Covid: une ex-ministre de la Santé inculpée pour «mise en danger de la vie d'autrui»

L'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui a démissionné mi-février 2020 au début de l'épidémie de Covid-19 et pourrait être inculpée pour sa gestion du Covid-19, arrive à la Cour de justice de la République à Paris le 10 septembre 2021. (Photo, AFP)
L'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui a démissionné mi-février 2020 au début de l'épidémie de Covid-19 et pourrait être inculpée pour sa gestion du Covid-19, arrive à la Cour de justice de la République à Paris le 10 septembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 11 septembre 2021

Covid: une ex-ministre de la Santé inculpée pour «mise en danger de la vie d'autrui»

  • Buzyn est la première personnalité à être mise en cause dans ce vaste dossier consacré à la manière dont les autorités ont anticipé puis géré l'épidémie
  • «Aujourd'hui, c'est une excellente opportunité pour moi de m'expliquer et de rétablir la vérité des faits», a déclaré Agnès Buzyn

PARIS : L'ex-ministre française de la Santé Agnès Buzyn, qui avait démissionné mi-février 2020 au début de l'épidémie de Covid-19, a été inculpée vendredi pour "mise en danger de la vie d'autrui" en raison de sa gestion de la pandémie.


Mme Buzyn a été inculpée à l'issue de son audition par des magistrats de la Cour de justice de la République (CJR), qui enquête sur la gestion de l'épidémie de Covid-19.


L'ancienne ministre est la première personnalité à être mise en cause dans ce vaste dossier consacré à la manière dont les autorités françaises ont anticipé puis géré quotidiennement l'épidémie de coronavirus qui a fait au moins 115.000 morts dans le pays, selon Santé publique France.


Arrivée peu avant 09h00 au siège de la Cour, seule habilitée à juger des ministres dans l'exercice de leurs fonctions, elle en est ressortie après plus de neuf heures d'audition sans dire un mot à la presse.


"Aujourd'hui, c'est une excellente opportunité pour moi de m'expliquer et de rétablir la vérité des faits", avait-elle déclaré à son arrivée.


Elle en est ressortie après plus de neuf heures d'audition sans dire un mot à la presse.


"Je ne laisserai pas salir l'action du gouvernement, mon action en tant que ministre, alors que nous avons fait tant pour préparer notre pays à une crise sanitaire mondiale qui, je le rappelle, dure encore", avait ajouté Mme Buzyn.


Face au «tsunami»

Au tout début 2020, Mme Buzyn occupait un rôle central, à la tête du ministère de la Santé.


Alors que le monde commençait à prendre peur après les informations alarmantes venant de Wuhan, en Chine, cette hématologue de formation avait pris la parole le 24 janvier 2020 pour dire: "les risques de propagation du coronavirus dans la population sont très faibles". Avant de préciser que cette analyse pouvait "évoluer".


Mi-février, elle avait quitté le gouvernement pour briguer la mairie de Paris, remplacée par Olivier Véran.


Mais quelques jours après sa défaite électorale, alors que la France se confinait, elle créait un tollé en disant dans le quotidien Le Monde du 17 mars 2020: "quand j'ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous".


"Depuis le début, je ne pensais qu'à une seule chose: au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c'était une mascarade", avait-elle encore dit au Monde au sujet des élections municipales.


Des propos confirmés en juin 2020 devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur la gestion de la crise sanitaire: elle y avait indiqué avoir alerté le président Emmanuel Macron et le Premier ministre Edouard Philippe dès janvier sur le "danger" potentiel du coronavirus.


Depuis, la CJR a reçu de nombreuses plaintes liées au Covid-19, "14.500" a dit mercredi le procureur général près la Cour de cassation François Molins.

Autres ministres visés

Manque d'équipements de protection pour les soignants et la population ou errements sur la nécessité ou non de porter des masques: neuf de ces plaintes ont été jugées recevables par la commission des requêtes de la CJR, qui fait office de filtre, et ont permis l'ouverture d'une enquête en juillet 2020.


Depuis, d'autres plaintes ont été jugées recevables et jointes à l'enquête, tandis que des perquisitions ont été menées mi-octobre 2020 aux domiciles et bureaux du ministre de la Santé Olivier Véran, de l'ex-Premier ministre Edouard Philippe, de Mme Buzyn et d'une autre ancienne membre du gouvernement, Sibeth Ndiaye.


La commission d'instruction de la CJR a ouvert son enquête sur l'infraction "d'abstention de combattre un sinistre".


Ce développement majeur pourrait être suivi d'autres convocations visant des membres actuels ou passés de l'exécutif, dont MM. Véran et Philippe, et avoir un impact politique pour la majorité alors que le président Emmanuel Macron pourrait briguer sa réélection au printemps 2022.


Interrogé jeudi sur la convocation d'Agnès Buzyn, le Premier ministre Jean Castex a répondu qu'"un chef de gouvernement ne peut pas commenter un processus judiciaire en cours".


