Le monde divisé sur la question des Tesla bots

L’objectif premier d’Optimus serait d’éliminer les tâches dangereuses, répétitives et ennuyeuses, et il se veut «amical, bien sûr». (Photo fournie)
L’objectif premier d’Optimus serait d’éliminer les tâches dangereuses, répétitives et ennuyeuses, et il se veut «amical, bien sûr». (Photo fournie)
Short Url
Publié le Mardi 24 août 2021

Le monde divisé sur la question des Tesla bots

  • Les robots pourraient effectuer des tâches risquées, mais ils doivent être soumis à des lois, selon un expert saoudien
  • C’est à la société et aux décideurs politiques de déterminer les lois qui régissent les robots humanoïdes

LONDRES/DJEDDAH : La dernière création d’Elon Musk, un robot humanoïde «amical» dévoilé lors de la journée de l’intelligence artificielle (IA) organisée par la société Tesla la semaine dernière, a suscité une frénésie sur les réseaux sociaux.

Le robot divise fans et critiques. Alors que certains sont enthousiasmés par les avancées technologiques, d’autres semblent hantés par les représentations dystopiques d’Hollywood d'un monde contrôlé par les machines.

Ce dernier scénario ne se termine jamais particulièrement sur une bonne note pour l’humanité. Le ton sinistre emprunté par Musk et ses tentatives d’assurer que la conception en fait un robot relativement lent et faible duquel «on peut fuir» ne font pas grand-chose pour apaiser les véritables craintes quant à l’impact des progrès de l’IA sur l’humanité.

Le co-fondateur de YouTube, Chad Hurley, se montre sceptique, et estime que l’annonce n’est rien de plus qu’une stratégie de marketing astucieuse de la part du PDG de Tesla. «Hmm, le pilote automatique ne fonctionne toujours pas... comment pouvons-nous faire monter les actions ? Avec les robots !», ironise-t-il dans un tweet.

La référence au pilote automatique fait référence aux derniers problèmes des systèmes de conduite partiellement automatisés de Tesla dans ses voitures. Les autorités américaines ont par ailleurs ouvert une enquête sur des centaines de milliers de véhicules Tesla.

Chris Holmes, chercheur scientifique et auteur, a fait part sur Twitter de ses réticences à l’égard du robot, baptisé Optimus. «Il me semble que si vous devez mettre un avertissement il ne vous tuera pas sur l’annonce de votre prochain grand produit, vous commencez déjà du mauvais pied».

M. Musk lui-même a, par le passé, mis en garde contre la prolifération de l’IA et son adoption par la société en général, et reviennent selon lui à « invoquer le diable».

Mus estime en effet que le rythme de progression de l’IA pose un «risque existentiel fondamental». Ces propos ne sont pas sans rappeler ceux de Stephen Hawking. Le célèbre physicien anglais redoutait que l’IA ne «mette fin à l’humanité», et pensait que cette nouvelle forme de vie surpasserait les humains et détruirait la civilisation.

Le Dr Mishaal Al-Harbi est le chef des opérations de la société saoudienne Research Products Development, l’une des principales entreprises de robotique du Royaume et une agence de soutien au développement des activités de recherche et développement et à la commercialisation de la recherche universitaire. Il estime que c’est à la société et aux décideurs politiques de déterminer les lois qui régissent les robots humanoïdes.

Les chercheurs doivent trouver des moyens de codifier ces lois dans l’IA qui régit le comportement des robots et leurs interactions avec les humains, ajoute-t-il.

«En ce qui concerne l’humanoïde, je me souviens du célèbre écrivain de science-fiction Isaac Asimov et des trois lois de la robotique qu’il a énoncées dans sa nouvelle de 1942, Cercle vicieux (The Runaround). Ces trois lois déterminent essentiellement les règles que doit suivre un robot pour accomplir ses tâches ou ses responsabilités sans nuire aux humains», explique-t-il à Arab News.

La première loi suppose que le «robot ne peut nuire à un être humain ni, par son inaction, laisser un humain exposé au danger».

