De 2001 à 2021, vingt ans d'intervention militaire américaine en Afghanistan

Les attentats du 11 septembre 2001 ont bouleversé à jamais le gouvernement et le peuple américains ainsi que les relations internationales depuis 20 ans. (Photo, Archives/AFP)
Les attentats du 11 septembre 2001 ont bouleversé à jamais le gouvernement et le peuple américains ainsi que les relations internationales depuis 20 ans. (Photo, Archives/AFP)
Short Url
Publié le Mardi 31 août 2021

De 2001 à 2021, vingt ans d'intervention militaire américaine en Afghanistan

  • Les Etats-Unis étaient intervenus militairement en 2001, pour chasser Al-Qaïda de ses sanctuaires après les attentats du 11 septembre
  • En quelques semaines, les talibans sont renversés. Mais lorsque les forces US envahissent l'Irak en 2003, les talibans déclenchent une insurrection

KABOUL : Les Etats-Unis, qui ont achevé dans la nuit de lundi à mardi leur retrait d'Afghanistan, étaient intervenus militairement dans ce pays en 2001, à la tête d'une coalition internationale pour chasser Al-Qaïda de ses sanctuaires après les attentats du 11 septembre.

Retour sur les principales étapes de la présence militaire américaine :

«Enduring Freedom»

Le 7 octobre 2001, moins d'un mois après ces attaques qui ont fait environ 3000 morts, le président George W. Bush déclenche l'opération «Enduring Freedom» en Afghanistan.

Le régime fondamentaliste taliban, à la tête de ce pays depuis 1996, abritait Oussama ben Laden et son mouvement Al-Qaïda, responsables des attentats.

En quelques semaines, les talibans sont renversés.

Une guerre oubliée

L'attention des Etats-Unis est détournée de l'Afghanistan lorsque les forces américaines envahissent l'Irak en 2003.

Les talibans et autres groupes islamistes se regroupent dans leurs bastions du Sud et de l'Est, d'où ils peuvent facilement gagner leurs bases des zones tribales pakistanaises. Ils déclenchent une insurrection.

En 2008, le président Bush décide l'envoi de renforts.

Un pic de 100 000 soldats

Fin 2009, Barack Obama, élu à la Maison Blanche après avoir fait campagne sur la fin des guerres d'Irak et d'Afghanistan, amplifie massivement le déploiement militaire américain.

Il annonce l'envoi de 30 000 soldats supplémentaires et affirme que les troupes américaines commenceront à rentrer chez elles après 18 mois.

Mi-2011, plus de 150 000 soldats étrangers sont présents en Afghanistan, dont 100 000 Américains.

Oussama ben Laden est tué le 2 mai 2011 au cours d'une opération des forces spéciales américaines au Pakistan.

Fin des opérations de combat

Le 31 décembre 2014, l'Otan met fin à sa mission de combat en Afghanistan. Restent 12500 soldats étrangers, dont 9800 Américains, pour former les troupes afghanes et mener des opérations antiterroristes.

Le niveau de sécurité se dégrade à mesure que l'insurrection des talibans s'étend, le groupe Etat islamique (EI) devenant également actif dans le pays en 2015.

Renforts américains

 En août 2017, le président Donald Trump abandonne tout calendrier de retrait et envoie des milliers de soldats supplémentaires. Au printemps, les forces américaines avaient largué la plus puissante de leurs bombes conventionnelles contre un réseau de tunnels et de grottes emprunté par l'EI dans l'Est, tuant 96 jihadistes.

En dépit du déploiement mi-novembre de nouveaux renforts américains, les attaques meurtrières des insurgés vont s'intensifier tandis que les Etats-Unis multiplient eux aussi leurs frappes contre les rebelles.

Discussions à Doha

Mi-2018, des représentants de Washington entament avec des talibans de discrètes négociations à Doha en vue d'une réduction de la présence militaire américaine.

En contrepartie, les Etats-Unis exigent notamment des rebelles qu'ils empêchent que le pays ne serve de refuge à des groupes jihadistes.

Les discussions sont interrompues à plusieurs reprises après des attaques contre des troupes américaines.

