Les terres des dinosaures de l'Utah à nouveau protégées

Des traces de dinosaures fossilisées sur le sol sur le bord surplombant Bull Canyon près de Manti dans la forêt nationale de La-Sal du côté de l'Utah le 14 juillet 2020. La zone actuelle était une plaine côtière peu profonde qui était juste au-dessus du niveau de la mer. Il y a soixante-six millions d'années, un énorme objet céleste a frappé au large des côtes de l'actuel Mexique, déclenchant une période de refroidissement catastrophique qui a finalement anéanti les trois quarts de la vie sur Terre, y compris les dinosaures. (Eric Baradat/AFP)
Des traces de dinosaures fossilisées sur le sol sur le bord surplombant Bull Canyon près de Manti dans la forêt nationale de La-Sal du côté de l'Utah le 14 juillet 2020. La zone actuelle était une plaine côtière peu profonde qui était juste au-dessus du niveau de la mer. Il y a soixante-six millions d'années, un énorme objet céleste a frappé au large des côtes de l'actuel Mexique, déclenchant une période de refroidissement catastrophique qui a finalement anéanti les trois quarts de la vie sur Terre, y compris les dinosaures. (Eric Baradat/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 09 octobre 2021

Les terres des dinosaures de l'Utah à nouveau protégées

  • Joe Biden est revenu vendredi sur une décision de son prédécesseur, qui avait fin 2017 redéfini trois zones protégées, dont deux dans l'Utah, au grand désarroi des défenseurs de l'environnement, des tribus autochtones, mais aussi de nombreux chercheurs
  • Pour les paléontologues, peu de régions dans le monde arrivent à la cheville de ces montagnes rocheuses aux dégradés ocres et roses : près de 10% des dinosaures connus dans le monde viennent de l'Utah

DENVER, États-Unis : Les paléontologues américains sont soulagés: des réserves riches en fossiles de dinosaures, amputées par l'ex-président Donald Trump, sont de nouveau protégées - les squelettes de tricératops vont continuer à reposer tranquillement en Utah en attendant d'être découverts.

Joe Biden est revenu vendredi sur une décision de son prédécesseur, qui avait fin 2017 redéfini trois zones protégées, dont deux dans l'Utah, pour rendre une partie des terres disponibles à des usages commerciaux, comme l'exploitation minière, au grand désarroi des défenseurs de l'environnement, des tribus autochtones, mais aussi de nombreux chercheurs.

En annulant cette mesure, l'actuel locataire de la Maison Blanche a restauré, notamment, le site national de Grand Staircase-Escalante à ses dimensions initiales, soit 7.500 km2 au lieu de 4.000.

"Grand Staircase a une renommée mondiale", a réagi Jim Kirkland, un paléontologue qui explore la région depuis près de 50 ans, auprès de l'AFP. "Ils avaient exclu des zones qui me sont chères, que j'avais découvertes. Je craignais qu'elles ne soient abîmées".

"Près de 10% des dinosaures connus dans le monde viennent de l'Utah", a aussi expliqué M. Kirkland, qui a notamment découvert le Utahraptor dans les années 1990.

Pour les paléontologues, peu de régions dans le monde arrivent à la cheville de ces montagnes rocheuses aux dégradés ocres et roses. Pendant le Crétacé supérieur - il y a 100 à 66 millions d'années, juste avant l'extinction massive des dinosaures - toutes sortes de dinosaures et de mammifères s'y côtoyaient.

- Des os ou du charbon -

La diversité et l'abondance des os enfouis dans la région ne cessent d'émerveiller les chercheurs, ainsi que la qualité de leur préservation.

Car pour définir avec précision une nouvelle espèce, quelques vertèbres éparses ne suffisent pas. Il faut différentes parties du squelette, et plusieurs spécimens, si possible d'âges différents.

