A Nice, un Ehpad bouillon de culture en pleine épidémie

La soixantaine de résidents de l'Ehpad, pionnier en 1999 pour les soins aux malades d'Alzheimer, ont eux perdu la parole, la mémoire ou l'usage de la conversation et certains ne bougent plus guère qu'un sourcil. (Photo AFP).
La soixantaine de résidents de l'Ehpad, pionnier en 1999 pour les soins aux malades d'Alzheimer, ont eux perdu la parole, la mémoire ou l'usage de la conversation et certains ne bougent plus guère qu'un sourcil. (Photo AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 16 septembre 2020

A Nice, un Ehpad bouillon de culture en pleine épidémie

  • Avec ses résidents âgés et dépendants, rien ne prédestinait la maison de retraite médicalisée Saint-Jean Helios à Nice à devenir un catalyseur artistique
  • Pour son quatrième disque, un groupe niçois, Les P'tites Ouvreuses, en a pourtant fait son "laboratoire"

NICE : Avec ses résidents âgés et dépendants, rien ne prédestinait la maison de retraite médicalisée Saint-Jean Helios à Nice à devenir un catalyseur artistique, encore moins en pleine épidémie. Pour son quatrième disque, un groupe niçois, Les P'tites Ouvreuses, en a pourtant fait son "laboratoire".

Engagés dans la création de chansons françaises, ces deux filles et trois garçons y viennent depuis février, maintenant le lien avec les résidents au gré des protocoles sanitaires changeants. 

Cet été, ils avaient repris les duos dans les étages. Depuis mardi, ils ne dépassent plus la cour d'entrée et déballent leurs micros et leurs instruments dehors, durant les rares heures de visites autorisées.

"Quand tu vas à l'Ehpad, c'est pas Abbey Road (le célèbre studio d'enregistrement londonien, ndlr) mais les résidents sont comme un révélateur. Je teste des cadences, des images et quand je vois qu'ils se lèvent, je me dis que ça doit pas être mal", décrit le guitariste, un barbu à lunettes et chapeau, Cédric Gonnet.

Lui-même a connu la renaissance en se mettant à la guitare à l'âge de 15 ans, puis à la danse contemporaine, pour remobiliser un bras gauche handicapé après un accident de la route.

La soixantaine de résidents de l'Ehpad, pionnier en 1999 pour les soins aux malades d'Alzheimer, ont eux perdu la parole, la mémoire ou l'usage de la conversation et certains ne bougent plus guère qu'un sourcil.

Mais c'est un public "sans filtre" qui oblige à aller à l'essentiel, explique Cédric: "Ils partent s'ils veulent, tapent des mains sans qu'il y ait une demande. Au-delà de la sympathie et de la compassion, il y a un besoin sensoriel chez ces personnes âgées qui sont en surdemande. On ne s'en rend pas compte mais ils sont très enfermés".

Une blouse blanche entame un tango avec une patiente. Le tempo s'accélère, ralentit. "Des fois, même s'ils sont absents en raison de leur état ou des médicaments, on voit dans leurs yeux" leur réaction, s'émerveille Alizé, la violoniste du groupe.

Bal musette

Aucun texte du projet "Guinguette chic" ne parle de l'Ehpad ou de la vie passée des résidents. Ni de Nice, comme le précédent album et sa "Samba Nissa" ou "Les Filles de la Prom". 

Les P'tites Ouvreuses prodiguent en revanche sans ordonnance des bouffées de jasmin, de vanille, des nuages de confettis et toutes sortes d'images à la Prévert. 

Ce travail s'accompagne d'une recherche musicale pour faciliter la danse: farandole, valse, French cancan, branle, chanson à répondre et même, un tango. "On a maintenant dans les Ehpad des gens qui étaient fans des Rolling Stones ou d'Elvis Presley", admet Cédric, mais ce répertoire de bal musette appelle la participation, l'autonomie. 

L'idée de l'art en milieu médicalisé n'est pas neuve et elle a d'abord fait son chemin dans les hôpitaux. Depuis 2019, l'Agence régionale de Santé (ARS) Provence-Alpes-Côte d'Azur finance un nombre croissant de projets plus petits, notamment en Ehpad.

"Il y a des budgets et des artistes qui se passionnent pour ces publics particuliers. On n'est ni dans l'animation ni dans l'art thérapie. Il s'agit d'introduire la culture pour contribuer à l'amélioration de l'état de santé", défend Bernadette L'Huiller, directrice projet à l'ARS. 

"Tous les établissements n'y sont pas favorables car ça bouscule les habitudes", dit-elle.

A la Maison Saint-Jean Helios, Les P'tites Ouvreuses ont trouvé l'interlocuteur idéal: bientôt à la retraite, le directeur de l'Ehpad, Bernard Guillemin, est ancien directeur de MJC.

