Week-end Beatles à la Philharmonie de Paris

L’auteure, compositrice et interprète Keren Ann (Xavier Leoty/AFP)
L’auteure, compositrice et interprète Keren Ann (Xavier Leoty/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 12 septembre 2020

Week-end Beatles à la Philharmonie de Paris

  • Les rythmes des Beatles, revisités par Keren Ann, Rover, Brad Mehldau ou le Quatuor Debussy, animeront la Philharmonie de Paris le temps de deux soirées, le 19 et le 20 septembre
  • Pour la Philharmonie, en pleine zone rouge, les contraintes sont établies : un siège sur deux sauf couples ou groupes constitués, masques obligatoires pour le public, gel hydroalcoolique aux entrées, pas de vestiaire

PARIS : Ils sont séparés depuis 50 ans, mais leur musique vibre toujours : la Philharmonie de Paris va vivre un week-end (19-20 septembre) au rythme des Beatles, revisités par Keren Ann, Rover, Brad Mehldau ou le Quatuor Debussy.

Soit deux figures de la pop, un jazzman aventurier et des musiciens classique eux aussi sans frontières. Preuve que le quatuor de Liverpool est une "nourriture qui reste éternelle" pour tout musicien, comme le présente Rover à l'AFP.

"Ils ont commencé il y a 60 ans, se sont arrêtés il y a 50 ans, et leur musique a traversé les décennies sans aucun problème, raconte Christophe Collette, premier violon du Quatuor Debussy. Dans 50 ans, ils seront toujours d'actualité, ça confirme que ce sont des génies". "On est un quatuor à cordes et on rend hommage au plus célèbre quatuor anglais", s'amuse-t-il.

Chez Keren Ann, les "Fab Four" font "partie des meubles". "Ado, j'étais obsédée par John, puis j'ai réalisé l'importance de Paul et George". Mais jusqu'ici, elle s'était bien gardée de décortiquer leurs progressions harmoniques.

"Ça a été un plaisir fou, j'ai eu la confirmation de l'intelligence de leurs compositions, de tous ces renversements d'accords, souligne-t-elle. En très peu de temps, ils ont créé une bible musicale". "On avait l'impression d'un nouveau groupe pour chacun de leur album", vante Rover.

Keren Ann, au chant et à la guitare, accompagnée par un pianiste et un trompettiste, racontera "des anecdotes sur les Beatles entre les chansons" choisies.

Rover, qui s'était déjà attaqué à "Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band" à la Maison de la Radio, jouera cette fois l'album "Revolver". "Je vais le jouer tout seul, pour rester sur l'os de la musique. De toute façon il était inutile de rentrer en concurrence avec les Beatles (rires). Il faut y aller nu et humble".

"Sentiment de légèreté"

Même constat pour Christophe Collette : "On ne va pas faire les Beatles comme eux le faisaient, ce serait peine perdue". Le Quatuor Debussy jouera seul ou avec un orchestre de chambre, retranscrivant les Beatles de façon littérale ou suivant les pas de Peter Breiner. Ce compositeur-chef d'orchestre avait atteint les sommets des ventes avec "Beatles Go Baroque", album où John, Paul, George et Ringo sonnaient comme Haendel ou Vivaldi.

Le week-end Beatles tombe "à un moment lunaire", comme le dit Keren Ann, en raison du contexte sanitaire. Pour la Philharmonie, en pleine zone rouge, les contraintes sont établies : un siège sur deux sauf couples ou groupes constitués, masques obligatoires pour le public, gel hydroalcoolique aux entrées, pas de vestiaire. Les artistes font deux représentations au lieu d'une pour contenter un maximum de spectateurs.

"Cette période exacerbe le sentiment de légèreté qui se dégage de la musique des Beatles", prolonge Rover. Clin d’œil de l'histoire, Keren Ann et le Quatuor Debussy étaient ensemble sur scène - les cordes des seconds accompagnant l'autrice-compositrice - pour leur dernier concert pré-confinement. C'était le 12 mars.

"C'est important de faire vivre la culture", souffle la musicienne en contemplant les six mois sans concert écoulés. "C'est une période difficile et pleine d'espoir, on a tous besoin de retrouver la scène, les artistes et le public", rebondit Christophe Collette.

"J'ai connu un conflit militaire au Liban, on jouait dans des sous-sols, on improvisait, on s'adaptait, relate Rover. C'est ce qui rend le spectacle réellement vivant. Mais on reste fragiles et hypersensibles face à la situation".

