«Délaissées»: le ras-le-bol d'adolescentes de banlieue parisienne

Le ministre français de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer (à droite) rencontre les élèves du collège Le Saussay dans la banlieue parisienne de Ballancourt-sur-Essonne le 28 mai 2021 lors d'une visite avec l'épouse du président français dédiée à la lutte contre le harcèlement. (Stephane de Sakutin/AFP)
Le ministre français de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer (à droite) rencontre les élèves du collège Le Saussay dans la banlieue parisienne de Ballancourt-sur-Essonne le 28 mai 2021 lors d'une visite avec l'épouse du président français dédiée à la lutte contre le harcèlement. (Stephane de Sakutin/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 03 septembre 2021

«Délaissées»: le ras-le-bol d'adolescentes de banlieue parisienne

  • Dans ce département, une adolescente et trois garçons - âgés de 14 à 19 ans - sont morts dans des affrontements entre bandes rivales depuis le début de l'année
  • Les jeunes filles se sentent souvent exclues des activités culturelles et sportives, et des espaces de vie communs de leurs résidences

CORBEIL-ESSONNES, France : «Stigmatisées», «délaissées» ou se sentant parfois «en danger» dehors: des bombes de peinture à la main, des filles des quartiers sensibles de l'Essonne disent leur ras-le-bol de se sentir à la marge de leurs cités.

Ce jour ensoleillé de fin d'été, Soukayna, Tara, Liliane, Lennie, Alyssa et Chaïma taguent le mot «Peace» sur des bâches noires tendues entre deux arbres, réunies sur une petite place accueillante de Corbeil-Essonnes, à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris.

Issues de différents quartiers prioritaires de la Politique de la Ville, elles se sont portées volontaires à l'appel d'un collectif d'associations locales pour peindre un «Mur du vivre-ensemble», une fresque de street art destinée à être montrée aux écoliers de l'Essonne.

Dans ce département, une adolescente et trois garçons - âgés de 14 à 19 ans - sont morts dans des affrontements entre bandes rivales depuis le début de l'année.

Mais ce mercredi, qu'elles soient des Tarterêts, de Montconseil ou de Nacelle, des quartiers limitrophes et pourtant peu poreux de Corbeil-Essonnes, les adolescentes échangent. Et dressent le même constat: «nous les filles, on est délaissées, on ne s'occupe pas de nous», soupire Soukayna, 16 ans, aux lunettes rondes.

Ces jeunes filles se sentent souvent exclues des activités culturelles et sportives, et des espaces de vie communs de leurs résidences.

Les hommes sont omniprésents, expliquent-elles, en bas des bâtiments, sur les terrains de foot, dans les clubs sportifs, dans les Maisons de quartier «où il n'y a que des garçons, même les éducateurs sont des garçons», regrette Lennie, 15 ans, qui pour ces raisons ne les fréquente pas.

- «A la maison» -

«Souvent pointées du doigt, stigmatisées, soit elles restent à la maison, soit elles sortent et sont victimes de discrimination», regrette Azdine Ouis, responsable du collectif qui a organisé l'activité.

«La discrimination, elle ne se fait jamais dans le discours mais dans les pratiques», analyse Max Leguem, directeur de cabinet de la mairie et ancien responsable de MJC, qui reconnaît que «ce qu'elles disent est vrai».

Souhaitant «lutter contre ces assignations à résidence», M. Leguem veille à la mixité dans les sorties organisées par la Ville, le recrutement des emplois saisonniers et des personnels des sept Maisons de quartier.

Et il ajoute qu'une section féminine dans le club de foot de Corbeil-Essonnes sera ouverte en septembre.

Ravie d'avoir trouvé une association qui l'emmène «à Paris, au restaurant, dans les musées», Liliane, 15 ans «n'a pas osé» s'inscrire au séjour dans les Alpes organisé par Tremplin foot, n'étant «pas à l'aise» avec le fait qu'il y ait «cette majorité de garçons».

Si elles tentent de se mêler, «il ne va rien se passer», reconnaît Sara, 13 ans, «mais c'est gênant pour nous», ajoute-t-elle. Chaïma, son aînée de deux ans estime, elle, qu'«on va penser: +c'est une pute+ juste parce qu'elle a traîné avec des garçons...».

Zakia Amgha, présidente de l'association Les mamans de la République, confirme que cette autocensure est tenace et tente d'aider «ces jeunes filles qui s'interdisent de rêver».

- «Préjugés» -

Ces «préjugés sont fortement incrustés», constate également le délégué du préfet à l'égalité des chances venu voir la fresque. «Les actions de la politique de la ville, dont l'axe principal repose sur l'égalité hommes-femmes, sont prioritaires», assure-t-il.

Sur les quelque 24.000 jeunes ayant participé à ces actions durant l'été, plus de 13.000 sont des filles, chiffre la préfecture de l'Essonne qui concède cependant «que l’égalité réelle entre les femmes et les hommes se concrétise plus difficilement dans les quartiers prioritaires».

Samira Ketfi, 41 ans, qui a grandi à Montconseil «dans une tour», est présidente du club de tennis local.

