Que font les banques centrales pour la protection du climat ?

La Banque de Chine réfléchit aussi aux stress tests climatiques tandis que celle d'Angleterre s'y est mise en juin, passant sur le grill des banques telles que HSBC et Barclays. (AFP)
La Banque de Chine réfléchit aussi aux stress tests climatiques tandis que celle d'Angleterre s'y est mise en juin, passant sur le grill des banques telles que HSBC et Barclays. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 septembre 2021

Que font les banques centrales pour la protection du climat ?

  • La Banque du Japon a proposé en juin des financements à taux zéro à des instituts de crédit finançant eux-mêmes des acteurs économiques engagés dans des projets pour l'environnement
  • La plus grosse banque centrale au monde, l'américaine, la Fed, ne brille en revanche pas pour ses initiatives

NEW YORK: Vues comme les sauveuses de l'économie mondiale lors de la crise financière de 2008 et après l'éclatement de la pandémie, les banques centrales agissent en ordre dispersé en matière de protection du climat, renvoyant la balle aux gouvernements. Tour d'horizon de leurs actions.

Pourquoi agissent-elles ?
Comme la plupart des acteurs du monde financier, elles sont confrontées à la montée des risques liés au réchauffement climatique sur l'économie, ainsi qu'à une pression croissante du public et des ONG.


Certaines d'entre elles, à l'image de la Banque centrale européenne (BCE), assument publiquement aujourd'hui le fait d'intervenir, dans la mesure où le dérèglement climatique a des conséquences directes sur leur mandat, la stabilité des prix et, concernant l'institution de Francfort, la supervision bancaire.


Les débuts de l'action des banques centrales pour le climat sont parfois attribués à un discours jugé fondateur du gouverneur de la Banque d'Angleterre en 2015, Mark Carney, évoquant "la tragédie de l'horizon".

Que décident-elles ?
Parmi les outils à leur disposition figurent les stress tests climatiques, des tests de résistance destinés à juger de la solidité des institutions financières face à des chocs.


Alors que la BCE vient de lancer des initiatives en ce sens, la Banque de France a déjà testé neuf groupes bancaires et quinze d'assurances en mai, révélant pour le moment un risque modéré pour ces établissements.


Egalement dans les cartons de la BCE, la possible prise en compte plus grande du risque climatique dans le choix de ses achats d'obligations émises par les entreprises et lors d'opérations de refinancement, en favorisant les établissements lui apportant comme garanties des actifs qui ne sont pas liés aux activités les plus polluantes.


La Banque de Chine réfléchit aussi aux stress tests climatiques tandis que celle d'Angleterre s'y est mise en juin, passant sur le grill des banques telles que HSBC et Barclays. Elle devrait aussi annoncer avant la fin de l'année son programme de verdissement de ses rachats d'actifs.


Plus généralement, de nombreuses banques centrales se sont jointes au Network of Central Banks and Supervisors for Greening the Financial (NGFS), qui rassemble aujourd'hui 95 banques centrales et régulateurs, à l'instar de la Banque de Chine, d'Inde ou du Brésil.


Egalement membre, la Banque du Japon a proposé en juin des financements à taux zéro à des instituts de crédit finançant eux-mêmes des acteurs économiques engagés dans des projets pour l'environnement. La "BoJ" va aussi acheter des obligations vertes libellées en devise étrangère.


La plus grosse banque centrale au monde, l'américaine, la Fed, ne brille en revanche pas pour ses initiatives. Son président, Jerome Powell, a notamment affirmé que la protection du climat n'est "pas quelque chose que nous abordons directement".


Toutefois, "nous nous sentons impliqués dans le fait de penser aux risques climatiques", tels que les catastrophes naturelles, a indiqué mercredi la patronne de son antenne de San Francisco, Mary Daly, afin d'y déterminer leurs implications pour l'économie et le système financier.

Ont-elles pris la mesure de l'urgence ?
Leur action "est rapide et lente", juge Eric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG School of Management.


"Les idées peuvent être assez facilement trouvées et expliquées mais la mise en pratique est très complexe, il faut convaincre de nombreuses parties prenantes", affirme-t-il.


De l'imposition de contraintes financières aux établissements lors des tests de résistance, à la sélection des actifs verts à acheter, "il faut être progressif", affirme l'économiste.