 


Un maillot du basketteur Michael Jordan proposé aux enchères pour 3 à 5 millions de dollars

Michael Jordan dans le Paddock avant le Grand Prix F1 de Miami (Photo, AFP).
Michael Jordan dans le Paddock avant le Grand Prix F1 de Miami (Photo, AFP).
Short Url
  • Un maillot porté par Michael Jordan avec les Chicago Bulls va être proposé aux enchères pour trois à cinq millions de dollars
  • La vente aura lieu à New York du 6 au 14 septembre et le fameux maillot rouge flanqué du numéro 23 des Chicago Bulls sera présenté au public à Monterey

NEW YORK: Un maillot porté par la légende de la NBA, le basketteur Michael Jordan, lors de sa dernière saison 1997-1998 avec les Chicago Bulls va être proposé aux enchères en septembre pour trois à cinq millions de dollars, a annoncé mercredi Sotheby's.

La maison new-yorkaise, propriété depuis 2019 du magnat franco-israélien des télécoms Patrick Drahi, a déjà vendu des baskets ayant appartenu à la superstar mondiale Michael Jordan qui a aujourd'hui 59 ans, atteignant en 2021 près de 1,5 million de dollars.

La vente aura lieu à New York du 6 au 14 septembre et le fameux maillot rouge flanqué du numéro 23 des Chicago Bulls porté par Jordan sera présenté au public à Monterey, en Californie, du 17 au 20 août, puis à New York durant les enchères de septembre, selon un communiqué de Sotheby's.

"La saison 1997-1998 est peut-être l'une des préférées des fans de Jordan parce que Michael était au sommet de ses capacités tout en sachant que c'était sa dernière chance avec les Chicago Bulls pour le championnat de la NBA", a commenté le patron des objets modernes et vêtements de collection chez Sotheby's, Brahm Wachter.

Ce que les experts du basket et les auteurs d'un documentaire ESPN/Netflix de dix saisons en 2020 ont appelé la saison de la "dernière danse" ("The Last Dance") en 1997-1998 marque la deuxième retraite sportive de Michael Jordan: il a joué chez les Bulls de 1984-85 à 1997-98 -- avec une interruption d'une saison en 1993-1994 -- avant de rejoindre les Wizards de la capitale fédérale Washington de 2001 à 2003.

Estimé à entre trois et cinq millions de dollars, le maillot de l'arrière des Chicago Bulls a déjà atteint la mise aux enchères la plus élevée pour un maillot de Jordan et pour n'importe quel objet de collection du joueur, selon Sotheby's.

En octobre 2021 à Las Vegas, la maison new-yorkaise avait vendu pour 1.472.000 dollars une paire de baskets, les Nike Air Ships, portée par Jordan au début de sa carrière en 1984-85, établissant un record aux enchères pour des chaussures portées en match.

Un prix astronomique, pulvérisant le record de Nike Air Jordans vendues 615.000 dollars en août 2020 lors d'enchères organisées par la société concurrente Christie's.

Six fois champion NBA avec les Bulls de Chicago, inspirateur de la ligne de baskets Air Jordan de Nike, propriétaire des Charlotte Hornets, le natif de New York est considéré comme l'un des plus grands sportifs de tous les temps et aujourd'hui comme l'une des personnalités les plus en vue de l'industrie du sport.


Le Petoya Lounge est le «premier hôtel cinq étoiles pour chats» d'Arabie saoudite

L'établissement offre également une variété d'options alimentaires et de traitements pour ses résidents. (Twitter:@Petoyasa)
L'établissement offre également une variété d'options alimentaires et de traitements pour ses résidents. (Twitter:@Petoyasa)
Short Url
  • Selon le personnel, les animaux qui y séjournent seront caressés et feront de l’exercice plusieurs fois par jour
  • La fondatrice et propriétaire de l'hôtel, Houda al-Otaibi, a déclaré que ce premier établissement est destiné aux chats et aux chatons, mais que d'autres ouvriront bientôt pour d'autres animaux

RIYAD: Les propriétaires de chats d'Arabie saoudite peuvent désormais envoyer leurs animaux de compagnie bien-aimés en vacances au Petoya Lounge de Riyad, qui se décrit comme le premier hôtel cinq étoiles pour animaux de compagnie du pays.

Les chats et les chatons peuvent séjourner dans l'établissement quelques heures ou plusieurs jours. Le personnel affirme que les animaux seront régulièrement caressés, huit fois par jour, et qu'ils feront de l'exercice, trois fois par jour. Les propriétaires qui s'ennuient de leurs amis à quatre pattes peuvent même prendre de leurs nouvelles en regardant une vidéo en direct grâce à une application gratuite. L'établissement propose également une variété d'options alimentaires et de traitements pour ses résidents.

