A Riga, un robot-cuistot mijote un avenir technologique pour la restauration

Une commande de pâtes arrive et le bras robotique entre en action au restaurant Roboeatz à Riga. Après cinq minutes de girations, une plaque chauffante est prête. Le café de Riga est conçu de manière à ce que les clients puissent observer le bras robotisé au travail. Une application Roboeatz permet aux clients de commander et de payer leur plat avant de le récupérer au café. (Gints Ivuskans / AFP)
Une commande de pâtes arrive et le bras robotique entre en action au restaurant Roboeatz à Riga. Après cinq minutes de girations, une plaque chauffante est prête. Le café de Riga est conçu de manière à ce que les clients puissent observer le bras robotisé au travail. Une application Roboeatz permet aux clients de commander et de payer leur plat avant de le récupérer au café. (Gints Ivuskans / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 31 juillet 2021

A Riga, un robot-cuistot mijote un avenir technologique pour la restauration

  • "Ce robot remplace 4 à 6 employés, ce qui réduit considérablement les coûts de la main-d'œuvre", indique M. Poruks
  • La technologie robotique dans la restauration connaît un intérêt croissant ces dernières années, galvanisée encore par la pandémie

RIGA, Lettonie : Une commande de pâtes qui arrive fait automatiquement actionner le bras du robot, chef cuisinier au bistro Roboeatz de Riga. En quelques mouvements et cinq minutes de girations, une assiette bien chaude est servie au client.

Situé sous un pont en vieux béton érodé, le bistro est conçu de manière à ce que les clients puissent observer le grand robot au travail qui présage un avenir technologique pour la restauration.

Il y a bien une salle et des tables, mais la plupart des clients préfèrent les plats à emporter, car les certificats de vaccination restent obligatoires en Lettonie pour consommer à l'intérieur.

"Le plat était meilleur que ce que j'en attendais", déclare Iveta Ratinika, enseignante et conseillère à l'éducation dans la capitale lettone.

Mme Ratinika compte désormais encourager les écoliers à venir observer le nouveau robot en action, estimant qu'un dispositif semblable pourrait travailler à la cafétéria de l'école d'ici "quelques années".

Le "vrai défi": la cuisine autour

Roboeatz a été conçu en janvier 2018 par Konstantins Korcjomkins et Janis Poruks, à la tête de la chaîne de restauration rapide Woki Toki en Lettonie, depuis 2009.

Leur objectif? Révolutionner le secteur.

"Ce robot remplace 4 à 6 employés, ce qui réduit considérablement les coûts de la main-d'œuvre", indique M. Poruks.

Mais, assure-t-il, l'introduction des robots ne fera pas grimper le taux de chômage puisque "les gens ne se pressent pas pour (venir) retourner des hamburgers" dans un restaurant.

"Le robot ne va remplacer les personnes désireuses de faire carrière dans la restauration, devenir chefs ou vedettes de la cuisine. Le robot remplacera ces emplois mal rémunérés dont la plupart des gens ne veulent déjà plus", insiste M. Poruks.

La technologie robotique dans la restauration connaît un intérêt croissant ces dernières années, galvanisée encore par la pandémie.

Dans un restaurant parisien qui vient d'ouvrir, les clients peuvent voir des robots préparer, cuire et emballer des pizzas à raison de 80 unités par heure.

Aux États-Unis, un robot nommé "Sally", de la start-up Chowbotics, prépare des salades pour un distributeur automatique.

Et, luxe ultime, une entreprise britannique a dévoilé l'année dernière une cuisine entièrement robotisée pour le prix minimum de 248.000 livres sterling (291.000 euros).

Roboeatz est conçu pour prendre en charge des tâches de préparation des aliments, tout en améliorant la sécurité alimentaire et en éliminant les risques d'infection dans des cuisines surpeuplées.

Lors d'une visite d'un journaliste de l'AFP cette semaine, le robot a été programmé pour réaliser trois plats de pâtes différents.

Selon ses créateurs, il pourrait réaliser des centaines de recettes, en tenant compte du goût du propriétaire et de ses allergies alimentaires.

"Le bras de robot est en fait celui qui pose le moins de problèmes, nous le programmons simplement pour qu'il fasse ce dont nous avons besoin", déclare M. Korcjomkins.

"Le véritable défi consiste à concevoir et à inventer une cuisine entière autour du robot, qui doit contenir tous les ingrédients alimentaires, les épices, les sauces, les casseroles rotatives pour faire bouillir et frire" les plats, précise-t-il.

"Comme les voitures électriques"

Les fondateurs du projet estiment que leur robot se sera rentabilisé en deux ans.

"En moyenne, dans l'Union européenne, un employé en cuisine coûte à l'entreprise environ 16 euros de l'heure, le salaire, les impôts, l'assurance, la formation et tout le reste inclus", calcule M. Poruks.

"Le robot n'a pas besoin d'assurance maladie, ses enfants ne vont pas tomber malades, il ne part ni en vacances ni en congé maternité, il ne se plaint pas et ne peut pas ramener le Covid" au travail, ajoute-t-il.

