Covid-19: l'OMS veut un moratoire sur les doses de rappel pour combattre l'inégalité

«Nous avons un besoin urgent de renverser les choses: d'une majorité de vaccins allant dans les pays riches à une majorité allant dans les pays pauvres». (Photo, AFP)
«Nous avons un besoin urgent de renverser les choses: d'une majorité de vaccins allant dans les pays riches à une majorité allant dans les pays pauvres». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 05 août 2021

Covid-19: l'OMS veut un moratoire sur les doses de rappel pour combattre l'inégalité

  • Tedros Adhanom Ghebreyesus a demandé que le moratoire dure «au moins jusqu'à la fin septembre»
  • Pour l'heure, Covax n'arrive pas à remplir sa mission faute de doses et n'a pu distribuer qu'une petite fraction de ce qui était initialement prévu

GENÈVE: Face au gouffre entre pays riches, où les vaccins anti-Covid abondent, et les pays pauvres qui n'ont pu immuniser qu'une faible partie de leur population, l'OMS a réclamé mercredi un moratoire sur les doses de rappel pour tenter de rétablir un semblant d'équilibre.

"Nous avons un besoin urgent de renverser les choses: d'une majorité de vaccins allant dans les pays riches à une majorité allant dans les pays pauvres", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'un point de presse à Genève.

Il réagissait au fait que l'Allemagne et Israël ont d'ores et déjà annoncé des campagnes pour une troisième dose, pour les vaccins nécessitant deux doses initiales. Ces "booster doses" sont destinées notamment aux personnes âgées dont le système immunitaire ne produit pas toujours assez d'anticorps malgré la vaccination complète.

Le patron de l'agence onusienne a demandé que le moratoire dure "au moins jusqu'à la fin septembre" pour tenter d'atteindre un objectif qu'il avait fixé en mai: que 10% de la population de tous les pays du monde soit vaccinée contre la Covid-19, qui a fait officiellement plus de 4,2 millions de morts depuis la fin 2019.

Coopération de tous

"Pour y arriver il nous faut la coopération de tout le monde, en particulier la poignée de pays et d'entreprises qui contrôlent la production mondiale de vaccins", a-t-il souligné.

Il en a notamment appelé aux groupes pharmaceutiques pour qu'ils favorisent le système Covax, un système international mis en place pour tenter justement de lutter contre l'inégalité vaccinale et aider 92 pays pauvres à immuniser leur population. 

Pour l'heure, Covax n'arrive pas à remplir sa mission faute de doses et n'a pu distribuer qu'une petite fraction de ce qui était initialement prévu faute de pouvoir acheter les vaccins nécessaires ou parce que l'approvisionnement a été bloqué par l'Inde pour combattre la pandémie chez elle. 

Le système a toutefois pu bénéficier de dizaines de millions de doses de vaccins offerts par des pays qui en avaient trop -ou d'un type qui ne leur convenait pas- comme les États-Unis mais aussi la France et d'autres pays européens.

Sur les 4 milliards de ces doses injectées dans le monde, 80% sont allées à des pays à revenu élevé ou moyen supérieur, alors qu'ils représentent moins de 50% de la population mondiale.

Le docteur Bruce Aylward, chargé de Covax au sein de l'OMS, a reconnu que fin septembre était un objectif ambitieux qui ne sera pas atteint si on continue au rythme actuel.

Les États-Unis ont d'ores et déjà rejeté cet appel à un moratoire estimant qu'ils n'avaient "pas besoin" de choisir entre administrer une troisième dose à leurs citoyens ou en faire don à des pays pauvres.

Si Washington n'a pas à ce jour pris de décision sur l'administration de doses de rappels, Israël a lancé une campagne la semaine dernière pour donner une troisième dose aux plus de 60 ans et l'Allemagne compte lancer sa campagne dès le 1er septembre pour les personnes âgées et vulnérables. 

"Notre objectif est double: nous voulons fournir une troisième vaccination à titre préventif aux personnes vulnérables en Allemagne et parallèlement apporter notre soutien pour une vaccination si possible de l'ensemble des populations dans le monde" en donnant des dizaines de millions de doses à Covax, a expliqué un porte-parole du ministère allemand de la santé.

Kate O'Brien, responsable des vaccins à l'OMS, s'est pour sa part interrogée sur l'utilité de la 3ème dose.

"Nous n'avons pas d'éléments de preuve complets pour savoir si on en a besoin ou pas", a-t-elle dit.

«Le prix devrait baisser»

L'OMS a aussi demandé un effort aux entreprises sur un autre front: celui des prix. 

Pfizer et Moderna, qui ont produit en un temps record des vaccins à ARN messager, les plus efficaces sur le marché, vont augmenter les prix des doses pour l'Union européenne, parce qu'elles ont adapté leur sérums aux variants, selon un ministre français.

