Alors que la crise économique s’aggrave, l’armée libanaise se retire des banlieues de Beyrouth

Les habitants de la banlieue sud de la capitale libanaise ont été surpris lorsque l'armée a retiré ses forces des points de contrôle de la région. (Photo, AFP/Archives)
Les habitants de la banlieue sud de la capitale libanaise ont été surpris lorsque l'armée a retiré ses forces des points de contrôle de la région. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Samedi 25 septembre 2021

Alors que la crise économique s’aggrave, l’armée libanaise se retire des banlieues de Beyrouth

  • L'armée déclare que son redéploiement est une conséquence de la crise économique qui sévit
  • Le juge Bitar, qui dirige l’enquête sur l’explosion du port, subit d’énormes pressions politiques

BEYROUTH : L'armée libanaise a «redéployé» des soldats en les retirant de plusieurs régions, notamment la banlieue Sud de Beyrouth, son commandement a déclaré dans un communiqué que ce geste est destiné «à réduire les charges économiques pesant sur l'armée».

L'armée connaît de profondes difficultés à cause de la crise économique du Liban. Dans son discours tristement célèbre de mars, Joseph Aoun, chef de l'armée libanaise, avait déclaré : «Les soldats se battent comme les autres ; le salaire d'un soldat a perdu de sa valeur et les soldats ont également faim comme les autres libanais».

Le chef de l’armée Joseph Aoun, qui est actuellement en visite en Turquie, a rencontré vendredi son homologue turc et d'autres responsables auxquels il a demandé un soutien logistique, notamment des équipements et des machines.

Il se rendra aussi à Washington fin septembre pour demander une aide américaine directe et de l'assistance militaire à l'armée libanaise.

Ces derniers mois, plusieurs soldats ont déserté l’armée car la dépréciation de la livre libanaise a vu la valeur relative de leurs salaires chuter à l'équivalent de $60 par mois. Mais le commandement de l'armée affirme que le nombre de déserteurs reste «limité».

Les habitants de la banlieue Sud de la capitale libanaise ont été surpris lorsque l'armée a retiré ses forces des points de contrôle de la région. Des soldats y sont déployés depuis 2013, lorsque les banlieues ont été pris pour cibles par des bombardements imputés à Daech, et considérés comme liés à la guerre en Syrie ainsi qu’à l'ingérence du Hezbollah, dans les intérêts du régime du président syrien Bashar Assad.

Toutefois, le commandement de l'armée libanaise a souligné vendredi que ses troupes «continueront à mettre en place des points d'observation dans toutes les zones, à effectuer des patrouilles et à accomplir des missions de sécurité».

Pendant ce temps-là, des dizaines de familles de victimes de l'explosion d'août 2020 dans le port de Beyrouth se sont rassemblées dans la capitale pour protester contre les pressions politiques exercées sur le juge Tarek Bitar, qui dirige l'enquête sur cette explosion.

Bitar a récemment été menacé par le Hezbollah et, vendredi, l'avocat représentant Nohad Machnouk, l'ancien ministre de l'Intérieur mis en cause dans cette affaire, a déposé une requête demandant l'exclusion de Bitar de l'enquête.

Si Bitar devait être démis de l'affaire, il serait le deuxième juge à avoir été retiré de telle enquête. Comme son prédécesseur, le juge Fadi Sawan, Bitar a délivré une assignation à comparaître pour un ancien Premier ministre, des ministres et des responsables de la sécurité dans le cadre de l’enquête sur l'explosion du port de Beyrouth.

Machnouk avait visité Dar Al-Fatwa, la plus haute autorité sunnite du Liban, où il a prononcé un discours dans lequel il a affirmé que Bitar «reçoit ses ordres de» Salim Jreissati, membre du Courant patriotique libre dirigé par Gebran Bassil et conseiller du président libanais Michael Aoun, le beau-père de Bassil.

Machnouk a mis en garde contre la convocation de l'ancien Premier ministre Hassan Diab, également accusé dans cette affaire, sur la base d'une assignation à comparaître émise par Bitar après que Diab ne s'est pas présenté à l'interrogatoire. Il a signalé que Bitar est en train de mettre en œuvre «un programme politique, loin de la constitution, de la loi et de la logique».

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a auparavant, aussi accusé Bitar d'être «politisé».

L'ancien ministre Youssef Fenianos, un autre accusé dans l'affaire, a de plus demandé que le dossier soit transféré de Bitar à un autre juge.

La campagne contre Bitar s'est intensifiée vendredi. Le Mufti Jaafari, Cheikh Ahmad Qabalan, a averti dans son sermon du vendredi : «Il est interdit de jouer avec le feu. Ce qui s'est passé dans l'enquête… augmente les doutes sur les faits falsifiés ainsi que les demandes de congédiement du juge Bitar, car le pays regorge de corruption».