"Il faut à tout prix éviter (…) que la paralysie guette l'action des pouvoirs publics au moment ou, au contraire, on a besoin des décisions pour faire face à des crises", a-t-il cependant ajouté.


Sur Twitter, la présidente déléguée du parti présidentiel LREM Aurore Bergé a estimé que l'inculpation de Mme Buzyn créait "un précédent dangereux".


"Si demain un ministre peut être mis en examen (inculpé, ndlr) pour ce qu'il n'aurait pas fait, pas assez fait, ou mal fait alors qui qualifie le +mal+ fait ? Quand ? Sur quels critères d'appréciation ?", a-t-elle écrit.


Une première «réserve de vagues» créée en France

Cette photo aérienne montre des vagues en baie de Quiberon, dans l'ouest de la France, le 19 mai 2022.  (Damien Meyer/AFP)
Cette photo aérienne montre des vagues en baie de Quiberon, dans l'ouest de la France, le 19 mai 2022. (Damien Meyer/AFP)
Short Url
  • La ville bretonne de Saint-Pierre-Quiberon a voté en février la création d'une «réserve de vagues» d'environ 30 hectares, pour «préserver et promouvoir leur richesse et leur qualité»
  • Par «vague», il faut entendre les vagues les plus emblématiques, celles qui ont leur place dans les romans, les tableaux, les descriptions des guides, celles qui attirent des milliers de touristes et de surfeurs

SAINT-PIERRE-QUIBERON, France : Protéger les vagues remarquables d'un paysage pour les générations futures: dans l'ouest de la France, une municipalité a voté la création de la première «réserve de vagues» du pays afin de préserver ce patrimoine de toute intervention humaine.

Sur la «Côte sauvage de Quiberon», les vagues de l'océan Atlantique qui se fracassent contre les falaises déchiquetées ne semblent pas menacées. Pourtant, la ville bretonne de Saint-Pierre-Quiberon a voté en février la création d'une «réserve de vagues» d'environ 30 hectares, pour «préserver et promouvoir leur richesse et leur qualité».

Dans sa déclaration d'utilité publique, la mairie décrit des «vagues exceptionnelles» qui constituent un «patrimoine et une ressource naturelle, sportive, socio-économique et culturelle».

Immuables en apparence, les vagues sont pourtant vouées à mourir, explique l'association France Hydrodiversité, qui souhaite les protéger, à l'instar de l'ONG californienne «Save the waves».

Par «vague», il faut entendre les vagues les plus emblématiques, celles qui ont leur place dans les romans, les tableaux, les descriptions des guides, celles qui attirent des milliers de touristes et de surfeurs jusqu'à se voir attribuer un nom.

«Les vagues sont vulnérables et les interventions humaines peuvent les menacer, menacer leur qualité, voire les faire disparaître», avertit Grégoire Touron-Gardic, chercheur à l'université britannique de Portsmouth, spécialisé dans la gestion des aires marines protégées.

La mythique vague de «La Barre» d'Anglet dans le sud-ouest de la France, point de rendez-vous des surfeurs les plus aguerris dans les années 1960, a ainsi disparu après la construction d'une digue à l'entrée du port qui a modifié la dynamique des courants et la sédimentologie.

Au Pays basque espagnol, la vague de Mundaka, considérée comme l'une des meilleures d'Europe pour les sports de vague, s'est estompée après des dragages qui ont modifié la nature du sol.

- «Outil de protection de l'environnement» -

A l'origine de l'initiative de Saint-Pierre-Quiberon, le surfeur breton Erwan Simon, co-fondateur de France Hydrodiversité.

«On protège la biodiversité mais les vagues ne sont pas vivantes et n'ont pas de statut juridique en France. Or chaque vague est différente et l'hydrodiversité, la diversité des formes et mouvements de l'eau, doit être protégée là où elle est remarquable», argumente M. Simon en précisant que de telles réserves existent déjà au Pérou, aux Etats-Unis ou en Australie.

Sans valeur légale, la jeune «réserve» bretonne est encore symbolique. «Nous nous engageons à ne jamais autoriser des travaux de prélèvement de sable ou tout autre événement industriel qui pourrait avoir un impact sur la forme des vagues», précise la maire Stéphanie Doyen.

«L'intérêt pour nous était de consacrer le caractère patrimonial de ces vagues qui attirent beaucoup de monde, tout en rappelant leur vulnérabilité et l'importance de les protéger», ajoute l'élue.

«Les vagues fournissent de nombreux services pour l'environnement marin», explique M. Touron-Gardic. «Elles participent au transport des sédiments, permettent les échanges gazeux eau-atmosphère et constituent un milieu privilégié pour certaines espèces marines», plaide le chercheur qui aimerait en faire un «outil de protection de l'environnement».

«Il y aura toujours de la houle à la côte. Elle contribue à de très nombreuses interconnexions entre l'atmosphère, l'océan et l’environnement littoral local», estime de son côté Julien Touboul, directeur adjoint à l'Institut des sciences de l'océan de Marseille dans le sud-est de la France.

