La Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques, selon l'armée sud-coréenne

D’après l’armée sud-coréenne, deux missiles balistiques longue-portée ont été lancés (Photo, AFP).
D’après l’armée sud-coréenne, deux missiles balistiques longue-portée ont été lancés (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 15 septembre 2021

La Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques, selon l'armée sud-coréenne

  • Pour les analystes, ces tirs sont un signal destiné à la Chine, principal allié diplomatique et partenaire commercial du Nord
  • Pyongyang est actuellement plus que jamais isolé depuis la fermeture de ses frontières en début d'année dernière pour empêcher la propagation du coronavirus

SEOUL: La Corée du Nord a tiré mercredi deux missiles balistiques vers la mer, selon l'armée sud-coréenne, deux jours après l'annonce par Pyongyang de tirs d'essai réussis d'un nouveau "missile de croisière longue portée".

Pour les analystes, ces tirs sont un signal destiné à la Chine, principal allié diplomatique et partenaire commercial du Nord bien que les relations entre les deux pays soient parfois tendues. 

Pyongyang est actuellement plus que jamais isolé depuis la fermeture de ses frontières en début d'année dernière pour empêcher la propagation du coronavirus.

Le Nord, doté de l'arme nucléaire, a tiré "deux missiles balistiques non identifiés" depuis une région située au centre du pays en direction de l'est vers la mer, a déclaré l'état-major interarmées de Séoul dans un communiqué.

"Les agences de renseignement sud-coréennes et américaines procèdent à une analyse détaillée" de ces tirs, ont-ils ajouté, sans donner de précisions sur la portée de ces missiles.

Ils sont intervenus au moment où le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, est à Séoul pour s'entretenir avec son homologue sud-coréen. 

«Reprise du dialogue»

S'exprimant avant cette nouvelle, le ministre chinois a dit espérer que tous les pays contribueraient "à la paix et à la stabilité dans la péninsule coréenne", selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, les invitant "tous à travailler ensemble à la reprise du dialogue".

La Corée du Nord est sous le coup de nombreuses sanctions en raison de ses programmes d'armes nucléaires et de missiles balistiques interdits.

Ses pourparlers avec les États-Unis sont dans l'impasse depuis l'échec du sommet de 2019 à Hanoi entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain de l'époque Donald Trump sur l'allègement des sanctions - et ce que Pyongyang serait prêt à abandonner en retour.

Après son arrivée au pouvoir fin 2011, l'actuel dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, a attendu plus de six ans avant de se rendre en Chine mais s'est ensuite entretenu à plusieurs reprises avec le président chinois Xi Jinping. Pékin considère que le Nord fait partie intégrante de sa sphère d'influence.

Yang Moo-jin, professeur à l'Université des études nord-coréennes, estime que les tirs de mercredi "ressemble à un message indirect de la Corée du Nord et même à une demande adressée à Pékin pour que la péninsule coréenne soit traitée par la Chine comme un dossier prioritaire".

"Dans le même temps, Pyongyang semble affirmer et souligner que la Corée du Nord prend la tête sur le dossier de la péninsule coréenne", a-t-il ajouté.

Ces tirs interviennent au surlendemain de l'annonce par l'agence officielle nord-coréenne KCNA de tirs d'essai d'un nouveau "missile de croisière longue portée" au cours du week-end, évoquant des "armes stratégiques de grande importance".

Le quotidien officiel nord-coréen Rodong Sinmun a publié lundi des photos montrant un missile sortant comme une boule de feu de l'un des cinq tubes d'un véhicule de lancement ainsi qu'un missile effectuant un vol à l'horizontale.

«Sans conditions préalables»

Ces missiles de croisière longue portée, s'il est confirmé que le pays les possède, représenteraient une avancée technologique pour la Corée du Nord, selon les analystes.

Ils seraient ainsi plus difficiles à intercepter et constitueraient une véritable menace pour la Corée du Sud et le Japon, deux alliés des Etats-Unis.

