Les cinémas rouvrent leurs portes à Bombay

Les cinéphiles font la queue pour acheter des collations pendant l'entracte dans un cinéma de Mumbai le 22 octobre 2021 alors que les cinémas ont rouvert des semaines après le verrouillage du coronavirus Covid-19. (Sujit Jaiswal / AFP)
Les cinéphiles font la queue pour acheter des collations pendant l'entracte dans un cinéma de Mumbai le 22 octobre 2021 alors que les cinémas ont rouvert des semaines après le verrouillage du coronavirus Covid-19. (Sujit Jaiswal / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 23 octobre 2021

Les cinémas rouvrent leurs portes à Bombay

  • Alors que la pandémie a torpillé l'industrie dans le monde entier, les cinémas de la ville indienne espèrent que les superproductions du mois prochain attireront les foules
  • L'industrie espère qu'une série de nouveaux films à gros budget - dont certains tournés il y a plusieurs mois mais pas encore sortis - fera renaître le bon vieux temps

BOMBAY, Inde : Les cinémas ont commencé à rouvrir leurs portes vendredi dans la capitale du cinéma indien Bombay, où les spectateurs ont l'habitude de faire la queue pour voir le même film plusieurs fois, et dont les stars jouissent d'un statut quasi divin.

Vendredi, seuls quelques cinémas ont profité de l'autorisation d'ouvrir, projetant le nouveau James Bond et le film de super-héros américain "Venom" ainsi que des films plus anciens.

"Je suis un fervent amateur de cinéma et j'attendais ce jour depuis longtemps. La dernière fois que j’ai vu un film était en 2019, avant le début de la pandémie. Je suis trop content d'être de retour", a déclaré Smer Sagar, 18 ans, tout juste après avoir vu "No Time to Die".

Alors que la pandémie a torpillé l'industrie dans le monde entier, les cinémas de la ville indienne espèrent que les superproductions du mois prochain attireront les foules.

Les fermetures et la recrudescence des cas de coronavirus en avril et en mai ont éloigné les Indiens du grand écran, entraînant la fermeture de dizaines de petits cinémas et mettant les sociétés de production dans une situation difficile.

De nombreux Indiens se sont tournés vers les plateformes de streaming telles que Netflix, qui a connu un boom des abonnés et a accueilli les sorties de certains nouveaux films de Bollywood.

L'industrie espère qu'une série de nouveaux films à gros budget - dont certains tournés il y a plusieurs mois mais pas encore sortis - fera renaître le bon vieux temps.

L'énorme quantité de films en réserve commencera à être projetée à partir du week-end de Diwali - la fête des lumières, début novembre - avec "Sooryavanshi", avec Akshay Kumar, l'une des plus grandes stars de Bollywood.

Bollywood, l'industrie cinématographique indienne, la plus prolifique au monde, valait 2,5 milliards de dollars en 2019. Et les films en langue étrangères font aussi régulièrement de bonnes recettes. 

- Biryani interdit -

L'État du Maharashtra et sa capitale Bombay sont parmi les derniers à rouvrir les théâtres, multiplexes et auditoriums, mais pour l'industrie, c'est "très, très important", explique Komal Nahta, analyste de l'industrie du cinéma.

"Le Maharashtra contribue à environ 20% des recettes totales des salles de cinéma en Inde et Bombay est le centre névralgique de Bollywood", explique Komal Nahta.

Le taux d'occupation des salles est limité à 50% et aucun rafraîchissement ne peut être servi, loin de l'époque pré-pandémique où les spectateurs des grands multiplexes se voyaient servir du biryani et de la glace sur leur siège.

Les cinéphiles doivent porter des masques à tout moment, mais si le personnel doit être entièrement vacciné, il n'y a en revanche aucune obligation de vaccination pour les spectateurs.

"Les effets de la pandémie persisteront, mais nous avons bon espoir que 2021 ramènera le public des salles de cinéma", a déclaré Ajay Bijli, président de la plus grande chaîne de cinémas indienne, PVR.

M. Nahta a prédit que le public "reviendra en force et que les recettes dépasseront probablement tout ce que l'on peut imaginer".