«Un robot doit obéir aux ordres donnés par les humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la première Loi. La dernière loi stipule qu’un robot doit protéger sa propre existence en autant que cette protection ne soit pas en contradiction avec la première et/ou la deuxième Loi. Cette question a été débattue dans les années 1940, et elle constitue toujours une base pour déterminer le degré de liberté que nous devons accorder aux robots et à l’IA», précise-t-il.

L’objectif premier d’Optimus serait d’éliminer les tâches dangereuses, répétitives et ennuyeuses, et il se veut «amical, bien sûr». Il mesurera 173 cm et pèsera 57 kg.

Selon M. Musk, la machine serait délibérément assez faible pour que la plupart des humains soient capable de la maîtriser si nécessaire. «On ne sait jamais», lance M. Musk lors de l’événement.

Le Dr Al-Harbi explique qu’à l’avenir, les Tesla bots pourraient accomplir des tâches jugées trop dangereuses ou risquées pour les humains. Il cite par exemple les opérations de recherche et de sauvetage, ou le travail dans des environnements extrêmement hostiles, telles que les mines.

«Il existe de nombreux domaines dans lesquels le robot peut faire beaucoup de bien. Mais le défi, et c’est un aspect qui nécessite également des études, notamment dans le domaine de l’IA, est de déterminer comment permettre aux humanoïdes ou aux robots de mener leurs responsabilités tout en respectant des paramètres et des directives, afin d’éviter qu’ils ne causent des dommages».

«Il ne s’agit pas seulement d’une question technique, mais aussi d’une question philosophique qui devrait sans doute être abordée de manière indépendante dans le cadre de la recherche sur l’IA: comment activer cette capacité pour s’assurer que le robot ne nuise pas à autrui. Je ne vois pas cet élément comme une menace, mais comme un défi. Tant que les gens travaillent sur ce défi, je pense que beaucoup de bonnes choses peuvent en découler», a-t-il ajouté.

L’annonce, comme on pouvait s’y attendre, provoque une vague de mèmes sur les réseaux sociaux. Le site d’informations technologiques TheVerge.com va plus loin et suggère que l’annonce n’est rien d’autre qu’une mise en scène de la part du chef extravagant de Tesla.

TheVerge.com juge l’annonce et la performance d’un danseur déguisé en robot «une farce bizarre et brillante», destinée à se moquer des critiques de Tesla et à créer davantage de publicité pour l’entreprise.

Au plus tôt, il faudra attendre l’année prochaine pour savoir si M. Musk était sérieux ou non au sujet du Tesla bot, sachant que l’entrepreneur a déclaré de manière assez évasive qu’il croit «probablement avoir un prototype».

Mais, même s’il ne l’est pas, d’autres personnes travailleront sur des robots humanoïdes, et les lois que M. Al-Harbi juge nécessaires devront s’appliquer à eux aussi.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 


Espagne: hausse des pensions de retraite pour contrer l'inflation

Des retraités espagnols qui travaillaient à l'étranger brandissent des pancartes alors qu'ils protestent contre la tentative du gouvernement à court d'argent de collecter des arriérés d'impôts sur leurs pensions étrangères à Madrid le 26 novembre 2015.(AFP)
Des retraités espagnols qui travaillaient à l'étranger brandissent des pancartes alors qu'ils protestent contre la tentative du gouvernement à court d'argent de collecter des arriérés d'impôts sur leurs pensions étrangères à Madrid le 26 novembre 2015.(AFP)
Short Url
  • En moyenne, l'augmentation des pensions atteindra 400 euros par an, a précisé mardi le gouvernement espagnol
  • Cette indexation automatique avait été supprimée en 2013 par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy

MADRID : Le gouvernement espagnol a approuvé mardi une hausse de 2,5% des pensions de retraite en 2022, conformément à un accord signé l'été dernier avec les syndicats, qui prévoyait d'indexer les retraites sur l'inflation.

Cette revalorisation, qui bénéficiera à près de 11,5 millions de personnes, va "préserver le pouvoir d'achat" des retraités espagnols face à la hausse des prix, a assuré le ministre de la Sécurité sociale, José Luis Escriva, à l'issue du conseil des ministres.

