Pétrole: l'Opep+ aux prises avec le cadeau empoisonné des cours hauts

Une photo prise le 19 mai 2019, montre les membres du groupe OPEP+ posant pour une photo à la suite de la réunion dans la ville saoudienne de Djeddah. (Photo, AFP)
Une photo prise le 19 mai 2019, montre les membres du groupe OPEP+ posant pour une photo à la suite de la réunion dans la ville saoudienne de Djeddah. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 04 octobre 2021

Pétrole: l'Opep+ aux prises avec le cadeau empoisonné des cours hauts

  • Un pétrole cher alimente l'inflation et menace la reprise d'économies à la convalescence fragile, un risque sérieux pour la demande de pétrole à moyen terme
  • Dans une récente étude, les analystes de Morgan Stanley jugent que le seuil de 80 dollars le baril marque l'entrée dans une zone de «destruction de la demande»

LONDRES : Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés ont rendez-vous lundi pour statuer sur une possible ouverture plus large que prévu du robinet d'or noir afin de calmer la surchauffe des prix.

Le sommet des vingt-trois producteurs de l'alliance Opep+, emmenée par l'Arabie saoudite et la Russie, doit débuter à 13H00 GMT (15H00 à Paris et à Vienne, siège du cartel) par visioconférence. Une réunion technique réunissant également les ministres est prévue une heure avant.

Si le diagnostic a peu bougé depuis leur dernière réunion début septembre - une demande solide face à une offre contrainte -, le pic du prix du baril de Brent mardi dernier à plus de 80 dollars, une première depuis près de trois ans, met les producteurs dans l'embarras.

Bien que tentant pour leurs finances, un pétrole cher alimente l'inflation et menace la reprise d'économies à la convalescence fragile, un risque sérieux pour la demande de pétrole à moyen terme.

Et ce n'est pas là le seul effet contre-productif pour les producteurs: des cours élevés attirent sur le marché de nouveaux concurrents aux gisements devenus soudain rentables et encouragent les acheteurs à se tourner vers d'autres sources d'énergies, pourquoi pas plus propres.

Revoir le calendrier?

Dans une récente étude, les analystes de Morgan Stanley jugent que le seuil de 80 dollars le baril marque l'entrée dans une zone de "destruction de la demande".

Le ministre irakien du pétrole Ihssan Ismaïl, cité par l'agence de presse étatique, a évoqué en septembre un objectif de prix autour de 70 dollars. Or dans la situation actuelle, Goldman Sachs voit plutôt le Brent s'envoler vers 90 dollars d'ici la fin de l'année.

C'est pourquoi le cartel, qui a jusqu'à présent opté pour une prudente hausse de la production globale de 400.000 barils par jour, pourrait être tenté d'ouvrir plus largement les vannes.

Les producteurs de l'Opep+ laissent encore quotidiennement près de 5 millions de barils de brut sous terre.

C'était en tout cas l'appel du pied de l'administration de Joe Biden dès le mois d'août, lorsque son conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan avait expliqué que l'alliance n'en faisait "pas assez".

Helima Croft, analyste chez RBC, voit "la pression de Washington s'intensifier" pour libérer davantage de barils du sol.

"Avec l'Europe et la Chine en proie à une crise énergétique, les chances que le groupe de producteurs revienne sur son calendrier initial augmentent", reprend-elle.

Vouloir et pouvoir

A l'approche du sommet, le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, a jugé la stratégie actuelle pertinente: elle contribue à "répondre à l'augmentation progressive de la demande" sans verser dans une "surcharge de l'offre".

Il a dans le même temps précisé que la politique de l'Opep+ "a contribué à éliminer l'excès de stocks du marché", laissant donc entendre que l'objectif était atteint et qu'une nouvelle phase pouvait potentiellement s'ouvrir.

Mais même s'ils le voulaient, sont-ils tous capables d'augmenter la cadence?

Le Nigeria, l'Angola ou encore la Libye "continuent de faire face à leurs éternels problèmes d'infrastructure, d'investissements et de sécurité", pointe Mme Croft.

"Les retards dans les travaux de maintenance et le manque d'investissements, en partie dus à la crise sanitaire et en partie à la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables", pèsent sur la production de certains membres, renchérit Tamas Varga, de PVM.


Maroc : la fermeture des frontières porte «un coup fatal» au tourisme

La place Jemaa el-Fna dans la ville historique marocaine de Marrakech, le 6 mai 2021. (Photo, AFP)
La place Jemaa el-Fna dans la ville historique marocaine de Marrakech, le 6 mai 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Avalanche d'annulations, hôtels et agences de voyage fermés... La suspension des vols réguliers, en particulier avec la France – dont les ressortissants sont les premiers touristes étrangers – «porte un coup fatal au secteur»
  • Si en 2019 les recettes du secteur touristique avoisinaient 80 milliards de dirhams (7,5 milliards d'euros) pour 13 millions de touristes, elles avaient chuté de 65% début 2021

RABAT: Le tourisme au Maroc risque de recevoir le coup de grâce après l'annonce brutale de la fermeture des frontières en raison du variant Omicron, s'alarment les professionnels de ce secteur vital pour l'économie du royaume, déjà miné par une crise sans précédent depuis près de deux ans. 