"Pour de nombreux dinosaures à bec de canard, comme celui-ci, on peut voir les marques de la peau, les écailles. On récupère des tissus mous, la kératine du bec", expliquait à l'AFP Joe Sertich, paléontologue et conservateur au musée de la nature et des sciences de Denver (Colorado), lors d'une visite cet été. "L'argile calcaire et le grès de Grand Staircase recèlent des os de dinosaures parmi les mieux conservés au monde".

Mais le terrain est aussi riche en ressources minières, comme le charbon. Et tout cet espace intéresse aussi les éleveurs ou encore l'industrie du tourisme.

Joe Sertich estime que différents intérêts peuvent cohabiter mais la classification des terres comme "publiques" au lieu de "protégées", "expose beaucoup de ces ressources possibles au vol et au vandalisme ou à la destruction".

"Lorsque vous exploitez une mine de charbon, (...) beaucoup de ces fossiles sont perdus à jamais", remarque-t-il.

- Denver, le dernier dinosaure -

Or l'étude des écosystèmes de dinosaures permet de mieux comprendre les évolutions du climat. "C'est la seule façon de comprendre l'évolution à très grande échelle, sur des millions d'années, et donc de mieux comprendre le monde qui nous entoure aujourd'hui", insiste le conservateur.

Il déniche de nouveaux dinosaures dans la réserve de Grand Staircase depuis 17 ans.

"A chaque fois qu'on passe deux semaines sur le terrain, on trouve une ou deux nouvelles espèces. C'est sans comparaison avec tout autre endroit dans le monde", assure-t-il.

"A ce stade, nous avons nommé une douzaine de nouveaux dinosaures. Et dans des labos comme celui-ci, nous travaillons sur 10 à 15 nouvelles espèces issues de Grand Staircase".

Entre les fouilles, le chercheur revient au musée pour reconstituer des squelettes dans son atelier aux baies vitrées, sous les regards vides des stégosaures et ceux des visiteurs curieux.

C'est ainsi que même pendant la pandémie, quand les restrictions sanitaires empêchaient toute expédition, le parc protégé a continué de livrer ses secrets.

"Nous étions en train d'ouvrir un vieux plâtre de stockage des fossiles, et nous sommes tombés sur un morceau de crâne d'un nouveau type de pachycéphalosaure, ceux qui avaient des grosses têtes rondes", raconte Joe Sertich, en montrant un petit os, anodin en apparence. "On l'avait trouvé lors d'une fouille à seulement cinq mètres de la frontière redéfinie".


Goodbye Julia, grand gagnant des Prix de la critique pour les films arabes à Cannes

La 8e édition des Prix de la critique pour les films arabes s’est déroulée en marge du Festival de Cannes. (Instagram)
La 8e édition des Prix de la critique pour les films arabes s’est déroulée en marge du Festival de Cannes. (Instagram)
Short Url
  • Le documentaire hybride Les Filles d’Olfa, de la réalisatrice tunisienne Kaouther ben Hania, a remporté trois prix
  • Inchallah un fils, d’Amjad al-Rasheed, a remporté le prix de la meilleure actrice pour la star palestinienne Mouna Hawa et celui de la meilleure photographie pour Kanamé Onoyama

DUBAÏ: Goodbye Julia, du réalisateur soudanais Mohamed Kordofani, a remporté les prix du meilleur long métrage et du meilleur scénario lors de la 8e édition des Prix de la critique pour les films arabes, qui s’est déroulée samedi en marge du festival du Festival de Cannes.

Le compositeur franco-tunisien Amin Bouhafa, qui a travaillé sur Hajjan, a remporté le prix de la meilleure musique pour ce film qui se déroule en Arabie saoudite.

Le documentaire hybride Les Filles d’Olfa, de la réalisatrice tunisienne Kaouther ben Hania, qui n’a pas remporté le prix du meilleur documentaire aux Oscars cette année, a remporté trois récompenses: meilleure réalisatrice pour Ben Hania, meilleur documentaire et meilleur montage.

Inchallah un fils, d’Amjad al-Rasheed, a remporté le prix de la meilleure actrice pour la star palestinienne Mouna Hawa et celui de la meilleure photographie pour Kanamé Onoyama.

