Le combat de Salima Kadaoui, protectrice des animaux, pour éradiquer la rage

Salima Kadaoui est une militante peu ordinaire, qui porte un amour inconditionnel aux animaux (Photo, fournie)
Salima Kadaoui est une militante peu ordinaire, qui porte un amour inconditionnel aux animaux (Photo, fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 29 septembre 2021

Le combat de Salima Kadaoui, protectrice des animaux, pour éradiquer la rage

  • L’un des objectifs de la militante est de faire de Tanger, sa ville natale, la première cité du Maroc sans rage d’ici à trois ans
  • Dans presque 100% des cas, la rage est mortelle, mais elle est aussi pratiquement à 100% évitable

MONTRÉAL: Salima Kadaoui est une militante peu ordinaire, qui porte un amour inconditionnel aux animaux. Depuis 2016, avec l'association le Sanctuaire de la faune de Tanger (SFT) qu'elle préside, elle accueille, nourrit et soigne de nombreux animaux, en particulier les chats et chiens errants.  

L’un des objectifs de Salima est faire de Tanger, sa ville natale, la première cité du Maroc sans rage d’ici à trois ans. Arab News en français a interrogé la présidente du projet Hayat sur son engagement pour éradiquer cette maladie, à l’occasion de la Journée internationale contre la rage. 

Quel bilan faites-vous aujourd’hui de votre combat contre la rage à Tanger? 

Depuis 2016 et à travers le projet Hayat, nous avons offert un refuge à des milliers de chiens et de chats errants, et avons réalisé que la seule solution pour faire disparaître la rage était de vacciner et de stériliser ces animaux errants, mais surtout d'éduquer la population pour qu’elle évite les morsures de chien, et sache comment réagir si elle était touchée par la maladie. Dans presque 100% des cas, la rage est mortelle, mais elle est aussi pratiquement à 100% évitable. Sur les 99% de cas de décès humains dus à la rage, on compte 68% d'enfants. 

 

Quel est l’objectif du projet Hayat?

Il prône l’accompagnement animal et humain. L’équipe se focalise notamment sur l’éducation des enfants, en allant à leur rencontre dans leurs écoles, leurs quartiers et leurs maisons. Elle organise aussi des conférences dans des universités, et au sein de différentes associations. En parallèle, les bénévoles font de la sensibilisation sur le terrain, échangent avec la population dans les lieux publics. 

Le projet Hayat a reçu durant trois années consécutives (2018, 2019, et 2020) le prix de la Journée mondiale de la rage de l'Organisation mondiale de lutte contre la rage au Moyen-Orient, l’Europe de l'Est, l’Asie centrale et l’Afrique du Nord. 

La rage tue encore une personne toutes les quinze minutes dans le monde alors que, comme vous l’avez dit, la quasi-totalité des cas sont évitables. Quelles sont vos recommandations? 

Il faut déjà connaître cette maladie. La rage est une maladie mortelle, mais il suffirait de vacciner 70% de la population canine pour la faire disparaître. Les chiffres montrent que 99% des décès humains dus à la rage sont causés par un chien domestique, et non par un animal errant. Pourquoi? Parce que dans des continents comme l'Afrique et l'Asie, les personnes ont tendance à attacher leurs chiens à l'extérieur de hangars ou d’habitations, afin qu’ils gardent leur propriété. Des chiens enragés sont attirés par les aboiements des chiens domestiques, qui risquent alors de se faire mordre, sans pouvoir s'échapper. 

La rage existe sous deux formes. La rage paralytique, souvent mal diagnostiquée, contribue à la mésestimer la maladie: un chien arrête de manger et puis il meurt. Dans sa forme grave, le décès survient en quelques jours par arrêt cardiorespiratoire. Pour mettre fin à cette maladie, avec les bénévoles de l’association, nous sillonnons la ville à la recherche des chiens errants.  Ensemble, nous repérons, recueillons, stérilisons, vaccinons et relâchons chaque chien signalé par les habitants de Tanger. L’animal est ensuite ramené sur son territoire. 

 

Qui est Salima Kadaoui?

  • Née d'un père marocain et d'une mère britannique, la passion et le dévouement pour les animaux de Salima ne datent pas d'hier. 
  • En 2012, à la suite de la mort de son père, Salima s'installe à Tanger, où elle a grandi, pour réaliser son rêve de petite fille: sauver les animaux. 
  • En 2013, elle lance l’association du Sanctuaire de la faune de Tanger (SFT), pour venir en aide aux animaux. 
  • En 2016, Salima lance le projet Hayat, qui signifie «vie» en arabe. 