Après sa rencontre avec le président vendredi, le patriarche maronite Bechara Boutros Al-Rahi a déclaré : «Les confessions religieuses ne doivent pas interférer dans la justice ; nous sommes un pays qui sépare entre la religion et l'État».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance

Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 2 juillet 1962, des Algériens se rassemblent dans la Kasbah de la capitale Alger pour célébrer, un jour après le référendum d'autodétermination sur l'indépendance de leur pays. (AFP)
Short Url
  • Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian
  • Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans

ALGER: L'Algérie célèbre mardi le 60ème anniversaire de son indépendance après 132 ans de colonisation française, dont la mémoire crispe toujours ses relations avec Paris en dépit des gestes symboliques de la France.

Après près de huit ans de guerre entre les insurgés algériens et l'armée française, les armes se sont tues le 18 mars 1962 aux termes des accords historiques d'Evian, ouvrant la voie à la proclamation d'indépendance de l'Algérie le 5 juillet de la même année, approuvée quelques jours plus tôt par 99,72% des voix lors d'un référendum d'autodétermination.

Les autorités prévoient une célébration en grande pompe de ce 60ème anniversaire avec comme point d'orgue une imposante parade militaire dans la capitale, la première depuis 33 ans.

Selon le programme des festivités divulgué par le ministre des Moudjahidines (anciens combattants) Laid Rebiga, un méga-spectacle épique, qui "retracera l'histoire millénaire de l'Algérie", est également prévu lundi soir à l'opéra d'Alger.

Signe de l'importance que revêt l'occasion pour le pouvoir, un logo spécial, de forme circulaire orné de 60 étoiles, a été conçu pour marquer l'anniversaire, avec comme slogan "une histoire glorieuse et une ère nouvelle".

L'indépendance a été arrachée au terme de sept ans et demi de guerre qui a fait des centaines de milliers de morts, faisant de l'Algérie la seule ex-colonie française d'Afrique dans les années 1960 à s'affranchir par les armes de la tutelle de la France.


Syrie: une frappe israélienne fait deux blessés

La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
La guerre syrienne a fait près d'un demi-million de morts et contraint environ la moitié de la population d'avant-guerre du pays à quitter son foyer. (AFP)
Short Url
  • Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais
  • Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne

DAMAS : Une frappe aérienne israélienne a été menée samedi matin sur la côte ouest de la Syrie blessant deux civils, rapporte le ministère syrien de la Défense.

«Vers 6H30 ce matin, l'armée ennemie israélienne a mené une frappe» contre des exploitations de volailles près de la localité de Al-Hamidiyeh, au sud de Tartous, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense sans fournir d'indications supplémentaires.

Le raid de l'aviation a été mené depuis la mer Méditerranée à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli (nord) «et deux civils ont été blessés, dont une femme», précise le ministère, citant une source militaire.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes aériennes chez son voisin, ciblant des positions de l'armée syrienne, des forces iraniennes et du Hezbollah libanais, alliés du régime syrien.

L'Etat hébreu commente rarement ses frappes contre la Syrie mais affirme qu'il ne laissera pas l'Iran étendre son influence aux frontières d'Israël.

Le mois dernier, l'aviation israélienne a bombardé l'aéroport de Damas situé dans le sud de la capitale syrienne, endommageant les bâtiments et mettant les pistes d'atterrissage hors service.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, les missiles israéliens ont ciblé des dépôts appartenant au Hezbollah libanais et à des forces iraniennes près de l'aéroport en plus de la seule piste encore en service de l'aéroport.

Déclenchée par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie a fait environ 500.000 morts, dévasté les infrastructures du pays et déplacé des millions de personnes.


Cinq morts dans un séisme de magnitude 6 en Iran

Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6
  • La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas

TEHERAN: Cinq personnes ont été tuées dans un séisme de faible profondeur et de magnitude 6 qui a secoué tôt samedi le sud de l'Iran, selon le premier bilan diffusé par l’agence de presse étatique IRNA.

En outre, 19 personnes ont été blessées suite à ce séisme qui a secoué la province d'Hormozgan, notamment le village de Sayeh Khosh, le plus touché.

La secousse est survenue dans une zone située à 100 kilomètres au sud-ouest du port de Bandar Abbas, selon l'Institut sismologique américain (USGS).

Une personne avait déjà été tuée en novembre 2021 dans cette province d'Hormozgan, frappée par des séismes jumeaux de magnitude 6,4 et 6,3.

Situé en bordure de plusieurs plaques tectoniques, l'Iran est une zone de forte activité sismique.

Le tremblement de terre le plus meurtrier d'Iran a été un séisme de magnitude 7,4 survenu en 1990, tuant 40.000 personnes dans le nord du pays.