«L'idée est de reconnaître la vague comme un phénomène exceptionnel qui se produit spécifiquement à un endroit», plaide Frédéric Habasque, géologue et co-fondateur de l'association.

«Si une vague disparaît, on ne la retrouvera pas. Même si des scientifiques essayent de modéliser les vagues avec des récifs artificiels, ils ne pourront pas recréer artificiellement la vague de Quiberon», assure-t-il.


Un refuge des Alpes françaises ferme «définitivement», victime du réchauffement climatique

Un homme escalade une cascade de glace dans la vallée de Freissinières dans le Parc National des Ecrins près de L'Argentière-la-Bessée, dans les Alpes, dans le sud-est de la France le 15 janvier 2022 (Photo, AFP).
Un homme escalade une cascade de glace dans la vallée de Freissinières dans le Parc National des Ecrins près de L'Argentière-la-Bessée, dans les Alpes, dans le sud-est de la France le 15 janvier 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le glacier jouait le rôle de contrefort du socle granitique
  • Le refuge du massif des Ecrins était déjà fermé depuis l'été 2021 du fait de la fonte accélérée du glacier de la Pilatte

GRENOBLE: Le refuge de la Pilatte, situé à 2.577 m d'altitude dans les Alpes françaises, ferme "définitivement" pour raisons de sécurité, le réchauffement climatique déstabilisant le socle rocheux sur lequel il est bâti, indique la Fédération française des clubs alpins et de montagne.

Le refuge du massif des Ecrins, ouvert en 1954 et qui servait de camp de base pour de nombreuses courses d'alpinisme, était déjà fermé depuis l'été 2021 du fait de la fonte accélérée du glacier de la Pilatte, à l'origine d'un "phénomène paraglaciaire" qui a provoqué l'apparition d'importantes fissures au niveau du refuge. Ces fissures étaient suivies annuellement par des experts depuis les années 1990. 

Le glacier, qui jouait le rôle de contrefort du socle granitique, a "perdu près de 50 mètres d'épaisseur depuis le début des années 1990", explique la Fédération dans un communiqué sur son site internet.

Des mesures de suivi géologique menées parallèlement autour du bâtiment ont toutes pointé une "accélération nouvelle et brutale" au printemps 2021, "entraînant une fragilisation de la structure du refuge", note la fédération.


Législatives: Mélenchon veut «démanteler le présidentialisme»

Short Url
  • Le leader de La France insoumise, qui estime que les législatives constituent «le troisième tour de l’élection présidentielle», considère qu'«un bouleversement extrêmement profond» est possible
  • «A mes yeux, il s'agit d'une reparlementarisation radicale de l'exercice du pouvoir politique en France», insiste M. Mélenchon, qui la voit comme «une étape essentielle du démantèlement du présidentialisme»

PARIS: Jean-Luc Mélenchon, qui espère devenir Premier ministre en remportant avec l'alliance de la gauche la majorité à l'Assemblée en juin, veut "démanteler le présidentialisme" et mettre un terme à l'exercice "solitaire du pouvoir d'un seul homme", Emmanuel Macron, explique-t-il vendredi dans Libération.

Le leader de La France insoumise, qui estime que les législatives constituent "le troisième tour de l’élection présidentielle", considère qu'"un bouleversement extrêmement profond" est possible. 

"Pour la première fois, une cohabitation surgirait deux mois après l'élection présidentielle, et en contradiction politique complète avec elle", souligne-t-il dans cette tribune.

En cas de "divergence de fond entre le président de la République et le Premier ministre", "j'ai dit que le problème serait porté devant l’Assemblée nationale", détaille-t-il.

Le tribun Insoumis souligne qu'"un groupe parlementaire peut, par le biais de la procédure prévue à l'article 50-1 (de la Constitution), obtenir une déclaration du Premier ministre sur la politique de son gouvernement dans un domaine particulier ou sur une question spéciale. Cette procédure n'oblige pas à un vote, mais elle n’interdit pas qu’il ait lieu". 

De plus, "un groupe parlementaire peut présenter au vote une résolution et rien n'interdit qu’elle porte sur le sujet du différend dans l'exécutif", entre le président et le Premier ministre. 

"A mes yeux, il s'agit d'une reparlementarisation radicale de l'exercice du pouvoir politique en France", insiste M. Mélenchon, qui la voit comme "une étape essentielle du démantèlement du présidentialisme".

Il souligne que dans le cadre du programme partagé de gouvernement de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), entre LFI, EELV, le PS, le PCF et Générations, les désaccords programmatiques entre les organisations signataires, qui "ne représentent que 5 % du total des 650 propositions", "seront réglés par le vote des parlementaires". 

"La crédibilité et la stabilité gouvernementale apparaissent aussi clairement garanties qu’est affirmée la prééminence du débat et de la décision des parlementaires", vante-t-il, jugeant qu'"un tel mode d’action succéderait à une longue phase d'exercice spectaculairement solitaire du pouvoir d'un seul homme".