Selon un rapport, l’objectif zéro émission nette devrait coûter 5000 milliards de dollars

C’est une priorité absolue pour la COP26 que les gouvernements se mettent d’accord sur des politiques spécifiques (Photo, AN).
C’est une priorité absolue pour la COP26 que les gouvernements se mettent d’accord sur des politiques spécifiques (Photo, AN).
Short Url
Publié le Mercredi 20 octobre 2021

Selon un rapport, l’objectif zéro émission nette devrait coûter 5000 milliards de dollars

  • Bank of America estime à 150 000 milliards de dollars le coût de la transition vers une énergie plus verte
  • Si un certain nombre de pays se sont engagés à atteindre des objectifs à long terme, centrés sur 2050 ou sur la fin du siècle, ils n’ont pas réussi à s’engager pour 2030, conformément à l’accord de Paris

LONDRES: Un rapport publié par Bank of America indique que l’objectif zéro émission nette coûterait 5 000 milliards de dollars (1 dollar = 0,86 euro) à l’économie mondiale au cours des trente prochaines années.

La Conférence des nations unies sur les changements climatiques (COP26) se tiendra en Écosse ce mois-ci. Elle permettra aux pays signataires de l’accord de Paris de 2015 sur la réduction des émissions de carbone d’évaluer leurs progrès et d’élaborer des politiques pour atteindre l’objectif zéro émission nette d’ici à 2050.

À la veille de cette conférence, ce rapport fait office de brusque rappel du coût de transition vers une énergie plus verte. Il alerte du même coup qu’arrêter la lutte contre le réchauffement climatique pourrait entraîner la perte de 3% du PIB mondial chaque année au cours de cette décennie, atteignant quelques 69 000 milliards de dollars d’ici à la fin de ce siècle.

C’est une priorité absolue pour la COP26 que les gouvernements se mettent d’accord sur des politiques spécifiques en la matière. Ces dernières accéléreront la transition vers l’objectif zéro émission nette – ce qui inclut l’engagement d’éliminer progressivement l’utilisation du charbon –, réduiront considérablement la déforestation, renforceront le passage aux véhicules électriques ainsi qu’aux systèmes de chauffage écologique et permettront de mettre en œuvre des mesures fiscales pour encourager les investissements dans les énergies renouvelables.

Le sommet qui se tiendra dans l’ancien centre industriel écossais de Glasgow, se fixe par ailleurs pour objectif de pousser les gouvernements occidentaux à combler le déficit de 20 milliards de dollars par an pour faciliter la transition des pays émergents vers une énergie plus verte.

Les pays développés avaient accepté de fournir 100 milliards de dollars par an aux nations en voie de développement. Ils ont failli à cet engagement, et l’ONU exige que soit mis en place à Glasgow un accord destiné à augmenter davantage ce financement.

Le Programme des nations unies pour l’environnement estime que le coût de la transition dans les pays émergents atteindra 140 à 300 milliards de dollars d’ici à 2030 et 280 à 500 milliards de dollars d’ici à 2050. La Climate Policy Initiative – groupe de réflexion de San Francisco – pense que l’Afrique aurait besoin à elle seule de 3 000 milliards de dollars d’ici à la fin de cette décennie.

Dans ce contexte, Bank of America estime que le coût total de la transition s’élèvera à 150 000 milliards de dollars, soit quatre fois au moins le montant que les plans de relance mondiaux en lien avec la pandémie de Covid-19 devraient coûter aux gouvernements au cours de cette décennie.

Selon le rapport, les milliers de milliards de dollars d’investissements nécessaires à l’objectif zéro émission nette exigent «des changements importants dans la répartition du capital».

La semaine dernière, Arab News a évoqué un rapport du World Resources Institute selon lequel les pays du G20 seraient toujours responsables de 75% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Dans le même temps, un rapport de Moody’s Investors Service révèle que, au sein des institutions financières du G20, près de 22 000 milliards de dollars sont engagés dans des secteurs à très fortes émissions de carbone.

Cependant, Bank of America affirme que l’utilisation d’obligations et de prêts labellisés pour résoudre les problèmes environnementaux connaît un essor rapide.

Elle prévoit l’émission de plus de 1 000 milliards de dollars d’obligations labellisées cette année, dont 900 milliards de dollars d’obligations vertes, sociales et durables, et 100 milliards de dollars supplémentaires d’obligations en lien avec le développement durable.

