Après le choc de la pandémie, l’industrie automobile face à de nouvelles épreuves

Une sportive électrique de Mercedes Benz. Le salon de Munich se présente comme une vitrine du grand défi de l'électrification pour la branche automobile, alors que la Commission européenne pousse à la fin des moteurs thermiques d'ici 2035. (Photo, AFP)
Une sportive électrique de Mercedes Benz. Le salon de Munich se présente comme une vitrine du grand défi de l'électrification pour la branche automobile, alors que la Commission européenne pousse à la fin des moteurs thermiques d'ici 2035. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 07 septembre 2021

Après le choc de la pandémie, l’industrie automobile face à de nouvelles épreuves

  • Pour les constructeurs privés de grands rendez-vous internationaux depuis des mois, le salon de Munich a des allures de retrouvailles
  • Au grand, et très coûteux, défi de l’électrification, vient s’ajouter la pénurie de puces qui sème le désordre dans les «supply chain»

MUNICH : Pénurie de puces, coûteuse électrification, ventes poussives : après le choc de la crise sanitaire, la filière automobile réunie au salon allemand de la mobilité IAA n'en a pas fini avec les épreuves.

fj
Dans le fief de BMW, dont les rues tremblent au passage des grosses cylindrées, l'IAA fait donc la part belle aux modèles à batteries électriques: Volkswagen, deuxième constructeur mondial et plus grand groupe représenté au salon - en l'absence de Toyota - n'expose aucune voiture thermique. (Photo, AFP)

Pour les constructeurs privés de grands rendez-vous internationaux depuis des mois, le salon professionnel qui s'est ouvert lundi à Munich a des allures de rentrée et de retrouvailles avec le public, accueilli à partir de mardi.

Ce salon se présente comme une vitrine du grand défi de l'électrification pour la branche, alors que la Commission européenne pousse à la fin des moteurs thermiques d'ici 2035.

De nombreux constructeurs se sont engagés radicalement dans un virage électrique coûteux.

uà
Mercedes promet de son côté 660 kilomètres d'autonomie pour sa grande berline EQE, destinée à rivaliser avec Tesla. (Photo, AFP)

Dans le fief de BMW, dont les rues tremblent au passage des grosses cylindrées, l'IAA fait donc la part belle aux modèles à batteries électriques: Volkswagen, deuxième constructeur mondial et plus grand groupe représenté au salon - en l'absence de Toyota - n'expose aucune voiture thermique.

ok
BMW a levé le voile sur une vision futuriste - à horizon 2040 - d'une voiture électrique baptisée "Circle" 100% recyclable et faite entièrement de matériaux réutilisés ou de ressources renouvelables. (Photo, AFP)

Renault a présenté lundi sa Mégane électrique, une compacte sportive et connectée qui doit relancer le groupe sur le marché européen, selon le directeur général de la marque au losange, Luca De Meo. "Nous voulons montrer avec cette voiture que conduire une électrique peut aussi être fun", a souligné M. De Meo.

Mercedes promet de son côté 660 kilomètres d'autonomie pour sa grande berline EQE, destinée à rivaliser avec Tesla.

BMW a levé le voile sur une vision futuriste - à horizon 2040 - d'une voiture électrique baptisée "Circle" 100% recyclable et faite entièrement de matériaux réutilisés ou de ressources renouvelables.

À l'image d'une transition vers les motorisations dites "zéro émission", la manifestation allemande, habituée à exposer des voitures toujours plus grandes et extravagantes, relègue même à l'arrière-plan la voiture en tant que telle: plus de 70 marques de vélos sont présentes pour tenter d'attirer de nouveaux publics.

L'IAA, qui se décrit désormais comme un salon consacré à la "mobilité" plutôt qu'à l'auto, marque aussi le tournant vers de nouvelles formes de revenus - autopartage, voiture sur abonnement - voyant l'attractivité de la voiture personnelle décliner.