Les missiles tirés ce week-end ont parcouru 1.500 kilomètres, lors de trajectoires de vol de deux heures, traçant des huit, au-dessus de la Corée du Nord et de ses eaux territoriales pour atteindre leurs cibles, selon KCNA. 

Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies interdisent à la Corée du Nord la poursuite de ses programmes d'armements nucléaires et de missiles balistiques. Mais Pyongyang n'est pas soumis à une interdiction de développer des missiles de croisière.

Pyongyang n'a procédé à aucun essai nucléaire ou tir de missile balistique intercontinental depuis 2017.

En début de semaine, les représentants spéciaux des Etats-Unis, du Japon et de la Corée du Sud pour la Corée du Nord se sont rencontrés à Tokyo. 

"Nous espérons que la République populaire démocratique de Corée répondra positivement à nos multiples offres de rencontres sans conditions préalables", a réitéré le représentant américain a Washington, Sung Kim.

Les États-Unis sont disposés à "s'attaquer aux problèmes humanitaires, indépendamment des progrès réalisés en matière de dénucléarisation", dans le respect des règles internationales, a-t-il ajouté.


Royaume-Uni : Nadhim Zahawi nommé nouveau ministre des Finances

Le nouveau ministre britannique Nadhim Zahawi à Downing Street (Photo, AFP).
Le nouveau ministre britannique Nadhim Zahawi à Downing Street (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Zahawi, 55 ans, a cofondé le réputé institut de sondage YouGov
  • Il a gagné en popularité en assurant la gestion de la vaccination des Britanniques pendant la pandémie

LONDRES: Le Premier ministre britannique Boris Johnson a nommé mardi soir son ministre de l'Éducation, Nadhim Zahawi, au poste de ministre des Finances, dont Rishi Sunak a démissionné avec fracas quelques heures plus tôt.

Les services de M. Johnson ont indiqué que la reine Elizabeth II avait approuvé la nomination de M. Zahawi. Ce Kurde né en Irak est arrivé au Royaume-Uni avec sa famille sans parler un mot d'anglais et a ensuite mené une carrière lucrative dans les affaires.

M. Zahawi, 55 ans, a cofondé le réputé institut de sondage YouGov et a commencé sa carrière politique dans les milieux conservateurs à Londres, avant de devenir député en 2010.

Il a gagné en popularité en assurant la gestion de la vaccination des Britanniques pendant la pandémie.

Sa nomination intervient après la démission choc de son prédécesseur Rishi Sunak et de celle du ministre de la Santé Sajid Javid, qui ont annoncé à quelques minutes d'intervalle quitter le gouvernement, lassés des scandales à répétition.

M. Javid a été remplacé à la Santé par Steve Barclay, jusque-là chargé de la coordination gouvernementale.


Ukraine: l'ONU dénonce un «bilan intolérable» pour les civils

La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet prononce un discours lors d'un débat d'urgence sur le conflit en Ukraine au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève le 3 mars 2022 (Photo, AFP).
La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet prononce un discours lors d'un débat d'urgence sur le conflit en Ukraine au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève le 3 mars 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a fustigé mardi à Genève le bilan civil «intolérable» du conflit ukrainien
  • La Haute-commissaire a également critiqué les nombreuses violations de droits humains visant les populations civiles

GENEVE: La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a fustigé mardi à Genève le bilan civil "intolérable" du conflit ukrainien, avec près de 5 000 victimes civiles confirmées depuis le début de l'offensive russe il y a cinq mois.

"Les civils font les frais d'hostilités qui ne semblent pas avoir de fin", a déploré la Haute-commissaire devant le conseil des droits de l'Homme, en marge de la présentation d'un rapport sur la situation des droits humains en Ukraine.

Selon le dernier bilan de l'organe onusien, daté du 3 juillet, 4 889 civils, dont 335 enfants, ont été tués depuis le début du conflit - un chiffre probablement sous-évalué.

