En Irak, un juteux trafic d'antiquités, alimenté par la corruption et l'insécurité

En Irak, un juteux trafic d'antiquités, alimenté par la corruption et l'insécurité
Short Url
Publié le Lundi 23 août 2021

En Irak, un juteux trafic d'antiquités, alimenté par la corruption et l'insécurité

  • La corruption et l'avènement de groupes armés aux obédiences diverses ont favorisé ce juteux trafic
  • La pièce, qui comporte des traces d'écriture cunéiforme -- l'écriture la plus vieille du monde --, «faisait partie d'une collection appartenant à un résident de Londres», avant 1992

BAGDAD: S'offrir une tablette en argile vieille de plus de 3 000 ans avant notre ère est relativement facile et bon marché via internet, au risque d'alimenter le trafic d'antiquités dans un Irak miné par l'insécurité et la corruption.


Sur liveauctioneers.com, un site de vente aux enchères, la "tablette sumérienne en terre cuite" est mise à prix à environ 550 livres (645 euros) et appartiendrait "à un gentleman du Sussex", dans le sud-est de l'Angleterre. 


La pièce, qui comporte des traces d'écriture cunéiforme -- l'écriture la plus vieille du monde --, "faisait partie d'une collection appartenant à un résident de Londres", avant 1992, toujours selon le site. 


Il est toutefois difficile d'avoir la certitude que le petit objet d'à peine 70 grammes n'a pas été dérobé dans l'Irak actuel, là où s'élevait l'empire de Sumer au IVe millénaire av. J.-C.


Chez le Britannique TimeLine Auctions, maison-mère du site liveauctioneers.com, on dit être conscient du "problème de la contrebande" de biens culturels. Mais "nous investissons beaucoup d'argent et d'efforts pour éliminer les risques", indique à l'AFP Chris Wren, un responsable.


L'Irak, qu'ont foulé Sumériens, Assyriens et Babyloniens, est une terre de choix pour les contrebandiers. Les sites archéologiques y fourmillent et avec eux "les exhumations aléatoires" menés par les trafiquants, comme l'explique Laïth Majid, directeur du Conseil irakien des Antiquités et du Patrimoine, un organisme étatique.


"Nous n'avons pas de statistiques sur le nombre d'antiquités qui ont fait l'objet de contrebande" en provenance d'Irak, précise M. Majid. Mais la corruption et l'avènement de groupes armés aux obédiences diverses ont favorisé ce juteux trafic.


Prenez ce site du sud de l'Irak, où les civilisations sumérienne et babylonienne ont prospéré. Son gardien, dont l'identité et le lieu de travail ne peuvent être révélés par crainte pour sa sécurité, dit avoir surpris à de multiples reprises des trafiquants.


"Un jour, j'ai vu un camion arriver avec trois hommes armés. Ils ont commencé à creuser et quand je les ai interpellés, ils ont tiré en l'air et m'ont crié: +tu te crois chez toi, ici ?+", raconte-t-il.


Le manque de moyens mis en place par les autorités pour la protection des sites archéologiques est criant en Irak, où 40% des 40 millions d'habitants vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

Par l'Iran, vers le Golfe 
Les sites se concentrent autour de Kout, Samawa et Nassiriya, dans le sud du pays. De là, les contrebandiers acheminent leur butin vers les marais du sud et Amara, ville située non loin de l'Iran qui est devenue la "plaque tournante du trafic d'antiquités", explique un archéologue irakien qui souhaite rester anonyme.


La plupart des antiquités volées traversent la frontière vers l'Iran avant de prendre la route de la mer, à bord de "bateaux de pêche vers les pays du Golfe", dit-il. Un autre itinéraire traverse le désert de l'ouest de l'Irak jusqu'aux frontières jordanienne, syrienne et turque.


Une source gouvernementale irakienne assure que le trafic alimente les réseaux criminels dans un pays où les groupes armés, dont certains sont proches de l'Iran, ont fortement gagné en influence. La corruption des agents de l'Etat, mal payés, joue aussi un rôle. Selon le classement de l'ONG Transparency International, l'Irak est l'un des pays les plus corrompus au monde.


Lorsqu'il occupait de larges pans du territoire irakien entre 2014 et 2017, le groupe Etat islamique a, lui, saccagé des dizaines de trésors pré-islamiques au bulldozer, à la pioche ou à l'explosif. A l'instar du site de Nimrod, joyau de l'empire assyrien fondé au XIIIe siècle avant J.-C., situé en dehors de Mossoul, dans le nord de l'Irak.


