La Lituanie commence à repousser les migrants en provenance du Bélarus

Depuis le début de l'année, la Lituanie, pays de 2,8 millions d'habitants, a enregistré plus de 4 000 migrants - pour la plupart des ressortissants irakiens - contre 81 pour l'ensemble de 2020. (Photo, AFP)
Depuis le début de l'année, la Lituanie, pays de 2,8 millions d'habitants, a enregistré plus de 4 000 migrants - pour la plupart des ressortissants irakiens - contre 81 pour l'ensemble de 2020. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 04 août 2021

La Lituanie commence à repousser les migrants en provenance du Bélarus

  • Les autorités lituaniennes soupçonnent le régime bélarusse, soutenu par la Russie, d'orchestrer cet afflux
  • Les ONG lituaniennes estiment que le refoulement des migrants viole les droits humains

VILNIUS: Les gardes-frontières lituaniens ont déclaré mardi qu'ils avaient commencé à repousser les migrants qui tentaient d'entrer dans ce pays, membre de l'UE, en provenance du Bélarus voisin, alors que Vilnius lutte avec une crise migratoire sans précédent.

Les autorités lituaniennes soupçonnent le régime bélarusse, soutenu par la Russie, d'orchestrer cet afflux, en guise de représailles aux sanctions de l'UE. 

"Quiconque tente d'entrer illégalement sur le territoire lituanien se verra refuser l'entrée et sera dirigé vers le point de contrôle frontalier international opérationnel le plus proche", a déclaré Rustamas Liubajevas, chef des gardes-frontières.

"Des mesures dissuasives peuvent être prises contre ceux qui ne s'y conforment pas", a-t-il déclaré à la presse, ajoutant que quelque 180 migrants avaient déjà été renvoyés au Bélarus mardi. 

La décision prise par la ministre lituanienne de l'Intérieur Agne Bilotaite, qui est entrée en vigueur mardi, permet aux autorités de recourir à la force pour détourner les migrants vers des points de passage frontaliers officiels ou des missions diplomatiques, où ils peuvent demander l'asile légalement.

M. Liubajevas a refusé de divulguer les mesures exactes prises par les gardes-frontières mardi, mais il a déclaré qu'ils n'avaient pas utilisé la force. 

Les ONG lituaniennes estiment que le refoulement des migrants viole les droits humains. 

"Cela restreint le droit humain fondamental de demander l'asile dans un état sûr", a déclaré Akvile Krisciunaite, chercheuse de l'ONG Diversity Development Group. 

"Le Bélarus n'est pas un pays sûr et on sait que les droits humains y sont gravement bafoués", a-t-elle déclaré.

Depuis le début de l'année, la Lituanie, pays de 2,8 millions d'habitants, a enregistré plus de 4 000 migrants - pour la plupart des ressortissants irakiens - contre 81 pour l'ensemble de 2020.

Les tensions entre Minsk et Vilnius se sont aggravées l'année dernière après que la Lituanie est devenue un pays d'accueil pour l'opposition bélarusse qui a fuit le pays à la suite d'une élection présidentielle contestée. 

La chef de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, qui affirme avoir remporté légitimement l'élection présidentielle d'août 2020 face à M. Loukachenko vit actuellement en Lituanie. 

L'UE a menacé de renforcer les sanctions qu'elle a imposées au Bélarus l'année dernière à la suite de la répression des manifestations protestant contre les élections contestées.


Le Mali formule ses conditions avant l'arrivée d'une mission ouest-africaine

Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta (à droite) et le chef de la junte guinéenne, Mamady Doumbouya (Photo, AFP).
Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta (à droite) et le chef de la junte guinéenne, Mamady Doumbouya (Photo, AFP).
Short Url
  • La mission était prévue mardi, mais le Mali a fait savoir ne pouvoir la recevoir que jeudi ou vendredi
  • Le Mali et la Côte d'Ivoire sont en pleine querelle diplomatique sur le sort de 46 soldats ivoiriens arrêtés

BAMAKO: Le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a prévenu que son pays ne se laisserait pas imposer une solution à la crise diplomatique avec le voisin ivoirien par une mission de chefs d'État ouest-africains attendue en fin de semaine.