Mariangela Simao, chargée de l'accès aux médicaments à l'OMS, a rappelé qu'il était "très important que les entreprises pratiquent des prix abordables".

"Dans une situation de marché normale les prix devraient baisser, pas augmenter", a-t-elle souligné, rappelant que Pfizer comme Moderna avaient non seulement réussi à augmenter leur production mais aussi leur productivité.

"Nous enjoignons à ces entreprises de maintenir les prix bas et abordables", a-t-elle insisté.


L'Indonésie dément les rumeurs de relations officielles avec Israël

Des manifestants organisent un rassemblement devant l'ambassade des États-Unis à Jakarta, en Indonésie, pour condamner la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, le 10 décembre 2017. (Photo, Reuters)
Des manifestants organisent un rassemblement devant l'ambassade des États-Unis à Jakarta, en Indonésie, pour condamner la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, le 10 décembre 2017. (Photo, Reuters)
Short Url
  • La radio de l'armée israélienne a déclaré lundi qu'une délégation de responsables indonésiens s'était rendue à Tel Aviv
  • L'Indonésie n'a aucune relation officielle avec Israël et elle a demandé à plusieurs reprises la fin de l'occupation des territoires palestiniens

JAKARTA: Le gouvernement indonésien a démenti jeudi les informations des médias israéliens selon lesquelles des responsables des deux pays auraient récemment tenu des réunions à Tel Aviv.

Abritant la plus grande population musulmane du monde, l'Indonésie n'a aucune relation officielle avec Israël et elle a appelé à plusieurs reprises à la fin de l'occupation israélienne des territoires palestiniens et à une solution à deux États basée sur les frontières d’avant la guerre de 1967.

La radio de l'armée israélienne a déclaré lundi qu'une délégation de responsables indonésiens s'était rendue à Tel Aviv pour discuter de stratégies liées à la pandémie de coronavirus, mais n'a donné aucun détail sur la date de la réunion. 

Lors d’une conférence de presse virtuelle, le porte-parole du ministère indonésien des Affaires étrangères, Teuku Faizasyah, a affirmé: «Ce que nous pouvons souligner ici, c'est qu'il n'y a pas eu d'interaction entre les responsables des deux pays, car nous n'avons pas de relations diplomatiques.»

Il a souligné que malgré l'absence relations officielles, des interactions interpersonnelles avaient eu lieu, notamment des pèlerins indonésiens visitant des sites religieux à Jérusalem.

«Mais entre les deux gouvernements, permettez-moi de souligner qu'il n'y a pas d'interactions formelles», a-t-il ajouté. «Veuillez faire la différence entre les choses qui sont de nature officielle et les relations commerciales ou entre les personnes, qui ne sont pas du ressort du gouvernement.»

Faizasyah a indiqué que la position de l'Indonésie sur la question palestinienne restait inchangée et que son gouvernement travaille activement «pour l'indépendance palestinienne dans le cadre d'une solution à deux États».

L'année dernière, l'ambassadeur d'Israël à Singapour a déclaré que Tel Aviv serait prête à travailler à l'établissement de liens avec les pays à majorité musulmane d'Asie du Sud-Est, l'Indonésie, la Malaisie et le Brunei, à la suite de l'accord des Émirats arabes unis, de Bahreïn, du Soudan et du Maroc pour la normalisation des relations avec Israël dans le cadre d'accords négociés par les États-Unis. 

Lors d'une visite à Jakarta le mois dernier, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a discuté avec des responsables indonésiens de la possibilité d'une normalisation, une décision que l'Indonésie a affirmé avoir refusé.

«Le ministre indonésien des Affaires étrangères a transmis la position constante de l'Indonésie à l’égard de la Palestine, à savoir que Jakarta se tiendra toujours aux côtés de la Palestine dans sa lutte pour la justice et l'indépendance», a soutenu Faizasyah à l'époque.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Au bout d'un an, Biden cherche, non sans mal, un second souffle

Marteler les réussites en matière d'économie et de lutte contre la Covid-19, recalibrer les promesses, aller davantage au contact de la population: voilà la stratégie adoptée par le démocrate de 79 ans. (Photo, AFP)
Marteler les réussites en matière d'économie et de lutte contre la Covid-19, recalibrer les promesses, aller davantage au contact de la population: voilà la stratégie adoptée par le démocrate de 79 ans. (Photo, AFP)
Short Url
  • Joe Biden avait entamé cette journée anniversaire avec l'équipe chargée de superviser les dépenses de 1 200 milliards de dollars que les Etats-Unis vont engager pour leurs infrastructures décaties
  • Il se débat avec une cote de confiance anémique, estimée à environ 43% dans la majorité des sondages

WASHINGTON : Comment faire campagne pour des élections législatives à haut risque quand on est englué dans de mauvais sondages et paralysé au Congrès? Joe Biden a malgré tout tenté jeudi de trouver un nouveau souffle, après un an à la Maison Blanche.