Les jihadistes "ont aussi pratiqué la contrebande. Cela leur a rapporté de l'argent, mais cela a davantage affecté les régions de Syrie", où l'EI était présent, fait valoir un expert européen en sécurité sous couvert d'anonymat. 


Selon un rapport publié en 2020 par l'ONG Global Initiative Against Transnational Organized Crime, "sur les revenus annuels de l'EI, estimés à entre 2,35 et 2,68 milliards de dollars, 20 millions de dollars provenaient du trafic d'antiquités et de la taxation" des contrebandiers, en 2015.


Il y a quelques semaines, les Etats-Unis ont rendu à l'Irak 17 000 pièces archéologiques datant de près de 4 000 ans et pillées au cours des dernières décennies. 


S'il salue cet effort, le responsable gouvernemental interrogé par l'AFP estime que le problème "se situe dans les pays voisins" de l'Irak, complices de ce trafic, selon lui. "L'Etat irakien est faible. Les pièces archéologiques ne sont pas une priorité pour lui", conclut-il. 


Arab News annonce un projet de métavers pour 2023

«Il s'agit donc d'une salle de rédaction virtuelle d'Arab News élaborée par Arab News pour Arab News», explique le rédacteur en chef Faisal Abbas (Photo, AN).
«Il s'agit donc d'une salle de rédaction virtuelle d'Arab News élaborée par Arab News pour Arab News», explique le rédacteur en chef Faisal Abbas (Photo, AN).
Short Url
  • Cette plate-forme immersive polyvalente est une opportunité pour l'équipe ainsi que pour les lecteurs
  • Ce projet fait partie d'une initiative plus large de la société visant à étendre ses offres numériques et donner aux lecteurs de nouvelles façons d’être en contact avec le journal

LONDRES: Arab News (AN) a annoncé le lancement du premier projet de métavers de la société lors de la réunion annuelle de l'équipe à Dubaï.

Le métavers d’AN, qui devrait démarrer l'année prochaine, est une plate-forme immersive polyvalente qui aidera l'entreprise à relever certains des défis posés par le travail à l'échelle mondiale, tout en offrant aux clients de nouveaux canaux d’interaction avec le journal.

Le rédacteur en chef, Faisal J. Abbas, a déclaré: «Nous sommes très enthousiastes à propos de cette initiative interne pour deux raisons: premièrement, cela résoudra vraiment un problème logistique et créera pour nous une véritable salle de presse virtuelle où les membres de notre équipe pourront se connecter et échanger des idées, des commentaires et des images en temps réel et de manière entièrement interactive.

La deuxième raison pour laquelle nous sommes enthousiastes est que cela est réalisé par nos propres concepteurs et sous notre propre supervision. Il s'agit donc d'une salle de rédaction virtuelle d'Arab News élaborée par Arab News pour Arab News

Ce projet fait partie d'une initiative plus large de la société visant à étendre ses offres numériques et donner aux lecteurs de nouvelles façons d’interagir avec le journal et son contenu.

Le responsable de la transformation numérique, Eslam Refaat, a précisé: «Notre équipe d'innovation dans Arab News Labs est toujours à la recherche de nouveaux canaux et de technologies émergentes pour mieux servir nos clients.

Nous estimons que la réalité virtuelle apporte à ceux qui nous suivent une nouvelle expérience qui est à couper le souffle et immersive.

Nous pouvons les amener directement au milieu de l'événement en utilisant des images en direct à 360 degrés, ou nous pouvons les inviter à s'asseoir dans notre salon en regardant nos derniers reportages ou en rejoignant l'un de nos podcasts ou émissions.

Notre nouvelle application disposera de technologies de pointe et d'idées innovantes pour la réception d'informations et la vision de médias.

De plus, pour une salle de rédaction qui s'étend sur plusieurs bureaux à travers le monde comme la salle de rédaction d'Arab News, cette technologie offre une nouvelle opportunité de rassembler l'équipe dans une salle virtuelle pour réduire les distances et améliorer la collaboration.

Notre application VR devrait être lancée en 2023 et nous espérons en faire une référence pour le secteur des médias. Nous sommes très enthousiastes à ce sujet.»

Le projet comprend également une section avec une galerie présentant des premières pages historiques, des interviews et des vidéos exclusives de premier plan, ainsi que des jalons des quarante-sept ans d'histoire du journal.

Le projet a été dévoilé lors de la réunion annuelle de la société, qui s'est tenue à l'hôtel Sofitel de Dubaï et à laquelle ont participé des invités du Moyen-Orient, du Japon, des États-Unis et d'Europe.