A l'image des deux précédentes crises financières, les banquiers centraux des principaux Etats développés exhortent les gouvernements à prendre eux-mêmes en compte ces questions. 


"Les banques centrales ont une part du problème a résoudre mais en essayant de le résoudre toutes seules cela ne mènera nulle part", affirme Romain Svartzman, économiste à la Banque de France et co-auteur d'un rapport intitulé "The Green Swan". 


"Il n'y a aucun intérêt qu'une banque centrale bouge toute seule dans un pays où le gouvernement ne fait rien, et vice versa", ajoute-t-il.


Une position relayée par la patronne de la BCE Christine Lagarde lors d'un discours à Venise en juillet, affirmant que les gouvernements "contrôlent les outils principaux nécessaires".


Fortnum & Mason cherche à étendre ses activités au Qatar à temps pour la Coupe du monde

Fortnum & Mason, une boutique haut de gamme de Piccadilly qui compte parmi ses clients la reine Elizabeth II et le prince Charles, souhaite s'implanter au Qatar. (Shutterstock)
Fortnum & Mason, une boutique haut de gamme de Piccadilly qui compte parmi ses clients la reine Elizabeth II et le prince Charles, souhaite s'implanter au Qatar. (Shutterstock)
Short Url
  • Le magasin de trois-cent-quinze ans compte la reine Elizabeth et le prince Charles parmi ses clients
  • L’entreprise espère que l'expansion au Qatar avant la Coupe du monde en novembre augmentera la visibilité de la marque à l’international

LONDRES: L'un des grands magasins les plus appréciés de Londres est en pourparlers pour ouvrir une succursale au Qatar avant la Coupe du monde de football cet hiver, selon un rapport de Sky News

Fortnum & Mason, un magasin haut de gamme de Piccadilly, qui compte la reine Elizabeth II et le prince Charles parmi ses clients, discuterait d'une opportunité de franchise avec des partenaires dans ce pays. 

Le directeur général de la société, Tom Athron, souhaite poursuivre l'expansion de la marque qui avait eu lieu sous la direction son prédécesseur, Ewan Venters, et qui comprenait un premier point de vente dans le Golfe, à Dubaï, lequel a fermé en 2017. 

Le magasin vieux de trois-cent-quinze ans, qui appartient à une branche de la famille Weston, possède déjà un magasin à Hong Kong et des partenariats en Australie et au Japon. 

«Dans le cadre de notre stratégie, nous examinons les opportunités d'expansion à la fois en ligne et à l'international, la région du Golfe étant un marché que nous aimerions reconsidérer», a indiqué un porte-parole de Fortnum & Mason. 

Fortnum a été durement touché au début de la pandémie de la Covid-19, mais ses ventes en ligne ont depuis connu une forte croissance. L’entreprise espère que l'expansion au Qatar avant la Coupe du monde en novembre augmentera la visibilité de la marque à l’international.  

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


France: baisse record en 2021 du chômage, effaçant la crise du Covid

Logo de l'organisme public Pôle emploi dans la ville de Flamanville, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Logo de l'organisme public Pôle emploi dans la ville de Flamanville, le 18 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a enregistré une nette baisse de 5,9% au quatrième trimestre
  • «2021 a été une année exceptionnelle pour l'emploi», a commenté sur Twitter la ministre française du Travail, Elisabeth Borne

PARIS: Le nombre de chômeurs a atteint au quatrième trimestre son plus bas niveau en France depuis près de dix ans, clôturant l'année 2021 par une baisse record qui a plus qu'effacé la hausse provoquée par la pandémie de Covid en 2020. 

Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a enregistré une nette baisse de 5,9% au quatrième trimestre, soit 208 500 inscrits en moins par rapport au trimestre précédent, pour atteindre 3,336 millions fin 2021, selon les chiffres publiés mercredi par l'organisme public Pôle emploi. 

Sur un an, la baisse atteint 12,6%, soit 479 600 chômeurs en moins. Cette diminution record fait plus qu'effacer la hausse spectaculaire de 7,5% de 2020 due à la Covid. Le nombre de chômeurs atteint fin 2021 son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2012. 