"Parfois, cela semble plus long" qu'une année, a blagué le président, lors d'une réunion par visioconférence avec le parti démocrate, destinée à mobiliser avant les élections législatives "cruciales" de mi-mandat à l'automne prochain.

Joe Biden avait entamé cette journée anniversaire avec l'équipe chargée de superviser les dépenses de 1 200 milliards de dollars que les Etats-Unis vont engager pour leurs infrastructures décaties.

Ce programme gigantesque - qui a l'indéniable avantage politique de se décliner à l'infini ou presque en annonces de réfection de routes, pose de canalisations et déploiement de réseau internet - est un rare succès dans une présidence qui traverse une mauvaise passe.

C'est aussi un sujet consensuel, dans une Amérique qui semble parfois ne plus pouvoir s'entendre sur rien, puisque la loi a même été votée par quelques parlementaires républicains.

Tom Hanks

Marteler les réussites en matière d'économie et de lutte contre la Covid-19, recalibrer les promesses, aller davantage au contact de la population: voilà la stratégie adoptée par le démocrate de 79 ans.

Mais nous sommes aux Etats-Unis, et il fallait bien une petite touche hollywoodienne pour cette journée anniversaire: les partisans de Joe Biden ont recruté Tom Hanks pour narrer, dans un clip de deux minutes avec force musique et images émouvantes, les réussites du président et la "résilience" de l'Amérique, "le pays des braves". 

Sur Twitter, la Maison Blanche a diffusé des témoignages vidéos immanquablement enthousiastes d'Américaines et Américains ayant bénéficié de mesures de relance de Joe Biden - un lycéen, un commerçant, un livreur, trois femmes afro-américaines représentant trois générations d'une même famille.

Mais cette opération de communication elle-même révèle les désillusions de la présidence Biden. 

L'un des témoignages vient en effet d'un père de famille qui explique avoir été grandement soulagé par un crédit d'impôt aux familles.

Or ce crédit d'impôt a pris fin, parce que Joe Biden n'a pas réussi à faire voter une grande réforme sociale et environnementale, d'un montant de 1.750 milliards de dollars, faute de majorité suffisante au Sénat.

Même scénario pour une grande loi devant protéger l'accès des Afro-Américains au vote. Deux sénateurs démocrates ont rejoint le camp républicain lors d'un vote crucial au Sénat jeudi soir, condamnant le projet.

Joe Biden a toutefois promis de sauver de "larges pans" de son programme social et environnemental, et assuré qu'il ne baisserait pas les bras en matière de réforme électorale.

Ukraine

Il ne peut pas se permettre d'échouer une nouvelle fois, surtout après avoir choisi, comme axe de campagne, d'éreinter une opposition républicaine selon lui dénuée de programme, et qui se contente de faire de l'obstruction.

"Ces gars, ils ne sont +pour+ rien", a critiqué Joe Biden lors de sa réunion avec le parti démocrate. "Quel est leur programme?" a-t-il demandé.

Reste à voir si les républicains, sur lesquels l'ancien président Donald Trump a encore beaucoup d'influence, ont réellement besoin d'un programme détaillé, au moment où les Américains sont excédés par une inflation record et une nouvelle vague de la pandémie. 

Joe Biden se débat avec une cote de confiance anémique, estimée à environ 43% dans la majorité des sondages.

Et sa tentative mercredi de reprendre la main avec une conférence de presse marathon a buté, comme souvent, sur sa tendance aux gaffes et aux digressions parfois confuses.

Il a dû clarifier jeudi une formulation sur la possibilité d'une incursion "mineure" de la Russie en Ukraine, adjectif qui a suscité l'indignation de Kiev. 

Disant avoir été "absolument clair" avec Vladimir Poutine, le président américain a déclaré: "Si un groupe d'unités russes traverse la frontière de l'Ukraine, c'est une invasion."

La Maison Blanche s'est par ailleurs employée à déminer d'autres déclarations, qui semblaient questionner à l'avance la légitimité des élections législatives de l'automne.