L’acteur palestinien Saleh Bakri a décroché le prix du meilleur acteur pour son rôle dans The Teacher, tandis que I Promise You Paradise, du cinéaste égyptien Morad Mostafa, est arrivé premier dans la catégorie du meilleur court métrage.

La cérémonie de remise des prix est organisée par le Centre du cinéma arabe (Arab Cinema Center, ACC), situé au Caire. Les vainqueurs sont élus par un jury de 225 critiques venus de plus de 70 pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Paul Kupelian, artiste informel et chroniqueur du côté coloré de la vie

L’art de Paul Kupelian échappe aux catégories et n’obéit qu’à la nécessité de peindre. (fournie)
L’art de Paul Kupelian échappe aux catégories et n’obéit qu’à la nécessité de peindre. (fournie)
Short Url
  • A force de peindre son quotidien, ses lieux familiers et le chaos de Beyrouth, il devient le chroniqueur visuel d'événements importants, tout comme de sa propre évolution
  • Sa signature artistique se caractérise par un style vibrant et coloré, joyeux et dynamique, ce qui ne l’empêche pas de trouver, dans les infinies nuances de sa palette lumineuse, une harmonie chromatique qui se révèle au premier coup d’œil

BEYROUTH : Figuratif ? Naïf ? L’art de Paul Kupelian échappe aux catégories et n’obéit qu’à la nécessité de peindre. Né en 1975, cet artiste autodidacte de nationalité libanaise et française dont les racines remontent à l'Arménie, a grandi dans une famille d'artistes. Il n’a que 7 ans quand sa grand-tante l’initie à la technique reine, et donc complexe, de la peinture à l’huile. Dès lors, le reste de son enfance est ébloui par d’innombrables heures passées à dessiner et à peindre tout ce qui l’entoure. Il met toute sa passion à se perfectionner, aborde de nouveaux médiums tels que l'encre de Chine, l'acrylique, le pastel gras, le fusain ou la sanguine. Savait-elle, cette bienveillante aïeule, qu’elle lui offrait à travers l'art l'exutoire thérapeutique suprême, un moyen d'exprimer ses émotions et d'affronter les complexités de la vie ?  A force de peindre son quotidien, ses lieux familiers et le chaos de Beyrouth, il devient le chroniqueur visuel d'événements importants tout comme de sa propre évolution, projetant ses troubles sur la toile et y gagnant en retour paix intérieure et stabilité.

Paul Kupelian, chroniqueur des événements et de sa propre vie (fournie)
Paul Kupelian, chroniqueur des événements et de sa propre vie (fournie)

Sa signature artistique se caractérise par un style vibrant et coloré, joyeux et dynamique, ce qui ne l’empêche pas de trouver, dans les infinies nuances de sa palette lumineuse, une harmonie chromatique qui se révèle au premier coup d’oeil. Il y a dans ses oeuvres une joie contagieuse que confirme le sourire spontané de tout spectateur qui y est confronté. Ce pouvoir n’échappe pas au regard avisé de la galeriste Nadine Begdache, commissaire de l’espace Janine Rubeiz, à Beyrouth. En 2016, elle lui offre son exposition inaugurale : "Looking at the Bright Side" (Regard sur le côté lumineux de la vie). Une présentation saluée par les critiques d'art et les collectionneurs.

Paul Kupelian, chroniqueur des événements et de sa propre vie (fournie)
Paul Kupelian, chroniqueur des événements et de sa propre vie (fournie)

Qu’on ne se trompe pas sur la « naïveté » de cet artiste autodidacte. Sa profonde compréhension des proportions, de la perspective et des détails complexes n’échappe pas à un regard averti.  Ses peintures, bien que légères, servent de canal à ses émotions. Dans ses œuvres récentes, Paul Kupelian utilise principalement la peinture acrylique à grande échelle, un médium dont il apprécie la polyvalence et le potentiel expressif.