Accord historique

Le 29 février 2020 à Doha, les Etats-Unis signent un accord historique avec les talibans qui prévoit le retrait de tous les soldats étrangers d'ici le 1er mai 2021, en échange de garanties sécuritaires et de l'ouverture de négociations directes inédites entre les insurgés et les autorités de Kaboul.

Des pourparlers interafghans s'ouvrent le 12 septembre à Doha, mais la violence en Afghanistan s'intensifie et les négociations sont au point mort.

Retrait des troupes

Mi-janvier 2021, le Pentagone annonce que les effectifs de l'armée américaine en Afghanistan sont désormais réduits à 2500 hommes.

Le 14 avril, le nouveau président américain, Joe Biden repousse au 11 septembre la date-butoir du retrait.

Fin avril, l'Otan commence le retrait "coordonné" des contingents de sa mission Resolute Support, impliquant 9600 militaires.

Le 1er mai, début officiel du départ des soldats américains et 16000 sous-traitants civils.

Des dizaines de districts afghans tombent aux mains des talibans, faisant craindre que les forces gouvernementales afghanes ne soient submergées par les insurgés.

Reconquête du pouvoir

Joe Biden prévoit le 8 juillet que le retrait américain "sera achevé le 31 août".

Le lendemain, les talibans affirment contrôler 85% du territoire afghan, chiffre contesté par le gouvernement.

Le 15 août, les talibans entrent dans Kaboul sans rencontrer de résistance. Le président Ashraf Ghani, qui a déjà quitté le pays, admet que "les talibans ont gagné".

Une marée humaine se précipite à l'aéroport pour tenter de quitter le pays avant la date-butoir du 31 août.

Dans la nuit du 30 au 31 août, le dernier avion de transport militaire américain décolle de Kaboul, laissant le pays aux mains des talibans au terme de la plus longue guerre de l'histoire des Etats-Unis.


L'Allemagne impose de sévères restrictions aux non-vaccinés

Un panneau indique la règle dite 2G (vaccinés ou guéris du Covid-19) au marché de Noël de la ville d'Essen, dans l'ouest de l'Allemagne, le 29 novembre 2021.(AFP)
Un panneau indique la règle dite 2G (vaccinés ou guéris du Covid-19) au marché de Noël de la ville d'Essen, dans l'ouest de l'Allemagne, le 29 novembre 2021.(AFP)
Short Url
  • Si les chiffres se stabilisent ces derniers jours, ils restent globalement alarmants, avec des dizaines de milliers de cas supplémentaires chaque jour
  • Les personnes non vaccinées sont déjà soumises à des restrictions d'accès à la vie publique mais les règles étaient à géométrie variable et ne couvraient pas l'ensemble des régions

BERLIN: Un nouveau tour de vis avant une obligation vaccinale qui fait désormais consensus: l'Allemagne a décidé jeudi d'imposer de sévères restrictions aux non-vaccinés pour tenter d'endiguer la virulente quatrième vague d'infections.

"La situation est très, très difficile", a souligné le futur chancelier, Olaf Scholz, à l'issue d'une réunion avec Angela Merkel et les 16 régions du pays.

Si les chiffres se stabilisent ces derniers jours, ils restent globalement alarmants, avec des dizaines de milliers de cas supplémentaires chaque jour, une incidence proche de 440 et de nombreux hôpitaux proches de la saturation.

Pour y faire face, les autorités ont décidé de cibler les personnes non-vaccinées, qui représentent à peu près un tiers de la population.

- Pas de feux d'artifice -

"Nous allons organiser les activités culturelles et de loisirs dans toute l'Allemagne uniquement pour les personnes vaccinées et guéries" du Covid-19, a détaillé Mme Merkel, qui quittera le 8 décembre le pouvoir après 16 années aux commandes de l'Allemagne. 

Cette règle dite "2G", vacciné ou guéri, "sera également étendue au commerce de détail, à l'exception des magasins de consommation courante", a précisé la chancelière.

Cette limitation drastique de l'accès à la vie sociale pour les personnes non vaccinées est qualifiée par plusieurs responsables politiques de "confinement" pour ceux qui n'ont pas reçu d'injection.

Les personnes non vaccinées sont déjà soumises à des restrictions d'accès à la vie publique mais les règles étaient à géométrie variable et ne couvraient pas l'ensemble des régions.