74 ans après la séparation indo-pakistanaise, des frères à nouveau réunis

Séparés pour 74 ans, les frères Sadiq Khan, à gauche, et Sikka Khan se prennent dans les bras lors de leur rencontre à Kartarpur, au Pakistan, le 10 janvier 2022. (Photo avec l'aimable autorisation de Jagsir Singh)
Séparés pour 74 ans, les frères Sadiq Khan, à gauche, et Sikka Khan se prennent dans les bras lors de leur rencontre à Kartarpur, au Pakistan, le 10 janvier 2022. (Photo avec l'aimable autorisation de Jagsir Singh)
Sikka Khan assis chez lui dans le village de Phulewala, au Pendjab, en Inde, le 16 janvier 2022. (Sanjay Kumar)
Sikka Khan assis chez lui dans le village de Phulewala, au Pendjab, en Inde, le 16 janvier 2022. (Sanjay Kumar)
Short Url
  • La partition en 1947 après l'indépendance de l'Inde vis-à-vis de la Grande-Bretagne a déclenché l'une des plus grandes migrations forcées de l'histoire
  • Les frères Sikka et Sadiq Khan, qui sont restés de part et d'autre de la frontière indo-pakistanaise, ont été réunis la semaine dernière

PHULEWALA: En août 1947, alors que l'Inde britannique était divisée en deux États indépendants, le père et le frère aîné de Sikka Khan, Sadiq, ont quitté le village de Phulewala - qui devint la partie indienne du Pendjab - et sont retournés dans leur village paternel de Bogran, qui a été intégré au Pakistan.

À peine âgé de deux ans à l'époque, Sikka était trop jeune pour quitter et est resté en Inde avec sa mère. La famille devait être bientôt réunie. Les parents voulaient seulement attendre que le tout-petit puisse voyager en toute sécurité.

Mais la promesse d'être à nouveau réunis a été interrompue par une orgie sanglante de violence et d'émeutes communautaires qui ont entaché l'une des plus grandes migrations forcées de l'histoire. Après la partition en 1947, environ 15 millions de musulmans, d’hindous et de sikhs, craignant la discrimination et la violence, ont changé de pays dans un bouleversement politique qui a coûté la vie à plus d'un million de personnes.

C'est dans ces circonstances que Sikka et Sadiq ont perdu leur père, leur mère - qui s'est suicidée lorsqu'elle a appris la mort de son mari - et le lien n'a été rétabli que la semaine dernière.

«Je t’avais dit que nous nous reverrions», a déclaré Sikka, 76 ans, en larmes, prenant son frère de 84 ans dans ses bras lors de leur rencontre à Kartarpur, au Pakistan, le 10 janvier. 

Kartarpur est une ville frontalière où le Pakistan a ouvert, fin 2019, un passage sans visa pour permettre aux pèlerins sikhs indiens d'accéder à l'un des sites les plus sacrés de leur religion, Gurdwara Darbar Sahib. Après la partition, le site s'est retrouvé du côté pakistanais de la frontière tracée à la hâte.

Les retrouvailles des frères n’ont pas duré longtemps, chacun d'eux devant retourner dans son pays. Au cours des sept dernières décennies, les visites transfrontalières ont été limitées par les tensions et les conflits.

«C’était un moment émouvant pour nous, et je ne pouvais pas croire que je rencontrais mon frère et sa famille», a déclaré Sikka à Arab News dans le village de Phulewala, où il réside depuis 1947.

«La vie m'a donné l'opportunité de retrouver mon frère et je ne veux pas vivre sans lui», a-t-il déclaré. «J'ai plus que jamais besoin de la compagnie de mon frère. Je veux vivre le reste de ma vie avec mon frère aîné.»

Ils ont repris contact en 2019, lorsque le YouTuber pakistanais Nasir Dhillon a visité le village de Bogran, où Sadiq vit toujours, et a entendu son histoire. Il a partagé les images sur les réseaux sociaux et a rapidement reçu un message de Jagsir Singh, un médecin de Phulewala, qui l'a mis en contact avec Sikka.

Le YouTuber et le médecin ont aidé les frères à se rencontrer virtuellement.

«Les frères se sont vus pour la première fois lors d'un appel vidéo il y a deux ans», a déclaré Singh à Arab News. «Depuis, ils sont restés en contact via WhatsApp.»

Ils se parlent au moins 15 minutes par jour, mais il leur a fallu deux ans pour se rencontrer en personne car même le corridor de Kartarpur, exempt de visa, a été affecté par la pandémie de la Covid-19 jusqu'à la fin de l'année dernière.

«L'ouverture du corridor de Kartarpur en novembre dernier nous a permis d'organiser la rencontre entre les frères», a déclaré Singh.

Lorsqu'il est arrivé à Kartarpur le 10 janvier, Sikka, dépourvu de famille, était accompagné d'une douzaine de villageois de Phulewala.

«Pour moi, mon village a été une famille», a-t-il déclaré en discutant avec Sadiq via un appel vidéo. «Maintenant, je veux aller au Pakistan et vivre avec mon frère aîné pendant quelque temps. J'espère que le gouvernement pakistanais me donnera un visa.»

Sadiq, lui aussi, veut se rendre dans sa ville natale.

«Je veux rencontrer Sikka dans son village», a-t-il déclaré lors de l'appel vidéo avec son frère. «Nous voulons vivre ensemble et rattraper le temps perdu.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com