Plusieurs groupes d'activistes climatiques dont Greenpeace ont promis des actions de contestation pendant l'événement, dénoncé par l'association écologiste BUND comme du "greenwashing classique".

Au grand défi de l'électrification vient s'ajouter le manque de puces électroniques.

Les industriels ont renoué début 2021 avec des bénéfices record après avoir souffert en 2020 du Covid-19, lequel a entraîné la fermeture d'usines et des pertes financières historiques.

Mais l'horizon s'est vite assombri: la pénurie internationale de puces, conséquence d'une reprise éclair après la pandémie et d'une forte demande pour les appareils électroniques grand public, sème le désordre dans les chaînes d'approvisionnement et plombe le marché.

Melfi, une des plus grandes usines de Fiat en Italie, est fermée jusqu'au 13 septembre. En France, l'usine Renault de Sandouville a aussi dû fermer, faute de composants. En Amérique du Nord, General Motors a suspendu ou compte suspendre des lignes de production dans huit usines.

"Ce n'est pas juste la pénurie de semi-conducteurs, mais tout, de l'acier au plastique, devient plus cher", a indiqué le patron de Volkswagen, Herbert Diess, affirmant qu'une partie de ces coûts seront répercutés aux clients.

BMW a déjà dépensé 500 millions d'euros supplémentaires en raison de la hausse des prix, selon son PDG, Oliver Zipse.

Et les ventes restent encore loin de leur niveau d'avant-crise.

"Les constructeurs pourraient vendre 5,2 milliards de véhicules de plus s'il n'y avait pas la crise des semi-conducteurs", estime l'analyste allemand Ferdinand Dudenhöffer.

"Nous avons l'espoir de retrouver un développement positif" sur les trois derniers mois de l'année, a noté dimanche Ola Källenius, patron du fabriquant des Mercedes-Benz, Daimler, précisant toutefois qu'un manque "structurel" de capacités de production pèserait sur l'industrie également en 2022.

Volkswagen espère un premier "répit" vers "fin septembre", a déclaré M. Diess dans un entretien à l'AFP et au Financial Times, tandis que M. Zipse voit des "tensions fondamentales" se poursuivre pour les "six à douze prochains mois".

Honda, Yamaha, KTM et Piaggio s'unissent pour rendre les batteries «échangeables»

PARIS : Les japonais Honda et Yamaha, l'autrichien KTM et l'italien Piaggio ont officialisé lundi la création d'un consortium visant à standardiser les normes de batteries des deux-roues électriques, afin de les rendre interchangeables d'une marque à l'autre.

A la suite de leur "lettre d'intention" en ce sens publiée en mars dernier, les quatre grands fabricants mondiaux de motos, membres fondateurs de ce Consortium pour motos à batteries interchangeables (SBMC) "pensent que la disponibilité d'un système de batteries échangeables communément développé, est la clé du développement de l'électromobilité basse tension", expliquent-ils dans un communiqué.

Ils soulignent en effet que "la disponibilité des bornes de recharge varie selon les pays et les informations pour les utilisateurs finaux sont encore limitées".

Ces fabricants se disent "attachés à la promotion de l'utilisation généralisée des véhicules électriques légers (tels que les cyclomoteurs, scooters, motos, tricycles et quadricycles) et en même temps, à une gestion plus durable du cycle de vie des batteries dans le cadre des politiques climatiques internationales".

L'objectif du consortium est "de trouver des solutions aux préoccupations des clients concernant l'avenir de l'électromobilité", telles que l'autonomie, le temps, l'infrastructure de charge et les coûts.

Plusieurs objectifs sont mis en avant: développer des "spécifications techniques communes" aux systèmes de batteries interchangeables, "confirmer l'utilisation commune" des systèmes de batterie, ou encore "promouvoir" et faire en sorte que "les spécifications communes du consortium soient un standard au sein des organismes de normalisation européens et internationaux".

