiles chinoises, notamment le géant privé Huawei. 

La Maison Blanche de Trump a entamé en 2018 une campagne agressive visant à court-circuiter les ambitions mondiales de Huawei, en coupant le géant technologique de ses composants clés et en lui interdisant d'utiliser les services Android de Google. 

Ce geste "envoie un message plus large à Pékin, à savoir que, quel que soit le président, les États-Unis continuent d'être préoccupés par les risques posés par les entreprises technologiques chinoises opérant aux États-Unis", a déclaré à Bloomberg Martijn Rasser, du Center for a New American Security à Washington.


La FII s’inquiète des risques de favoriser l’environnement au détriment de l’économie

Riyad est désormais le siège régional de 44 sociétés multinationales – une augmentation de 20 depuis le lancement de la campagne en janvier. (Photo, Twitter)
Riyad est désormais le siège régional de 44 sociétés multinationales – une augmentation de 20 depuis le lancement de la campagne en janvier. (Photo, Twitter)
Short Url
  • «La crise de l’approvisionnement énergétique est imminente si le sous-investissement dans les projets pétroliers et gaziers se poursuit»
  • Larry Fink de BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a révélé qu’il y a une «forte probabilité» que le pétrole atteigne $100 le baril

RIYAD: Il était surprenant de voir que les grands hommes d’affaires et les grands gestionnaires d’actifs soient si mécontents du rythme rapide de l’action environnementale au détriment de la reprise économique mondiale.

Depuis des années, les pays producteurs de pétrole comme l’Arabie saoudite avertissent que le monde va trop vite dans sa démarche de réduction des émissions de carbone, engendrant une baisse notable des fonds alloués aux projets d’hydrocarbures.

Ces inquiétudes ont été clairement exprimées par le prince Abdelaziz ben Salmane, ministre saoudien de l’Énergie, et d’autres hauts responsables saoudiens.

Les avertissements des producteurs de pétrole sont rarement les bienvenus, mais face à la réalité, les grands investisseurs font désormais savoir sans ambiguïté qu’une crise de l’approvisionnement énergétique pourrait être imminente si le sous-investissement dans les projets pétroliers et gaziers se poursuit.

Lors du Future Investment Initiative Forum à Riyad, les principales entreprises de Wall Street ont mis en garde contre le risque d’une augmentation durable des prix du pétrole.

Larry Fink de BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a révélé qu’il y a une «forte probabilité» que le pétrole atteigne 100 dollars (1 dollar américain = 0,86 euro) le baril.

Il a réitéré les préoccupations qu’il avait soulevées lors du récent Sommet de l’Initiative verte du Moyen-Orient, où il avait clairement indiqué qu’il soutenait les investissements dans les hydrocarbures car le monde a besoin de sources d’énergie abordables.

Des acteurs de premier du Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite, de la société de gestion d’actifs Ninety One et de HSBC Holdings ont tous appelé à une augmentation du rythme des investissements dans les hydrocarbures.

Fahad al-Saif, responsable de Global Capital Finance au Fonds d’investissement public, a déclaré aux délégués: «L’essence de l’urgence n’est pas encore là. Il doit y avoir une collaboration entre les institutions mondiales; c’est un problème de confiance dans la livraison.» Il a ajouté: «Je m’inquiète de l’équilibre du rythme auquel nous avançons.»

Ses préoccupations ont été reprises par John Green, directeur commercial de Ninety One, qui a affirmé que 60 à 70% des conversations qu’il a avec ses clients portent sur l’énergie.

Le prince Abdelaziz ben Salmane a souligné que les plans ambitieux de l’Arabie saoudite visant à réduire les émissions de carbone à zéro net d’ici 2060 ne signifient pas qu’il y aura moins d’investissements dans le pétrole.

Malgré les promesses d’atteindre le zéro net et de devenir un leader mondial des énergies renouvelables, le pays souhaite rester l’un des principaux pays producteurs de pétrole au monde, selon une stratégie annoncée par le ministre.

Le plan «Claim and Retain Leadership» (Revendiquer et conserver le leadership) reflète le désir du Royaume de maintenir sa domination dans le secteur pétrolier, la «prééminence sur les marchés de l’énergie» étant l’un des principaux objectifs de ce plan.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Sous pression de Pékin, la fortune des milliardaires de la tech et de l'immobilier se lézarde

L'offensive de Pékin contre les géants de la technologie et de l'immobilier coûte cher aux grandes fortunes chinoises du secteur. (Photo, AFP)
L'offensive de Pékin contre les géants de la technologie et de l'immobilier coûte cher aux grandes fortunes chinoises du secteur. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les autorités veulent dompter les géants de la tech, accusés d'abuser de leur position dominante
  • Au nom de la lutte contre l'endettement, Pékin a engagé une reprise en mains financière du secteur immobilier

SHANGAI : Des milliards qui partent en fumée... L'offensive de Pékin contre les géants de la technologie et de l'immobilier coûte cher aux grandes fortunes chinoises du secteur, qui reculent dans un classement de référence.

Le fantasque milliardaire Jack Ma, homme le plus riche de Chine encore l'an dernier, a plongé cette année au cinquième rang, avec une fortune en baisse de 36%, à 39,6 milliards de dollars, selon le classement de l'institut Hurun publié mercredi.

Le fondateur du géant du commerce en ligne Alibaba  a trébuché l'an dernier en tentant d'introduire en Bourse sa filiale Ant, spécialisée dans les paiements en ligne.

Cette opération, qui aurait dû être la plus grosse introduction en Bourse de tous les temps, a été bloquée à la dernière minute par le régime chinois, quelque semaines après que Jack Ma eut critiqué publiquement les autorités de régulation financière.

Ce fiasco a été suivi d'une offensive des autorités contre les géants de la tech, accusés d'abuser de leur position dominante.

L'autre géant du secteur, Tencent, voit ainsi la fortune de son patron fondre de 19% et Pony Ma reculer de la deuxième à la quatrième place. 

Exception: à 38 ans, le patron de Bytedance, propriétaire du très populaire réseau social TikTok, a multiplié par trois sa fortune pour arriver à la deuxième place. Zhang Yiming pèse désormais 52,8 milliards de dollars.

La première place est occupée par le roi de l'eau minérale, Zhong Shanshan, qui a introduit en Bourse l'an dernier ses bouteilles Nongfu Spring, ainsi qu'une entreprise d'équipements médicaux, Wantai Biological Pharmacy Enterprise, qui a profité du boom des tests de dépistage du Covid-19.

M. Zhong, 67 ans, pèse désormais 60,5 mds de dollars.

Hurun souligne que pour la première fois aucun grand nom de l'immobilier ne figure dans les 10 premières places du classement.

La chute la plus vertigineuse est celle de Xu Jiayin, fondateur du promoteur Evergrande au bord de la faillite. Encore numéro un en 2017 et numéro cinq l'an dernier, M. Xu chute à la 70e place, avec un fortune en repli de 70%.

Au nom de la lutte contre l'endettement, Pékin a engagé une reprise en mains financière du secteur, qui a mis en difficulté plusieurs géants immobiliers.

Le régime du président Xi Jinping a d'ailleurs demandé à M. Xu de puiser dans ses économies pour aider son groupe à sortir de l'ornière, a rapporté mardi l'agence Bloomberg. Il conserve encore 11,3 milliards de dollars en poche, selon Hurun.

A la différence des magnats de l'immobilier, ceux de la voiture propre tirent leur épingle du jeu: l'empereur de la batterie Zeng Yuqun, à la tête du groupe CATL, grimpe à la troisième place après avoir triplé sa fortune en l'espace d'un an.