Pour elle, il y a «un accès limité» des filles aux infrastructures en raison d'un problème de sécurité, avec de «jeunes garçons qui fument et boivent aux abords des courts» et des «bouteilles de verre de vodka cassées sur le terrain».

L'adolescente Lennie glisse que quand elle était plus jeune, sa mère «n'aimait pas qu'il y ait beaucoup de garçons (dehors)»: «elle pensait qu'on serait en danger». Elle-même a longtemps été cantonnée aux «activités avec les personnes âgées».

Assis sur une table de pique-nique en bois aux Tarterêts, près du terrain de foot, Yanisse, Kévin, Sikhou et Joseph, 20 ans, semblent attristés par les dires de leurs voisines de cité.

Yanisse reconnaît que les filles au foot, «ce sont des petites, pas de notre âge» mais tempère: «c'est mélangé quand il y a des événements, comme au basket».

«Faut oser !», suggère Kévin avec un large sourire, ajoutant qu'il «laisserait les filles jouer avec lui» au foot si elles le demandaient.


Isère: 90 hectares brûlés, feu «toujours pas fixé»

Le feu qui s'est déclenché vendredi sur les contreforts de la Chartreuse en Isère n'était «toujours pas fixé» lundi en fin après-midi (Photo, AFP).
Le feu qui s'est déclenché vendredi sur les contreforts de la Chartreuse en Isère n'était «toujours pas fixé» lundi en fin après-midi (Photo, AFP).
Short Url
  • Provoqué par la foudre vendredi en fin d'après-midi, le feu avait ravagé une vingtaine d'hectares à ses débuts
  • Le préfet de l'Isère appelle à la plus grande vigilance «du fait de la sécheresse et de la température»

LYON: Le feu qui s'est déclenché vendredi sur les contreforts de la Chartreuse en Isère n'était "toujours pas fixé" lundi en fin après-midi, avec désormais 90 hectares de forêt et de végétation détruits depuis ses débuts, a indiqué la préfecture.

"Il progresse lentement, poussé par un vent de nord-ouest de 30 km/h, forcissant jusqu’à 22H00, avec une température de 32 degrés. Il concerne une partie non habitée des communes de Voreppe et La Sure-en-Chartreuse, à flanc de montagne (620 mètres d’altitude) et boisée", a précisé le préfet de l'Isère dans un dernier communiqué.

"On ne déplore aucun blessé à ce stade parmi la population. Trois sapeurs-pompiers ont été légèrement blessés en intervention. Aucune habitation ni entreprise n’est affectée", a-t-il ajouté.

Au total, 140 personnes ont été évacuées préventivement, résidents des hameaux Malossane, des Balmes et du Bourget sur la commune de Voreppe, ainsi que celui des Barniers-Les Côtes de La Sure-en-Chartreuse. Les habitants ont été relogés principalement chez leurs familles, selon la même source.

Une trentaine de maisons supplémentaires ont été évacuées à titre préventif dans le secteur des Balmes "en raison de chutes de débris végétaux enflammés qui rendent nécessaires des opérations de protection des habitations".

308 sapeurs-pompiers et 80 engins, dont des renforts extra-départementaux et moyens aériens (deux hélicoptères bombardiers d'eau), sont actuellement mobilisés, a indiqué le Sdis Isère lundi matin. Les appareils ont effectué "44 largages représentant 131 200 litres d’eau".

Les routes départementales 1075 et 520A sont toujours coupées à la circulation par mesure de sécurité et afin de permettre l'intervention des pompiers. Ces derniers ont d'ailleurs employé lundi après-midi une nouvelle méthode de lutte contre la propagation de l'incendie: le brûlage dirigé, le long de la RD 520, pour créer une barrière d’arrêt au feu.

Provoqué par la foudre vendredi en fin d'après-midi, le feu avait ravagé une vingtaine d'hectares à ses débuts.

Le préfet de l'Isère appelle à la plus grande vigilance "du fait de la sécheresse et de la température".

Selon les scientifiques, la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes (canicule, sécheresse, incendies, etc.) est une conséquence directe du réchauffement climatique, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.


Guerre en Ukraine: accès restreint pour les Russes au château de Vincennes, près de Paris

Une vue aérienne prise le 1er juin 2022 montre le château de Versailles et ses jardins, à Versailles, au sud-ouest de Paris (Photo, AFP).
Une vue aérienne prise le 1er juin 2022 montre le château de Versailles et ses jardins, à Versailles, au sud-ouest de Paris (Photo, AFP).
Short Url
  • Le château de Vincennes, situé au sud-est de Paris, contient notamment l'un des centres du Service historique de la défense
  • Le 28 juillet, deux femmes russes se sont vu refuser l'entrée

CRETEIL: Les ressortissants russes ne peuvent plus visiter le château de Vincennes, près de Paris, qui abrite notamment des archives du ministère français des Armées, depuis une directive interne prise à la suite de l'invasion de l'Ukraine, a appris lundi l'AFP de sources concordantes.

Le château de Vincennes, situé au sud-est de Paris, contient notamment l'un des centres du Service historique de la défense (SHD), dont les bibliothèques et les archives sont accessibles au public sous certaines modalités.