"Nous devons résoudre plusieurs défis tels que l'extension de l'autonomie, la réduction du temps de charge et la baisse des coûts des véhicules et des infrastructures pour améliorer le confort pour les clients", résume Yoshishige Nomura, directeur général des opérations moto de Honda Motor, cité dans le communiqué, pour qui l'objectif "final" du consortium "est de garantir que les motos continueront d'être choisies comme moyen de transport utile dans la mobilité future".


Robots: et si l'usine s'adaptait toute seule à la demande ?

Des robots à l’œuvre dans une usine d’assemblage de voitures, le 22 octobre à Munich (Photo, AFP).
Des robots à l’œuvre dans une usine d’assemblage de voitures, le 22 octobre à Munich (Photo, AFP).
Short Url
  • L'usine 5.0, pariant sur un mélange de robotique et d'intelligence artificielle, fait figure de Graal de la réindustrialisation européenne post-Covid
  • Le plan France 2030 consacre un budget pour aider à la production de robots et à la structuration de projets locaux autour de sites industriels.

PARIS: Et si demain une usine était capable d'arrêter seule sa production et de la réorienter en fonction des demandes du marché? L'usine 5.0, pariant sur un mélange de robotique et d'intelligence artificielle, fait figure de Graal de la réindustrialisation européenne post-Covid. 

Emmanuel Macron se rend lundi dans l'entreprise Sileane à Saint-Etienne, spécialisée en robotique, vision et intelligence artificielle, pour promouvoir les initiatives du récent plan d'investissements France 2030 dans ce domaine, indique-t-on au cabinet de la ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher.

En avril 2019, les députés Bruno Bonnell et de Catherine Simon s'inquiétaient dans un rapport ("Robotique et systèmes intelligents") d'un retard français dans la robotisation des processus industriels, source de perte de compétitivité dans des secteurs-clés.

L'enjeu est énorme. Car à elle-seule, la Chine, usine du monde, représente un tiers de la demande mondiale en terme de robots industriels, selon la banque d'affaires Bryan Garnier spécialisée dans les technologies.

La France, qui souhaite relocaliser une partie de son industrie, est en 7e position mondiale pour le nombre de robots, derrière la Chine, le Japon, les Etats-Unis, la Corée du Sud, l'Allemagne et l'Italie, selon la Fédération Internationale de la robotique (IFR) basée à Francfort en Allemagne.

Et avec des machines âgées en moyenne de 17 ans dans les PME industrielles françaises, Bercy se désole de voir qu'une partie des 8.000 projets de modernisation qui ont pu voir le jour grâce au guichet "industrie du futur" du plan de relance en 2020, n'aient pas bénéficié à des constructeurs français.

«Robotique adaptative»

Raison pour laquelle le plan France 2030 consacre un budget pour aider à la production de robots et à la structuration de projets locaux autour de sites industriels.

L'usine Sileane prise en modèle par Emmanuel Macron lundi pratique la "robotique adaptative", c'est-à-dire l'intelligence artificielle. 

Agée d'une vingtaine d'années et employant une centaine de personnes, elle produit notamment des robots qui conditionnent des poches de perfusion pour le domaine médical, ou qui gèrent les déchets dans le domaine nucléaire. Ils sont conçus pour gérer des situations imprévisibles, capables, si les choses ne se passent pas comme prévu, de s'ajuster et d'évoluer.

"Nous avons besoin d'usines plus flexibles, capables de se reconfigurer pour faire face à des brutales variations de la demande", explique Thierry Weil, conseiller au groupe de réflexion "La fabrique de l'industrie" et animateur de la chaire "Futurs de l'industrie et du travail" à Mines Paris, PSL.

En clair, des "usines intelligentes" avec des chaînes d'assemblage qui "croisent intelligence artificielle, robotique et objets connectés", ajoute Stéphane Pezeril, directeur Innovation et recherche d'Ausy, cabinet de conseil du groupe Randstad, dans le livre blanc de l'industrie pour 2030 publié par Randstad.

