Un nouveau Guide Michelin pour parcourir la France en train régional

Le logo Michelin est représenté lors de la présentation du Guide Michelin France 2016 le 1er février 2016 à Paris. (Photo, AFP)
Le logo Michelin est représenté lors de la présentation du Guide Michelin France 2016 le 1er février 2016 à Paris. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 20 octobre 2021

Un nouveau Guide Michelin pour parcourir la France en train régional

  • L'ouvrage intitulé « Vacances en train » suit 40 lignes de train express régional (TER), de Bordeaux à Sarlat, de Nice à Tende, de Paris à Granville ou de Nîmes à Brioude
  • Il présente des étapes le long de ces lignes, pointant des visites décrites en quelques lignes, des sentiers pédestres et des itinéraires à vélo

PARIS: Le célèbre Guide Michelin publie un nouveau guide touristique avec la collaboration de l'entreprise ferroviaire publique française SNCF, destiné à découvrir la France à bord des trains régionaux, pour oublier la voiture.

L'ouvrage intitulé "Vacances en train" suit 40 lignes de train express régional (TER), de Bordeaux à Sarlat, de Nice à Tende, de Paris à Granville ou de Nîmes à Brioude.

Il présente des étapes le long de ces lignes, pointant des visites décrites en quelques lignes, des sentiers pédestres et des itinéraires à vélo. Une sélection d'hébergements et de restaurants à proximité des gares complète chaque étape, avec des lieux pour pique-niquer et des adresses pour louer un vélo ou un canoë.

"Ce guide est dans la logique d'une politique, récente, visant à allier tourisme et TER", a expliqué à l'AFP mercredi le directeur des TER à la SNCF, Jean-Aimé Mougenot. 

L'opérateur ferroviaire s'est associé à Régions de France, l'institution de représentation des régions françaises, pour promouvoir les destinations touristiques et remplir davantage les trains régionaux, au-delà des trajets quotidiens domicile-travail. 

"Nous avons imaginé cet ouvrage pour que les lecteurs construisent facilement leur séjour sur mesure en fonction de leur ville de départ, de leurs envies, du temps dont ils disposent", a souligné Philippe Orain, directeur des Guides de Voyage Michelin, qui veut promouvoir "un tourisme plus durable".

Les auteurs du guide prônent des voyages à pied ou à vélo et "dans tous les cas, sans voiture". 

La formule n'est pas nouvelle puisque les guides Baedeker ont suivi les lignes de chemins de fer au XIXe siècle. Mais c'est une révolution chez Michelin, dont les publications ont été créées en 1900 pour guider les premiers automobilistes.

Michelin a édité ces derniers temps plusieurs guides thématiques, pour touristes motorisés ou pas: week-ends en ville, avec les enfants ou en van – un best seller – , un road-trips en voiture ou à moto, etc.


Législatives: dans le XXe arrondissement de Paris, la guerre des gauches

La socialiste Lamia El Aaraje. (AFP).
La socialiste Lamia El Aaraje. (AFP).
Short Url
  • En juin 2021, Mme El Aaraje, proche d'Anne Hidalgo, avait battu Mme Simonnet dans cette circonscription du nord-est de la capitale ancrée à gauche
  • Pour Mme Simonnet, Lamia El Aaraje a attendu que le PS lui retire son logo pour "inviter celui qui est finalement la figure de proue des anti-accord avec Mélenchon"

PARIS: L'une est investie par l'alliance incluant le Parti socialiste, l'autre bénéficie du soutien de ce même parti: dans le XXe arrondissement de Paris, l'accord conclu en vue des législatives n'a pas pu empêcher une guerre des gauches entre l'Insoumise Danielle Simonnet et la socialiste Lamia El Aaraje.


"Un atelier citoyen" pour "rayer le logo PS" de ses affiches. Mercredi matin, en marge d'un point presse, l'Insoumise Danielle Simonnet a ironisé sur sa décision de retirer de son matériel de campagne le poing et la rose, symbole du PS. Car le parti a choisi "d'accorder son logo" à sa rivale socialiste "et donc de rompre l'accord" de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), selon elle.

simmonet
L'Insoumise Danielle Simonnet. (AFP).


