Washington exige la fin du siège de Marib par la milice houthie

Des membres de la milice houthie soutenue par l'Iran qui a encerclé le district d'Abedia pendant plus de trois semaines, sur le champ de bataille de la province yéménite de Marib (Reuters/Fichier Photos)
Des membres de la milice houthie soutenue par l'Iran qui a encerclé le district d'Abedia pendant plus de trois semaines, sur le champ de bataille de la province yéménite de Marib (Reuters/Fichier Photos)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

Washington exige la fin du siège de Marib par la milice houthie

Des membres de la milice houthie soutenue par l'Iran qui a encerclé le district d'Abedia pendant plus de trois semaines, sur le champ de bataille de la province yéménite de Marib (Reuters/Fichier Photos)
  • 35 000 personnes risquent la famine à Abedia
  • Le gouvernement yéménite a accru la pression diplomatique sur les Houthis, exhortant l'ONU à intervenir

RIYAD/AL-MUKALLA: Les États-Unis ont exigé mercredi la fin du siège houthi sur Abedia, afin de permettre aux civils assiégés d'accéder à l'aide humanitaire. 

La milice soutenue par l'Iran a encerclé la région pendant plus de trois semaines, sur le champ de bataille de la province yéménite de Marib, empêchant 35 000 personnes d'accéder à la nourriture, à l'eau potable, aux médicaments et à d'autres produits de première nécessité. 

Les civils d'Abedia souffrent de ce qui «semble être un encerclement», a déclaré un haut responsable américain lors d'un point presse à l'ambassade américaine à Riyad. 

«Ceci est un autre autre exemple de la manière dont une partie agit dans le sens d’une solution militaire et exerce une grande pression sur le peuple yéménite», a-t-il déclaré. «Nous appelons à une désescalade de cette situation et réclamons que l'aide humanitaire puisse arriver à Abedia.» 

«Nous considérons l'offensive actuelle des Houthis à Marib comme contraire au principe de désescalade. Nous pensons que les personnes de l’extérieur ne peuvent imposer aucune solution au Yémen. Je compte sur les efforts de l'ONU et de ceux des pays voisins pour créer le meilleur climat permettant aux Yéménites de négocier leur propre avenir.» 

Les Houthis étaient un obstacle à la paix, a soutenu le responsable. «Comment une milice bien armée peut-elle continuer à opérer à l'intérieur du Yémen et contribuer à un effort de paix? a-t-il dit. Nous sommes convaincus à 100% qu'il n'existe pas de solution militaire à ce conflit.» 

Il a également précisé que les États-Unis n'étaient pas intéressés par un simple cessez-le-feu, mais par une solution à long terme. «Le cessez-le-feu est une étape que nous voulons voir se produire afin de sortir du conflit et d’avancer vers la paix et la sécurité.» 

Le gouvernement yéménite a également accru la pression diplomatique sur les Houthis, exhortant l'ONU à intervenir. Lors d'un appel téléphonique avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, le ministre des Affaires étrangères, Ahmad Awad ben Moubarak, l'a exhorté à faire pression sur les Houthis pour qu'ils mettent fin au siège. «Je l'ai informé de la situation catastrophique à Abedia et j'ai appelé l'ONU à condamner ce crime de guerre, à répondre d'urgence aux besoins essentiels de la population et à évacuer les blessés», a déclaré le ministre. 

Le représentant permanent du Yémen auprès de l'ONU, Abdullah al-Saadi, a averti que les civils risquaient la famine et la mort alors que les Houthis intensifiaient les frappes de missiles et de drones et bloquaient la distribution d'une aide humanitaire vitale. 

Malgré les efforts diplomatiques, les Houthis ont continué mercredi à bombarder Abedia avec des missiles, des tirs de mortier et des drones chargés d’explosifs. Les forces yéménites ont riposté par des contre-attaques, et les frappes aériennes de la coalition arabe ont touché des cibles houthies à l'extérieur d'Abedia. 

«Les avions militaires de la coalition ont mené des frappes aériennes intensives sur les Houthis», a déclaré le porte-parole de l'armée, le général Abdu Abdullah Majili. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Une semaine déterminante pour l’avenir des négociations sur le nucléaire iranien

Le négociateur en chef iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri Kani, et des membres de la délégation iranienne attendant le début d'une réunion de la commission mixte du PAGC à Vienne. (Fichier/Reuters)
Le négociateur en chef iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri Kani, et des membres de la délégation iranienne attendant le début d'une réunion de la commission mixte du PAGC à Vienne. (Fichier/Reuters)
Short Url
  • Des diplomates de l'E3 ont déclaré que cette semaine sera décisive pour déterminer si l'Iran est sérieux quant à la relance de l’accord
  • La question clé est de savoir si l'Iran accepterait de reprendre les pourparlers là où ils s'étaient arrêtés au mois de juin

VIENNE: L'Iran doit faire preuve de sérieux cette semaine quant à la relance de l’accord nucléaire de 2015 avec les grandes puissances, ont soutenu mardi des diplomates européens, affirmant qu'autrement cela leur posera un «problème» et qu'il n'était pas clair si Téhéran reprendrait les négociations là où elles s'étaient arrêtées au mois de juin. 