"On a vu pendant la crise du Covid des constructeurs ou des équipementiers automobiles fabriquer des respirateurs. Il savent assembler des pièces de métal et de plastique, de l'électronique et des ventilateurs, mais ils faut pouvoir reconfigurer rapidement des machines polyvalentes comme les robots et réarranger les lignes de production" dit-il.

Reste la lourde et délicate question de l'emploi. Est-ce que cette automatisation industrielle risque de "détruire" demain tous les emplois industriels humains? Un rapport du Sénat "demain les robots" s'en inquiétait en décembre 2019.  

La réponse n'est pas facile. Dans un premier temps, l'aide à la modernisation industrielle va au moins permettre une augmentation de 30% des formations en alternance, dont une partie dans la robotique.

L'entreprise Technics Développement Robotique, située à Lallaing dans les Hauts-de-France (20 salariés) et spécialisée dans la robotisation des PME, a notamment bénéficié d'une aide exceptionnelle pour recruter quatre personnes dont trois apprentis en alternance issus de formations professionnelles en robotique ou en ingénierie d'automatisation et d'informatique grâce au dispositif "un jeune, une solution".


Face au défi de l'inflation, la BCE reste zen

Christine Lagarde, présidente de la BCE (Photo, AFP).
Christine Lagarde, présidente de la BCE (Photo, AFP).
Short Url
  • La présidente de l'institution, Christine Lagarde, martèle qu'il faut éviter de «surréagir» à la poussée des prix en zone euro, surtout au moment où la reprise post-Covid reste fragile
  • Les marchés européens jugent probable une hausse des taux directeurs au troisième trimestre de 2022, un véritable tournant après une décennie de baisse continue

FRANCFORT: Les yeux rivés sur l'envolée de la courbe d'inflation, la Banque centrale européenne devrait conserver jeudi son cap expansif, jouant la prudence et l'attentisme quand d'autres grands argentiers annoncent la normalisation progressive de la politique monétaire.

La présidente de l'institution, Christine Lagarde, martèle qu'il faut éviter de "surréagir" à la poussée des prix en zone euro, surtout au moment où la reprise post-Covid reste fragile et bridée par la crise mondiale des chaînes logistiques.

Les marchés seront néanmoins à l'affût, jeudi, après la réunion du Conseil des gouverneurs, de tout indice sur la façon dont la banque compte gérer la sortie des énormes programmes de soutien accordés depuis le début de la pandémie.

Les marchés européens jugent probable une hausse des taux directeurs au troisième trimestre de 2022, un véritable tournant après une décennie de baisse continue dans un contexte d'inflation atone.

Mais la BCE s'est jusqu'ici gardée de dévoiler son calendrier malgré l'accélération des hausses de prix.

Le taux d'inflation, tiré par la flambée des coûts de l'énergie, a bondi en septembre à 3,4% sur un an, du jamais vu depuis 13 ans et bien au-dessus de l'objectif symétrique de 2% visé par la BCE sur le moyen terme.

Il devrait atteindre plus de 4% d'ici la fin de l'année, selon les experts.

Equilibrisme

Les banques centrales sont toutefois prises en étau entre retour de l'inflation et menaces sur la croissance.

L'activité a perdu en élan face à la persistance des pénuries de matériaux. En témoigne la baisse en octobre et pour le troisième mois consécutif des indices PMI du secteur privé en zone euro.

Au mieux, le PIB de la zone euro "ne devrait croître que légèrement au quatrième trimestre", prévoit Ralph Solveen, économiste chez Commerzbank. 

Ce cocktail réveille le spectre de la stagflation, combinaison de hausse de prix et de croissance atone, spirale funeste des années 1970.

Cette situation complique le travail des banques centrales : si elles resserrent prématurément leur politique accommodante, elles risquent de paralyser la reprise. Si elles attendent trop longtemps, elles auront plus de mal à dompter l'inflation.

Dans cet exercice d'équilibriste, la BCE semble moins pressée d'agir que ses homologues des pays développés.

