La compagnie pakistanaise PIA suspend ses vols vers Kaboul, jugeant les talibans «non professionnels»

Le porte-parole de PIA a expliqué que ces vols n'étaient «pas très lucratifs financièrement», en raison du coût élevé de l'assurance, et que la compagnie ne les maintenait que pour des «raisons humanitaires». (Photo, AFP)
Le porte-parole de PIA a expliqué que ces vols n'étaient «pas très lucratifs financièrement», en raison du coût élevé de l'assurance, et que la compagnie ne les maintenait que pour des «raisons humanitaires». (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 14 octobre 2021

La compagnie pakistanaise PIA suspend ses vols vers Kaboul, jugeant les talibans «non professionnels»

  • PIA avait repris des vols spéciaux vers la capitale afghane après la fin le 30 août, avec le retrait des derniers soldats américains du pays
  • Selon une source au sein de PIA, les responsables talibans se sont souvent montrés «désobligeants» avec le personnel de la compagnie pakistanaise

KARACHI: La compagnie aérienne Pakistan International Airlines (PIA) a annoncé jeudi avoir suspendu ses vols vers et en provenance de Kaboul, en raison de l'attitude "non professionnelle" des talibans, au pouvoir en Afghanistan depuis la mi-août.

PIA avait repris des vols spéciaux vers la capitale afghane après la fin le 30 août, avec le retrait des derniers soldats américains du pays, de l'évacuation chaotique de plus de 120 000 personnes voulant partir à tout prix par crainte des islamistes.

"Nos vols ont fréquemment dû faire face à des retards injustifiés en raison de l'attitude non professionnelle des autorités de l'aviation (civile) à Kaboul", a déclaré le porte-parole de PIA, Abdullah Hafeez Khan.

Les vols resteront suspendus tant que la situation ne sera pas redevenue "favorable", a-t-il ajouté.

Selon une source au sein de PIA, les responsables talibans se sont souvent montrés "désobligeants" avec le personnel de la compagnie pakistanaise, et en une occasion ont "physiquement malmené" l'un de ses membres.

PIA a été critiquée pour facturer ses vols entre Islamabad et Kaboul à 1 200 dollars (1 040 euros) l'aller simple, pour un trajet n'excédant pas 40 minutes, contre 150 dollars avant l'arrivée au pouvoir des talibans

Ces vols étaient d'abord destinés aux organisations internationales et humanitaires. Celles-ci ont toutefois aidé certains Afghans à y prendre place, pour fuir le nouveau régime et une situation économique catastrophique.

Mais ils ont été irréguliers et les billets très difficiles à obtenir pour des passagers afghans ordinaires.

Le porte-parole de PIA a expliqué que ces vols n'étaient "pas très lucratifs financièrement", en raison du coût élevé de l'assurance, et que la compagnie ne les maintenait que pour des "raisons humanitaires".

Les talibans avaient auparavant menacé de bloquer la moitié des vols de PIA si elle ne baissait pas le prix de ses billets.

Le Pakistan était le principal soutien du premier régime taliban entre 1996 et 2001, et a continué par la suite à être accusé, notamment par les États-Unis, de soutenir leur insurrection contre le gouvernement afghan, appuyé lui par les Occidentaux.

Depuis le retour des talibans au pouvoir, le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a appelé la communauté internationale à leur parler et à soutenir financièrement le pays, dont l'économie, très dépendante de l'aide internationale gelée depuis deux mois, est au bord du gouffre.

Le Pakistan, toutefois, s'est gardé de reconnaître le nouveau régime taliban, contrairement à ce qu'il avait fait deux décennies plus tôt.


Afghanistan: Malala demande aux talibans de laisser les filles retourner à l'école

«L'Afghanistan est maintenant le seul pays au monde qui interdise l'éducation des filles», a affirmé Malala Yousafzai. (Photo, AFP)
«L'Afghanistan est maintenant le seul pays au monde qui interdise l'éducation des filles», a affirmé Malala Yousafzai. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Aux autorités talibanes (...), revenez sur l'interdiction de facto d'éducation pour les filles et rouvrez immédiatement les écoles secondaires aux filles», a plaidé la prix Nobel de la Paix 2014
  • Ella a aussi appelé les dirigeants des nations musulmanes à dire clairement aux talibans que «la religion ne justifie pas d'empêcher les filles d'aller à l'école»

KABOUL: La militante pakistanaise des droits des femmes Malala Yousafzai, qui avait survécu en 2012 à un attentat des talibans pakistanais, a adressé une lettre ouverte au gouvernement taliban en Afghanistan, l'appelant à laisser les filles revenir à l'école.