"Nous allons les écouter. Nous avons dit depuis le début que tout ce que le Mali veut, c'est chercher les voies et moyens pour trouver un terrain d’attente entre le Mali et la Côte d'Ivoire. Mais si c'est pour imposer des décisions au Mali, cela ne passera pas", a déclaré M. Diop dans un entretien en bambara avec VOA Afrique, posté sur les réseaux sociaux des Affaires étrangères.

Les dirigeants des États membres de la Communauté des États ouest-africains (Cédéao) réunis en sommet extraordinaire jeudi à New York ont décidé l'envoi au Mali d'une mission composée des chefs d'État ghanéen, sénégalais et togolais pour trouver une issue à la crise avec la Côte d'Ivoire.

La mission était prévue mardi, mais le Mali a fait savoir ne pouvoir la recevoir que jeudi ou vendredi.

Le Mali et la Côte d'Ivoire sont en pleine querelle diplomatique sur le sort de 46 soldats ivoiriens arrêtés le 10 juillet à leur arrivée à Bamako.

Ils devaient, selon Abidjan et l'ONU, participer à la sécurité du contingent allemand des Casques bleus au Mali, mais Bamako a dit les considérer comme des "mercenaires" venus attenter à la sûreté de l'État.

M. Diop a redit que l'affaire était entre les mains de la justice malienne, mais que le Mali avait aussi accepté une médiation du Togo. Le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta, était ouvert à un accord avec la Côte d'Ivoire "en dehors de la justice" et trois soldates, sur les 49 militaires arrêtés au départ, ont été relâchées, a-t-il dit.

C'est alors que "la Cédéao a été impliquée sans que le Mali ne soit consulté", a dit M. Diop.

"Une décision a été prise unilatéralement en faveur de la Côte d’Ivoire. Pourtant, ce n’est pas un problème de la Cédéao, c’est entre le Mali et la Côte d’Ivoire", a-t-il ajouté : "Quiconque veut apporter une solution sera le bienvenu...  Mais les démarches entamées par la Cédéao ne constituent pas des solutions pour nous".


Impossible pour Kiev de négocier avec Moscou après les «référendums» d'annexion, dit Zelensky à l'ONU

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • A la tribune de l'ONU, le président ukrainien a dénoncé «une farce» avec des résultats «pipés d'avance»
  • Un dialogue sera nécessaire pour mettre fin à la guerre en Ukraine mais il suppose un «rééquilibrage» des forces en faveur de Kiev

KIEV: Kiev ne peut pas mener de pourparlers avec Moscou après l'organisation de "référendums" d'annexion dans quatre régions ukrainiennes, dont trois ont déjà annoncé mardi soir que le "oui" au rattachement à la Russie l'avait emporté, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à l'ONU.

"La reconnaissance par la Russie des +pseudo-référendums+ comme +normaux+, la mise en œuvre du (même) scénario qu'en Crimée et une énième tentative d'annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n'avons pas à discuter avec l'actuel président russe", a dit M. Zelensky dans une vidéo enregistrée et diffusée lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.


«Un incendie sous l'eau»: en Méditerranée, des forêts de corail décimées par la chaleur

La "canicule marine" est également atteinte d'autres espèces (Photo, AFP).
La "canicule marine" est également atteinte d'autres espèces (Photo, AFP).
Short Url
  • L'alerte a été donnée fin août par des plongeurs «sentinelles»
  • «Ça fait mal au cœur, la détérioration est super rapide»

MARSEILLE: Comme "un incendie sous l'eau": au large de Marseille (sud), les gorgones rouges, une espèce de corail, ont été décimées, victimes de la température record de la Méditerranée cet été, constate Solène Basthard-Bogain, directrice d'une association spécialisée dans la conservation des milieux marins.

L'alerte a été donnée fin août par des plongeurs "sentinelles", connaisseurs de ces forêts de corail multicolores au large de la deuxième ville de France.

