Des élus américains recommandent des poursuites contre Steve Bannon

L'ancien conseiller de Donald Trump refuse de participer aux investigations sur l'assaut contre le Capitole du 6 janvier. (Photo, AFP)
L'ancien conseiller de Donald Trump refuse de participer aux investigations sur l'assaut contre le Capitole du 6 janvier. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 20 octobre 2021

Des élus américains recommandent des poursuites contre Steve Bannon

  • L’ancien conseiller était l'un des artisans de la campagne victorieuse de Trump en 2016 avant d'être poussé vers la sortie par son président
  • Dans les derniers jours de son mandat, Trump lui a accordé sa clémence, mettant un terme à des poursuites pour détournement de fonds

WASHINGTON : Une commission d'enquête parlementaire américaine s'est prononcée jeudi en faveur de poursuites judiciaires pour "entrave au travail du Congrès" contre Steve Bannon, un ancien conseiller de Donald Trump qui refuse de participer aux investigations sur l'assaut contre le Capitole.

"M. Bannon se conformera à notre enquête, ou il fera face aux conséquences", a déclaré le démocrate Bennie Thompson, qui dirige cette commission décriée par Donald Trump et ses alliés.

"Nous ne pouvons pas permettre à quiconque de se dresser en obstacle au travail de la commission spéciale tandis que nous travaillons à établir les faits. Les enjeux sont simplement trop grands", a-t-il ajouté avant un vote à l'unanimité des neuf membres en faveur des poursuites.

Steve Bannon avait été convoqué jeudi devant cette commission spéciale de la Chambre des représentants qui enquête sur le rôle de l'ancien président républicain dans l'attaque de ses partisans contre le siège du Congrès le 6 janvier, au moment où les élus certifiaient la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

Mais il ne s'est pas présenté devant les élus.

Cette recommandation de la commission d'enquête doit désormais faire l'objet d'un vote en séance plénière à la Chambre, où les démocrates sont majoritaires, en vue de sa transmission au ministre de la Justice. Merrick Garland décidera s'il convient d'inculper Steve Bannon, qui encourt en théorie jusqu'à un an de prison.

M. Bannon, 67 ans, avait été l'un des artisans de la campagne présidentielle victorieuse de Donald Trump en 2016 avant d'être poussé vers la sortie par le milliardaire républicain. Dans les derniers jours de son mandat, le président lui a accordé sa clémence, mettant un terme à des poursuites pour détournement de fonds.

Même s'il n'exerçait aucune fonction officielle le 6 janvier, il semble avoir parlé de la manifestation du 6 janvier avec le président dans les jours précédant l'assaut, selon la commission.

Outre ce conseiller, quatre autres proches de Donald Trump ont reçu des assignations de la commission spéciale, exigeant des documents ou leur témoignage.

L'ancien président leur a demandé de ne pas s'y plier, invoquant le droit de l'exécutif à garder certaines informations secrètes. Mais pour les démocrates, cette prérogative ne s'applique qu'au président en exercice.

Le débat juridique devrait se mener devant les tribunaux et risque de ralentir les travaux de la commission.

Vendredi, le président Joe Biden avait déclaré que ceux qui ignoraient les assignations de la commission devaient être poursuivis. Un porte-parole du ministre de la Justice avait cependant déclaré dans la foulée que le ministère prenait "des décisions en toute indépendance dans toutes les poursuites, basées seulement sur les faits et le droit".


Omicron: beaucoup de craintes mais très peu de certitudes

Dès le lendemain de l'annonce de l'Afrique du Sud, le nouveau variant a été classé «préoccupant» par l'OMS, qui lui a donné le nom d'une lettre grecque. (Photo, AFP)
Dès le lendemain de l'annonce de l'Afrique du Sud, le nouveau variant a été classé «préoccupant» par l'OMS, qui lui a donné le nom d'une lettre grecque. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le point sur ce qu'on en sait et, surtout, sur ce qu'on ignore encore
  • Mais même si l'efficacité des vaccins est réduite face à Omicron, cela ne veut pas dire qu'ils ne seront plus efficaces du tout

PARIS: Omicron: le nom du nouveau variant qui inquiète le monde fait penser à celui d'un méchant de science-fiction, mais il est trop tôt pour dire quel impact il aura sur la pandémie de Covid-19. Le point sur ce qu'on en sait et, surtout, sur ce qu'on ignore encore. 