"Les Ehpad", regrette-t-il, "sont uniquement des lieux de soins. Moi, j'en ferais un lieu de création. Y a pas de miracle, même si on a une reproduction de la grotte de Lourdes dans la cour... mais il y a des gens qui se transforment, qui se sentent mieux", dit-il, décidé à continuer en accord avec son médecin coordinateur: "On ne peut pas rester sans rien, surtout si l'épidémie de Covid-19 doit durer un an et demi".


Les oudistes palestiniens acclamés: le Trio Joubran se produisent à Ithra

Wissam et Adnan se produisent à nouveau à Ithra le vendredi soir 12 juillet.(Fournie)
Wissam et Adnan se produisent à nouveau à Ithra le vendredi soir 12 juillet.(Fournie)
Short Url
  • La majorité du spectacle — comme la majorité des albums du Trio Joubran — était composée de pièces instrumentales,
  • Le Trio Joubran se présente comme le tout premier trio d’oudistes. Originaires de Nazareth.

DHAHRAN : Jeudi soir, Le Trio Joubran, maître du oud palestinien primé — et ses frères — s’est produit au King Abdulaziz Center for World Culture, à Ithra, lors de la première de leurs deux nuits à Dhahran.

Malheureusement, Samir — le frère aîné, qui a formé le groupe il y a près de deux décennies — n’a pas pu rejoindre ses frères et sœurs Wissam et Adnan sur scène. Mais son espace au centre du trio a été laissé intact, comme une représentation visuelle de sa présence.

« Comme vous pouvez le voir, il y a un vide béant sur scène ce soir. Notre frère Samir n’a pas pu être avec nous — malgré les plus grands efforts des équipes attentives d’Ithra et d’Aramco, qui tentent jusqu’à ce moment précis de le faire se joindre à nous, alors merci », a déclaré Adnan, le plus jeune du trio, à la foule, qui a presque rempli la salle.

« C’est maintenant notre responsabilité et notre fardeau — mon frère Wissam et moi — de faire de notre mieux pour vous donner le spectacle que vous méritez. Habituellement, notre frère Samir parle, mais ce soir, je vous demanderai de pardonner nos défauts et nous espérons vous donner un bon spectacle », a-t-il poursuivi. Et ils ont livré.

La majorité du spectacle — comme la majorité des albums du Trio Joubran — était composée de pièces instrumentales, tandis qu’une poignée était accompagnée de récitals de poésie arabe. Le percussionniste Ruven Ruppik et le violoncelliste Valentin Mussou ont rejoint Wissam et Adnan sur scène.

Le Trio Joubran se présente comme le tout premier trio d’oudistes. Originaires de Nazareth, ils partagent désormais leur temps entre la Palestine et la France. Leur musique reflète souvent des thèmes de l’identité palestinienne, ainsi que l’expérience humaine plus large. Au cours des dernières décennies, leur musique a figuré dans les bandes sonores de plusieurs films et documentaires, dont « The Last Flight » (2009), « Miral » (2010), « Five Broken Cameras » (2011) et « The Messenger of God » (2015).

En 2019, ils ont collaboré avec le groupe pop-rock britannique Coldplay, qui a connu un énorme succès, sur une chanson appelée « Arabesque ».

À la fin de leur performance à Ithra, Adnan a de nouveau parlé, promettant au public qu’ils reviendraient l’année prochaine - avec Samir. La foule a applaudi avec enthousiasme.

Wissam et Adnan se produisent à nouveau à Ithra le vendredi 12 juillet.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Outrage à Microsoft, qui aurait fermé des comptes palestiniens utilisés pour appeler Gaza

Certaines personnes ont émis l'hypothèse que l'annulation de leurs comptes pourrait être liée au fait que Microsoft soupçonne des liens avec le Hamas. (AFP/File)
Certaines personnes ont émis l'hypothèse que l'annulation de leurs comptes pourrait être liée au fait que Microsoft soupçonne des liens avec le Hamas. (AFP/File)
Short Url
  • Selon une enquête de la BBC, les Palestiniens qui utilisaient Skype pour appeler Gaza depuis l'étranger ont vu leur compte résilié sans raison.
  • "Microsoft a détruit nos vies numériques", affirme une personne

LONDRES : Microsoft a été accusé d'avoir fermé des comptes de messagerie électronique associés à des Palestiniens qui utilisaient Skype pour passer des appels téléphoniques vers Gaza.

Une enquête de la BBC a révélé que plusieurs Palestiniens vivant à l'étranger ont vu leurs comptes de chat vocal et vidéo appartenant à Microsoft fermés sans avertissement, ce qui a eu pour effet de "détruire leur vie numérique".

"J'ai ce compte Hotmail depuis 15 ans", a déclaré Salah Elsadi, un Palestinien vivant aux États-Unis, interrogé par la BBC.

