L'OPEP + capable de tenir tête à Washington au sujet des réductions

Les prix de l'essence aux États-Unis ont augmenté de plus de 40 % au cours des 12 derniers mois. (Photo, Reuters)
Les prix de l'essence aux États-Unis ont augmenté de plus de 40 % au cours des 12 derniers mois. (Photo, Reuters)
Short Url
Publié le Vendredi 13 août 2021

L'OPEP + capable de tenir tête à Washington au sujet des réductions

  • Les prix de l'essence aux États-Unis devraient chuter de 12% jusqu'à la fin de l'année
  • L'Agence internationale de l'énergie prévient que la demande de brut devrait s'affaiblir pour le reste de l'année, tandis que l'OPEP maintient ses prévisions

LONDRES/MOSCOU : Les appels du président américain Joe Biden à l'OPEP+ pour pomper plus de pétrole pourraient être de courte durée, et la pression politique risque de s'atténuer face aux prix de l'essence au cours des prochains mois.

Les prix de l'essence aux États-Unis ont augmenté de 2,4% en juillet par rapport au mois précédent, portant leur progression sur 12 mois à 41,8%, selon les données sur l'inflation. Le prix moyen national quotidien à la pompe était de 3,19 $ le gallon le 11 août.

Cependant, ce prix devrait baisser de près de 12% à une moyenne de 2,82 $ le gallon au quatrième trimestre, selon les prévisions du gouvernement américain. La progression continue du variant Delta pourraient entraîner un nouvel effondrement de la demande et une baisse encore plus importante.

La demande mondiale de pétrole devrait croître plus lentement que prévu cette année et pourrait entraîner une offre excédentaire en 2022, car la propagation du variant Delta crée un goulot d’étranglement dans les principaux pays consommateurs, a déclaré jeudi l'Agence internationale de l'énergie.

La demande a bondi en juin avec l'augmentation de la mobilité en Amérique du Nord et en Europe. Mais elle a «brusquement inversé le cours» en juillet, quand le variant Delta a secoué les livraisons en Chine, en Indonésie et dans d'autres régions d'Asie, explique l'AIE dans son rapport mensuel.

En revanche, l'OPEP a maintenu jeudi sa prédiction d'une forte reprise de la demande mondiale de pétrole en 2021 et d'une nouvelle croissance l'année prochaine. L’organisation s'attend à ce que la demande augmente de 5,95 millions de barils par jour (bpj) cette année, ou 6,6%, inchangée par rapport aux prévisions du mois dernier.

«L'économie mondiale continue de se redresser», affirme l'OPEP dans le rapport. «Cependant, de nombreux défis demeurent et qui pourraient facilement freiner cet élan. En particulier, la progression de la Covid-19 requiert une surveillance étroite».

Le Brent a chuté de 0,4% à $71,35 le baril à 11 h 51 à Londres. Il a clôturé près d'un sommet de deux ans, à $76,33 le baril, le 30 juillet.

«Les réductions de production effectuées pendant la pandémie devraient être inversées à mesure que l'économie mondiale se redresse, afin de baisser les prix pour les consommateurs», a déclaré Biden mercredi à la Maison Blanche.

Toutefois, l'OPEP+ a accepté le mois dernier d'augmenter l'offre de 0,4 million de barils par jour du mois d'août à décembre, pour un total de 2 millions de barils par jour.

«Cet appel de la Maison Blanche constitue une contradiction en quelque sorte, étant donné le fort plaidoyer environnemental de l'administration Biden. Mais ceci montre une fois de plus à quel point les prix de l'essence restent une priorité dans la politique énergétique américaine», déclare Herman Wang, rédacteur en chef, OPEP/Middle East news à S&P Global Platts, à Arab News. «C'est aussi un rappel que l'OPEP et ses alliés gardent une influence considérable sur le marché», dit-il.