"Aux autorités talibanes (...), revenez sur l'interdiction de facto d'éducation pour les filles et rouvrez immédiatement les écoles secondaires aux filles", a plaidé la prix Nobel de la Paix 2014 dans cette lettre publiée dimanche soir.

Depuis un mois, les écoles secondaires en Afghanistan ont rouvert pour les garçons et les hommes professeurs. Mais les filles ne sont toujours pas autorisées à suivre les cours et les enseignantes à les donner.

Les talibans ont promis que les filles pourraient retourner à l'école secondaire, une fois que leur "sécurité" et une ségrégation plus stricte entre les sexes seraient assurées, mais beaucoup continuent à en douter.

Malala a appelé les dirigeants des nations musulmanes à dire clairement aux talibans que "la religion ne justifie pas d'empêcher les filles d'aller à l'école".

"L'Afghanistan est maintenant le seul pays au monde qui interdise l'éducation des filles", a-t-elle ajouté dans sa lettre.

Aux côtés d'autres militantes des droits des femmes, dont la présidente de la Commission afghane des droits humains sous le précédent gouvernement, Shaharzad Akbar, elle a aussi exhorté les dirigeants du G20 à débloquer des fonds pour favoriser l'accès à l'éducation des enfants afghans.

Cette pétition, qui accompagnait la lettre, avait reçu lundi plus de 640 000 signatures.

Malala Yousafzai avait réchappé en 2012 à un attentat commis par les talibans pakistanais, un groupe idéologiquement proche des talibans afghans mais qui en est distinct.

Des jihadistes du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) avaient fait irruption dans le car scolaire qui la ramenait chez elle, dans sa vallée natale de Swat (nord-ouest), et lui avaient tiré une balle dans la tête.

Malala, désormais âgée de 24 ans, est depuis devenue une icône mondiale des droits des filles à l'éducation. Elle vit au Royaume-Uni avec sa famille et est diplômée de la prestigieuse université d'Oxford.


Attaque en Norvège: les cinq victimes ont été tuées à l'arme blanche

Trois étudiantes de l'artiste Hanne Merethe Englund, qui était l'une des cinq victimes tuées lors d'une attaque le 13 octobre, déposent des fleurs devant sa maison à Kongsberg, en Norvège, le 18 octobre 2021. (Photo, AFP)
Trois étudiantes de l'artiste Hanne Merethe Englund, qui était l'une des cinq victimes tuées lors d'une attaque le 13 octobre, déposent des fleurs devant sa maison à Kongsberg, en Norvège, le 18 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon la police, plus d'une dizaine de personnes ont aussi été visées par des tirs à l'arc au début de l'attaque mais aucune n'a été tuée avec cette arme
  • Soupçonné de radicalisation islamiste, Espen Andersen Bråthen, un Danois de 37 ans, a reconnu avoir tué cinq personnes et en avoir blessé trois autres

OSLO: Les cinq victimes de l'attaque perpétrée la semaine dernière en Norvège ont été tuées à l'arme blanche par le suspect qui, vraisemblablement, a perdu ou s'est débarrassé de son arc et ses flèches au cours de son périple meurtrier, a annoncé la police norvégienne lundi.

"À un certain moment, il se débarrasse ou perd son arc et ses flèches", a affirmé l'inspecteur Per Thomas Omholt en faisant le récit de l'attaque lors d'une conférence de presse. "A Hyttegata, il tue cinq personnes à l'arme blanche à la fois dans des lieux privés et dans l'espace public".

La police, qui avait jusqu'alors indiqué que le suspect Espen Andersen Bråthen était armé d'un arc et de flèches ainsi que de deux autres armes, n'a pas voulu préciser la nature de ces armes blanches pour les besoins de l'enquête.

"Tout indique que ces victimes ont été tuées au hasard", a affirmé Per Thomas Omholt.

Selon la police, plus d'une dizaine de personnes ont aussi été visées par des tirs à l'arc au début de l'attaque mais aucune n'a été tuée avec cette arme.