Pour éviter les rassemblements durant les Fêtes de fin d'années, gouvernement et Länder ont aussi interdit les pétards et feux d'artifice, très prisés des Allemands.

Clubs et boîtes de nuit devront fermer à partir d'une incidence de 350, un indice actuellement dépassé dans une majorité de régions.

Le port du masque redevient obligatoire dans les établissements scolaires du pays. 

Ces mesures doivent permettre une amélioration dans les prochaines semaines, avant le vote et l'entrée en vigueur de l'obligation vaccinale.

Cette mesure drastique, déjà choisie par le voisin autrichien, pourrait entrer en vigueur en février, après un avis du Conseil de l'Ethique et un vote du parlement.

L'opinion publique allemande a elle-même largement évolué sur la question.

Si deux tiers environ des sondés étaient contre une obligation vaccinale l'été dernier, la proportion s'est totalement inversée, avec 64% d'Allemands désormais favorables, selon un sondage pour RTL et ntv.

Dans les rues de Berlin, l'obligation à venir est plutôt bien accueillie. 

"En principe, je trouve toujours qu'une obligation est délicate. Mais je pense que nous sommes déjà si profondément dans la pandémie qu'il n'y a pas moyen" de faire autrement, explique ainsi à l'AFPTV Clara.

"Dès le début, ça aurait été une bonne idée. Parce qu'apparemment, ça ne marche pas" quand seuls certains font la démarche de se faire vacciner, abonde Alicia Münch.

- SOS des hôpitaux -

La mesure est également soutenue par les Verts et les Libéraux, pourtant traditionnellement rétifs à toute contrainte, ainsi que les conservateurs d'Angela Merkel, désormais dans l'opposition.

Seul le parti d'extrême droite AfD s'y oppose, avec une campagne d'affichage "Le vaccin obligatoire? Non merci!" reprenant un slogan des opposants au nucléaire.

Le contexte est compliqué par la transition politique en Allemagne, entre une Angela Merkel sur le départ - elle donnera un discours d'adieu jeudi soir lors d'une cérémonie militaire - et un Olaf Scholz qui ne sera élu chancelier que la semaine prochaine par le Bundestag.

Les restrictions impulsées par la nouvelle coalition doivent ainsi montrer, espère le futur chancelier, qu'"il n'y a pas de vide du pouvoir, comme certains l'évoquent en ce moment".

La Bundesliga se verra imposer une limitation du nombre de spectateurs dans les stades, évitant, après d'ultimes discussions, le retour au huis clos total.

"Du point de vue de la médecine intensive et d'urgence, la situation de la pandémie n'a jamais été aussi menaçante et grave qu'aujourd'hui", s'alarme l'Association allemande de médecine intensive (DIVI) qui réclame un confinement partiel de l'ensemble de la population.

Les autorités allemandes essuient également des critiques sur l'embouteillage constaté pour accéder à la vaccination, avec des difficultés à obtenir un rendez-vous médical. Les pharmacies seront mises à contribution pour élargir la distribution.

 


Meghan Markle remporte son bras de fer judiciaire contre un tabloïd britannique

La justice britannique a donné gain de cause jeudi à Meghan Markle, l'épouse du prince Harry, en rejetant l'appel formé par un tabloïd britannique, qui avait été condamné pour la publication d'une lettre écrite à son père. (Photo, AFP)
La justice britannique a donné gain de cause jeudi à Meghan Markle, l'épouse du prince Harry, en rejetant l'appel formé par un tabloïd britannique, qui avait été condamné pour la publication d'une lettre écrite à son père. (Photo, AFP)
Short Url
  • Meghan Markle a immédiatement salué une «victoire», à même selon elle de «remodeler» l'industrie des tabloïds
  • Afin d'étayer ses dires, le Mail on Sunday avait mis en avant au cours des audiences en appel le témoignage de Jason Knauf

LONDRES: La justice britannique a donné gain de cause jeudi à Meghan Markle, l'épouse du prince Harry, en rejetant l'appel formé par un tabloïd britannique, qui avait été condamné pour la publication d'une lettre écrite à son père. 

Meghan Markle a immédiatement salué dans un communiqué une "victoire", à même selon elle de "remodeler" l'industrie des tabloïds.