"Ce qui a été acté par le bureau national et le conseil national du PS, c'est que cet accord de la Nupes ne s'appliquait pas sur la 15e circonscription de Paris", a affirmé sur Sud Radio Lamia El Aaraje, qui refuse le statut de dissidente.


Lundi sur France Inter, le Premier secrétaire du PS Olivier Faure avait présenté son soutien à l'ex-députée comme la seule "exception" à un accord dont il est "très fier".


"Les socialistes soutiennent tous et toutes Lamia El Aaraje", a-t-il affirmé, rappelant l'"injustice à ce qu'elle ne soit pas considérée comme une sortante" et donc investie comme les autres députés sortants de la Nupes. 


Mme El Aaraje est ainsi la seule à garder son étiquette PS, contrairement aux autres socialistes non investis dans le cadre de la Nupes, exclus du parti s'ils se présentent contre un candidat de l'alliance de gauche. 

« Le jeu de Macron »

Dans les négociations entre les deux partis, les Insoumis, en position de force après le score de Jean-Luc Mélenchon (21,95%) au premier tour de l'élection présidentielle, ont refusé de classer comme sortante Mme El Aaraje, pourtant favorable à l'accord à gauche, au motif que le Conseil constitutionnel avait invalidé son élection pour une fraude émanant d'un autre candidat. 


En délicatesse après le score désastreux d'Anne Hidalgo (1,75%), le PS avait dû céder dans ce "casus belli", a expliqué M. Faure à l'AFP: "dans la dernière ligne droite, c'est difficile d'expliquer que vous allez refuser un accord qui engage l'espérance pour une seule personne".


En juin 2021, Mme El Aaraje, proche d'Anne Hidalgo, avait pourtant battu Mme Simonnet dans cette circonscription du nord-est de la capitale ancrée à gauche, permettant aux députés socialistes de conserver leur dernier bastion parisien. 


D'où son envie de "mener cette bataille" face à la candidate des autres partis de gauche (LFI, EELV, Générations, PCF).


"Toute candidature de division fait le jeu de Macron", répond Danielle Simonnet qui affirme que son "adversaire, c'est le candidat de LREM", Mohamad Gassama.

Cazeneuve sans retenue

Dans un arrondissement où M. Mélenchon (47,17%) a largement devancé Emmanuel Macron (23,71%), et où Anne Hidalgo a été balayée (2,40%), Lamia El Aaraje n'a "aucune chance", affirme à l'AFP l'élu EELV Jérôme Gleizes, artisan de l'accord Nupes.


Pour ce conseiller du XXe arrondissement, le PS "joue sur une ambiguïté" en votant à la fois l'accord et son soutien à Mme El Aaraje, qui "ne respecte pas l'accord national".


Mardi dans un bar, Lamia El Aaraje a franchi une étape dans les hostilités en recevant, après le soutien de Lionel Jospin, celui d'un autre ancien Premier ministre socialiste: Bernard Cazeneuve, qui avait annoncé son départ du parti après l'accord avec les Insoumis.


"Cette autre gauche est possible", s'est-il enthousiasmé en saluant en Mme El Aaraje une "grande républicaine" avec la "laïcité comme une valeur intangible", par opposition à Mme Simonnet, une "militante d'appareil" de la gauche qui "donne des leçons".


L'ex-ministre de l'Intérieur n'a pas retenu ses coups contre Jean-Luc Mélenchon, incarnation pour lui d'une "dérive" et du "retour à la IVe République".


Pour Mme Simonnet, Lamia El Aaraje a attendu que le PS lui retire son logo pour "inviter celui qui est finalement la figure de proue des anti-accord avec Mélenchon", mais aussi le "poisson pilote de ceux qui veulent rejoindre Macron". 