La Haute-commissaire a également critiqué les nombreuses violations de droits humains visant les populations civiles.

"Au nom de chaque victime de cette guerre absurde, les exécutions, la torture et les détentions arbitraires doivent cesser", a-t-elle lancé.

Son bureau, qui a recensé plus de 1 200 corps de victimes civiles dans la seule région de Kiev à la mi-mai, tente de corroborer plus de 300 allégations de meurtres commis par les forces russes en dehors des combats.

"Des inquiétudes persistent à propos d'assassinats illégaux (de civils), y compris des exécutions sommaires", commises par l'armée russe, contre laquelle les preuves de "sérieuses infractions" au droit international continuent de s'accumuler, a chargé la Haute-commissaire.

Elle a notamment reçu le soutien des Etats-Unis.

"Les actions de la Russie constituent un affront à l'humanité. Nous ne pouvons pas rester silencieux" a déclaré Michèle Taylor, ambassadrice américaine auprès du conseil des droits de l'Homme, dont la 50ème session se termine vendredi.

Le représentant russe Evgeny Ustinov a lui dénoncé "une campagne de désinformation contre la Russie" orchestrée par l'organe onusien, devenu selon lui un "instrument servant les intérêts d'un groupe de pays."

Dans un message vidéo, la vice-ministre des Affaires étrangères ukrainienne, Emine Dzhaparova, a souligné la "souffrance et la douleur" de son peuple.

"La justice ne peut être rendue qu'en demandant des comptes aux auteurs de ces crimes, et en restaurant entièrement l'intégrité territoriale de mon pays", a-t-elle déclaré.

La Haute-commissaire, qui a appelé les deux camps à "s'engager à protéger tout civil et personne hors de combat", a rappelé la nécessité d'enquêter de manière "rapide et efficace" sur les violations supposées des droits humains.

Mme Bachelet a déploré à plusieurs reprises depuis le début de la guerre l'accès restreint de ses équipes aux zones de conflit sur le territoire ukrainien.

Le conflit en Ukraine a causé l'un des plus importants déplacements de population en Europe depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, faisant plus de 8 millions de déplacés.


Un vol d'Easyjet escorté par un F18 après un canular d'un passager

Après avoir été intercepté, l'avion EasyJet a finalement pu se poser à Minorque avec quarante-cinq minutes de retard. (Photo, AFP)
Après avoir été intercepté, l'avion EasyJet a finalement pu se poser à Minorque avec quarante-cinq minutes de retard. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Airbus d’EasyJet a été escorté par un chasseur F-18 de l'armée de l'air espagnole
  • L’adolescent avait lancé une fausse alerte à la bombe sur les réseaux sociaux, et a passé une nuit en prison

MONTRÉAL: Dimanche 3 juillet, une fausse alerte à la bombe sur le vol EZY8303 de la compagnie EasyJet en direction de Minorque, l’une des îles des Baléares, a causé bien des tracas. Alors que les passagers avaient embarqué à Londres sans problème particulier, ils ont eu la surprise d'être escortés en plein vol par un avion de chasse de l'armée de l'air espagnole.

Sur des vidéos amateurs diffusées sur les réseaux sociaux, on peut voir un chasseur F-18 effectuer des mouvements de haut en bas avec ses ailes, signifiant au pilote de l’Airbus A-319 de le suivre.

 

Une mauvaise blague

À l’origine de cet incident, un canular postée sur les réseaux sociaux par un jeune homme de 18 ans, accompagné par cinq amis à bord du vol. 

Après avoir été intercepté, l'avion EasyJet a finalement pu se poser à Minorque avec quarante-cinq minutes de retard. L'avion, les bagages, ainsi que les passagers ont été fouillés par les forces de l'ordre, en présence de chiens et de démineurs.

Le jeune homme a passé la nuit en prison et sera prochainement jugé devant un tribunal pour cette fausse alerte qui risque de lui coûter bien cher.