La hausse de 2,5% correspond à l'inflation enregistrée en moyenne sur l'ensemble de l'année 2021. Tirée par le bond des prix de l'électricité et des carburants, l'inflation a atteint en fin d'année des niveaux jamais vus depuis 29 ans à 6,5% sur un an. 

En moyenne, l'augmentation des pensions atteindra 400 euros par an, a précisé mardi le gouvernement espagnol.

Ce dernier a prévu un coup de pouce supplémentaire pour les plus petites retraites, ainsi qu'une indemnité de 250 euros en moyenne destinée à compenser la différence entre la revalorisation survenue en 2021 et l'inflation finalement constatée cette année-là.

Le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez s'était engagé à rétablir l'indexation des pensions sur l'inflation dans le cadre de sa réforme des retraites, entrée en vigueur au 1er janvier. L'objectif était de mettre fin à "l'incertitude" pour les retraités.

Cette indexation automatique avait été supprimée en 2013 par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, dans le cadre de sa cure d'austérité pour faire face à la crise financière. Plusieurs revalorisations ponctuelles ont néanmoins eu lieu depuis lors.

La réforme du gouvernement Sanchez a été saluée par les syndicats mais critiquée par plusieurs économistes, pour qui une telle mesure n'est pas tenable pour les finances publiques espagnoles, plombées par une dette approchant les 120% du produit intérieur brut (PIB).


Le géant du pétrole Aramco signe cinquante accords en marge du 6e forum de l'initiative IKTVA

Amin Nasser, le PDG d'Aramco. (photo fournie)
Amin Nasser, le PDG d'Aramco. (photo fournie)
Short Url
  • Ces accords ont pour objectif de renforcer la résilience de la chaîne d'approvisionnement de la société
  • L’un d’eux concerne la numérisation et le leadership en matière de lutte contre le changement climatique

RIYAD: Aramco, le géant saoudien du pétrole, a signé cinquante nouveaux accords à l’occasion du forum et de l'exposition organisés dans le cadre de l’initiative IKTVA (In-Kingdom Total Value Add).
Ces accords ont pour objectif de renforcer la résilience de la chaîne d'approvisionnement de la société. L’un d’eux concerne la numérisation et le leadership en matière de lutte contre le changement climatique. Il a été passé avec la société Schlumberger. Un autre a été signé avec les sociétés Cameron, TechnipFMC et Baker Hughes pour la production locale d'équipements. Un accord de partenariat a été conclu avec la société Larsen & Toubro pour la production locale d'appareils à pression.
En outre, Aramco a signé avec la compagnie Sutherland Global Services un accord qui porte sur la localisation des services relatifs aux villes intelligentes, un autre avec la compagnie Tanajib Cogeneration Power Co. sur le dessalement et a établi un partenariat sur la localisation des solutions automatisées avec la société américaine Honeywell.
L'initiative IKTVA a fait passer les investissements d'Aramco auprès de fournisseurs nationaux à 59% en 2021, contre 35% en 2015, l’année où le programme a été lancé.

Dans le contexte des troubles qui affectent la chaîne d'approvisionnement mondiale, le programme se fixe pour objectif de favoriser le développement de la valeur intérieure, de stimuler la croissance économique ainsi que la diversification à long terme et de doter le Royaume d'un secteur de l'énergie à la fois durable et compétitif à l'échelle mondiale.
«Il était impossible de prévoir les répercussions que la pandémie de Covid-19 allait entraîner. IKTVA nous a toutefois aidés à nous préparer à faire face aux perturbations qui ont frappé la chaîne d'approvisionnement mondiale», affirme Amin Nasser, le PDG d'Aramco,.
Ce forum, qui se déroule sur trois jours, du 24 au 26 janvier, est organisé à Dhahran Expo. Il permettra de mettre en avant les progrès accomplis dans le cadre de cette initiative phare d'Aramco qui porte sur la continuité des activités.
Placé sous le thème «Paver la voie vers la réussite économique», ce forum souligne les résultats accomplis par les partenaires du programme d'Aramco dans dix catégories, parmi lesquelles les performances globales liées à l'initiative IKTVA, la formation, la saoudisation, la participation des femmes au marché du travail et les exportations.
Outre les entreprises locales, qui contribuent à l'économie saoudienne à hauteur de plus de 100 milliards de dollars (1 dollar = 0,88 euro), IKTVA a attiré plus de 540 investissements étrangers, en provenance de 35 pays, en Arabie saoudite.