«Concrètement, il peut sembler théâtral de parler de pétro-diplomatie américaine, mais la propre analyse de l'OPEP montre aujourd'hui que son offre est bien inférieure aux volumes nécessaires pour équilibrer le marché», souligne Wang.

«Une action imminente de l'OPEP+ est peu probable, de nombreux membres se sont déjà engagés sur les volumes d'exportation de septembre. Mais son message lors de la réunion du 1er septembre sera certainement analysé de près par les responsables américains», poursuit le rédacteur en chef.

La décision de l'administration était apparemment programmée pour coïncider avec l'annonce de l'inflation, explique l'analyste de Height Capital Markets, Benjamin Salisbury, à Bloomberg News.

«Le mantra de l'inflation croissante, surtout en ce qui concerne les prix du carburant, est le risque numéro un pour le plan économique de Biden, les programmes du plan américain pour l'emploi et les familles américaines ainsi que les perspectives de réélection des démocrates», conclut Salisbury.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Orpea: Guillaume Pepy, ancien PDG de la SNCF, proposé à la tête du conseil d'administration

PDG de la SNCF, Guillaume Pepy (Photo, AFP).
PDG de la SNCF, Guillaume Pepy (Photo, AFP).
Short Url
  • Le groupe Orpea, géant français des maisons de retraite et des cliniques privées, est plongé dans la tourmente
  • L'action Orpea a dégringolé depuis «Les Fossoyeurs» et le scandale qui s'en est suivi

PARIS: Guillaume Pépy, ancien PDG de la SNCF, "sera proposé pour assurer la présidence du nouveau conseil d'administration" d'Orpea, a indiqué dimanche soir le groupe privé de maisons de retraite, dans la tourmente depuis la parution début 2022 du livre enquête "Les Fossoyeurs".

"Un profond renouvellement du conseil d'administration sera proposé à la prochaine assemblée générale", avec l'arrivée de cinq nouveaux administrateurs indépendants, dont Guillaume Pepy, précise Orpea dans un communiqué. S'il est élu, l'ancien dirigeant de la SNCF "sera proposé" à la présidence du nouveau conseil d'administration.

Les nominations comme administrateurs indépendants de Guillaume Pepy, actuellement président d'Initiative France, Isabelle Calvez, directrice des ressources humaines du Groupe Veolia, John Glen, président du Conseil d’administration de BIC SA jusqu’en mai et David Hale, directeur général de Guerbet Group, seront soumises au vote des actionnaires lors de l'assemblée générale le 28 juillet prochain.

Laurent Guillot, qui a effectué une grande partie de sa carrière chez Saint-Gobain et directeur général d’Orpea depuis vendredi, sera également proposé comme nouvel administrateur lors de cette assemblée générale, ajoute Orpea.

Philippe Charrier, qui présidait le conseil d’administration avant que le scandale éclate et qui "a assuré à titre provisoire la direction générale d’Orpea de février à juin 2022", "a choisi de mettre un terme à son mandat d’administrateur à l’issue de la prochaine assemblée".

Le groupe Orpea, géant français des maisons de retraite et des cliniques privées, est plongé dans la tourmente depuis la parution en janvier d'un livre-enquête, "Les Fossoyeurs", qui documente des mauvais traitements infligés aux résidents, des fraudes comptables et administratives et des pratiques contestables en matières de ressources humaines.

A la suite d'un signalement que le gouvernement a émis à la justice fin mars, une enquête enquête préliminaire a été ouverte en avril pour maltraitance institutionnelle et infractions financières.

Les enquêteurs creusent également plus d'une quarantaine de plaintes, dont la majorité a été déposée de manière groupée début avril par des familles de résidents d'Ehpad, qui accusent Orpea de "mise en danger de la vie d'autrui" et d'"homicide involontaire".

L'action Orpea a dégringolé depuis "Les Fossoyeurs" et le scandale qui s'en est suivi, passant de 86 euros fin janvier à quelque 22 euros fin juin.