"Ce qui importe le plus, c'est que nous sommes maintenant collectivement assez courageux pour remodeler une industrie des tabloïds qui pousse les gens à être cruels et tire profit des mensonges et de la douleur qu'ils créent", a-t-elle ajouté.

L'éditeur du Mail on Sunday, le groupe Associated Newspapers Limited (ANL), avait contesté devant la Cour d'appel de Londres une décision de justice de février, selon laquelle la publication de la lettre de Meghan était "manifestement excessive et donc illégale", et violait donc sa vie privée. Il reprochait notamment au juge de première instance de s'être prononcé sans passer par un procès. 

"Cet appel sera rejeté", a déclaré jeudi le juge d'appel en rendant sa décision. "La Cour d'appel maintient la décision du juge selon laquelle la duchesse pouvait raisonnablement s'attendre au respect de sa vie privée", a-t-il ajouté, soulignant que le contenu de la lettre était "personnel, privé et ne présentait pas un intérêt légitime pour l'intérêt public". 

Dans cette missive à son père publiée en 2018, peu après son mariage avec le prince Harry, l'ex-actrice américaine de 40 ans demandait à son père Thomas Markle, 77 ans, de cesser de s'épancher et de mentir dans les médias sur leur relation brisée.

Le Mail on Sunday avait été condamné à faire état en Une de sa défaite judiciaire, et son éditeur à verser 450 000 livres (530 000 euros) à la duchesse de Sussex pour ses frais judiciaire. 

Mais le tabloïd à grand tirage a argué dans son appel examiné en novembre qu'elle avait écrit la lettre en sachant qu'elle pourrait être divulguée.

Possibilité de fuite

Afin d'étayer ses dires, le Mail on Sunday avait mis en avant au cours des audiences en appel le témoignage de Jason Knauf, ancien secrétaire à la communication du couple, désormais installé en Californie.

Cet ancien assistant a affirmé que le projet de lettre avait été rédigé en ayant en tête "qu'elle pourrait fuiter". 

Dans un témoignage écrit, Meghan a réfuté cette affirmation, disant ne pas penser que son père ferait fuiter la lettre le présentant selon elle sous un jour peu favorable. Il s'agissait seulement d'une "possibilité", a-t-elle estimé. 

Apportant de l'eau au moulin du tabloïd qui veut démontrer que Meghan Markle cherchait régulièrement à influer l'opinion publique, M. Knauf a aussi dit avoir fourni au nom de Meghan et Harry des informations privées aux auteurs de la biographie non-officielle du couple royal, "Finding Freedom" ("Harry et Meghan, libres").

Selon lui, le projet de livre était "discuté de façon routinière" et "directement avec la duchesse, en personne et par e-mail". 

Mme Markle a reconnu cette dernière information et s'est excusée d'avoir induit la cour en erreur en ne l'ayant pas précisé en première instance.

Elle a cependant fait valoir que les informations partagées avec les auteurs étaient "bien loin des informations personnelles très détaillées" que le Mail on Sunday avait publié.

Mais ce rétropédalage lui a valu les moqueries des tabloïds, le Sun la surnommant "Madame Étourdie", en référence à la série de livres pour enfants "Monsieur, Madame". 

Le prince Harry, 37 ans, sixième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, a dénoncé à de multiples reprises la pression des médias sur son couple et en a fait la raison principale de sa mise en retrait de la famille royale, effective depuis avril 2020. Lui et sa femme ont intenté plusieurs procès aux tabloïds britanniques.


Manche: pour les familles des migrants naufragés, un deuil en suspens

Photographie de réfugiés afghans dans le camp de Saray Shamali à Kaboul le 2 novembre 2021. (AFP)
Photographie de réfugiés afghans dans le camp de Saray Shamali à Kaboul le 2 novembre 2021. (AFP)
Short Url
  • Le jeune homme de 22 ou 23 ans s'était persuadé que l'herbe était plus verte côté britannique, où la législation lui permettrait de travailler plus facilement.
  • La dernière fois que les frères se sont parlé, c'était le 23 au soir, moment où les témoins s'accordent à situer le départ du bateau qui a fait naufrage dans des circonstances encore inexpliquées. 