La société a des projets d'expansion, des bureaux de vente au Canada et aux Etats-Unis, et une équipe technique à Riga pour programmer les robots.

La technologie a été présentée au début de l'année lors du Consumer Electronics Show aux Etats-Unis.

Les cofondateurs du concept ne s'inquiètent pas de la concurrence d'autres robots semblables.

"Notre robot est conçu pour effectuer d'autres tâches et emplois qu'une simple fabrication de pizzas. Notre objectif est de créer un robot qui puisse être utile pour de nombreux types d'aliments, de cuisines et de plats", déclare M. Korcjomkins.

"Espérons qu'un robot en cuisine deviendra aussi populaire que les voitures électriques!", lance-t-il.


La star américaine Brittany Xavier présente une marque d'accessoires arabes

Brittany Xavier est célèbre pour ses blogs mode et beauté. (Getty Images)
Brittany Xavier est célèbre pour ses blogs mode et beauté. (Getty Images)
Short Url
  • La star des médias sociaux, qui compte plus de 1,7 million d'abonnés Instagram et plus de 4,6 millions de supporters TikTok, a opté pour les lunettes Ellis, une paire de lunettes de soleil à monture rectangulaire noire
  • Sur sa chaîne YouTube, qui compte environ 443 000 abonnés, la créatrice de contenu à plein temps raconte sa vie avec son mari, Anthony Xavier, et ses deux filles, Jadyn et Poppy Xavier

DUBAÏ : La youtubeuse américaine Brittany Xavier a été aperçue portant une paire de lunettes de soleil de la ligne d'accessoires éponyme de l'influenceuse libanaise Karen Wazen By Karen Wazen.

La star des médias sociaux, qui compte plus de 1,7 million d'abonnés Instagram et plus de 4,6 millions de supporters TikTok, a opté pour les lunettes Ellis, une paire de lunettes de soleil à monture rectangulaire noire.

La jeune femme de 34 ans, célèbre pour ses blogs sur la mode, la beauté et le marketing numérique, portait un costume complet en cuir, qu'elle a associé à un sac violet de la maison de couture de luxe espagnole Loewe, alors qu'elle se promenait dans les rues de Los Angeles.

Sur sa chaîne YouTube, qui compte environ 443 000 abonnés, la créatrice de contenu à plein temps raconte sa vie avec son mari, Anthony Xavier, et ses deux filles, Jadyn et PoppyXavier.

Elle a débuté sa carrière en 2013. « J'ai commencé mon blog comme passe-temps dans l'espoir d'en faire ma carrière à plein temps », a-t-elle déclaré dans l'une de ses vidéos YouTube.

La mère a récemment donné naissance à son deuxième enfant, Poppy, 14 ans après sa première fille.

Par ailleurs, l'entrepreneure et influenceuse basée à Dubaï Wazen a lancé sa première collection de lunettes en décembre 2018. La première ligne était en acétate et en acier inoxydable et dans une gamme de couleurs allant du néon à l'écaille de tortue.

Moins d'un an après le lancement officiel de sa marque, ses créations ont été reprises par le grand e-commerçant Farfetch, qui est devenu la première plateforme en ligne à proposer sa collection de lunettes.

Avec une large collection de nuances élégantes, la marque a reçu l’approbation de célébrités internationales, dont la chanteuse anglo-albanaise Dua Lipa, la star de télé-réalité Kourtney Kardashian, le mannequin français Cindy Bruna et la chanteuse américaine Becky G, ainsi que d’un certain nombre d’influenceurs régionaux et créateurs de tendances tels que la blogueuse libanaise Nathalie Fanj, l'actrice libano-canadienne Cynthia Samuel et l'influenceuse irakienne DeemaAl-Asadi.

Parmi ses fidèles clients se trouve la chanteuse américaine Demi Lovato, qui a défendu à plusieurs reprises les pièces de la créatrice.

La vedette deux fois nominée aux Grammy Awards possède les teintes glamour de Wazen, une paire de lunettes de soleil en forme d'œil de chat avec des verres verts et une monture transparente, et une paire de Kennys, qui sont de forme rectangulaire avec des verres marron et une monture transparente.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


La Diriyah Contemporary Art Biennale inaugure le forum de la scène artistique en Arabie saoudite

La Diriyah Biennale Contemporary Art (Biennale d'art contemporain de Diriyah) vient d'inaugurer son forum consacré à l'écosystème artistique local, du 21 au 22 janvier à Diriyah. (Photo fournie)
La Diriyah Biennale Contemporary Art (Biennale d'art contemporain de Diriyah) vient d'inaugurer son forum consacré à l'écosystème artistique local, du 21 au 22 janvier à Diriyah. (Photo fournie)
Short Url
  • Dans le quartier de Jax à Diriyah, une exposition ouverte au public favorise le développement de la scène artistique en Arabie Saoudite
  • La Biennale d'art contemporain de Diriyah a été officiellement inaugurée le 11 décembre et se poursuivra jusqu'au 11 mars de l'année prochaine

RIYAD : La Diriyah Contemporary Art Biennale (Biennale d'art contemporain de Diriyah) vient de lancer son forum de deux jours consacré à la scène artistique locale. L'objectif de cette initiative est de tisser des liens entre les entités culturelles qui y participent et de favoriser la communication et les échanges culturels.