1
Carte des pays et territoires ayant détecté des infections par le variant Omicron du coronavirus (SARS-CoV-2 B.1.1.529), le 2 décembre à 11h20 GMT. (Graphique, AFP)

D'où vient-il ? 

On l'ignore. Selon l'épidémiologiste sud-africain Salim Abdool Karim, il a été signalé pour la première fois au Botswana avant d'être détecté en Afrique du Sud, qui en a fait l'annonce le 25 novembre. 

Mardi, les autorités néerlandaises ont déclaré qu'Omicron était présent aux Pays-Bas le 19 novembre, sur la base d'un test réalisé à cette date. 

Mais il est faux d'en déduire qu'Omicron a circulé en Europe avant l'Afrique australe: selon l'OMS, « il a été signalé pour la première fois le 24 novembre en Afrique du Sud, et le premier cas confirmé en laboratoire a été identifié à partir d'un échantillon prélevé le 9 novembre ». 

« Il tourne probablement en Afrique du Sud (...) depuis plus longtemps qu'on ne le pensait, depuis début octobre », a avancé mercredi le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement français, Jean-François Delfraissy. 

Pourquoi inquiète-t-il ? 

Dès le lendemain de l'annonce de l'Afrique du Sud, le nouveau variant a été classé « préoccupant » par l'OMS, qui lui a donné le nom d'une lettre grecque, comme aux précédents. 

Les inquiétudes sont pour l'instant théoriques: elles viennent d'une part des caractéristiques génétiques d'Omicron, et de l'autre de ce qu'on observe en Afrique du Sud. 

Du point de vue génétique, il possède un nombre de mutations inédit, dont une trentaine dans la protéine spike, la clé d'entrée du virus dans l'organisme. 

En se fondant sur l'expérience des précédents variants, on sait que certaines de ces mutations peuvent être associées à une plus grande transmissibilité et à une baisse d'efficacité des vaccins. 

« Si on se base sur la génétique, c'est quelque chose de très particulier qui peut être inquiétant, mais on n'en est là, c'est tout », a expliqué Vincent Enouf, du Centre national de référence des virus respiratoires de l'Institut Pasteur à Paris. 

D'autre part, le nombre de cas et la part attribuée à ce variant augmentent très rapidement dans la province sud-africaine de Gauteng (qui comprend Johannesburg), où il a d'abord été décrit. 

Il faudra « plusieurs semaines » pour mieux comprendre Omicron et savoir s'il est plus transmissible, plus dangereux et plus résistant aux vaccins, a souligné l'OMS. De nombreuses équipes y travaillent à travers le monde. 

Va-t-il détrôner Delta ? 

C'est LA question centrale, à laquelle on ne peut pas encore répondre. 

Delta est aujourd'hui quasi hégémonique dans le monde grâce à ses caractéristiques qui lui ont permis de remplacer Alpha. 

Dans cette grande compétition entre variants, ceux qui sont apparus ces derniers mois (Mu ou Lambda) n'ont pas réussi à lui ravir la première place. 

La situation dans la province de Gauteng laisse craindre qu'Omicron en soit capable. Mais ça n'est pas sûr, d'autant que Delta est peu présent en Afrique du Sud. 

Si les tendances observées dans ce pays se confirment ailleurs, Omicron pourrait devenir majoritaire en Europe « dans les tout prochains mois », a estimé jeudi le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Mais ces prévisions mathématiques se basent sur des données très préliminaires, qui peuvent évoluer. 

« On ne sait pas encore si la prolifération des cas vient d'une plus grande transmissibilité, comme Delta, ou de l'échappement immunitaire » (la capacité à réinfecter des personnes déjà infectées par le passé ou vaccinées, ndlr), a souligné l'expert américain Eric Topol dans le journal britannique The Guardian, tout en penchant plutôt pour la seconde hypothèse. 

A ce stade, Omicron a été détecté dans une vingtaine de pays sur tous les continents. 