Grève à Hollywood: studios et scénaristes poursuivront leurs négociations samedi

L'acteur, réalisateur et directeur de la photographie Mark Gray tient une pancarte indiquant « No A.I. » alors que des écrivains et des acteurs ont organisé une marche de solidarité à travers Hollywood jusqu'aux studios Paramount le 13 septembre 2023. (AFP)
L'acteur, réalisateur et directeur de la photographie Mark Gray tient une pancarte indiquant « No A.I. » alors que des écrivains et des acteurs ont organisé une marche de solidarité à travers Hollywood jusqu'aux studios Paramount le 13 septembre 2023. (AFP)
Short Url
  • Début septembre, le Financial Times a fait état d'une étude du Milken Institute qui évaluait le coût de ce double mouvement social, inédit depuis 1960, à cinq milliards de dollars pour l'économie californienne
  • Scénaristes et acteurs partagent des revendications similaires

LOS ANGELES: Le suspense continue: studios et scénaristes d'Hollywood vont poursuivre leurs négociations samedi, a annoncé leur syndicat, après des progrès qui suggèrent une volonté d'en finir avec la grève qui paralyse le secteur depuis presque cinq mois.

Les négociateurs des deux camps "se réuniront à nouveau samedi", a expliqué la WGA dans un message aux 11 500 plumes de l'industrie qu'elle représente, publié vendredi soir.

"Nous continuons à travailler pour obtenir un accord que les scénaristes méritent", a ajouté le syndicat.

Les studios et la WGA ont repris mercredi leurs pourparlers sur le partage des revenus du streaming et l'encadrement de l'usage de l'intelligence artificielle, après quasiment un mois de silence radio. Ce nouveau round de négociations suscite beaucoup d'espoirs chez les observateurs du secteur, car des signes de progrès transpirent des échanges.

Depuis trois jours, les grands pontes de Disney (Bob Iger), Netflix (Ted Sarandos), Warner Bros (David Zaslav) et NBCUniversal (Donna Langley), sont ainsi tous autour de la table, selon la presse spécialisée américaine.

Autre signe encourageant, la WGA et le patronat, représenté par l'Alliance of Motion Picture and Television Producers (AMPTP), ont publié un communiqué commun mercredi soir pour annoncer la prolongation des pourparlers.

Cette approche inhabituelle laisse espérer qu'un accord soit imminent. A tout le moins, elle dénote une réduction du fossé entre les deux parties, après 144 jours de grève qui ont quasiment mis l'industrie à l'arrêt.

Depuis mi-juillet, les acteurs sont également en grève, ce qui paralyse l'immense majorité de la production de films et de séries télévisées aux Etats-Unis.

Début septembre, le Financial Times a fait état d'une étude du Milken Institute qui évaluait le coût de ce double mouvement social, inédit depuis 1960, à cinq milliards de dollars pour l'économie californienne.

Scénaristes et acteurs partagent des revendications similaires.

Le partage des revenus liés au streaming reste le nerf de la guerre: ils veulent pouvoir gagner beaucoup plus lorsqu'un de leurs films ou séries cartonne sur une plateforme, au lieu de recevoir un paiement forfaitaire, généralement assez faible, quelle que soit la popularité du programme.

Les deux corps de métier souhaitent également des garde-fous contre l'usage de l'intelligence artificielle: les acteurs craignent de voir leur image ou leur voix clonée, tandis que les scénaristes craignent que l'IA puisse être utilisée pour des scripts et qu'ils soient moins payés, ou que leurs scénarios servent à entraîner des robots.

Même en cas d'accord entre studios et scénaristes, les acteurs resteraient en grève. Leur syndicat, le SAG-AFTRA, n'a pas reparlé au patronat depuis mi-juillet. Mais selon la presse spécialisée, un compromis avec les plumes de l'industrie paverait la voie pour une fin de la grève des comédiens.


La Palme d'or «Anatomie d'une chute» dépasse le million de spectateurs en salles

La réalisatrice française Justine Triet brandit son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Anatomie d'une Chute" lors de la cérémonie de clôture de la 76e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 27 mai 2023. (AFP)
La réalisatrice française Justine Triet brandit son trophée après avoir remporté la Palme d'Or pour le film "Anatomie d'une Chute" lors de la cérémonie de clôture de la 76e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 27 mai 2023. (AFP)
Short Url
  • «Anatomie d'une chute» dépasse largement la dernière Palme d'or française, «Titane» (306 293 entrées en 2021) et devance «Dheepan» de Jacques Audiard en 2015 (663 000 entrées)
  • Le film ne sera par contre pas présenté par la France aux Oscars au titre du meilleur film étranger, comme ses promoteurs l'espéraient

PARIS: Le film "Anatomie d'une chute" de Justine Triet, Palme d'or cette année, a dépassé le million d'entrées un mois après sa sortie en salles, ont annoncé samedi son distributeur et sa productrice.

"Le million" a été dépassé vendredi soir, a déclaré à l'AFP le distributeur Jean Labadie (Le Pacte). "Bravo Justine Triet, Merci aux spectateurs", a écrit la productrice Marie-Ange Luciani sur Instagram.