En incluant l'activité réduite, le nombre de demandeurs d'emploi est en baisse au quatrième trimestre de 3,6% et s'établit à 5,659 millions, selon la Direction des statistiques (Dares) du ministère du Travail. Sur un an, la baisse est de 5,8%. 

« 2021 a été une année exceptionnelle pour l'emploi », a commenté sur Twitter la ministre française du Travail, Elisabeth Borne.  

La baisse a été surtout marquée au deuxième semestre, grâce aux créations d'emplois record intervenues après les réouvertures en juin dans les services (hébergement-restauration, services culturels...) à la sortie du troisième confinement. 

« 2021 a été une année atypique, très marquée par la crise sanitaire et par une reprise économique forte, plus forte qu'estimée », a résumé le directeur général de Pôle Emploi Jean Bassères. 

Fin 2021, les offres d'emplois déposées chez l'opérateur public ont ainsi progressé de 28% par rapport à fin 2019, dernière année « normale » avant l'épidémie de Covid.  

L'an passé, le chômage des jeunes, une des faiblesses françaises, a reculé de 17,8%, soit 87 400 inscrits en moins. 

Sur le front du chômage longue durée, autre point noir dans l’Hexagone, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis un an ou plus diminue aussi, mais plus modestement de 4,1% au 4e trimestre (-6,2% sur un an) à 2,805 millions. Ils représentent encore 49,6% du total des demandeurs d'emploi. 


Mini propose de convertir ses modèles historiques à l'électrique

Un modèle de voiture électrique Mini Cooper SE est exposé sur le stand du constructeur automobile allemand BMW sur la place Max-Joseph-Platz à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 9 septembre 2021, lors du salon international de l'automobile (IAA). (Photo, AFP)
Un modèle de voiture électrique Mini Cooper SE est exposé sur le stand du constructeur automobile allemand BMW sur la place Max-Joseph-Platz à Munich, dans le sud de l'Allemagne, le 9 septembre 2021, lors du salon international de l'automobile (IAA). (Photo, AFP)
Short Url
  • Après avoir présenté un concept électrique en 2018, le constructeur a mis en place une offre officielle de retrofit dans son usine d'Oxford (Royaume-Uni) appelée « Mini Recharged» et présentée mardi dans un communiqué
  • Le montant de la conversion n'a pas été communiqué, mais il faut compter une dizaine de milliers d'euros au minimum pour le retrofit d'une Mini ou d'une Citroën 2CV par un professionnel

PARIS : La marque britannique Mini a annoncé qu'elle allait proposer aux propriétaires de son petit modèle historique, produit entre 1959 et 2000, de les convertir à l'électrique, un service dit de "retrofit", payant.

Après avoir présenté un concept électrique en 2018, le constructeur a mis en place une offre officielle de retrofit dans son usine d'Oxford (Royaume-Uni) appelée "Mini Recharged" et présentée mardi dans un communiqué.

L'équipe du constructeur remplace le moteur thermique par un électrique, adapte quelques éléments techniques et modifie le compteur central classique des Mini, qui indique désormais le niveau de batterie à la place de la pression de l'huile.

Mais "seules des modifications réversibles sont apportées", précise le constructeur, et le moteur d'origine est stocké "pour pouvoir être réutilisé en cas de transformation inverse". 

La nouvelle motorisation promet une autonomie de 160 kilomètres et le 0 à 100 kilomètres/heure en 9 secondes, soit bien plus vite que les Minis historiques.

Le montant de la conversion n'a pas été communiqué, mais il faut compter une dizaine de milliers d'euros au minimum pour le retrofit d'une Mini ou d'une Citroën 2CV par un professionnel. 

Le retrofit est vu comme une option alternative à l'achat d'une voiture électrique neuve par plusieurs petites sociétés qui essaient de le développer. Mais le coût de la conversion, qui atteint souvent le prix d'une petite voiture, fait q'elle est  réservée pour l'instant à des véhicules lourds ou de collection. Aucun constructeur n'avait encore proposé de programme officiel de retrofit.

La cote de cette petite bombe, peu encombrante, très connue et assez répandue, ne cesse de monter, et certains exemplaires dépassent les 30 000 euros. 

Du côté des voitures neuves, le constructeur britannique, racheté par BMW en 1994, a lancé son premier modèle électrique sur le marché en 2019 et compte devenir 100% électrique en 2030.