Une nouvelle voie est possible, selon le chef de la communauté juive US

Lauder a déclaré que les Palestiniens devraient saisir le moment (photo, fournie)
Lauder a déclaré que les Palestiniens devraient saisir le moment (photo, fournie)
Short Url
Publié le Mercredi 16 septembre 2020

Une nouvelle voie est possible, selon le chef de la communauté juive US

  • Ronald S. Lauder, président du Congrès juif mondial, a assisté à la signature des accords d'Abraham à la Maison Blanche
  • Il a déclaré à Arab News que les développements dans les relations renforceraient la présence de la communauté juive dans le monde arabe

CHICAGO: Ronald S. Lauder, le président du Congrès juif mondial, prévoit que les accords d'Abraham, entre les Émirats arabes unis, Israël et le Bahreïn, ouvriront une nouvelle voie qui permettra la paix non seulement entre les Arabes et les Juifs, mais aussi entre Israéliens et Palestiniens.

Lauder était parmi les dirigeants invités par le président américain Donald Trump à assister mardi à la signature des deux accords distincts sur la pelouse sud de la Maison Blanche.

 

 Le président Donald Trump a accueilli le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et les ministres des Affaires étrangères de Bahreïn et des Émirats arabes unis, Abdullatif bin Rashid Al-Zayani et Abdullah bin Zayed Al-Nahyan, à la Maison Blanche pour la cérémonie de signature mardi (Photo, AFP).

Défenseur de la paix depuis de nombreuses décennies, Lauder, qui est également président de l'une des plus grandes sociétés de cosmétiques au monde, a déclaré lundi à Arab News qu'il croit que les accords d'Abraham ouvriraient la porte à une paix définitive avec les Palestiniens et renforceraient la Présence de la communauté juive dans le monde arabe. « Je pense que c'est un accord historique entre Israël et les Émirats arabes unis, et entre Israël et le Bahreïn. Cela ouvre toute la région et il s'agit de commencer surtout à croire l’un en l'autre. Cela va avoir un effet ‘boule de neige» dans tout le Moyen-Orient. Je pense que d'autres pays se joindront très prochainement à cette phase », a déclaré Lauder.

 

«Je crois fortement que les Palestiniens, voyant ce qui se passe, vont enfin dire qu’il est temps de venir à la table et s’asseoir avec Israël et les États-Unis en disant haut et fort « parlons paix», a-t-il déclaré.

Lauder, un milliardaire qui a utilisé son argent pour soutenir les communautés juives dans plus de 100 pays, a ajouté que le Congrès juif mondial travaillait déjà avec la communauté juive de Bahreïn et voterait bientôt pour inclure la communauté juive des Émirats arabes unis dans l’organisation.

Le président américain Bill Clinton, au centre, a négocié l'Accord d'Oslo entre le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le président de l'OLP Yasser Arafat, en train se serrer la main, le 13 septembre 1993 (Photo, AFP).

Lauder, également président du Fonds national juif et auparavant président de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines est actuellement président de Clinique Laboratories, LLC (société à responsabilité limitée), une division d'Estée Lauder Companies, Inc., et siège au conseil d'administration d'Estée Lauder Companies.

En ce qui concerne les Émirats arabes unis, il a déclaré: « Je ne connais pas les chiffres exacts mais il y a une communauté juive importante. Je sais qu'ils ont déjà une école juive et nous travaillons avec cette école par le biais de ma fondation. À Bahreïn, j'ai visité la synagogue et j'y ai vu la communauté juive là-bas. « Une fois cet accord de paix conclu, vous verrez beaucoup plus de Juifs dire qu’ils sont juifs. Il y aura beaucoup de va-et-vient entre les deux pays. Je pense qu'il y aura plus d'avions entre Israël et les Émirats arabes unis qu'entre Israël et d'autres pays. Ce sera quelque chose de très important », a-t-il ajouté.

Lauder a rappelé qu'il avait assisté à la signature des accords de paix entre Israël et les Palestiniens qui ont eu lieu à la Maison Blanche le 13 septembre 1993, et a affirmé que les deux accords avec les Émirats arabes unis et le Bahreïn seraient tout aussi importants. « Je pense que c'est très important en raison du fait que ces deux pays, les EAU et le Bahreïn, n'ont jamais été récemment en conflit militaire avec Israël. Ceci est très important car il s'agit d'un accord qui crée un précédent et qui va permettre à toute la région de travailler ensemble », a déclaré Lauder qui a estimé que  «de nombreux autres pays au Moyen-Orient suivront, et cela change toute la dynamique», appelant les Palestiniens à saisir ce moment.

Le président Trump a rencontré le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed Al-Nahyan dans le bureau ovale avant la signature de l'Accord d'Abraham (Photo, AFP).