Le rapport ajoute que les obligations labellisées représentent déjà plus de 20% des émissions européennes de haute qualité et à haut rendement pour les entreprises cette année. Elles sont alimentées par les préoccupations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) et les réglementations de l’Union européenne (UE); elles ont ainsi enregistré plus du double du taux en 2020.

Bien que le rapport soit optimiste au sujet de la capacité des gouvernements occidentaux à payer pour l’écologisation de la planète, il note que, si environ cinquante pays, ainsi que l’UE – qui représentent ensemble près de 75% des émissions de CO2 – se sont engagés à atteindre l’objectif zéro émission nette, seules dix nations ont jusqu’à présent inscrit cet engagement dans leur législation.

L’objectif initial de 2030 fixé par l’accord de Paris n’a pas suscité d’engagement sérieux pour un certain nombre de pays qui visent plutôt l’horizon 2050 ou la fin du siècle pour les atteindre.

Reste une bonne nouvelle : l’estimation des coûts de Bank of America est considérablement inférieure à une prévision antérieure publiée l’été dernier par le New Energy Outlook de BloombergNEF, qui les évalue à 173 000 milliards de dollars, ou 5 800 milliards de dollars par an.

Une note d’espoir donc, à la veille de la conférence de Glasgow.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Sri Lanka: inflation record à 14%, la crise alimentaire s'aggrave

Un marchand sri-lankais fait frire des crevettes dans un magasin de fortune à Colombo le 30 septembre 2008. (Photo, AFP)
Un marchand sri-lankais fait frire des crevettes dans un magasin de fortune à Colombo le 30 septembre 2008. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les agences de notation internationales ont abaissé la note du Sri Lanka par crainte d'un défaut de paiement de sa dette extérieure de 35 milliards de dollars
  • Le gouvernement a insisté sur le fait qu'il pouvait faire face à ses obligations

COLOMBO : La hausse des prix à la consommation sur un an au Sri Lanka a atteint en décembre un record de 14%, taux record dépassant le précédent de 11% enregistré un mois plus tôt.

Au début de la semaine, des ministres de premier plan ont averti le Parlement de l'aggravation de la crise alimentaire, avec des récoltes de riz qui devraient être en forte baisse en mars, après l'interdiction d'importer des produits agrochimiques l'année dernière, qui a conduit les agriculteurs à abandonner plus de 30% de leurs terre.

L’économie de l’île, très dépendante du tourisme, a été frappée par la pandémie, le gouvernement imposant de vastes restrictions à l'importation pour éviter une crise des devises, ce qui a déclenché une pénurie de biens essentiels.

Le Service du recensement et de la statistique a déclaré que l'inflation d'une année à l’autre en décembre était la plus élevée depuis la création de l'Indice national des prix à la consommation (INCF) en 2015.

La hausse des prix alimentaires a également atteint un niveau record, à 21,5%, contre 16,9% en novembre et 7,5% il y a un an. L’utilisation d'engrais organiques et de pesticides inférieurs aux normes a fortement réduit le rendement des cultures de légumes et de fruits.

Après d'intenses protestations des agriculteurs, le gouvernement a levé l'interdiction d'importer des produits agrochimiques en octobre, mais les banques sont encore à court de dollars pour financer les importations.

Depuis des mois, les supermarchés rationnent le lait en poudre, le sucre, les lentilles et d'autres produits de première nécessité et le mois dernier, un haut fonctionnaire a mis en garde contre de nouvelles restrictions pour nourrir les plus démunis.

Malgré cela, le secrétaire du ministère de l'Agriculture Udith Jayasinghe, a été limogé quelques heures après avoir réclamé un système de rationnement officiel pour que les mères, les personnes âgées et les malades puissent être nourris dans les mois à venir.

Depuis l'arrivée au pouvoir du président Gotabaya Rajapaksa en 2019, le pays a vu chuter ses réserves de change, qui sont passées de 7,5 milliards de dollars à 3,1 milliards de dollars à la fin décembre, montant qui ne permet de financer qu'a peine deux mois d’importations.

Les agences de notation internationales ont abaissé la note du Sri Lanka par crainte d'un défaut de paiement de sa dette extérieure de 35 milliards de dollars. Le gouvernement a insisté sur le fait qu'il pouvait faire face à ses obligations.


Vent de panique à Wall Street: simple correction ou déprime prolongée ?