Dans une vidéo sur le Petoya Lounge publiée par Reuters, on voit une femme assise sur le sol entourée de plus de sept chats, dont certains mangent dans sa main. On peut également voir des chatons sauter sur les meubles et jouer avec des objets en bois, des tunnels et d'autres jouets fournis pour leur confort et leur divertissement. On voit aussi plusieurs parmi eux en train d'être placés dans de petits lits.

«Petoya est le premier hôtel cinq étoiles autorisé en Arabie saoudite pour les animaux de compagnie», a déclaré sa fondatrice et propriétaire Houda al-Otaibi, qui apparaît dans la vidéo en train de jouer avec un chaton, de le caresser doucement et de le nourrir.

«C'est notre première succursale, pour les chats, mais d'autres branches consacrées à d'autres animaux verront le jour prochainement.»

Elle ajoute que l'hôtel a pour objectif d'être «un établissement qui permet aux chats et leurs propriétaires de se reposer et se sentir à l'aise».

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


L'humoriste palestino-américain Mo Amer présente la bande-annonce de sa série Netflix Mo

La série de huit épisodes sera diffusée le 24 août. (AFP)
La série de huit épisodes sera diffusée le 24 août. (AFP)
Short Url
  • Le rappeur Tobe Nwigwe incarne Nick, l'ami le plus ancien et le plus fidèle de Mo, et l'actrice mexico-américaine Teresa Ruiz, Maria, la petite amie de Mo
  • «Je suis moins préoccupé par l'argent que par le fait de me surpasser. Créer un chef-d'œuvre est un parcours du combattant»

DUBAΪ: L'humoriste américano-palestinien Mo Amer a publié mardi la bande-annonce de son prochain spectacle Netflix Mo

La série en huit épisodes, qui sortira le 24 août, est centrée sur une famille d'immigrés palestiniens qui vit à Houston, au Texas. Elle suit Mo Najjar, joué par Amer, qui est à cheval entre deux cultures, trois langues et une demande d'asile en cours, tout en se démenant pour subvenir aux besoins de sa famille, notamment sa mère, sa sœur et son frère aîné. 

L'actrice jordanienne, koweïtienne et palestinienne Farah Bsieso incarne la mère de Mo, Yusra Najjar, tandis que l'acteur égypto-américain Omar Elba joue le rôle de Samir Najjar, le frère aîné de Mo, qui souffre d'anxiété sociale. 

Le rappeur Tobe Nwigwe incarne Nick, l'ami le plus ancien et le plus fidèle de Mo, et l'actrice mexico-américaine Teresa Ruiz, Maria, la petite amie de Mo. 

Amer est également producteur exécutif de la série, avec son ami et celui avec qui il partage la vedette, Ramy Youssef, lauréat d'un Golden Globe égypto-américain. 

En décembre, Amer a déclaré à Arab News qu'il était à un moment de sa carrière où il pouvait partager ses histoires avec un public plus large que jamais grâce à un support artistique qui permet aux téléspectateurs de découvrir son point de vue et celui du peuple palestinien de manière intime.

«C'est la raison pour laquelle je pense que l'art du stand-up est si libérateur. Il n'a jamais été question d'argent, déclare-t-il. Faire de l'argent, c'est bien, et je veux en faire autant que possible, mais il s'agit de raconter de grandes histoires. Je suis moins préoccupé par l'argent que par le fait de me surpasser. Créer un chef-d'œuvre est un parcours du combattant. C'est ce que je ressens. C'est là où j'en suis en ce moment avec mon stand-up et mon émission de télévision.»

Amer a commencé sa carrière dans la comédie au début de son adolescence et a rapidement découvert que personne ne relatait d'histoires sur son expérience ou celle des Arabes en général.

«Je suis monté sur scène pour la première fois à 14 ans et j'ai entamé les tournées à 17 ans. J’ai vite constaté qu'il y avait cet énorme fossé, déclare-t-il. Il n'y avait aucune représentation réelle d'Arabes ou de musulmans sur aucune de ces scènes. Je me suis dit: “OK, pourquoi ne pas l’introduire?”»

Avec Mo, Mo Amer: Mohammed au Texas, Mo Amer: The Vagabond et Ramy, l'humoriste a partagé les histoires de sa famille et de son peuple et continue de le faire.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com