Bangladesh: malgré la pandémie, les ouvriers se ruent au travail

Les gens débarquent d'un ferry à Sreenagar le 31 juillet 2021 pour retourner dans leurs zones de travail après que le gouvernement du Bangladesh a assoupli les normes de verrouillage pour toutes les usines orientées vers l'exportation qui avaient été imposées auparavant pour freiner la propagation du coronavirus Covid-19. (Munir Uzzaman / AFP)
Les gens débarquent d'un ferry à Sreenagar le 31 juillet 2021 pour retourner dans leurs zones de travail après que le gouvernement du Bangladesh a assoupli les normes de verrouillage pour toutes les usines orientées vers l'exportation qui avaient été imposées auparavant pour freiner la propagation du coronavirus Covid-19. (Munir Uzzaman / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 31 juillet 2021

Bangladesh: malgré la pandémie, les ouvriers se ruent au travail

  • Alors que l'économie du Bangladesh a été particulièrement touchée par la pandémie, le gouvernement a exclu les usines fournissant les principales marques en Europe et en Amérique du Nord du nouveau confinement
  • Le gouvernement a annoncé que les 4.500 ateliers de confection du pays, qui emploient quatre millions de personnes, pourront rouvrir à partir de dimanche, provoquant une ruée vers les pôles industriels

SHIMULIA, Bangladesh : Des centaines de milliers de Bangladais ont pris d'assaut trains et cars afin de retourner travailler samedi, le gouvernement ayant annoncé la réouverture des ateliers de confection exportateurs, malgré une nouvelle vague meurtrière de coronavirus dans le pays.

Alors que l'économie du pays d'Asie du Sud-Est a été particulièrement touchée par la pandémie, le gouvernement a exclu les usines fournissant les principales marques en Europe et en Amérique du Nord du nouveau confinement imposé à l'ensemble de la population.

Les autorités ont ordonné que les usines, bureaux, transports et magasins soient fermés à compter du 23 juillet jusqu'au 5 août, le nombre de nouveaux cas et de décès atteignant des niveaux records.

Officiellement, le Bangladesh a recensé 1,2 million de cas et plus de 20.000 morts depuis le début de l'épidémie mais les experts estiment que le bilan réel est quatre fois supérieur.

Malgré le confinement, le gouvernement a annoncé que les 4.500 ateliers de confection du pays, qui emploient quatre millions de personnes, pourront rouvrir à partir de dimanche, provoquant une ruée vers les pôles industriels.

Très influents, les propriétaires de ces ateliers avaient alerté sur les conséquences "catastrophiques" qu'aurait leur incapacité à répondre à temps aux commandes de leurs clients étrangers.

Plusieurs centaines de milliers d'ouvriers, rentrés dans leurs villages afin d'y passer le confinement et y fêter l'Aïd al-Adha, la principale fête religieuse musulmane, tentaient samedi de rejoindre la capitale, Dacca, par tous les moyens, certains n'hésitant pas à marcher sous la mousson.

Signe de cette affluence exceptionnelle, plusieurs dizaines de milliers d'ouvriers ont attendu des heures pour pouvoir monter dans un des bateaux quittant la gare de ferry de Shimulia, à 70km au sud de Dacca.

"La police a effectué de nombreux contrôles et le ferry était plein à craquer", a expliqué à l'AFP un de ces ouvriers, Mohammad Masun, 25 ans, qui a quitté son village à l'aube, marchant plus de 30 km avant de prendre des rikshaws, pour atteindre l'embarcadère.

"C'était une course effrénée pour rentrer à la maison lors de l'annonce du confinement et maintenant nous éprouvons les mêmes difficultés pour retourner au travail", a déploré un autre ouvrier, Jubayer Ahmad, interrogé par l'AFP.

Deuxième exportateur de textile après la Chine, le Bangladesh, 169 millions d'habitants, a vu cette industrie devenir l'une des pierres angulaires de son économie.

Selon le vice-président de l'Association bangladaise des fabricants et exportateurs de tissus, Mohammad Hatem, des commandes pour près de trois milliards de dollars risquaient d'être perdues pour l'industrie si les usines étaient restées fermées.

"Les grandes marques seraient allées se fournir dans d'autres pays", a-t-il assuré à l'AFP.


Ethiopie: une attaque dans une église orthodoxe fait deux morts

Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Un prêtre à l'église Bole Medhanialem d'Addis-Abeba, le 20 juin 2021, lors d'un service matinal alors que les femmes se rassemblent (Photo, AFP).
Short Url
  • Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center
  • L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la «persécution» des chrétiens orthodoxes

NAIROBI: Deux jeunes chrétiens orthodoxes ont été tués samedi lors d'une attaque dans une église de cette obédience dans le sud de l'Ethiopie, a annoncé un média lié à ce culte.

Deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à Shashemene, dans la région d'Oromia, selon le Tewahedo Media Center (TMC), organe de l'église ortodoxe dans ce pays. Abune Henok, l'archevêque du diocèse d'Addis Abeba, y a qualifié cette attaque de "honteuse et déchirante".

Le TMC a accusé les forces de sécurité d'avoir mené cette attaque dans la ville située à environ 250 kilomètres au sud de la capitale.

Il était impossible dans l'immédiat de vérifier ces informations de manière indépendante.