Michael Shearin, analyste de la surveillance chez Intercontinental Exchange Regulation travaille sur le parquet de la Bourse de New York à la cloche de clôture le 14 janvier 2022 à New York. (Photo, AFP)
Michael Shearin, analyste de la surveillance chez Intercontinental Exchange Regulation travaille sur le parquet de la Bourse de New York à la cloche de clôture le 14 janvier 2022 à New York. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'indice élargi S&P 500, plus représentatif du marché américain dans son ensemble, a lui cédé 8,3% depuis son dernier sommet, au début de l'année
  • Le président Joe Biden, déjà à un creux de popularité à cause de l'économie, doit faire face à l'automne à des élections législatives de mi-mandat difficiles

WASHINGTON : Un petit vent de panique a soufflé sur Wall Street cette semaine après la vive chute du Nasdaq, les investisseurs se demandant si le marché va s'en tenir à une correction ou si on aborde une déprime prolongée, risquée pour l'économie et l'administration Biden.

Depuis son dernier record mi-novembre, l'indice Nasdaq, à forte dominante technologique, a lâché plus de 15%, ce qui l'ancre nettement en zone de correction, avec son pire mois depuis octobre 2008, en pleine crise financière.

L'indice élargi S&P 500, plus représentatif du marché américain dans son ensemble, a lui cédé 8,3% depuis son dernier sommet, au début de l'année.

La spectaculaire chute de l'action Netflix (-21,79% vendredi), pourtant une des coqueluches de Wall Street ayant atteint presque 700 dollars en novembre pour tomber autour de 400 dollars, faisait froid dans le dos et commençait à inquiéter les petits porteurs et leur plan d'épargne retraite (401k) investi en bourse.

"Votre 401(k) est probablement de 40% inférieur à ce qu'il était il y a trois mois. J'ai 65 ans et je n'ai pas le temps de me refaire. Merci Joe Biden", se plaignait un internaute.

"Les gens sont en train de perdre beaucoup sur leur 401(k). C'est le portefeuille qui décide des élections alors attendez-vous à ce que les démocrates soient complètement défaits", ajoutait un autre.

Le président Joe Biden, déjà à un creux de popularité à cause de l'économie, doit faire face à l'automne à des élections législatives de mi-mandat difficiles.

C'est la perspective d'une hausse des taux d'intérêt par la Banque centrale américaine (Fed), pour juguler une inflation au plus haut depuis une génération, qui fait trembler Wall Street.

On s'attend à ce que les taux, maintenus à zéro ou presque depuis le début de la pandémie, remontent d'un point de pourcentage environ cette année. Beaucoup pensent aussi que la Fed a manqué le virage de l'inflation et qu'elle pourrait opérer un tour de vis plus sévère.

Du taureau à l'ours

Mais la question est de savoir à quel point une correction peut se transformer en "bear market" ou "marché de l'ours", c'est-à-dire en baisse prolongée, par opposition à un "marché de taureau" ou "bull market", au contraire optimiste.

"Il est vrai que le marché agit sans rime ni raison, sauf pour le Nasdaq", a reconnu Peter Cardillo, analyste pour Spartan Capital, évoquant le vent de panique. Mais il pense que la saison des résultats d'entreprises, plutôt positifs, va changer la dynamique.

Pour Gregori Volokhine, gestionnaire de portefeuille chez Meeschaert Financial Services, "on est encore loin du +bear market+ mais si on commence à anticiper un ralentissement de l'économie avec la hausse des taux, alors on continuera à vendre ce qui pourrait nous faire passer d'une simple correction à un +bear market+".

L'économie américaine est censée encore croître vigoureusement en 2022 se remettant de l'impact de la pandémie, mais les prévisionnistes ont déjà élagué leurs projections.

Un marché boursier qui cale, pourrait-il encore affecter la croissance ? "Cela pourrait ralentir la reprise mais pas nous jeter en récession", assure à l'AFP Sam Stovall de CFRA.

"Nous venons de réduire notre prévision de croissance du PIB de 4,6% en 2022 à 4,2% mais cela a plus à voir avec la durée de l'inflation et avec les attentes selon lesquelles la Fed va relever les taux chaque trimestre cette année", ajoute l'expert.

Pour d'autres, la correction, si elle ne se prolonge pas trop, est une mesure saine dans un marché parfois surévalué.