Après une interruption de cinq mois, les diplomates ont repris lundi les pourparlers sur la réactivation de l’accord que le président américain alors en fonction, Donald Trump, avait abandonné en 2018, imposant à nouveau de sévères sanctions économiques américaines. Les mesures de Trump avaient profondément irrité l'Iran et déconcerté les autres puissances impliquées – la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l'Allemagne et la Russie. 

De hauts diplomates britanniques, français et allemands, formant un groupe connu sous le nom d'E3, ont déclaré aux journalistes que cette semaine sera décisive pour déterminer si l'Iran est sérieux quant à la relance de l’accord, bien qu'ils ne veuillent pas imposer d’échéances arbitraires.    

En vertu de l'accord, l'Iran a limité son programme d'enrichissement d'uranium, un processus pouvant produire des matières fissiles pour les bombes, en échange d'un allégement des sanctions économiques de la part des États-Unis, de l'UE et de l'ONU. L'Iran affirme que son programme nucléaire est uniquement destiné à des fins pacifiques. 

Que l'Iran accepte de reprendre les pourparlers là où ils s'étaient arrêtés en juin, à la suite de l'élection à la présidence d'Ebrahim Raïssi, partisan de la ligne dure antioccidentale, est essentiel, car s'ils retournaient à la case départ, les pourparlers prendraient probablement plus de temps. 

«Nous attendons toujours une confirmation ferme de la volonté de l’Iran de commencer à travailler là où nous nous sommes arrêtés en juin», a déclaré un haut diplomate européen, estimant que 70 à 80% d'un projet d'accord avaient été accompli en juin. 

«Les prochaines quarante-huit heures seront déterminantes pour savoir si – nous l’espérons – nous allons reprendre les négociations là où elles s’étaient arrêtées et entrer dans une phase de travail très intensive», a-t-il ajouté. «S'ils ne font pas preuve de sérieux cette semaine, nous aurons alors un problème.» 

Le diplomate a mis l’accent sur le fait que certaines des questions les plus difficiles figuraient parmi les 20 à 30% qui restent en suspens, notamment ce qu'il faut faire au sujet des centrifugeuses avancées que l'Iran utilise pour enrichir de l'uranium au mépris de l'accord initial. 

Le principal négociateur iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri Kani, a adopté une position ambiguë, laissant entendre que tout ce qui avait été négocié au cours des six séries de pourparlers entre avril et juin était sujet à discussion. 

«Ce qui a été discuté lors des six précédentes séries de pourparlers à Vienne a abouti à un projet et non à un accord. Et un projet est soumis à des négociations», a déclaré Bagheri Kani aux journalistes. 

«Rien n'est approuvé tant que tout n'est pas approuvé. Ainsi, toutes les questions conclues lors des précédentes séries de pourparlers peuvent être négociées, cela ayant été convenu par toutes les parties à l'accord.» 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Elections locales en Algérie: victoire étriquée du FLN, percée des indépendants

Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, vote lors des élections municipales et provinciales, dans un bureau de vote de la capitale Alger. (AFP)
Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, vote lors des élections municipales et provinciales, dans un bureau de vote de la capitale Alger. (AFP)
Short Url
  • Le RND, qui a conquis 4 584 sièges, obtient la majorité absolue dans 58 Assemblées populaires communales (APC, conseils municipaux) et la majorité relative dans 331 communes
  • Le Hirak réclame le démantèlement du système de gouvernance en place depuis l'indépendance en 1962. Les autorités affirment que les principales revendications du mouvement ont été satisfaites

ALGER: Le Front de libération nationale (FLN), première force politique au Parlement algérien, a obtenu une victoire étriquée aux élections locales de samedi, marquées par une nouvelle percée des candidats indépendants, selon les résultats préliminaires annoncés mardi.


Ces élections étaient présentées par le président Abdelmadjid Tebboune, qui a succédé en 2019 à Abdelaziz Bouteflika, comme la "dernière étape pour l'édification d'un Etat moderne" après la fin de règne mouvementée de son prédécesseur, contraint à la démission sous la pression des manifestations prodémocratie du Hirak, avant de mourir en septembre.