« Je crois que la question que tout le monde se pose est: que vont faire les Palestiniens? » a-t-il déclaré à Arab News. « Je pense que les Palestiniens réalisent maintenant que c'est le moment de faire la paix. Ils ne devraient pas et ne peuvent pas attendre. « La confiance ne vient pas du jour au lendemain. Il faut du temps pour construire cette confiance ensemble. Il y aura toujours dans un proche avenir des extrémistes qui essaieront coûte que coûte de mettre fin à cette confiance. »

Lauder a ainsi fait part de son souhait de voir les Palestiniens signer un accord avec Israël, car « ils méritent justice ».

Dans un message plus philosophique, Lauder a décrit les Arabes et les Juifs comme des « enfants d'Abraham », faisant référence au nom des accords mis en place par le président Trump, et a prédit que les deux peuples travailleraient un jour ensemble pour aborder les problèmes mondiaux.

« Souvenez-vous que nous sommes tous les enfants d'Abraham. Nous sommes cousins. Je crois fermement qu'un jour, nous verrons des juifs, des musulmans et des chrétiens assis à la même table pour profiter de la même nourriture et discuter affaires », a déclaré Lauder.

« J'ai hâte de voir des groupes de réflexion composés de juifs, de musulmans et de chrétiens travaillant ensemble, c’est ainsi que je vois le futur, c'est ce qui se passe maintenant», a conclu Lauder.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le monde entier regarde, affirme le prince Khaled avant Rage on the Red Sea

Les boxeurs participant à Rage on the Red Sea s'adressant aux médias internationaux à Djeddah. (Photo Fournie)
Les boxeurs participant à Rage on the Red Sea s'adressant aux médias internationaux à Djeddah. (Photo Fournie)
Short Url
  • Les organisateurs et les boxeurs se sont adressés aux médias internationaux avant l'affrontement pour le titre des poids lourds à Djeddah samedi
  • Lors de l’événement, les premières boxeuses professionnelles participeront à un match professionnel international en Arabie saoudite

DJEDDAH: «Le monde entier regardera» le champion du monde ukrainien Oleksandr Usyk défendre son titre contre le Britannique Anthony Joshua dans le combat Rage on the Red Sea («Fureur sur la mer Rouge»), a déclaré le prince Khaled ben Abdelaziz, président de Skill Challenge Entertainment.

Le prince Khaled s'exprimait lors de la conférence de presse à l'hôtel Shangri-La à Djeddah avant le match du 20 août, les deux principales têtes d'affiche et d'autres boxeurs s’exprimant également sur cet événement.

«Le monde entier regardera», a-t-il affirmé, faisant référence au combat des poids lourds. «C'est une étape importante pour l'Arabie saoudite et le sport dans le Royaume.»

«Je veux que l'Arabie saoudite figure en bonne place sur la carte mondiale de la boxe et dynamise le peuple de notre pays. Nous voulons nous impliquer davantage dans la boxe féminine et, espérons-le, nous aurons à l’avenir des femmes saoudiennes qui participeront à des combats et représenteront le pays», a déclaré le prince Khaled.

Lors de la conférence de presse, Usyk et Joshua se sont déclarés prêts pour le combat et ont apprécié l'atmosphère enthousiaste et l'hospitalité de l’Arabie saoudite.

Joshua espère remporter pour la deuxième le championnat des poids lourds du Royaume, après avoir battu Andy Ruiz Jr à Riyad, en décembre 2019. «Je tiens à remercier tous les Saoudiens pour leur soutien et leur hospitalité, ainsi que mon équipe, qui m’a entraîné de manière excellente», a-t-il assuré. «Nous avons élevé le niveau de l’entraînement et amélioré la concentration mentale en étant suffisamment rigoureux pour atteindre les objectifs que je me suis fixé. Ce qui me stimule, c'est ma passion de la compétition et surtout ma volonté de toujours vouloir m'améliorer. Connaître le succès est mon premier objectif, et non pas remporter des ceintures.»

Usyk, quant à lui, se bat autant pour le peuple ukrainien que pour lui-même.

«Physiquement, nous sommes prêts pour ce match, après avoir passé beaucoup de temps à nous entraîner. Il y a une atmosphère et un esprit formidables dans le Royaume qui ne cessent de nous motiver. Je tiens à remercier le peuple saoudien pour son hospitalité et son accueil chaleureux, et j'espère venir plus souvent dans le Royaume», a-t-il affirmé.

Le prince Fahd ben Abdelaziz, s’exprimant au nom de Skill Challenge Entertainment, a affirmé: «Nous sommes très fiers que la boxe en Arabie saoudite continue de se développer, nous permettant d'accueillir cet événement mondial qui n'aurait pas pu avoir lieu sans le soutien de nos dirigeants avisés et les efforts du ministère des Sports, ainsi que le travail inlassable de la Fédération saoudienne de boxe.»