Plus dangereux ou non ? 

C'est une autre question importante à laquelle on ne peut pas encore répondre. 

Dimanche, une médecin sud-africaine a dit n'avoir observé que des « symptômes légers » chez la trentaine de patients qu'elle a traités. 

Mais la communauté scientifique a immédiatement mis en garde contre toute conclusion hâtive, en soulignant qu'il s'agissait de patients jeunes, donc moins à risque de formes graves. 

Pour l'instant, tous les cas documentés en Europe sont « soit sans symptôme soit légers », a indiqué l'ECDC. Mais cela ne veut pas dire qu'Omicron ne va pas provoquer de cas grave. 

Reste que cela ouvre la porte à une conjecture optimiste. 

« Si le Omicron est très transmissible, mais pas méchant (ne remplit pas les hôpitaux), il donnerait une immunité de groupe et participerait à atténuer le SARS-CoV-2 en virus saisonnier bénin, ce qui sifflerait la fin de la crise », a relevé sur Twitter le virologue français Bruno Canard. 

Mais il a précisé qu'un tel scénario serait un « coup de chance ». Nombre de spécialistes soulignent en effet que cette hypothèse n'est pas la plus probable et mettent en garde contre un excès d'optimisme. 

Quel impact sur les vaccins ? 

Là encore, il est trop tôt pour dire si ce variant réduira l'efficacité des vaccins, même si on peut le craindre. 

« Il faut vérifier si les anticorps produits par nos vaccins actuels fonctionnent toujours, à quel niveau ils fonctionnent et si cela empêche toujours les cas graves », a expliqué Vincent Enouf. 

Pour cela, les chercheurs s'appuient sur des tests en laboratoire en attendant des données en vie réelle. 

Mais même si l'efficacité des vaccins est réduite face à Omicron, cela ne veut pas dire qu'ils ne seront plus efficaces du tout. 

Car les anticorps ne sont qu'un des volets de la réponse immunitaire, qui passe aussi par des cellules appelées lymphocytes T. Plus difficile à mesurer, cette « immunité cellulaire » n'en joue pas moins un rôle très important, notamment contre les formes graves de la maladie. 

« On pense que la réponse cellulaire sera en partie efficace contre Omicron », a indiqué le Pr Delfraissy. 


L'Allemagne impose de sévères restrictions aux non-vaccinés

Un panneau indique la règle dite 2G (vaccinés ou guéris du Covid-19) au marché de Noël de la ville d'Essen, dans l'ouest de l'Allemagne, le 29 novembre 2021.(AFP)
Un panneau indique la règle dite 2G (vaccinés ou guéris du Covid-19) au marché de Noël de la ville d'Essen, dans l'ouest de l'Allemagne, le 29 novembre 2021.(AFP)
Short Url
  • Si les chiffres se stabilisent ces derniers jours, ils restent globalement alarmants, avec des dizaines de milliers de cas supplémentaires chaque jour
  • Les personnes non vaccinées sont déjà soumises à des restrictions d'accès à la vie publique mais les règles étaient à géométrie variable et ne couvraient pas l'ensemble des régions

BERLIN: Un nouveau tour de vis avant une obligation vaccinale qui fait désormais consensus: l'Allemagne a décidé jeudi d'imposer de sévères restrictions aux non-vaccinés pour tenter d'endiguer la virulente quatrième vague d'infections.

"La situation est très, très difficile", a souligné le futur chancelier, Olaf Scholz, à l'issue d'une réunion avec Angela Merkel et les 16 régions du pays.

Si les chiffres se stabilisent ces derniers jours, ils restent globalement alarmants, avec des dizaines de milliers de cas supplémentaires chaque jour, une incidence proche de 440 et de nombreux hôpitaux proches de la saturation.

Pour y faire face, les autorités ont décidé de cibler les personnes non-vaccinées, qui représentent à peu près un tiers de la population.

- Pas de feux d'artifice -

"Nous allons organiser les activités culturelles et de loisirs dans toute l'Allemagne uniquement pour les personnes vaccinées et guéries" du Covid-19, a détaillé Mme Merkel, qui quittera le 8 décembre le pouvoir après 16 années aux commandes de l'Allemagne. 