L'archevêque Abune Henok a appelé les autorités d'Oromia, la région la plus étendue d'Ethiopie, à cesser la "persécution" des chrétiens orthodoxes, selon le TMC.

Cet incident intervient dans un contexte de tensions au sein de l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo, après que des évêques rebelles ont créé le mois dernier leur propre synode dans la région d'Oromia, la plus peuplée du pays.

L'unité de cette Eglise, l'une des plus anciennes au monde et qui compte environ 40% des 115 millions d'Ethiopiens, est dès lors menacée.

L'Eglise Tewahedo, dirigée par le patriarche Abune Mathias depuis une décennie, a déclaré la scission illégale et excommunié les évêques impliqués.

L'Eglise a également accusé le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed d'interférer dans ses affaires et de faire des déclarations qui de fait reconnaissent le "groupe illégitime".

M. Abiy, lui-même issu de la communauté Oromo, a appelé cette semaine les responsables au dialogue et affirmé que les deux parties avaient "leur propre vérité".

Les prêtres dissidents accusent l'Eglise de discrimination et d'hégémonie linguistique et culturelle, en faisant valoir qu'elle ne s'adresse pas aux congrégations en Oromia dans leur langue maternelle, des plaintes balayées par le patriarcat.

Le Conseil œcuménique des Eglises (COE) a publié vendredi une déclaration exprimant sa "profonde inquiétude" face aux tensions au sein de l'institution éthiopienne.

"Nous appelons tous les dirigeants politiques d'Ethiopie à soutenir l'Eglise orthodoxe éthiopienne Tewahedo dans ses efforts pour parvenir à l'unité et à la paix entre ses membres", a déclaré le secrétaire général du COE, Jerry Pillay.


Chili: 16 morts dans des incendies de forêts, selon un nouveau bilan

Vue d'un incendie à Santa Juana, dans la province de Concepcion, Chili, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Vue d'un incendie à Santa Juana, dans la province de Concepcion, Chili, le 3 février 2023 (Photo, AFP).
Short Url
  • Samedi, sur 251 feux actifs, 80 sont hors de contrôle, a précisé le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes
  • Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC

CONCEPCION, Chili: Au moins 16 personnes sont mortes dans plus de 250 incendies de forêt survenus dans le centre du Chili, où sévit une intense vague de chaleur, selon un nouveau bilan présenté samedi par les autorités.

Samedi, sur 251 feux actifs, 80 sont hors de contrôle, a précisé le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes (Senapred).

Selon lui, 24 autres personnes ont été blessées et 88 habitations ont été détruites.

Un précédent bilan faisait état vendredi de 13 morts. Parmi eux, un pilote de nationalité bolivienne et un mécanicien de nationalité chilienne qui se sont écrasés dans un hélicoptère qui luttait contre les feux, selon le Senapred.

Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC, ce qui fait craindre aux autorités une catastrophe comme celle de 2017.

Cette année là, un gigantesque incendie de forêt avait fait 11 morts, quelque 6 000 sinistrés, détruit plus de 1 500 maisons et ravagé 467 000 hectares de terres.


Les corps des deux volontaires Britanniques tués en Ukraine récupérés

Les soldats ukrainiens portent les cercueils de leurs camarades tués au combat, lors de leurs funérailles à Lviv le 4 février 2023, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Les soldats ukrainiens portent les cercueils de leurs camarades tués au combat, lors de leurs funérailles à Lviv le 4 février 2023, au milieu de l'invasion russe de l'Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • L'armée ukrainienne a reconnu le 25 janvier avoir cédé aux forces russes Soledar, situé non loin de Bakhmout dans l'est du pays
  • Le retour des corps des deux hommes est intervenu dans le cadre d'un échange de 116 prisonniers ukrainiens et 63 russes entre Moscou et Kiev

LONDRES: Les corps des deux Britanniques, Christopher Parry et Andrew Bagshaw, tués en Ukraine où ils étaient partis comme volontaires, ont été récupérés dans le cadre d'un échange de prisonniers entre Kiev et Moscou, ont indiqué les autorités ukrainiennes.

"Nous avons réussis à récupérer les corps de volontaires étrangers morts", a indiqué Andriï Yermak, le chef de l'administration du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le retour des corps des deux hommes est intervenu dans le cadre d'un échange de 116 prisonniers ukrainiens et 63 russes entre Moscou et Kiev.

Christopher Parry, 28 ans, et Andrew Bagshaw, 48 ans, ont été tués alors qu'ils tentaient une évacuation humanitaire de la ville de Soledar, théâtre d'intenses affrontements début janvier et largement détruite dans des bombardements, avait confirmé fin janvier la famille de M. Parry, via le ministère britannique des Affaires étrangères.

Ils étaient portés disparus depuis plusieurs semaines, et le chef du groupe Wagner, Evguéni Prigojine, avait indiqué le 11 janvier que ses combattants avaient trouvé à Soledar le corps de l'un d'entre eux.

L'armée ukrainienne a reconnu le 25 janvier avoir cédé aux forces russes Soledar, situé non loin de Bakhmout dans l'est du pays, devenu l'épicentre des combats près d'un an après le début de l'invasion du pays.

Les Russes revendiquaient sa prise depuis deux semaines.

Contacté, le ministère britannique des Affaires étrangères n'était pas en mesure de réagir dans l'immédiat.