Bénéficiez-vous d’aides ou de financements des pouvoirs publics pour favoriser l'accès aux vaccins? 

Pour l'instant, nous comptons à 100% sur les dons et nous sommes très chanceux: deux organisations internationales contribuent actuellement au projet Hayat. 

Les animaux ont aussi souffert de la pandémie de Covid-19, notamment pendant le confinement. Comment avez-vous agi pendant cette période? 

Au plus fort de la pandémie, nous avons distribué de la nourriture aux animaux, mais aussi aux personnes dans le besoin. Cela a eu un impact énorme sur notre communauté. L’association dispose d’une ambulance dédiée au transport des animaux malades. Nous avons continué le combat même durant cette période difficile, essayant d’être présents pour les animaux et les plus démunis. 

 

Le projet Hayat en quatre points

  • Traiter les parasites internes et externes 
  • Stériliser pour réduire la population canine de manière humaine, afin de prévenir les souffrances inutiles 
  • Vacciner contre la rage et créer une immunité collective, qui protège à la fois l’homme et l’animal 
  • Mettre des tags sur l’oreille avec des numéros d'identification individuels pour reconnaître les chiens vaccinés 

Art palestinien: temps forts de la deuxième édition de Ramallah Art Fair

Alaa Albaba, The Camp III. (Photo Fournie)
Alaa Albaba, The Camp III. (Photo Fournie)
Short Url
  • La Ramallah Art Fair se poursuit jusqu'au 15 février
  • Le paysage palestinien est «le thème le plus important de cette exposition», selon les organisateurs de la Zawyeh Gallery

Saher Nassar – The Eternal («L'éternel»)

Nassar a travaillé comme illustrateur et graphiste avant de débuter sa carrière d'artiste. Ces influences sont en effet visibles dans son travail, en particulier dans ses pièces pop art. Dans The Eternal, Nassar représente une figure allégorique nationale de la Palestine, Handala. Créé à l'origine par le regretté caricaturiste politique Naji al-Ali, le personnage est un garçon âgé de dix ans, généralement présenté de dos, les bras croisés. Cette image est devenue un symbole représentatif de la Palestine et de son peuple, largement utilisé, symbolisant la résistance et le rejet de l'occupation. Nassar l'aborde toutefois de façon orginale et complice.

Saher Nassar – The Eternal («L'éternel») - (fournie)
Saher Nassar – The Eternal («L'éternel») - (fournie)

Alaa Attoun – Scene 1 («Scène 1»)

Dans les œuvres qu'il propose dans le cadre de cette exposition, Attoun s'éloigne des dessins au crayon hyperréalistes chargés d'émotion, pour lesquels il est sans doute le plus connu, pour explorer la photographie performance, qui semble à bien des égards comme une progression naturelle. Pour cette série, intitulée Scene, Attoun a visité trois endroits à Jérusalem où des familles palestiniennes ont été déplacées de leurs maisons, pour mettre en scène ses photos théâtrales surréalistes.

Alaa Attoun – Scene 1 («Scène 1») (fournie)
Alaa Attoun – Scene 1 («Scène 1»)- (fournie)

Alaa Albaba – The Camp III («Le Camp III»)

Albaba est bien connu pour ses œuvres décrivant la vie des réfugiés et des camps de réfugiés. À titre d’exemple, la brochure de l’exposition explique: «Au cours de sa résidence dans le camp de réfugiés de Borj Alshamali au Liban, il a réalisé des croquis et des peintures murales sur le massacre de Houla en Syrie, à partir d'histoires réelles.» Son projet Fish Path consistait en 18 peintures murales en Palestine, au Liban et en Jordanie, dans lesquelles le poisson représente «une allégorie des réfugiés palestiniens qui aspirent à retourner dans leurs villages au bord de la mer». Albaba habite dans le camp de réfugiés d'Alamari à Ramallah, où il a créé un atelier d'artiste. Pour cette exposition, son travail se concentre sur l'étendue de ce camp et le met en contraste avec les zones résidentielles et commerciales modernes qui l'entourent.