Chroniqueur des événements et de sa propre vie (fournie)
Chroniqueur des événements et de sa propre vie (fournie)

Bien qu’il n’ait pas donné d’exposition depuis un certain temps, il confie à Arab News en français qu’il vit à présent à Dubai où il occupe un poste de direction dans le retail.  « Je peins dès que j’en ai le temps, le soir et surtout les weekends » poursuit-il. « La peinture est mon exutoire, je peux y passer des heures sans voir le temps passer. Cela me permet de tout oublier et m’apporte énormément de joie » ajoute Paul Kupelian qui affirme que, comme pour beaucoup d’artistes, son art est sa thérapie. Ajoutez à cette passion celle de l’histoire, la géopolitique, la philosophie, la musique, les voyages, le sport, vous obtenez, dans chaque toile, une nouvelle fenêtre ou un nouveau miroir où chacun peut trouver une réponse à ses propres questionnements.

 


Deuxième jour de la RSFW: défilé historique de maillots de bain et dentelle élégante

La collection d’EAU comprenait des maillots de bain simples – une pièce en V profond, motifs à épaules dénudées, tops bandeau et divers paréos. (Photo fournie)
La collection d’EAU comprenait des maillots de bain simples – une pièce en V profond, motifs à épaules dénudées, tops bandeau et divers paréos. (Photo fournie)
Short Url
  • Certains looks élégants étaient associés à des couvre-chefs soyeux et à des sacs à main sophistiqués
  • La collection de Sara Altwaim, comprenait un certain nombre de robes blanches fluides en dentelle et en mousseline

MER ROUGE: La marque marocaine EAU a marqué l’histoire en lançant, vendredi, la deuxième série de défilés de la Red Sea Fashion Week. En effet, c’est la première fois que des maillots de bain font leur entrée sur un podium saoudien.

Avec la piscine scintillante de St. Regis et les palmiers ondulants en arrière-plan, la deuxième RSFW a mis en valeur l’une des pièces incontournables de l’été.

F
EAU. (Photo fournie)

La collection comprenait des maillots de bain simples – une pièce en V profond, motifs à épaules dénudées, tops bandeau et divers paréos. Bleu roi, jaune moutarde, vert chasseur et rouge marron dominaient la collection, créant une palette d’automne plutôt singulière, mais bienvenue, pour la saison estivale à venir.

Certains looks élégants étaient associés à des couvre-chefs soyeux et à des sacs à main sophistiqués, notamment des paniers tressés parsemés de strass, des sacs de plage en paille et des pochettes à franges.

F
Sarah Altwaim. (Photo fournie)

La mode affluait à mesure que la mer Rouge brillait. La collection de Sara Altwaim comprenait un certain nombre de robes blanches fluides en dentelle et en mousseline. Chacune des pièces est attrayante, grâce à une touche individuelle, de subtiles perles, des coupes superposées ou un mélange de tissus.

Altwaim a présenté un tissu en mousseline d’inspiration sous-marine présentant des croquis de créatures des fonds marins, comme les poissons, les crevettes et les crabes, qui ont fait leur apparition dans une variété d’ensembles.

Les cols de perles très superposés, les jupes en forme de paréo, les résilles ornées de bijoux, les tissus métalliques et les vêtements fluides étaient également inspirés de la vie marine.

La créatrice saoudienne Yasmina Q a introduit les vêtements d’intérieur, clôturant les défilés avec une collection de robes en tricot effet côtelé dans des tons vert menthe, bleu écume de mer, jaune vif, corail et bien plus encore.

Il y avait aussi des manches évasées et une taille ajustée qui se transformait en une forme trapèze. Certaines pièces étaient également sans manches pour un look estival plus décontracté. La collection, composée de lunettes de soleil et de chapeauxestivaux, présentait également une gamme de vêtements d’intérieur, allant des bas côtelés aux hauts ajustés simples, en passant par les chemises côtelées, les hauts kimonos et les pulls amples.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com