LILLE: Ils avaient la vingtaine et chérissaient un rêve commun : celui d'une "vie meilleure" au Royaume Uni. Les témoignages de leurs proches esquissent les derniers jours et les aspirations de migrants afghans, probablement au nombre des vingt-sept victimes du naufrage dans la Manche.

Quelques jours avant le drame du 24 novembre qui a suscité une onde de choc européenne, Hussein, un Afghan de 24 ans, venait d'arriver à Dunkerque, dans le nord de la France, chez son cousin Amanullah Omakhil, 18 ans. 

Les jeunes hommes sont très proches depuis qu'ils ont pris la route de l'exil ensemble en 2016, après une enfance dans leur village de Nangarhar, à la frontière pakistanaise. 

Par la suite, Hussein vit quelques temps en Grande-Bretagne, avant de rentrer au pays, puis de revenir très récemment en France en aspirant à repasser clandestinement côté anglais.

"Il est venu directement chez moi, il a dormi, puis je lui ai montré le bus et il est parti dans la jungle" sur le littoral, explique Amanullah Omakhil, yeux humides à la sortie de l'institut médico-légal de Lille, où il est venu ce mercredi dans l'espoir d'identifier le corps de son cousin.

Il n'a pas essayé de le retenir. "C'était son choix. Il était mon aîné, je ne pouvais pas lui dire fais pas ci, fais pas ça", raconte-t-il en français.

 Téléphones éteints 

Après trois jours à essayer de se faufiler dans un camion, Hussein finit par lui dire qu'il tentera sa chance le 23 novembre par bateau. Le 24 à la mi-journée, les cadavres de 27 migrants sont repêchés. 

Les familles afghanes, accueillies à l'institut médico-légal, n'ont pas encore pu voir les frères ou cousins dont ils redoutent le décès. 

Si le parquet de Paris a appelé le jour-même à transmettre aux enquêteurs "toute information susceptible d'aider à l'identification" des victimes, les proches vont d'abord devoir déposer leurs empreintes génétiques auprès de la gendarmerie spécialisée pour avoir accès aux corps, explique Jan Kakar, un responsable associatif afghan qui fait le lien, sur place.

Mais pour Amanullah, pas de doute: "J'étais en contact avec lui jusqu'au départ. Il m'avait dit qu'il m'appellerait quand il arriverait de l'autre côté". 

En Grande-Bretagne, Hussein aspirait à une "belle vie". Lui qui "aime les balades et voir des paysages", comme sur cette photo qu'Amanullah a envoyée aux gendarmes et sur laquelle on voit son cousin poser en Italie avec, dans son dos, une plaine verdoyante.

Hassan Isakhil aussi est sans nouvelles de son "cousin et meilleur ami", dont il tait le nom.

Lui aussi venait pour en avoir le cœur net, alors qu'il n'a plus de nouvelles depuis le 24 novembre, quand le téléphone de son cousin s'est éteint après lui avoir dit qu'il tentait la traversée.

Mode avion 

Cela ne faisait qu'un mois qu'il était en France, après un périple d'un an depuis son départ de leur village natal. 

Le jeune homme de 22 ou 23 ans s'était persuadé que l'herbe était plus verte côté britannique, où la législation lui permettrait de travailler plus facilement.

Un autre Afghan de 27 ans, lui, avait d'autres motivations: "Sa famille est en Angleterre, sa tante, son oncle, son frère", raconte Safiyullah Azizi, venu de Londres pour l'identifier. 

Il fait office de porte-parole pour la famille, depuis que le frère de la victime présumée, tête enfoncée sous un bonnet noir, s'est réfugié dans le mutisme. 

"On ne sait toujours pas s'il est mort ou s'il est vivant. On est venu pour avoir des réponses et on stresse encore plus", déplore-t-il. 

La dernière fois que les frères se sont parlé, c'était le 23 au soir, moment où les témoins s'accordent à situer le départ du bateau qui a fait naufrage dans des circonstances encore inexpliquées. 

"Il disait ce soir je vais franchir la frontière, je vous tiens au courant", poursuit Safiyullah Azizi.

Sous le poids du stress, croulant sous les appels des amis et de la famille venant aux nouvelles, le frère avait alors "mis son téléphone en mode avion pendant la traversée".

Lorsqu'il le réactive, il se rend compte que son frère "a tenté de le joindre plusieurs fois". Depuis, plus rien.