Au procès des douanes, l'entêtant parfum de corruption au port du Havre

A la barre, Pascal Schmidt, l'ex-chef d'antenne au Havre de la Direction des opérations douanières (DOD), bras armé de la puissante Direction nationale du renseignement douanier (DNRED), tente de dissiper les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur lui (Photo, AFP).
A la barre, Pascal Schmidt, l'ex-chef d'antenne au Havre de la Direction des opérations douanières (DOD), bras armé de la puissante Direction nationale du renseignement douanier (DNRED), tente de dissiper les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur lui (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans ce procès qui dure depuis le 9 mai, six ex-cadres des douanes sont soupçonnés d'avoir fermé les yeux sur les trafics d'un de leurs informateurs
  • Le tribunal tente de comprendre comment cet indic trouble a fini par totalement dominer son agent traitant

PARIS : Il a accepté de garder 800 000 euros en liquide pour le compte de son "tonton" par simple "empathie": soupçonné de corruption, c'est le récit "rocambolesque" qu'a servi l'ancien chef du renseignement douanier au Havre, mercredi, au tribunal correctionnel de Paris.

Dans ce procès qui dure depuis le 9 mai, six ex-cadres des douanes sont soupçonnés d'avoir fermé les yeux sur les trafics d'un de leurs informateurs fétiches grâce à qui ils auraient monté de toutes pièces des importations de café pour gonfler artificiellement les chiffres des saisies. Et le tribunal tente de comprendre comment cet indic trouble a fini par totalement dominer son agent traitant.

A la barre, Pascal Schmidt, l'ex-chef d'antenne au Havre de la Direction des opérations douanières (DOD), bras armé de la puissante Direction nationale du renseignement douanier (DNRED), tente de dissiper les lourds soupçons de corruption qui pèsent sur lui.

Plus de 800 000 euros en liquide ont été retrouvés dans son bureau et à son domicile fin 2016, lors d'une perquisition après laquelle un autre douanier du Havre s'est suicidé.

Un magot qui ressemble fort selon l'enquête à une récompense de la part de son informateur, Zoran Petrovic, soupçonné d'avoir pu faire passer des conteneurs probablement remplis de tabac de contrebande au port du Havre, sans aucun contrôle. 

M. Schmidt assure qu'il ne faisait que garder temporairement cet argent pour son "aviseur", effrayé par une perquisition policière quelques temps auparavant.

Lorsqu'il lui remet l'essentiel du cash "dans l'urgence", cet ancien militaire serbe lui assure qu'il doit le récupérer "dans dix jours".

Pourquoi avoir accepté un tel service, en violation avec toutes les règles de gestion d'un informateur ?

"Sur le coup, je ne réfléchis pas", reconnaît le douanier, en se dandinant dans son ensemble gris dépareillé. 

S'il a franchi la ligne rouge sans en informer personne, c'est par "empathie pour la source parce que je le connais depuis cinq ans. (...) On ne reste que des humains", se justifie-t-il, en livrant de son propre aveu une histoire "un peu rocambolesque".

«Tout est hors normes»

En face, la présidente s'étonne de ces explications "pas forcément très vraisemblables". 

Petrovic, qui a longtemps été l'informateur fétiche des douanes, avec 32 opérations de saisies apportées contre lesquelles il a touché plus de 400 000 euros, n'avait-il pas un coffre ou d'autres amis plus proches chez qui cacher cet argent ?

A la barre, cet ancien militaire serbe a corroboré en tous points le récit de "Monsieur Pascal", à qui il a également offert une montre de luxe Chopard, retrouvée dans le vestiaire du douanier. 

C'est une perquisition chez lui dans une autre affaire de stupéfiants, où les policiers ont saisi 100 000 euros en petites coupures, qui l'a décidé à relocaliser le cash, majoritairement acquis selon lui grâce à ses collaborations avec la douane.

"Je pensais qu'il serait mieux chez l'agent traitant qui avait connaissance de sa provenance", a assuré l'indic, bras croisés sur son torse corpulent.

Face aux moues dubitatives des juges et des procureurs, M. Schmidt a également rappelé l'historique de sa relation avec Petrovic, qui lui est assigné dès l'origine directement par l'ex-patron de la DOD, Vincent Sauvalère, sans qu'il soit mis au courant que le Serbe figure depuis 2009 sur une liste noire des aviseurs à éviter absolument.

"Quand je refais le film de ces cinq ans, tout est hors normes, tout est hors cadre", a-t-il avoué, un peu penaud.