Cette règle dite "2G", vacciné ou guéri, "sera également étendue au commerce de détail, à l'exception des magasins de consommation courante", a précisé la chancelière.

Cette limitation drastique de l'accès à la vie sociale pour les personnes non vaccinées est qualifiée par plusieurs responsables politiques de "confinement" pour ceux qui n'ont pas reçu d'injection.

Les personnes non vaccinées sont déjà soumises à des restrictions d'accès à la vie publique mais les règles étaient à géométrie variable et ne couvraient pas l'ensemble des régions.

Pour éviter les rassemblements durant les Fêtes de fin d'années, gouvernement et Länder ont aussi interdit les pétards et feux d'artifice, très prisés des Allemands.

Clubs et boîtes de nuit devront fermer à partir d'une incidence de 350, un indice actuellement dépassé dans une majorité de régions.

Le port du masque redevient obligatoire dans les établissements scolaires du pays. 

Ces mesures doivent permettre une amélioration dans les prochaines semaines, avant le vote et l'entrée en vigueur de l'obligation vaccinale.

Cette mesure drastique, déjà choisie par le voisin autrichien, pourrait entrer en vigueur en février, après un avis du Conseil de l'Ethique et un vote du parlement.

L'opinion publique allemande a elle-même largement évolué sur la question.

Si deux tiers environ des sondés étaient contre une obligation vaccinale l'été dernier, la proportion s'est totalement inversée, avec 64% d'Allemands désormais favorables, selon un sondage pour RTL et ntv.

Dans les rues de Berlin, l'obligation à venir est plutôt bien accueillie. 

"En principe, je trouve toujours qu'une obligation est délicate. Mais je pense que nous sommes déjà si profondément dans la pandémie qu'il n'y a pas moyen" de faire autrement, explique ainsi à l'AFPTV Clara.

"Dès le début, ça aurait été une bonne idée. Parce qu'apparemment, ça ne marche pas" quand seuls certains font la démarche de se faire vacciner, abonde Alicia Münch.

- SOS des hôpitaux -

La mesure est également soutenue par les Verts et les Libéraux, pourtant traditionnellement rétifs à toute contrainte, ainsi que les conservateurs d'Angela Merkel, désormais dans l'opposition.

Seul le parti d'extrême droite AfD s'y oppose, avec une campagne d'affichage "Le vaccin obligatoire? Non merci!" reprenant un slogan des opposants au nucléaire.

Le contexte est compliqué par la transition politique en Allemagne, entre une Angela Merkel sur le départ - elle donnera un discours d'adieu jeudi soir lors d'une cérémonie militaire - et un Olaf Scholz qui ne sera élu chancelier que la semaine prochaine par le Bundestag.

Les restrictions impulsées par la nouvelle coalition doivent ainsi montrer, espère le futur chancelier, qu'"il n'y a pas de vide du pouvoir, comme certains l'évoquent en ce moment".

La Bundesliga se verra imposer une limitation du nombre de spectateurs dans les stades, évitant, après d'ultimes discussions, le retour au huis clos total.

"Du point de vue de la médecine intensive et d'urgence, la situation de la pandémie n'a jamais été aussi menaçante et grave qu'aujourd'hui", s'alarme l'Association allemande de médecine intensive (DIVI) qui réclame un confinement partiel de l'ensemble de la population.

Les autorités allemandes essuient également des critiques sur l'embouteillage constaté pour accéder à la vaccination, avec des difficultés à obtenir un rendez-vous médical. Les pharmacies seront mises à contribution pour élargir la distribution.

 


Meghan Markle remporte son bras de fer judiciaire contre un tabloïd britannique

La justice britannique a donné gain de cause jeudi à Meghan Markle, l'épouse du prince Harry, en rejetant l'appel formé par un tabloïd britannique, qui avait été condamné pour la publication d'une lettre écrite à son père. (Photo, AFP)
La justice britannique a donné gain de cause jeudi à Meghan Markle, l'épouse du prince Harry, en rejetant l'appel formé par un tabloïd britannique, qui avait été condamné pour la publication d'une lettre écrite à son père. (Photo, AFP)
Short Url
  • Meghan Markle a immédiatement salué une «victoire», à même selon elle de «remodeler» l'industrie des tabloïds
  • Afin d'étayer ses dires, le Mail on Sunday avait mis en avant au cours des audiences en appel le témoignage de Jason Knauf

LONDRES: La justice britannique a donné gain de cause jeudi à Meghan Markle, l'épouse du prince Harry, en rejetant l'appel formé par un tabloïd britannique, qui avait été condamné pour la publication d'une lettre écrite à son père. 