Le Hirak réclame le démantèlement du système de gouvernance en place depuis l'indépendance en 1962. Les autorités affirment que les principales revendications du mouvement ont été satisfaites.


L'ancien parti unique a obtenu 5.978 sièges au niveau national et la majorité absolue dans 124 communes sur les 1.541 que compte le pays, selon les résultats préliminaires divulgués mardi par le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi.


Le FLN a ainsi perdu la majorité absolue dans 479 des 603 communes qu'il contrôlait lors du mandat précédent.


Il garde toutefois une confortable majorité relative dans 552 communes, qu'il ne pourra administrer qu'avec le soutien de ses alliés du courant nationaliste, notamment le Rassemblement national démocratique (RND).


Le RND, qui a conquis 4.584 sièges, obtient la majorité absolue dans 58 Assemblées populaires communales (APC, conseils municipaux) et la majorité relative dans 331 communes.


Les candidats indépendants arrivent en troisième position avec 4.430 sièges et une majorité absolue dans 91 APC, confirmant ainsi la percée réalisée lors des législatives anticipées de juin où ils sont arrivés deuxième, derrière le FLN.


Le Front des forces socialistes, plus vieux parti d'opposition, s'est assuré la majorité absolue dans 47 communes, notamment en Kabylie, son fief, et la majorité relative dans 65 autres communes.


Aux Assemblées départementales, le FLN est arrivé en tête avec 471 sièges dans 25 des 58 wilayas (préfectures) que compte le pays, mais avec une majorité relative. Il est talonné de près par les candidats indépendants qui ont arraché 443 sièges dans 10 wilayas et le RND qui a obtenu 336 sièges dans 13 wilayas.


Le taux de participation à ces élections, lors desquelles quelque 24 millions d'Algériens étaient appelés à voter, a plafonné autour des 35%.


Il est néanmoins en nette hausse par rapport aux taux de participation enregistré lors des législatives anticipées de juin, quand seuls 23% des inscrits avaient voté.


Le ministère égyptien de la Santé dément la détection du variant Omicron dans le pays

Un agent de police au Sphinx International Airport, dans l'ouest du Caire, le 26 janvier 2019. (Reuters)
Un agent de police au Sphinx International Airport, dans l'ouest du Caire, le 26 janvier 2019. (Reuters)
Short Url
  • Ce commentaire fait suite à la présence de deux personnes contaminées par le nouveau variant du coronavirus sur un vol en provenance d'Éthiopie
  • Le ministère de la Santé a ordonné des tests rapides pour toutes les personnes arrivant en Égypte en provenance d'Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, du Mozambique, de Namibie et d'Eswatini

LE CAIRE: Le ministère égyptien de la Santé a rejeté mardi des rumeurs selon lesquelles deux personnes contaminées par le variant du coronavirus Omicron, récemment découvert, étaient présentes sur un vol en provenance d'Éthiopie. 

Le porte-parole Hossam Abdel Ghaffar a déclaré: «Ce n'est pas vrai. L'Égypte n’a pas été touchée par le nouveau variant du coronavirus.» 

Le ministère de la Santé a ordonné des tests rapides pour toutes les personnes arrivant en Égypte en provenance d'Afrique du Sud, du Lesotho, du Botswana, du Zimbabwe, du Mozambique, de Namibie et d'Eswatini. Tous les passagers testés positifs doivent retourner au pays de provenance sur les mêmes avions dans lesquels ils sont arrivés. Ceux dont le test est négatif doivent se mettre en quarantaine pendant sept jours et passer un test PCR à la fin de cette période. 

Abdel Ghaffar a souligné l'importance du respect des mesures de prévention mises en œuvre par les autorités égyptiennes pour empêcher la propagation du virus. Il a affirmé que ces mesures étaient conçues pour empêcher le variant Omicron d'entrer dans le pays, et a ajouté que bien qu'aucun cas de contamination par le nouveau variant n'ait été découvert, «si cela se produisait, il serait annoncé en toute transparence». 

Mohammed al-Nadi, membre du comité scientifique chargé de la lutte contre le coronavirus, a déclaré que bien que l'Égypte n’ait pas été jusqu'à présent touchée par le variant Omicron, ce n'est qu'une question de temps avant que des cas ne soient découverts dans le pays. Il a ajouté que même si de nombreux pays tentaient d'empêcher ou de ralentir l'arrivée du variant, celui-ci finirait probablement par arriver. 

Jusqu'à présent, les autorités égyptiennes ont fait du bon travail, selon Al-Nadi, en isolant les personnes en provenance de lieux où le variant a été détecté, afin de réduire les risques de propagation, tandis que les informations à son sujet – comme les symptômes spécifiques, son degré de contagion, et sa possible résistance aux vaccins ou aux traitements — sont encore incertaines. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com