Avalanche d'annulations, hôtels et agences de voyage fermés... La suspension des vols réguliers, en particulier avec la France – dont les ressortissants sont les premiers touristes étrangers – « porte un coup fatal au secteur », assène Mohamed Semlali, président de la Fédération nationale des agences de voyage du Maroc (FNAVM). 

Le 25 novembre, le Maroc a décidé de suspendre « jusqu'à nouvel ordre » les vols directs à destination et en provenance de France, du fait de la recrudescence de l'épidémie dans l'Hexagone. Avant de refermer toutes les frontières aériennes pour deux semaines. 

Dans un communiqué, la compagnie à bas prix irlandaise Ryanair a fait savoir jeudi qu'elle est « contrainte » d'annuler tous ses vols vers le Maroc jusqu'au 1er février 2022, « en raison d'un manque de clarté de la part du gouvernement marocain concernant son interdiction de vol », laissant « 230 000 passagers confrontés à des perturbations dans leurs projets de voyage ». 

Les opérateurs du tourisme, qui misaient sur les fêtes de fin d'année pour se redresser, voient rouge : « Toutes les réservations ont été annulées et la plupart des hôtels devront fermer, sachant que la moitié d'entre eux le sont depuis le début de la pandémie » en mars 2020, déplore Lahcen Zelmat, président de la Fédération nationale de l'industrie hôtelière (FNIH). 

Chute des recettes  

Le sort des voyagistes n'est pas meilleur. « Quelque 80% des agences de voyages sont déjà à l'arrêt », déplore M. Semlali, « et les récentes décisions vont empirer notre situation ». 

Sous l'effet des nouvelles restrictions de déplacement, le secteur touristique devrait essuyer des pertes évaluées à « au moins un milliard de dirhams » (88 M EUR) entre Noël et le jour de l'An, selon un opérateur cité par le site d'information économique Medias24. 

Sollicité par l'AFP, le ministère marocain du Tourisme n'a pas donné suite. 

Si en 2019 les recettes du secteur touristique avoisinaient 80 milliards de dirhams (7,5 milliards d'euros) pour 13 millions de touristes, elles avaient chuté de 65% début 2021, à 28 milliards de dirhams, selon les chiffres officiels. 

Les nuitées d'hôtel ont suivi la même tendance en s'effondrant de 25,2 millions en 2019 à 7 millions en 2020, soit une diminution de 72%. 

Mais après de longs mois d'isolement, le royaume chérifien a rouvert progressivement ses frontières à partir de juin, permettant un rebond des activités liées au tourisme, qui pèse près de 7% du PIB.  

Durant la période estivale, il a accueilli près de 2 millions de touristes – contre 165 000 pendant l'été 2020 –, selon le ministère de l'Économie.   

Les professionnels escomptaient voir le bout du tunnel avec l'assouplissement des mesures de restriction grâce à l'amélioration de la situation épidémiologique. 

« Très mauvaise nouvelle »  

Mais c'était sans compter avec la nouvelle flambée des cas de Covid-19 en Europe, qui a conduit les autorités marocaines à fermer les frontières aériennes d'abord avec l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, puis avec la France, et enfin le reste du monde depuis lundi minuit. 

« Nous étions très optimistes avec l'arrivée du Nouvel an, mais cette décision nous a pris par surprise. Nous étions au bord de la faillite. Maintenant, on a mis le pied dans la faillite », avertit Khalid Moubarak, le secrétaire général de la FNAVM. 

Les autorités justifient ces mesures drastiques « pour préserver les acquis du Maroc dans la lutte contre la pandémie ».   

« C'est une très mauvaise nouvelle pour l'économie du pays parce qu’il y avait une accélération des réservations vers le Maroc, devenu une alternative à un certain nombre de destinations fermées », analyse pour l'AFP Didier Arino, directeur du cabinet spécialisé français Protourisme. 

Rappelant que les Français représentent un tiers des arrivées, il estime que le calendrier tombe mal : « Sur les fêtes de fin d’année, on attendait une centaine de milliers de touristes français au Maroc. Là ils annulent ». 

L'impact social est également dévastateur : entre 20% et 30% des emplois du secteur ont déjà été détruits, estime M. Zelmat, le patron de la FNIH. 

La ministre du Tourisme Fatima Zahar Amor, citée par Medias24, a annoncé le retour de l'aide mensuelle de 2 000 dirhams (environ 190 euros) aux acteurs du secteur à l'arrêt pendant le dernier trimestre, sans préciser le nombre des bénéficiaires. 