Alaa Albaba – The Camp III («Le Camp III»)- (fournie)
Alaa Albaba – The Camp III («Le Camp III»)- (fournie)

Fouad Agbaria — Resisting Decomposition III (Résister à la décomposition III)

Le paysage palestinien est «le thème le plus important de cette exposition», selon les organisateurs de la Zawyeh Gallery. La série impressionniste de Fouad Agbaria Resisting Decomposition n'en est qu'un exemple. Les œuvres abordent également un autre thème important, celui de la résistance, à travers des symboles tels que le cactus et l'olivier. Le recours à de telles plantes fait également référence au lien profondément enraciné que tant de Palestiniens entretiennent avec leur patrie.

Fouad Agbaria — Resisting Decomposition III (Résister à la décomposition III) (fournie)
Fouad Agbaria — Resisting Decomposition III (Résister à la décomposition III) (fournie)

Khaled Hourani – Manakh («Climat»)

Originaire d’Hébron, Hourani est une figure très respectée de la scène artistique palestinienne, pour son travail en tant que conservateur et écrivain ainsi que pour son art qui lui a valu plusieurs récompenses. En tant qu'ancien directeur général du département des beaux-arts du ministère palestinien de la Culture, sa participation à cette exposition met en avant l'engagement de l'organisateur à inclure des artistes prometteurs aux côtés de leurs homologues plus reconnus. Dans Manakh, explique la brochure, Hourani veut «souligner la menace du réchauffement climatique» et «met en scène le monde suspendu à un fil, illustrant la fragilité d'une boule de Noël».

Khaled Hourani – Manakh («Climat») - (fournie)
Khaled Hourani – Manakh («Climat») - (fournie)

Ruba Salameh – Creatures of Regression II («Créatures de la régression II»)

Salameh est née à Nazareth en 1985. Tout au long de sa carrière, elle a utilisé une variété de médiums pour aborder «les questions de la terre, de la géographie, du déplacement, du nationalisme et des temporalités intermédiaires dans une tentative de contempler […] la vie quotidienne qui dans de nombreux cas conduit à un état de dystopie, utilisant le cynisme et l'ironie comme outils». Sa série Creatures of Regression, dont est tirée cette œuvre, est «inspirée de son observation psychanalytique du comportement des enfants, montrant en particulier la jalousie envers les frères et sœurs plus jeunes», expliquent les organisateurs.

Ruba Salameh – Creatures of Regression II («Créatures de la régression II») (fournie)
Ruba Salameh – Creatures of Regression II («Créatures de la régression II») (fournie)

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le nouveau single See Beyond, une collaboration entre l’Égyptien DB Gad et Sisters Grimm

La chanson, sortie la semaine dernière, célèbre la diversité et la coexistence pacifique, selon ses créateurs. (Photo fournie)
La chanson, sortie la semaine dernière, célèbre la diversité et la coexistence pacifique, selon ses créateurs. (Photo fournie)
Short Url
  • Le titre appelle à regarder au-delà des frontières culturelles et à accepter l’individualité de chacun
  • «Grâce à See Beyond, nous espérons contribuer à préparer le terrain pour la production d’un plus grand nombre d’œuvres d’art internationales ici», explique Pittman, des Sisters Grimm

DUBAÏ: Une mélodie envoûtante au piano se mêle harmonieusement à des sons rythmés et à du rap arabe dans le nouveau single See Beyond, une collaboration entre l’artiste hip-hop égyptien DB Gad et le duo de production musicale et théâtrale Sisters Grimm.

La chanson, sortie la semaine dernière, célèbre la diversité et la coexistence pacifique, selon ses créateurs. «Au départ, la chanson devait être classique et théâtrale, mais nous y avons ajouté la saveur des rues égyptiennes. Le rap était en phase avec l’énergie de la diversité que nous voyons autour de nous», explique Gad. «C’est un projet fou, j’ai adoré cette expérience.»

La compositrice et peintre Ella Spira et la ballerine Pietra De Mello Pittman, les Sisters Grimm, sont basées au Royaume-Uni et aux Émirats arabes unis, et See Beyond a été enregistrée dans leur studio à Dubaï. La chanson, coécrite par Gad et Spira, appelle les personnes à regarder au-delà des frontières culturelles et à accepter l’individualité de chacun.