Depuis trois semaines, les juges tentent de comprendre s'il est le seul qu'on peut soupçonner d'avoir fauté, ou bien si la hiérarchie douanière était plus largement impliquée dans le système opaque autour de Petrovic, révélé par une saisie douteuse de 43 tonnes de café contrefait en 2015, dont l'intérêt a été sérieusement remis en cause par l'enquête - le robusta de piètre qualité aurait difficilement pu être écoulé.

Face aux dénégations de ses supérieurs, l'ex-agent, qui nie avoir permis à son informateur de développer un trafic de cigarettes, refuse de porter seul le chapeau.

"Dire que j'aurais la possibilité de faire rentrer de la marchandise sans que personne ne le voie, c'est quelque chose qui m'agace", s'est-il ému.


Burkini à la piscine: la justice française suspend l'autorisation donnée par la ville de Grenoble

La maire de Grenoble , Eric Piolle, a souhaité modifier le code vestimentaire dans les piscines pour y autoriser le burkini  et le monokini. Le nouveau règlement devait entrer en vigueur le 1er juin. (Photo, AFP)
La maire de Grenoble , Eric Piolle, a souhaité modifier le code vestimentaire dans les piscines pour y autoriser le burkini et le monokini. Le nouveau règlement devait entrer en vigueur le 1er juin. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le tribunal administratif de Grenoble se prononçait suite au dépôt par le représentant local de l'Etat d'un « référé laïcité» réclamant la suspension de cette mesure controversée
  • Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est immédiatement félicité sur Twitter de cette « excellente nouvelle»

GRENOBLE : La justice française a suspendu mercredi une disposition du nouveau règlement des piscines municipales de la ville de Grenoble (sud-est) autorisant le port du burkini, à l'origine d'une vive polémique en France.

Le tribunal administratif de Grenoble se prononçait suite au dépôt par le représentant local de l'Etat d'un "référé laïcité" réclamant la suspension de cette mesure controversée.

Le tribunal relève que l'article en cause permet aux usagers de "déroger à la règle générale d’obligation de porter des tenues ajustées près du corps pour permettre à certains usagers de s’affranchir de cette règle dans un but religieux".

Ses auteurs ont par là-même "gravement porté atteinte au principe de neutralité du service public", affirme-t-il.

La maire de Grenoble, ville de quelque 158 000 habitants située au pied des Alpes et dirigée par un écologiste, Eric Piolle, a souhaité modifier le code vestimentaire dans les piscines pour y autoriser le burkini (un maillot de bain couvrant le corps et la tête, créé en Australie en 2004), et le monokini. Le nouveau règlement devait entrer en vigueur le 1er juin.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est immédiatement félicité sur Twitter de cette "excellente nouvelle".

Le sujet polarise depuis plusieurs mois la classe politique française. Pour ses opposants, le burkini constitue un symbole flagrant d'oppression de la femme et s'apparente au voile intégral que les talibans viennent de réimposer à la gent féminine en Afghanistan.

Le président conservateur de la région Auvergne-Rhône-Alpes, où se trouve Grenoble, Laurent Wauquiez, avait accusé début mai le maire de Grenoble de "soumission à l'islamisme", dans un pays terrassé par plusieurs attentats jihadistes et où la question communautaire fait débat. 

En France, le burkini n'était jusqu'à présent autorisé dans les piscines d'une seule autre grande ville, à Rennes (ouest) depuis 2018.

En quelques semaines, et à l'approche des élections législatives des 12 et 19 juin, le débat a viré à la tempête politique, les deux camps s'affrontant à coups de tribunes, pétitions et prises de position musclées.

Le maire de Grenoble fait "du mal" aux "valeurs républicaines" avec ce projet "absolument grave", avait estimé une porte-parole du parti du président Emmanuel Macron: "On viendrait déroger à la règle pour répondre à une volonté politique religieuse".

Dans l'autre camp, une centaine de personnalités dont des féministes de renom, avaient publié une tribune de soutien: "les femmes musulmanes ont autant leur place à la piscine" que les autres citoyens et "personne ne doit être stigmatisée jusque dans les bassins en raison de son choix de maillot".