Possible «effondrement économique dans certains pays» si le G20 n'agit pas sur la dette, prévient le FMI

Le Fonds monétaire international a prévenu jeudi qu'un «effondrement économique dans certains pays» n'est pas exclu si le G20 n'agit pas de manière urgente. (Photo, AFP)
Le Fonds monétaire international a prévenu jeudi qu'un «effondrement économique dans certains pays» n'est pas exclu si le G20 n'agit pas de manière urgente. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Il est essentiel que les créanciers du secteur privé mettent en œuvre l'allégement de la dette à des conditions comparables», soulignent les responsables de l'institution de Washington
  • Au début de la pandémie, les pays riches du G20 avaient offert aux pays pauvres un moratoire sur le paiement du service de leur dette jusqu'à la fin de l'année avant de le prolonger jusqu'à la fin 2021

WASHINGTON: Le Fonds monétaire international a prévenu jeudi qu'un « effondrement économique dans certains pays » n'est pas exclu si le G20 n'agit pas de manière urgente dans un contexte de pandémie qui n'est toujours pas sous contrôle.  

« Nous pourrions voir un effondrement économique dans certains pays à moins que les créanciers du G20 n'acceptent d'accélérer les restructurations de la dette et de suspendre le service de la dette pendant que les restructurations sont en cours de négociation », estiment la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva et Ceyla Pazarbasioglu, directrice de la stratégie du Fonds, dans une publication jeudi sur un blog.  

Au début de la pandémie, les pays riches du G20 avaient offert aux pays pauvres un moratoire sur le paiement du service de leur dette jusqu'à la fin de l'année avant de le prolonger jusqu'à la fin 2021.  

Parallèlement à cette initiative de suspension du service de la dette (DSSI), ils avaient créé, en novembre 2020, un « cadre commun » destiné à restructurer voire annuler la dette des pays qui en feraient la demande.   

Mais pour l'heure, les créanciers privés, en particulier chinois, freinent sa mise en oeuvre.  

« Il est essentiel que les créanciers du secteur privé mettent en œuvre l'allégement de la dette à des conditions comparables », soulignent les responsables de l'institution de Washington.  

Malgré les mesures d'aide déployées depuis le début de la pandémie, « environ 60% des pays à faible revenu sont exposés à un risque élevé ou sont déjà en surendettement », rappellent-elles.   

En 2015, ce nombre était inférieur à 30%, soulignent-elles.   

« Pour beaucoup de ces pays, les difficultés s'accumulent », ajoutent les responsables, observant que l'arrivée de nouveaux variants risque de perturber encore davantage l'activité économique.  

« Le récent (variant) Omicron est un rappel brutal que la pandémie sera avec nous pendant un certain temps », écrivent-elles également, exhortant à une « action multilatérale », « dès maintenant pour lutter contre les inégalités en matière de vaccins à l'échelle mondiale et aussi pour soutenir le règlement rapide et ordonné de la dette ». 


Erdogan remplace son ministre des Finances

À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux. (Photo, AFP)
À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'économie turque fait face à la dégringolade de la monnaie et à une inflation galopante
  • La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a nommé mercredi soir un nouveau ministre des Finances sur fond de turbulences traversées par l'économie turque depuis quelques semaines avec la dégringolade de la monnaie et une inflation galopante.

Dans un décret présidentiel paru mercredi à minuit, le chef de l'Etat a remplacé son ministre de Finances, Lutfi Elvan, par Nureddin Nebati, l'adjoint de M. Elvan.

D'après le décret présidentiel, M. Erdogan a accepté la démission de M. Elvan et a nommé M. Nebati à sa place.

En poste depuis novembre 2020, M. Elvan avait pris ses fonctions après la démission du gendre du chef de l'Etat turc, Berat Albayrak, du ministère.

Sa nomination avait été saluée par l'organisation patronale turque et des analystes.

Mais son mandat a été marqué par des crises.

Mercredi dans la matinée, la Banque centrale turque est intervenue pour stopper la chute de la livre turque qui a perdu quelque 30% de sa valeur face au dollar en un mois.

Conformément au souhait du président, cette institution – officiellement indépendante – a abaissé son taux directeur en novembre (de 16 à 15%) pour la troisième fois en moins de deux mois, à un moment où l'inflation frôle les 20% sur un an, un taux quatre fois supérieur à l'objectif initial du gouvernement.

À rebours des théories économiques classiques, le président Erdogan estime que les taux d'intérêt élevés favorisent la hausse des prix. Il affirme ainsi soutenir la production et les exportations en abaissant les taux.

Depuis 2019, M. Erdogan a limogé trois gouverneurs de la banque centrale qui s'opposaient à son souhait d'abaisser les taux d'intérêt.

La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur face au dollar depuis le début de l'année.