"Ça fait mal au cœur, la détérioration est super rapide, il y a deux mois seulement, on plongeait ici pour explorer cette magnifique forêt entièrement colorée", déplore Tristan Estaque, chargé de missions scientifiques chez Septentrion environnement, à bord du bateau de cette association étudiant les écosystèmes marins méditerranéens.

Entretemps, une grande vague de chaleur marine a frappé la Méditerranée occidentale cet été avec des températures de l'eau supérieures de "4 à 5 degrés" à la normale, selon Mercator Ocean international, organisation pilotant le service européen de surveillance des océans. La température de l'eau est montée jusqu'à 30 degrés par endroits.

«Forêt fantôme»

En remontant d'une plongée exploratoire en ce jour de septembre, Tristan Estaque décrit à l'AFP un paysage apocalyptique sous l'eau, une "forêt fantôme": "Il faut s'imaginer un arbre où il n'y a plus de feuille, plus d'écorce".

Dans ses mains, un morceau de gorgone morte, petit arbre beige aux branches nues: "Normalement sur cette espèce-là, il y a un tissu pourpre plein de polypes", déplore-t-il. Sous la pression d'une chaleur continue et intense, la gorgone meurt et son tissu se grise et tombe en poussière.

Selon les relevés de Septentrion environnement, près de Marseille "70 à 90% de la population de gorgones rouges" dans la zone des 10 à 20 mètres sont mortes.

Les quelques tissus vivants prélevés (environ 20% de chaque "arbre") sont collectés et étiquetés sur le bateau, pour une analyse génétique.

La mortalité des gorgones a aussi été observée sur les côtes espagnoles, dans la région de Toulon ou encore autour de l'île italienne de Sardaigne, selon Stéphane Sartoretto, qui participe au suivi des espèces pour l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer).

Dans le parc national des Calanques, ces criques spectaculaires disséminées sur le littoral près de Marseille, elle a été spécialement intense du fait d'une implantation à faible profondeur des gorgones, à six mètres seulement de la surface dans certaines zones. Dans les Baléares, elles vivent plus en profondeur, à 40 mètres, et ont donc été moins impactées, selon M. Sartoretto.

Risque de disparition

Outre la gorgone rouge, des éponges ou encore des bivalves ont été bien touchées, relève-t-il, ainsi qu'un poisson, le mostelle.

Le premier épisode bien documenté de mortalité des gorgones avait été relevé en 1999, relève M. Sartoretto, "mais le coup de chaud était à l'automne, alors que là, c'est arrivé très tôt, donc on n'est pas à l'abri de nouveaux coups de chaud en octobre..."

Les températures basses constatées ces derniers jours peuvent peut-être "préserver celles qui n'étaient pas touchées", selon Solène Basthard-Bogain, sans être sûre que ça stoppe le phénomène car "si la chaleur a favorisé un agent pathogène, il est probable" qu'il soit encore présent.

Pour les gorgones détruites, les scientifiques sont pessimistes : "Comme pour un incendie de forêt à terre, la résilience est très faible pour les gorgones, elles vont mettre des dizaines d'années à se régénérer", déplore M. Sartoretto, soulignant aussi le faible taux de reproduction de ces animaux marins.

"On peut se poser la question de leur disparition si les coups de chaud se répètent trop souvent, et dans ce cas-là, que va-t-il se passer?", se demande le scientifique. Car les gorgones sont des "espèces ingénieures, qui structurent les fonds marins".

Elles constituent de "véritables +forêts animales+ qui abritent 15 à 20% des espèces connues en Méditerranée", selon le Parc national des calanques.

Si cette mer couvre moins d'1% de la surface océanique de la planète, elle abrite "18% de toutes les espèces marines connues", selon un rapport du réseau des experts méditerranéens sur le changement climatique (Medecc), et présente déjà "la plus forte proportion d'habitats marins menacés en Europe".

La "canicule marine" a aussi affecté d'autres espèces, notamment les moules : en Espagne, 150 tonnes de moules commerciales et 1.000 tonnes de moules d'élevage ont ainsi été perdues cet été.