Le 28 juillet, deux femmes russes se sont vu refuser l'entrée. "Un gardien placé au niveau du détecteur de métaux a demandé à voir mon passeport", a expliqué à l'AFP l'une des deux jeunes femmes, âgée de 31 ans.

Le gardien lui a ensuite refusé l'accès.

Confuse, cette Russe a tenté à nouveau d'entrer, en discutant avec un autre gardien. Mais celui-ci ne l'a pas non plus autorisée à entrer. Interrogés sur leur refus, les gardiens ont finalement lâché : "Parce que vous êtes russes", raconte-t-elle à l'AFP.

"J'étais bouleversée", confie la jeune femme, journaliste de profession, qui a fui la Russie "à cause de la guerre" et est arrivée en France il y a "cinq mois".

Interrogé par l'AFP, le ministère des Armées a expliqué avoir, "à la suite de l'invasion de l'Ukraine", "restreint l'accès aux emprises militaires du ministère aux ressortissants russes".

Il a toutefois souligné que des "demandes relatives aux fonctions journalistiques" pouvaient être faites.

Moscou et Kiev sont en guerre depuis plus de cinq mois.

La France a franchi début août le seuil des 100.000 réfugiés ukrainiens.

Selon l'institut national des statistiques Insee, 73.500 immigrés russes vivaient en France en 2021.


La France envisage d'extraire de la Seine un béluga pour le sauver

Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir (AFP)
Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir (AFP)
Short Url
  • La préfecture de l'Eure (ouest de Paris) a précisé à l'AFP que le transport pouvait se faire par péniche, voie terrestre ou hélicoptère
  • Un séjour prolongé dans l'eau de l'écluse, chaude et stagnante par rapport à son milieu aquatique habituel, est préjudiciable pour son état de santé

RENNES: La France envisage d'extraire un béluga de la Seine et le transporter vers la mer pour tenter de le sauver, ont annoncé lundi les autorités.

"Il nous a semblé possible de réfléchir peut-être à un transport vers la mer. Dans l'intérêt de ce béluga ça peut se tenter, nous y travaillons ardemment", a déclaré la sous-préfète Isabelle Dorliat-Pouzet.

"On est tous très contents de travailler sur cette option", a ajouté la représentante de l'Etat, tout en reconnaissant que "personne ne peut promettre qu'elle va réussir".

Étant donné la complexité de mouvoir un animal de cette dimension, pesant environ 800 kg, malade et décharné, la sous-préfète n'a pas été en mesure d'indiquer "quand, où et comment" cette délicate opération pourrait intervenir.

En outre, la Manche n'est pas toute proche: l'écluse de Saint-Pierre-La-Garenne, où le cétacé est entré de lui-même vendredi à 70 km au nord-ouest de Paris, se trouve à environ à 130 km de l'embouchure de la mer.

La préfecture de l'Eure (ouest de Paris) a précisé à l'AFP que le transport pouvait se faire par péniche, voie terrestre ou hélicoptère.

Le béluga repéré mardi dans la Seine, un fleuve du nord de la France, était dans un état stationnaire lundi, a-t-on appris auprès de l'ONG de défense des océans Sea Sheperd.

"Le béluga ne s'alimente (a priori) toujours pas mais il continue de se montrer curieux. Vers 4 h du matin il s'est frotté pendant 30 minutes sur les parois de l'écluse et s'est débarrassé des tâches qui étaient apparues sur son dos. Les antibiotiques ont également pu aider", a indiqué Sea Shepherd sur Twitter.

Le Marineland d'Antibes (sud), plus grand zoo marin d'Europe, a dépêché sur place une équipe où figure "un vétérinaire spécialiste des mammifères marins" et qui était attendue en début de soirée.

Le cétacé de quatre mètres de long, habitué des eaux froides et dont la présence dans ce fleuve est exceptionnelle, se trouve toujours dans une écluse à 70 kilomètres au nord-ouest de Paris.

Plusieurs tentatives pour nourrir l'animal, "très amaigri" selon la préfecture locale, ont été faites ces derniers jours mais sans succès pour le moment, amenuisant de jour en jour ses chances de survie.

De plus, un séjour prolongé dans l'eau de l'écluse, chaude et stagnante par rapport à son milieu aquatique habituel, est préjudiciable pour son état de santé.

En mai, c'est une orque qui s'était retrouvée en difficulté dans la Seine. Les opérations pour tenter de sauver le cétacé ont échoué et l'animal est finalement mort de faim.

Selon l'observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, le béluga a une distribution arctique et subarctique.

Bien que la population la plus connue se trouve dans l'estuaire du Saint-Laurent (Québec), "la plus proche de nos côtes se trouve au Svalbard", un archipel situé au nord de la Norvège, à 3.000 kilomètres de la Seine.

Selon la même source, il s’agit du second béluga connu en France après qu'un pêcheur de l'estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948.

En 1966, un autre individu avait remonté le Rhin, dans l'est, jusqu'en Allemagne et en 2018, un béluga avait été observé dans l'estuaire de la Tamise en Angleterre.