Soupçonné de radicalisation islamiste, Espen Andersen Bråthen, un Danois de 37 ans, a reconnu avoir tué cinq personnes et en avoir blessé trois autres dans cet épisode qui s'est produit mercredi à Kongsberg, ville du sud-est de la Norvège.

"Pour ce qui est du motif, la maladie reste la principale hypothèse. Et en ce qui concerne la conversion à l'islam, cette hypothèse est affaiblie", a ajouté Per Thomas Omholt.

Signaux d'alerte

Placé en détention provisoire dans une institution médicalisée, le suspect, qui s'est déjà longuement expliqué et a vraisemblablement agi seul, n'est plus en mesure d'être entendu actuellement.

Une évaluation psychiatrique est en cours pour déterminer s'il peut être tenu pour pénalement responsable ou non de son geste.

Samedi, la police avait identifié les cinq victimes, quatre femmes et un homme: Andréa Meyer, 52 ans, Hanne Merethe Englund, 56 ans, Liv Berit Borge, 75 ans, Gunnar Erling Sauve, 75 ans et Gun Marith Madsen, 78 ans.

Critiquée pour avoir mis plus d'une demi-heure à arrêter Bråthen après avoir reçu les premières alertes, la police a dans un premier temps semblé privilégier la piste de l'acte terroriste avant de se concentrer sur celle de la folie.

Etabli depuis des années à Kongsberg, petite ville sans histoire d'environ 25 000 habitants, à quelque 80 kilomètres à l'ouest d'Oslo, Bråthen a, selon les autorités, des antécédents médicaux, dont on ignore la nature à ce stade.

Le suspect était connu des services norvégiens de sécurité (PST), chargés notamment de l'antiterrorisme.

La police a fait état de "craintes liées à une radicalisation" qui remontaient à 2020 et avant, lesquelles, a-t-elle assuré, avaient donné lieu à un suivi.

Selon la radiotélévision publique NRK, un premier signal d'alerte a été reçu en 2015 et, d'après les médias norvégiens, le PST avait alerté en 2018 sur le fait que le suspect puisse commettre "une attaque à petite échelle".

Ces informations ont soulevé des questions sur les mesures mises en place par les autorités pour éviter que Bråthen ne passe à l'acte.


Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé de la Covid-19

Sur cette photo d'archive prise le 8 septembre 2003, l'ancien secrétaire d'État américain Colin Powell écoute une question d'un journaliste devant les portes du département d'État à Washington, DC. (Photo, AFP/Archives)
Sur cette photo d'archive prise le 8 septembre 2003, l'ancien secrétaire d'État américain Colin Powell écoute une question d'un journaliste devant les portes du département d'État à Washington, DC. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • « Nous avons perdu un mari, un père, et grand-père remarquable et aimant, et un grand Américain », ont-ils déclaré dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, précisant qu'il était « entièrement vacciné »
  • Colin Powell est décédé à l'hôpital Walter Reed, situé dans la banlieue de Washington, où sont souvent soignés les présidents américains

WASHINGTON : L'ancien secrétaire d'Etat sous George W. Bush, Colin Powell, est décédé à l'âge de 84 ans de "complications liées au Covid-19", a annoncé sa famille lundi.

« Nous avons perdu un mari, un père, et grand-père remarquable et aimant, et un grand Américain », ont-ils déclaré dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, précisant qu'il était « entièrement vacciné »

Colin Powell est décédé à l'hôpital Walter Reed, situé dans la banlieue de Washington, où sont souvent soignés les présidents américains.

M. Powell a été le premier Afro-Américain à avoir occupé le poste de chef d’état-major des armées, avant de devenir chef de la diplomatie américaine sous la présidence républicaine de George W. Bush.

Avocat de la guerre en Irak, M. Powell avait fait le 5 février 2003, devant le Conseil de sécurité de l'ONU, une longue allocution sur les armes de destruction massives (ADM) prétendument détenues par l'Irak, des arguments qui ont servi à justifier l'invasion du pays. 

Il a admis par la suite que cette prestation était une "tache" sur sa réputation: "C'est une tache parce que je suis celui qui a fait cette présentation au nom des Etats-Unis devant le monde, et cela fera toujours partie de mon bilan."

Né le 5 avril 1937 à Harlem, Colin Powell a grandi à New York, où il a étudié la géologie.

Il avait commencé sa carrière militaire en 1958. D'abord posté en Allemagne, il avait ensuite été envoyé au Vietnam comme conseiller militaire de John F. Kennedy.