L'Argentine dans l'attente nerveuse d'un nouveau ministre de l'Economie

L’ex ministre de l’économie Argentine Martin Guzman (Photo, AFP).
L’ex ministre de l’économie Argentine Martin Guzman (Photo, AFP).
Short Url
  • Martin Guzman a été le grand artisan des négociations avec le FMI pour restructurer la dette argentine
  • Changement de cap ou simplement de personne?

BUENOS AIRES: Le président argentin Alberto Fernandez tenait dimanche une série de consultations pour désigner un nouveau ministre de l'Economie, après la démission surprise samedi de Martin Guzman, artisan de l'accord sur la dette argentine, mais incapable au final de dompter l'inflation.

Le président de centre-gauche, qui ne s'est pas exprimé depuis la démission de Martin Guzman samedi en fin de journée, a convoqué à la mi-journée plusieurs collaborateurs et membres du gouvernement à la résidence officielle d'Olivos (nord de Buenos Aires), dont le président de la Chambres des députés Sergio Massa.

Martin Guzman, 39 ans, nommé en décembre 2019 par Alberto Fernandez juste élu, a été le grand artisan des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) pour restructurer la dette argentine de près de 45 milliards de dollars, héritage d'un prêt record contracté en 2018 par le précédent gouvernement du libéral Mauricio Macri.

Salué pour avoir évité à l'Argentine, 3e économie d'Amérique latine, un défaut de paiement, le jeune ministre a pourtant régulièrement été mis en cause par l'aile gauche de la coalition gouvernementale "Frente de Todos", la frange péroniste incarnée par la toujours influente Cristina Kirchner, vice-présidente du pays (et cheffe de l'Etat de 2007 à 2015).

Réclamant régulièrement une inflexion sociale, elle n'avait jamais caché sa réticence à un accord avec le FMI, son refus de toute ajustement structurel -- de sinistre mémoire en Argentine -- et ses doutes sur un surcroît de discipline budgétaire -pourtant au coeur de l'accord avec le FMI-- dans un pays comptant 37% de pauvres.

Et les mois passant, l'inflation toujours prégnante (+29,3% depuis janvier) et une méfiance continue envers le peso argentin (130 pour un dollar au taux officiel,  mais 239 au taux de la rue contre 170 il y a un an) ôtaient de facto de la crédibilité à la patiente ligne Guzman.

«Moment de tension»

Il y a quelques semaines, Cristina Kirchner a encore mis en cause la stratégie de lutte contre l'inflation, qui a atteint en mai 60,7% sur douze mois, après 59% en 2021, pointant plutôt du doigt l'évasion de devises et les attaques spéculatives, que les déficit budgétaires ou la fuite en avant des salaires.

Martin Guzman, un économiste disciple du Nobel de l'Economie Joseph Stiglitz mais sans profil ni parcours politique en Argentine, a paru payer au final le prix de ce manque d'appui, hormis celui du chef de l'Etat encore ces derniers jours.

Dans sa lettre de démission, il exprime ce regret, estimant que pour son successeur, "d'après mon expérience, il sera primordial de travailler à un accord politique au sein de la coalition gouvernementale".

Dans une analyse prémonitoire en juin, le cabinet de consultants Eurasia group prédisaitque "les luttes intestines au sein du gouvernement vont continuer de s'aggraver, nuisant davantage à la capacité d'élaborer un plan politique cohérent".

"Au-dela d'un nom, ce qu'il doit y avoir c'est la paix politique, l'ordre politique, l'accord politique", a estimé sur Radio con Vos Diego Mosso un économiste et ancien dirigeant de la Sécurité sociale. "Parce que si après 10 jours vous prenez une décision et que sort un tweet quelqu'un disant qu'il faut aller dans l'autre sens, c'est très difficile".

L'opposition de droite, qui était restée mesurée à l'égard de Guzman, a tiré ce week-end à boulets rouge sur la coalition, le chef du groupe radical (centre-droit) Mario Negri, estimant que sa démission "corrobore que ce gouvernement est sur un toboggan" et évoquant un "moment de tension maximale".