«J'espère que cet événement sera un succès et que l'Arabie saoudite deviendra une destination pour d'autres événements sportifs internationaux, tout comme la boxe», a-t-il affirmé à Arab News.

«C'est formidable de voir l'écosystème de la boxe prendre vie dans le Royaume, et j'espère que cet événement se révélera être dans les années à venir l'un des meilleurs que nous ayons jamais vus», s’est félicité Abdallah Ahmed al-Harbi, président de la Fédération saoudienne de boxe. «C’est un événement de la taille du championnat du monde des poids lourds, car il comporte cinq ceintures différentes, et nous souhaitons bonne chance aux boxeurs.»

Il a indiqué attendre également avec impatience les autres rencontres, en particulier les premières boxeuses professionnelles à participer à un match professionnel international en Arabie saoudite. «C'est un événement de boxe historique non seulement pour le Royaume mais aussi pour le monde, et je suis très heureux d'en faire partie», a indiqué Al-Harbi.

«Il s'agit du deuxième grand combat dans le Royaume, après le premier qui s'est tenu à Diriyah Season à Riyad. Nous avons depuis lors assisté à une grande transformation ainsi qu’au développement de la boxe de niveau amateur», a-t-il précisé.

«Nous comptons maintenant près de 24 clubs et plus de 700 boxeurs. En outre, nous avons un événement olympique qui met en vedette 300 boxeurs à Djeddah. Nous assistons à une participation massive à ce sport, et nous sommes impatients de motiver davantage de personnes à y participer, après cet événement», s’est-il réjoui.

Il a aussi apporté un large soutien à Ziyad al-Maayouf, le premier boxeur professionnel à représenter l'Arabie saoudite. «Nous sommes tous avec lui, il s’agit du premier boxeur professionnel saoudien à combattre dans son pays d'origine. Il sera sûrement une source d’inspiration pour la nouvelle génération d'amateurs souhaitant devenir professionnels, et les aidera à participer à des matchs d’un niveau supérieur.»

Al-Maayouf, qui affrontera le Mexicain José Alatorre samedi, a affirmé qu'il avait été bouleversé par le soutien reçu, et qu’il se sentait un peu sous pression avec tous les regards fixés sur lui.

«Je ressens profondément cette pression», a-t-il confié. «Vous ressentez cette pression quand vous faites quelque chose d'important. Face à cette pression, il y a deux choix. Soit on apprécie chaque minute, on en tire le meilleur parti, soit on on ne prend pas de plaisir, et cela devient un obstacle. J'ai choisi la première option, qui est de transformer la pression en quelque chose de positif. Je suis enthousiaste à l’idée d’un match devant mon peuple et je sais que, quoi qu'il arrive, ils seront avec moi, ce que j’apprécie vraiment.»

Lors de la conférence de presse Undercard Rage on the Red Sea, les autres boxeurs – Zhang Zhilei, Filip Hrgovic, Callum Smith, Mathieu Bauderlique, Badou Jack, Andrew Tabiti, Rashed Belhasa, Bader Samrin, Ramla Ali et Crystal Garcia Nova – ont tous exprimé leur grande satisfaction à l’idée de participer à cet événement.

«Avec mon adversaire, nous allons écrire l'histoire ensemble. Nous allons encourager de nombreuses filles à se lancer dans la boxe, mais aussi à participer à toutes sortes de sports. C'est un sentiment formidable de savoir que je vais ainsi motiver de nombreuses autres femmes», a indiqué Ramla Ali.

Son adversaire, Crystal Garcia Nova, a affirmé que la boxe était pour tout le monde, et qu'il ne devrait y avoir aucune discrimination basée sur le sexe. «Si les femmes veulent apprendre la boxe ou si elles veulent faire autre chose à titre individuel, elles devraient alors aller de l'avant, car cela leur donnera de meilleures dispositions et une chance de se défendre contre n'importe qui.»

L'ancien champion des poids lourds Evander Holyfield a déclaré qu'il ne se risquait pas à  faire un pronostic sur le gagnant entre Usyk et Joshua. «Chacun a ses favoris pour aller de l’avant et remporter le titre, mais je suis neutre», a-t-il indiqué. «Je pense qu'Usyk et Joshua doivent donner le meilleur d’eux-mêmes et offrir à leurs fans un beau combat.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Anthony Joshua conserve son avantage de poids sur Oleksandr Usyk pour le combat de Djeddah

Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos. (Photo AN, Houda Bashatah)
Short Url
  • Anthony Joshua, double champion du monde poids lourds, pesait 110,9 kg avant le combat «Rage on the Red Sea» en Arabie saoudite, soit 10 kg de plus qu’Oleksandr Usyk
  • L’Ukrainien Usyk pesait pour sa part 100,5 kilos

DJEDDAH: Vendredi, le boxeur britannique Anthony Joshua pesait plus de 10 kilos de plus que le champion en titre Oleksandr Usyk, avant leur match de revanche pour le titre de champion du monde «Rage on the Red Sea» en Arabie saoudite.