Cet événement de trois jours a été l’occasion de réfléchir sur l'année écoulée de la compagnie, et a donné aux invités l'occasion d'en savoir plus sur les futures initiatives d’AN.

Il s'est conclu par un dîner de gala qui a récompensé les meilleurs journalistes et leur travail en 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'ambassadeur d'Iran convoqué à Berlin après l'exécution d'un homme impliqué dans les manifestations

Plus tôt dans la journée, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait affirmé sur Twitter que «le mépris du régime iranien pour l'humanité est sans limite» (Photo, AFP).
Plus tôt dans la journée, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait affirmé sur Twitter que «le mépris du régime iranien pour l'humanité est sans limite» (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Iran a exécuté jeudi, pour la première fois depuis le début des manifestations qui secouent le pays, un homme accusé d'avoir blessé un paramilitaire
  • Aucun autre détail n'a filtré de cette convocation

BERLIN: L'ambassadeur d'Iran a été convoqué à Berlin, a indiqué jeudi une source proche du ministère allemand des Affaires étrangères, après l'exécution d'un homme impliqué dans les manifestations qui secouent la République islamique.

Aucun autre détail n'a filtré de cette convocation. Plus tôt dans la journée, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, avait affirmé sur Twitter que "le mépris du régime iranien pour l'humanité est sans limite".

Cet homme, Mohsen Shekari, "a été jugé et exécuté dans le cadre d'un procès perfide et expéditif parce qu'il n'était pas d'accord avec le régime", s'était indignée Mme Baerbock.

"Mais la menace d'exécution n'étouffera pas la volonté de liberté des gens", avait-elle ajouté.

L'Iran a exécuté jeudi, pour la première fois depuis le début des manifestations qui secouent le pays, un homme accusé d'avoir blessé un paramilitaire après avoir bloqué la circulation sur une avenue de Téhéran.

La République islamique est le théâtre d'un mouvement de contestation déclenché par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des mœurs.


Washington sanctionne un homme d'affaires turc qui faisait commerce de pétrole iranien

Selon le Trésor, Sitki Ayan s'est servi du réseau de son groupe d'entreprises ASB, enregistré à Gibraltar, pour dissimuler les origines du pétrole et la destination des paiements (Photo, AFP).
Selon le Trésor, Sitki Ayan s'est servi du réseau de son groupe d'entreprises ASB, enregistré à Gibraltar, pour dissimuler les origines du pétrole et la destination des paiements (Photo, AFP).
Short Url
  • Sitki Ayan, un proche du président turc Recep Tayyip Erdogan, ainsi que son fils et un de ses bras droits ont été placés sur la liste noire du Trésor américain
  • Le Trésor accuse Ayan d'être venu en aide à la Force Qods, une unité d'élite des Gardiens de la Révolution islamique

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont imposé jeudi des sanctions contre un homme d'affaires turc soupçonné d'avoir engrangé des centaines de millions de dollars en faisant commerce de pétrole provenant des Gardiens de la Révolution iraniens.

Sitki Ayan, un proche du président turc Recep Tayyip Erdogan, ainsi que son fils et un de ses bras droits ont été placés sur la liste noire du Trésor américain, gelant tous leurs actifs aux Etats-Unis et leur interdisant l'accès aux principaux marchés financiers.

Le Trésor accuse M. Ayan d'être venu en aide à la Force Qods, une unité d'élite des Gardiens de la Révolution islamique, en arrangeant la vente et l'acheminement de pétrole qu'elle contrôle vers la Chine, d'autres acheteurs d'Asie de l'Est et l'Europe. Il a aussi contribué au transfert des recettes de ces ventes aux Gardiens de la Révolution.

Selon le Trésor, Sitki Ayan s'est servi du réseau de son groupe d'entreprises ASB, enregistré à Gibraltar, pour dissimuler les origines du pétrole et la destination des paiements.

L'homme d'affaires a aussi eu recours à l'une de ses entreprises pour acheter un navire citerne sous pavillon panaméen pour les Gardiens de la Révolution, selon la même source. Kasim Oztas, un haut responsable du groupe ASB qui "s'occupait personnellement de la plupart des affaires de M. Ayan", et Bahaddin Ayan, le fils de l'homme d'affaires, font également l'objet de sanctions.

Le Trésor a placé environ 20 entreprises du groupe ASB et du réseau de l'homme d'affaires sur sa liste noire.