Meghan Markle a immédiatement salué dans un communiqué une "victoire", à même selon elle de "remodeler" l'industrie des tabloïds.

"Ce qui importe le plus, c'est que nous sommes maintenant collectivement assez courageux pour remodeler une industrie des tabloïds qui pousse les gens à être cruels et tire profit des mensonges et de la douleur qu'ils créent", a-t-elle ajouté.

L'éditeur du Mail on Sunday, le groupe Associated Newspapers Limited (ANL), avait contesté devant la Cour d'appel de Londres une décision de justice de février, selon laquelle la publication de la lettre de Meghan était "manifestement excessive et donc illégale", et violait donc sa vie privée. Il reprochait notamment au juge de première instance de s'être prononcé sans passer par un procès. 

"Cet appel sera rejeté", a déclaré jeudi le juge d'appel en rendant sa décision. "La Cour d'appel maintient la décision du juge selon laquelle la duchesse pouvait raisonnablement s'attendre au respect de sa vie privée", a-t-il ajouté, soulignant que le contenu de la lettre était "personnel, privé et ne présentait pas un intérêt légitime pour l'intérêt public". 

Dans cette missive à son père publiée en 2018, peu après son mariage avec le prince Harry, l'ex-actrice américaine de 40 ans demandait à son père Thomas Markle, 77 ans, de cesser de s'épancher et de mentir dans les médias sur leur relation brisée.

Le Mail on Sunday avait été condamné à faire état en Une de sa défaite judiciaire, et son éditeur à verser 450 000 livres (530 000 euros) à la duchesse de Sussex pour ses frais judiciaire. 

Mais le tabloïd à grand tirage a argué dans son appel examiné en novembre qu'elle avait écrit la lettre en sachant qu'elle pourrait être divulguée.

Possibilité de fuite

Afin d'étayer ses dires, le Mail on Sunday avait mis en avant au cours des audiences en appel le témoignage de Jason Knauf, ancien secrétaire à la communication du couple, désormais installé en Californie.

Cet ancien assistant a affirmé que le projet de lettre avait été rédigé en ayant en tête "qu'elle pourrait fuiter". 

Dans un témoignage écrit, Meghan a réfuté cette affirmation, disant ne pas penser que son père ferait fuiter la lettre le présentant selon elle sous un jour peu favorable. Il s'agissait seulement d'une "possibilité", a-t-elle estimé. 

Apportant de l'eau au moulin du tabloïd qui veut démontrer que Meghan Markle cherchait régulièrement à influer l'opinion publique, M. Knauf a aussi dit avoir fourni au nom de Meghan et Harry des informations privées aux auteurs de la biographie non-officielle du couple royal, "Finding Freedom" ("Harry et Meghan, libres").

Selon lui, le projet de livre était "discuté de façon routinière" et "directement avec la duchesse, en personne et par e-mail". 

Mme Markle a reconnu cette dernière information et s'est excusée d'avoir induit la cour en erreur en ne l'ayant pas précisé en première instance.

Elle a cependant fait valoir que les informations partagées avec les auteurs étaient "bien loin des informations personnelles très détaillées" que le Mail on Sunday avait publié.

Mais ce rétropédalage lui a valu les moqueries des tabloïds, le Sun la surnommant "Madame Étourdie", en référence à la série de livres pour enfants "Monsieur, Madame". 

Le prince Harry, 37 ans, sixième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, a dénoncé à de multiples reprises la pression des médias sur son couple et en a fait la raison principale de sa mise en retrait de la famille royale, effective depuis avril 2020. Lui et sa femme ont intenté plusieurs procès aux tabloïds britanniques.