 


Lutte contre la corruption: entre « flux et reflux », la France stagne, selon une ONG

Avec avec un score de 71/100, la France reste loin du trio de tête constitué par le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande, selon Transparency International. L'ancien président français Nicolas Sarkozy avait été condamné en première instance, le 1er mars 2021, à trois ans de prison, dont un an ferme, pour corruption et trafic d'influence. (AFP).
Avec avec un score de 71/100, la France reste loin du trio de tête constitué par le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande, selon Transparency International. L'ancien président français Nicolas Sarkozy avait été condamné en première instance, le 1er mars 2021, à trois ans de prison, dont un an ferme, pour corruption et trafic d'influence. (AFP).
Short Url
  • Avec sa 22e place sur 180 territoires classés, la France grappille une place par rapport à l'indice établi en 2020, et devance les Etats-Unis (28e), la Chine (66e) ou le sud Soudan
  • La France "peine à imprimer une dynamique suffisante" pour retrouver son plus haut classement, enregistré en 2005, indique l'ONG Transparency International

PARIS : La France "stagne" depuis 10 ans en matière de lutte contre la corruption, selon un rapport publié mardi par l'ONG Transparency International au terme du mandat d'Emmanuel Macron marqué par des "progrès indéniables", effets de mesures prises sous la présidence Hollande, mais aussi des "signaux inquiétants".


Avec sa 22e place sur 180 territoires classés, la France grappille une place par rapport à l'indice établi en 2020, et devance les Etats-Unis (28e), la Chine (66e) ou le sud Soudan dernier sur la liste. 


Mais avec un score de 71/100, elle reste loin du trio de tête constitué par le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande, selon l'ONG qui retranscrit par pays -sur la base de données fournies par des institutions comme la Banque mondiale- la perception de la corruption dans le secteur public, différente du niveau réel de corruption.


La France "peine à imprimer une dynamique suffisante" pour retrouver son plus haut classement, enregistré en 2005, indique l'ONG dans un communiqué.


"Le manque de moyens alloués à la justice et à la police économique et financière" illustre le fait que la lutte contre la corruption "n'est pas une priorité, et c'est un souci qui peut expliquer la relative stagnation dans laquelle on se trouve", a expliqué par ailleurs devant la presse Patrick Lefas, président de Transparency International France, évoquant des "flux et reflux".


L'ONG note d'une part des progrès "indéniables", "accomplis durant le mandat précédent", sous François Hollande, et à mettre entre autres au crédit de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique et du Parquet national Financier, créés en 2013, ou du statut protecteur des lanceurs d’alerte créé par la loi Sapin II en 2016.


Cette dynamique ne s’est "pas poursuivie depuis", selon l'ONG, et s'est vue amoindrie par de "nombreux reculs et signaux inquiétants".


Parmi eux, entre autres, "les déclarations incomplètes ou mensongères" de ministres venues dégrader la perception de la corruption et l'image d'exemplarité brandie par l'exécutif. 


L'ONG cite notamment les omissions initiales de déclarations du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti ou bien les 171.000 euros non déclarés par Alain Griset et qui ont valu 6 mois de prison avec sursis au ministre délégué aux petites et moyennes entreprises, contraint de quitter le gouvernement en décembre.


Ces affaires ont retardé les effets de dispositifs comme la loi de confiance dans la vie politique de 2017 ou la loi sur les mécanismes de restitution des biens dit "mal acquis" promulguée l'été dernier. 


Plus globalement, la perception de la corruption dans le monde a stagné, 131 territoires n'enregistrant pas de progrès significatifs depuis 2012 à l'exception d'une vingtaine de pays dont l'Arménie, l'Angola ou la Corée du Sud.