Un indicateur clé de la valorisation des actions, le ratio P/E qui compare le prix d'une action au résultat financier par action de l'entreprise, se situe actuellement à 21,2 pour les sociétés du S&P 500. Cela revient à dire qu'on paye plus de 21 fois le montant du bénéfice par action de la société pour être actionnaire.

Selon les calculs de Sam Stovall, les statistiques historiques montrent que ce ratio pourrait descendre au mieux à 19,7 dans un environnement de taux à 10 ans entre 1,75% et 2,25%. "Cela correspond à une chute de 15% du S&P 500, on est donc au milieu d'une correction", indique l'expert.

"Et l'histoire nous dit qu'on pourrait descendre du double, à -30%" si le fameux ratio descend à 16,2, sa moyenne historique dans un environnement de taux similaire.

Mais l'histoire apporte un autre réconfort: "Wall Street est une opportuniste", affirme Sam Stovall. "Après une correction, les investisseurs reviennent en force et en moyenne, il ne faut pas plus de 4 mois pour revenir à l'équilibre", ajoute-t-il.


Hermès attaque un artiste américain qui vend des NFT représentant des sacs Birkin

Un employé détient un sac Hermes Birkin en crocodile de 129 000 USD pour la presse lors d'une ouverture privée du nouveau magasin Hermes à Wall Street, à New York, le 21 juin 2007. (Photo, AFP)
Un employé détient un sac Hermes Birkin en crocodile de 129 000 USD pour la presse lors d'une ouverture privée du nouveau magasin Hermes à Wall Street, à New York, le 21 juin 2007. (Photo, AFP)
Short Url
  • Face au succès de vente de ce premier NFT, Mason Rothschild a créé une centaine de «MetaBirkins» qu'il a mis en vente en cryptomonnaie
  • Les sacs Birkin, produits phares du sellier-maroquinier inspirés par la chanteuse et actrice anglaise, sont vendus en boutique plusieurs milliers d'euros.

PARIS : Le groupe de luxe Hermès a mis un pied dans le monde du metavers mais pas en tant que créateur: il a engagé des poursuites judiciaires à New York contre un artiste qui a créé des NFT représentant des sacs en fourrure fortement inspirés du célèbre sac de la marque, le Birkin.

Mason Rothschild a d'abord créé, avec l'artiste Eric Ramirez, un "Non-Fungible Token" (NFT), un "objet numérique" dont la propriété est traçable, qu'ils ont appelé "Baby Birkin", déjà inspiré du sac vedette de Hermès.

Face au succès de vente de ce premier NFT, Mason Rothschild a créé une centaine de "MetaBirkins" qu'il a mis en vente en cryptomonnaie pour l'équivalent de quelques milliers d'euros.

Dans la plainte civile déposée au tribunal fédéral de Manhattan (New York), que l'AFP a consultée, Hermès accuse Mason Rothschild d'être un "spéculateur numérique qui cherche à s'enrichir rapidement en s'appropriant la marque MetaBirkin" pour la vente de NFT. "La marque MetaBirkin s’approprie tout simplement le nom célèbre de la marque Hermès, le Birkin, en ajoutant le préfixe méta", est-il ajouté.

L'artiste a "ouvertement reconnu qu'il avait choisi de vendre ses NFT au nom de Metabirkins parce qu'un sac à main Birkin est un bien précieux dans le monde réel", argumente notamment le groupe de luxe.

Les sacs Birkin, produits phares du sellier-maroquinier inspirés par la chanteuse et actrice anglaise, sont vendus en boutique plusieurs milliers d'euros.

Le nom de Metabirkins, "lui a apporté un succès financier en quelques semaines. Il ne fait aucun doute que ce succès découle d'une utilisation confuse de la marque de Hermès", argumente aussi le sellier-maroquinier.

"Les affirmations de Hermès sont sans fondement", a répondu l'artiste sur les réseaux sociaux. "Je ne crée ni ne vends des faux sacs Birkin. J'ai fait des oeuvres d'art qui dépeignent des sacs Birkin imaginaires couverts de fourrure", ajoute-t-il se référant à Andy Warhol et ses célèbres toiles représentant des boites de soupe Campbell.

"Le fait que je vends de l'art en utilisant des NFT ne change pas le fait qu'il s'agit d'art", ajoute-il avant d'expliquer avoir voulu discuter avec la marque de luxe. "J'espère que Hermès comprend que je ne serai pas intimidé", termine-t-il.

Contacté par l'AFP, Hermès a déclaré ne pas commenter les affaires judiciaires en cours.