"Ils m'ont banni sans raison, en disant que j'avais violé leurs conditions - quelles conditions ? Dites-moi".

L'enquête a mis au jour au moins 20 cas dans lesquels des Palestiniens ont vu leur compte suspendu sans aucune explication.

Les personnes concernées ont expliqué qu'avec un abonnement payant à Skype, il est possible d'appeler des téléphones mobiles à Gaza à peu de frais, ce qui en fait une bouée de sauvetage pour de nombreux Palestiniens lorsque l'internet est coupé.

Dans certains cas, ces comptes de messagerie avaient plus de 15 ans et les utilisateurs n'avaient aucun moyen de récupérer leurs courriels, leurs contacts ou leurs souvenirs. Certains ont indiqué que leurs comptes de messagerie étaient liés à leur travail.

"Nous sommes des civils sans passé politique qui voulaient simplement prendre des nouvelles de nos familles", a déclaré Eiad Hametto, qui a appelé sa famille depuis l'Arabie saoudite.

"Ils ont suspendu mon compte de messagerie électronique que j'avais depuis près de 20 ans. Il était lié à tout mon travail. Ils ont tué ma vie en ligne", a-t-il ajouté.

Certaines personnes ont émis l'hypothèse que l'annulation de leurs comptes pourrait être liée au fait que Microsoft soupçonne des liens avec le Hamas.

Microsoft n'a pas répondu directement à l'accusation selon laquelle ces personnes avaient été qualifiées de Hamas, mais un porte-parole a déclaré que la société ne bloquait pas les appels et n'interdisait pas les utilisateurs en fonction de la région ou de la destination de l'appel.

"Le blocage dans Skype peut se produire en réponse à des activités frauduleuses présumées", a déclaré le porte-parole sans donner plus de détails, ajoutant que les utilisateurs avaient été informés qu'ils pouvaient faire appel de la décision.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Bientôt, une nouvelle rubrique : « Le mot du mois »

L'œuvre de l'artiste canadien Dhia al-Jazaeri, qui a remporté la deuxième place dans la catégorie Calligraphie moderne, est exposée lors du Festival al-Burda à l'Expo 2020 dans l'émirat du Golfe de Dubaï, le 20 décembre 2021 (Photo par GIUSEPPE CACACE / AFP)
L'œuvre de l'artiste canadien Dhia al-Jazaeri, qui a remporté la deuxième place dans la catégorie Calligraphie moderne, est exposée lors du Festival al-Burda à l'Expo 2020 dans l'émirat du Golfe de Dubaï, le 20 décembre 2021 (Photo par GIUSEPPE CACACE / AFP)
Short Url

PARIS : « Le mot du mois » est une nouvelle rubrique par l’auteur du Dictionnaire des mots français d’origine arabe (Seuil 2007), Salah Guemriche, à retrouver bientôt sur Arab News en français.

« Il y a deux, voire trois plus de mots français d’origine arabe que de mots français d’origine gauloise ! »

Cette assertion, qui introduit ce Dictionnaire paru en 2007 aux éditions du Seuil (et, en poche : Points-Seuil 2012 et 2015), est fondée sur des recherches faites sur plusieurs siècles, en passant par le XIIe siècle avec l’Italien Gérard de Cremone, connu pour avoir étudié l’arabe à Tolède, avant de traduire des dizaines d’ouvrages en latin d’auteurs arabo-andalous (mathématiciens, astronomes, médecins).

Quatre siècles plus tard, Rabelais s’initiera à la même langue, comme il le confiera dans une Briefve declaration : « Le Nil tombe de haultes montaignes, en si horrible bruyt que les voisins du lieu sont presque tous sours, comme escript Claud. Galen. L’Evesque de Caramith, celuy qui en Rome feut mon precepteur en langue arabicque, m’a dict… » 1.

Dans son ouvrage, l’auteur remonte aux origines (parfois séculaires, voire millénaires) d’environ 400 mots, le plus souvent empruntés par l’espagnol, l’italien, voire le provençal, avant d’arriver au français. Longtemps, parfois jusqu’à nos jours, les dictionnaires français n’en signalent, pour les étymologies, que les langues latines qui ne furent en réalité que des intermédiaires.

Quatre-cents mots, et parmi les plus inattendus : alcool, algèbre, algorithme, amalgame, arobase, arsenal, caban, calfater, calibre, carafe, carat, chemise, chiffre, coupole, fardeau, goudron, hasard, houle, jupe, magasin / magazine, mascarade, masque, matelas, mazout, mérinos, mousseline, nuque, orange, rame, raquette, récif, risque, satin, talc, tare, tarif, tartre, trafic, zéro, etc.

 

NDLR: 1 Œuvres de Rabelais, t. II, éd. Daffis, 1872, p. 250