Dans le quartier de Jax à Diriyah, cette exposition ouverte au public se fixe pour objectif de favoriser la croissance de l'écosystème artistique du Royaume. Il rassemble d'importants contributeurs et investisseurs soucieux de modeler le paysage artistique et culturel de l'Arabie saoudite.

Le forum met en lumière les opportunités proposées par différentes entités et souhaite étendre le réseau artistique de manière à développer davantage le secteur de l'art et de la culture en Arabie Saoudite.

La première journée du forum a accueilli les intervenants suivants : Aya Albakree, PDG de la Diriyah Biennale Foundation (Fondation de la biennale de Diriyah), Dina Amin, PDG de la Commission des arts visuels, Farah Abushullaih, directrice de musée au King Abdulaziz Center for World Culture (Centre Roi Abdelaziz pour la culture mondiale), et Nora AlDabal, directrice des arts et de la planification créative au sein de la Royal Commission For AlUla (Commission royale pour AlUla).

Le deuxième jour comprendra également un nombre d'interventions : Ilaria Bonacossa, chargée de liaisons artistiques et culturelles auprès de la Royal Commission for Riyadh City (Commission royale pour la ville de Riyad), Navid Niknejad, directeur des entreprises et de l'innovation à l'AMAALA, Reem Alsultan, PDG du Misk Art Institute, et Antonia Carver, directrice d'Art Jameel.

La Biennale d'art contemporain de Diriyah a été officiellement inaugurée le 11 décembre et se poursuivra jusqu'au 11 mars de l'année prochaine. Elle se tient dans les entrepôts récemment aménagés du quartier JAX. Elle comprend six sections présentant les œuvres de 64 artistes du monde entier avec un accent particulier sur les œuvres de 27 artistes saoudiens.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.

 


Un an après un record, un rare tableau de Botticelli bientôt aux enchères à New York

Un rare tableau de Botticelli, représentant un portrait du Christ, va être vendu aux enchères le 27 janvier chez Sotheby's à New York. (AFP)
Un rare tableau de Botticelli, représentant un portrait du Christ, va être vendu aux enchères le 27 janvier chez Sotheby's à New York. (AFP)
Short Url
  • «A mesure que l'on devient vieux, on est davantage dans l'introspection, plus métaphysique, spirituel. C'est ce que l'on voit profondément dans ce tableau»
  • Le tableau, très bien conservé, est resté depuis le milieu du 19ème siècle dans une même famille de collectionneurs qui partageaient leur vie entre l'Angleterre et l'Italie

NEW YORK: Un rare tableau de Botticelli, représentant un portrait du Christ, va être vendu aux enchères le 27 janvier chez Sotheby's à New Yorkà mesure que l'on devient vieux, on est davantage dans l'introspection, plus métaphysique, spirituel. C'est ce que l'on voit profondément dans ce tableau", un an après un record de 92 millions de dollars pour une peinture du maître de la Renaissance italienne.


Si la majorité des œuvres de Sandro Botticelli, comme les célèbres "Printemps" ou "Naissance de Vénus", sont exposées aux Offices à Florence, les pièces circulant dans des collections privées sont beaucoup plus rares.


"Nous estimons qu'il n'y en a que cinq environ que nous connaissons", explique Christopher Apostle, chef du département des maîtres anciens chez Sotheby's.


"Le Christ en tant qu'homme des douleurs" ("The man of sorrows"), exposé au public à partir de samedi dans les locaux de Sotheby's à New York, est un portrait sur fond noir de Jésus, au regard profond, couronne d'épines autour de la tête. Celle-ci est entourée d'anges et les mains du Christ sont entravées par des cordes et déjà scarifiées.


"Il a probablement été peint (par Botticelli) à la fin de sa cinquantaine (d'années)", autour des années 1500, et "à mesure que l'on devient vieux, on est davantage dans l'introspection, plus métaphysique, spirituel. C'est ce que l'on voit profondément dans ce tableau", ajoute Christopher Apostle.


Le tableau, très bien conservé, est resté depuis le milieu du 19ème siècle dans une même famille de collectionneurs qui partageaient leur vie entre l'Angleterre et l'Italie, avant d'être vendu à ses propriétaires actuels en 1963, aux enchères, pour 10 000 livres sterling de l'époque, explique-t-on chez Sotheby's.


"Pour l'époque, c'est un prix important", souligne M. Apostle, alors que la maison d'enchères a fixé son estimation à plus de 40 millions de dollars.


En janvier 2021, un tableau de Botticelli, le "Jeune homme tenant un médaillon", avait été vendu 92,2 millions de dollars aux enchères à New York, toujours chez Sotheby's. Il s'agissait d'un record aux enchères pour le peintre italien, dont les fresques ornent la Chapelle Sixtine au Vatican.