Joshua, double champion poids lourds, pesait 110,9 kilos tandis que l’Ukrainien Usyk pesait 100,5 kilos, les deux poids étant similaires à ceux du combat de l’année dernière à Londres.

Usyk, qui affiche un score de 19-0, et est le favori après sa décision unanime sur le terrain de Joshua, a démenti les rumeurs selon lesquelles il avait pris plusieurs kilos de muscles pour contrer l’imposant Joshua.

Les combattants se sont affrontés dans un face-à-face de quatre-vingt-dix secondes avant de se serrer la main et de poser devant les caméras. «Tout cela, le poids, la confrontation, n’a pas d'importance pour moi. Ce qui compte, c’est le combat», affirme Joshua. «Je suis prêt à 100% pour un combat de 12 rounds. Tout ce qui est plus court est un bonus.»

2

De nombreux commentateurs ont critiqué Joshua après une prestation hésitante contre le rapide et habile Usyk au stade Tottenham Hotspur de Londres en septembre dernier. Mais le Britannique de 1,98 m, qui aspire à devenir triple champion du monde, a promis de se montrer plus «compétitif».

Le promoteur Eddie Hearn a laissé entendre que Joshua chercherait à éliminer son adversaire par KO. Le combat de samedi sera le 12e combat consécutif de championnat du monde de Joshua, ancien médaillé d’or olympique (24-2) dont la seule défaite professionnelle était un TKO choc face à Andy Ruiz Jr en juin 2019.

Joshua a pris sa revanche six mois plus tard lors du «Clash of the Dunes» à Diriyah, en Arabie saoudite, le premier combat pour le championnat mondial des poids lourds dans le Royaume.

Par ailleurs, le Saoudien Ziyad al-Maayouf, qui affrontera le Mexicain Jose Alatorre samedi, a déclaré en début de semaine qu’il était bouleversé par le soutien qu’il avait reçu et qu’il se sentait un peu sous pression avec tous les regards braqués sur lui.

Dans un moment historique pour le sport en Arabie saoudite, la Britannique d’origine somalienne Ramla Ali affrontera la Dominicaine Crystal Garcia Nova. Il s’agit du premier match de boxe professionnelle féminine du Royaume.

Cette soirée de boxe riche en action sera également marquée par plusieurs autres combats passionnants, notamment ceux de Callum Smith, ancien champion poids super-moyens WBA et Ring Magazine, et de Badou Jack, ancien champion du monde poids super-moyens et mi-lourds.

* Avec AFP

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'agence de secours saoudienne lance un projet de sécurité alimentaire pour les réfugiés en Jordanie

Le dernier projet du Royaume, à travers le Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSRelief), vise à aider les familles de réfugiés et les personnes les plus nécessiteuses au sein de leur communauté d'accueil. (SPA)
Le dernier projet du Royaume, à travers le Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSRelief), vise à aider les familles de réfugiés et les personnes les plus nécessiteuses au sein de leur communauté d'accueil. (SPA)
Short Url
  • L’Arabie saoudite a lancé un projet de sécurité alimentaire pour les déplacés qui vivent hors des camps
  • Une convention de 2 millions de dollars avec l'Alliance nationale contre la faim et la malnutrition a pour objectif de renforcer la sécurité alimentaire des familles pauvres

RIYAD: L'Arabie saoudite poursuit son travail d'aide aux réfugiés syriens et palestiniens en Jordanie avec le lancement d'un projet de sécurité alimentaire pour les déplacés qui vivent hors des camps.

Le dernier projet du Royaume, à travers le Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSRelief), vise à aider les familles de réfugiés et les personnes les plus nécessiteuses dans leur communauté d'accueil et contribue à l'amélioration de leurs conditions de vie, selon un rapport de l'agence de presse saoudienne officielle (SPA).

Parmi les contributions de KSRelief à l’adresse des réfugiés en Jordanie, il y a un accord d’1,33 million de dollars (1 dollar = 0,99 euro) avec la Fondation du roi Hussein contre le cancer destiné au traitement des Syriens atteints par cette maladie. Par ailleurs, une convention de 2 millions de dollars avec l'Alliance nationale contre la faim et la malnutrition a pour objectif de renforcer la sécurité alimentaire des familles pauvres. Enfin, un accord avec la Jordan Hashemite Charity Organization permettra de fournir un logement et des services publics à vingt-deux familles syriennes, ce qui représente cent neuf personnes.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com