Fin septembre, la banque centrale de Norvège a été la première du G10 à relever ses taux, suivie début octobre par la Banque de Réserve de Nouvelle-Zélande.

La Fed américaine prépare depuis plusieurs mois le terrain pour une annonce de réduction de ses achats d'actifs début novembre. Mais elle n'agira pas tout de suite sur ses taux bas.

Le calendrier s'accélère aussi à la Banque d'Angleterre, son gouverneur Andrew Bailey affirmant que l'institution pourrait "devoir agir" pour maîtriser l'inflation. Les investisseurs tablent sur un resserrement monétaire de la BoE avant la fin de l'année.

Avenir des achats de dettes

"Par contraste, la BCE semble plutôt zen", note Bruno Cavalier, économiste chez Oddo.

Avant de planifier une hausse des taux, la BCE voudra voir sa prévision d'inflation se situer pour 2022 et 2023 dans les clous de son objectif de 2%, ce qui n'est pas le scénario du moment. 

Ses responsables ne cessent d'insister sur le caractère transitoire de l'inflation, tout en reconnaissant qu'elle pourrait se prolonger si elle s'accompagnait d'une hausse des salaires. Un risque de spirale à laquelle la banque reste attentive.

Accompagner la sortie de la crise sanitaire implique aussi, pour l'institution de Francfort, de débattre de la fin de son programme d'achats massifs de dettes (PEPP) mis en place lors de la pandémie.

L'enveloppe de 1.850 milliards d'euros, qui a permis de financer le "Quoi qu'il en coûte" des Etats durant l'épidémie de Covid, doit expirer fin mars 2022.

Or, tout reste à discuter sur l'après "PEEP", avec le souci d'amortir un potentiel choc sur des marchés désormais habitués à des injections massives de liquidités.

Pour assurer une transition en douceur, la BCE a plusieurs options, allant de la mise en place d'un nouveau programme de rachats de dette au réaménagement de son dispositif d'assouplissement quantitatif (QE), grâce auquel elle rachète depuis 2015 des titres sur les marchés.

Cette discussion délicate est attendue pour la réunion du 16 décembre. 


Les négociations entre le Liban et le FMI pourraient commencer en novembre

Le ministre libanais de l’Économie, Amin Salam, lors d’une entrevue avec Reuters – Beyrouth, Liban, le 22 octobre 2021. (Reuters)
Le ministre libanais de l’Économie, Amin Salam, lors d’une entrevue avec Reuters – Beyrouth, Liban, le 22 octobre 2021. (Reuters)
Short Url
  • Le ministre de l’Économie ne s’attend pas à ce que les fonds soient accordés avant les élections, en mars
  • Bou Habib a évoqué le conflit des frontières maritimes entre le Liban et Israël

BEYROUTH: Le ministre libanais des Affaires étrangères, Abdallah Bou Habib, a déclaré dimanche que les négociations avec le Fonds Monétaire International (FMI) pourraient commencer probablement en novembre, d’après la chaîne de télévision Al-Jadeed.

Quant au ministre de l’Économie, Amin Salam, il a dit vendredi, lors d’une entrevue avec Reuters, que le nouveau gouvernement s'oriente vers des négociations approfondies en vue d’obtenir un accord avec le FMI avant la fin de cette année ou au début de l’année prochaine. Cependant, il ne s’attend pas à ce que les fonds soient accordés avant les élections qui auront lieu en mars.

Bou Habib a également évoqué le conflit des frontières maritimes entre le Liban et Israël et a révélé à Al-Jadeed qu’il croyait «qu’un accord pourrait être conclu.»

Le différend entre le Liban et Israël porte sur la délimitation de leurs eaux territoriales. Des négociations entre les deux ennemis permettraient au Liban d’avoir accès à de précieuses réserves de gaz, au cœur de la pire crise économique qu’il ait jamais connue.

Les deux pays tiennent des pourparlers médiés par les États-Unis à un rythme irrégulier depuis octobre pour tenter de résoudre le problème.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com