Le vidéoclip présente des extraits du film Daughters of the Wind des Sisters Grimm, dans lequel Pittman incarne une femme émiratie moderne dans un spectacle de ballet, ce qui constitue le parfait contrepoint au rap énergique de Gad.

«Chaque élément de la chanson a été créé de manière si organique que celle-ci s’est épanouie comme un bourgeon», déclare Spira. «L’enregistrement s’est fait au fur et à mesure que nous l’écrivions ensemble, dans notre studio de création. Le processus de tournage s’est déroulé de manière similaire. Je pense que c’est pour cela que le morceau a ce côté brut et frais.»

Les artistes avaient notamment pour objectif de faire tomber les barrières liées aux conflits culturels et de combler le fossé entre la musique occidentale et la musique arabe. Dans la vidéo, la protagoniste se trouve sur son lieu de travail et se bat avec ses collègues pour faire respecter ses idées.

«Nous voulions montrer que nous pouvons trouver un moyen de coexister et d’accepter nos différences. Grâce à See Beyond, nous espérons également contribuer à préparer le terrain pour la production d’un plus grand nombre d’œuvres d’art internationales ici. Les artistes et les œuvres produites au Moyen-Orient ont toutes les chances d’occuper une place plus importante sur les scènes musicales et artistiques mondiales», explique Pittman.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le défilé Alta Moda de Dolce & Gabbana illumine la ville saoudienne d’AlUla

L’événement a rassemblé des blogueurs de mode et des entrepreneurs de toute la région, notamment la créatrice de mode saoudienne Tamaraah al-Gabaani. (Photo, Instagram)
L’événement a rassemblé des blogueurs de mode et des entrepreneurs de toute la région, notamment la créatrice de mode saoudienne Tamaraah al-Gabaani. (Photo, Instagram)
Short Url
  • L’événement a rassemblé des blogueurs de mode et des entrepreneurs de toute la région
  • Dolce & Gabbana exposera également sa collection unique au Maraya, la célèbre structure en miroir à AlUla. L’exposition sera ouverte au public du 28 au 31 janvier

RIYAD: Jeudi, la maison de couture italienne Dolce & Gabbana a présenté ses collections Alta Moda, Alta Sartoria et Alta Gioielleria avec pour toile de fond AlUla, en Arabie saoudite. Ce site patrimonial, situé dans le nord-est du Royaume, a accueilli le défilé de haute couture de la maison.

 

 

Les mannequins ont défilé dans des robes luxueuses de presque toutes les couleurs, de l’or vibrant, qui s’harmonise parfaitement avec le lieu historique, au rose vif tape-à-l’œil. Une robe volumineuse inspirée des princesses a majestueusement ouvert le défilé. Le duo italien Domenico Dolce et Stefano Gabbana a orné de paillettes et de perles des tissus riches tels que le satin duchesse, le velours, l’organza et la mousseline.

La collection comportait également des modèles scintillants pour les hommes.

 

 

 Le défilé s’est déroulé en parallèle du Ikmah Fashion Cavalry Show, qui a été conçu et produit par Balich Wonder Studio. Il a émerveillé les invités avec un défilé complet de 12 chevaux arabes portant des accessoires et des vêtements personnalisés.

La haute joaillerie fait également partie de la saison du festival AlUla Moments. L’événement a rassemblé des blogueurs de mode et des entrepreneurs de toute la région, notamment l’animatrice et actrice émiratie Mahira Abdel Aziz, la créatrice de mode saoudienne Tamaraah al-Gabaani, l’auteure saoudienne Marriam Mossalli, la styliste Hala al-Harithy et l’influenceuse Lama Alakeel.

 

 

Chacune de ces célébrités a partagé sur Instagram des extraits du spectacle avec ses milliers d’abonnés. «Quelle expérience incroyable», a ainsi écrit Mossalli sur la plate-forme après l’événement.

Dolce & Gabbana exposera également sa collection unique au Maraya, la célèbre structure en miroir. L’exposition sera ouverte au public du 28 au 31 janvier. Les visiteurs auront non seulement l’occasion de visiter l’espace exclusif, mais aussi de se faire habiller par le maître tailleur de la marque italienne et d’acheter des pièces de la collection.

Le duo de créateurs a présenté ses collections Alta Moda, Alta Sartoria et Alta Gioielleria à Venise en août. En 2020, la maison de mode a dévoilé la collection Alta Moda via un défilé en ligne en raison de la pandémie de Covid-19.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com