Horacio Rodríguez Larreta, maire (centre-droit) de Buenos Aires et l'un des potentiels présidentiables en vue de l'élection fin 2023, a appelé le chef de l'Etat à "des mesures immédiates pour réduire l'incertitude générée par les affrontements au sein du gouvernement et l'absence de plan".

Changement de cap ou simplement de personne ? Avec la réaction des marchés en début de semaine, celle du FMI au changement d'interlocuteur argentin pourrait donner un indice des difficultés des prochains mois pour l'économie argentine. "Pour le FMI, Guzman était un moindre mal", résumait pour l'AFP l'analyste politique Carlos Fara.


Le Sri Lanka à l'arrêt, les réserves de carburant diminuent

Des automobilistes font la queue le long d'une rue pour acheter du carburant dans une station-service à Colombo le 3 juillet 2022 (Photo, AFP).
Des automobilistes font la queue le long d'une rue pour acheter du carburant dans une station-service à Colombo le 3 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministre de l'Énergie Kanchana Wijesekera a déclaré que les réserves d'essence du pays s'élevaient dimanche à environ 4 000 tonnes
  • Les files d'attente devant les stations service s'étendaient sur plusieurs kilomètres à travers la capitale Colombo

COLOMBO: Les réserves de carburant au Sri Lanka sont tombées dimanche en dessous de leur valeur quotidienne, a prévenu le ministère de l'Energie, provoquant un arrêt des transports publics dans ce pays en proie à sa pire crise économique depuis son indépendance en 1948.

Le ministre de l'Énergie Kanchana Wijesekera a déclaré que les réserves d'essence du pays s'élevaient dimanche à environ 4 000 tonnes, soit légèrement en dessous du niveau habituel de consommation d'une journée.

"La prochaine livraison d'essence est attendue entre le 22 et le 23" juillet, a précisé M. Wijesekera. "Nous avons contacté d'autres fournisseurs, mais nous ne pouvons pas confirmer de nouvelles livraisons avant le 22".

Les files d'attente devant les stations service s'étendaient sur plusieurs kilomètres à travers la capitale Colombo, a constaté un journaliste de l'AFP. Mais dans la plupart d'entre elles, pas de diesel ni d'essence en vue, et ce depuis plusieurs jours.

Conséquence de cette pénurie de carburant, les bus privés, qui représentent les deux tiers de la flotte du pays, ont réduit leur service dimanche.

"Nous avons fait circuler environ 1 000 bus à travers le pays sur (un total de) 20 000", a déclaré Gemunu Wijeratne, le président de l'Association des opérateurs de bus privés.

"La situation va certainement empirer demain car nous n'avons aucun moyen de nous procurer du diesel", a-t-il ajouté.

Plusieurs personnes tentaient d'interpeller les quelques véhicules circulant sur les routes, dans l'espoir d'être prises en charge.

La plupart des bureaux et des magasins étaient fermés dimanche mais la situation devrait s'aggraver lundi, lorsque les banques et le secteur privé rouvriront.

Toutes les institutions gouvernementales "non essentielles", ainsi que les écoles, ont reçu l'ordre de fermer jusqu'au 10 juillet afin de réduire les déplacements et d'économiser l'énergie.

Depuis des mois, les 22 millions d'habitants de l'île vivent au rythme de pannes d'électricité quotidiennes, de rationnements des carburants et denrées alimentaires, et d'une inflation galopante.

Une grave pénurie de devises étrangères ne lui permet plus d'importer suffisamment de nourriture, de carburants et autres produits essentiels.

Incapable de rembourser sa dette extérieure de 51 milliards de dollars, le gouvernement s'est déclaré en défaut de paiement en avril et négocie actuellement avec le Fonds monétaire international en vue d'un éventuel renflouement.