"Anatomie d'une chute" dépasse largement la dernière Palme d'or française, "Titane" (306 293 entrées en 2021) et devance "Dheepan" de Jacques Audiard en 2015 (663 000 entrées).

Il fait jeu égal avec "La Vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche (1,036 million d'entrées en 2013), et pourrait espérer rattraper "Entre les murs" de Laurent Cantet (1,6 million en 2008), autres Palme d'or françaises des années 2000.

"Anatomie d'une chute", qui décortique méticuleusement les rapports de force et de domination au sein d'un couple d'artistes, ne sera par contre pas présenté par la France aux Oscars au titre du meilleur film étranger, comme ses promoteurs l'espéraient.

La commission de professionnels qui en décide lui a préféré jeudi "La Passion de Dodin Bouffant" de Tran Anh Hung, avec Benoît Magimel et Juliette Binoche. Ce film en costumes sur les traditions culinaires à la française doit sortir le 8 novembre en France.

Une décision que les partisans du film de Justine Triet ont eu du mal à avaler: "Qu'est ce qu'ils sont cons", a écrit Marie-Ange Luciani sur Instagram après cette décision, quand Jean Labadie a jugé cette décision "inexcusable" sur X (ex-Twitter).

Le président de l'Union des producteurs de cinéma (UPC) Marc Missonnier s'est dit quant à lui "un peu abasourdi" par ceux qui faisaient une interprétation politique du choix pour les Oscars, Justine Triet ayant vertement tancé le gouvernement, accusé de vouloir "casser" l'exception culturelle, en recevant sa Palme.

"Ce sont des professionnels incontestables" qui ont choisi, a-t-il rappelé, soulignant que les pouvoirs publics, via le CNC au sein duquel ils se réunissent, n'avaient pas droit de vote.

"Le cinéma français cherche depuis longtemps la bonne formule pour le choix du film qu’il envoie aux Oscars. Formulons plutôt des propositions pour l’avenir plutôt que verser dans l’anathème politique", a-t-il ajouté sur X.


Une Fashion week aux allures de polar démarre lundi à Paris

Le créateur de mode français Olivier Rousteing salue les spectateurs après avoir présenté la collection Balmain Womenswear Automne-Hiver 2023-2024 lors de la semaine de la mode à Paris, le 1er mars 2023. (Photo par Julien de Rosa / AFP)
Le créateur de mode français Olivier Rousteing salue les spectateurs après avoir présenté la collection Balmain Womenswear Automne-Hiver 2023-2024 lors de la semaine de la mode à Paris, le 1er mars 2023. (Photo par Julien de Rosa / AFP)
Short Url
  • Le défilé Balmain est maintenu mercredi soir en dépit du vol inédit de 50 pièces destinées au show
  • La premier jour de la semaine du prêt-à-porter sera consacré, comme le veut la tradition, à la jeune création

PARIS : Peut-on refaire une collection dérobée quelques jours avant un défilé? Olivier Rousteing, le créateur star de Balmain, donnera la réponse pendant la Fashion week de Paris qui démarre lundi.

Le défilé Balmain est maintenu mercredi soir en dépit du vol inédit de 50 pièces destinées au show: la camionnette qui les transportait de l'aéroport de Roissy en direction du siège de la maison parisienne le 16 septembre a été arrêtée par des individus armés qui ont pris la fuite avec le véhicule.

«Mon équipe et moi-même avons travaillé très dur. Nous allons travailler encore plus, jour et nuit, tout comme nos fournisseurs, mais c'est tellement irrespectueux. Je voulais partager cela avec vous pour vous rappeler de ne jamais rien prendre pour acquis», a écrit Olivier Rousteing à ses 10 millions d'abonnés sur Instagram.

«Je sais que ta créativité sera capable de surmonter ça», a réagi Donatella Versace. «Je suis tellement désolé Oli», a commenté le styliste Ludovic de Saint Sernin. «Force», a encouragé le créateur Jacquemus.

Une enquête a été ouverte, mais on ignore tout du sort des pièces volées.

Une affaire «exceptionnelle» compte tenu du nombre de pièces dérobées, a déclaré à l'AFP Serge Carreira, maître de conférences à Sciences Po, spécialiste du mode et du luxe tout en estimant qu'il était réaliste de refaire la collection d'ici au défilé.

- Succession -

Les modèles volés sont des prototypes et les patrons existants permettraient de refaire les vêtements. «La maison Balmain a des ateliers, ils ont des sous-traitants, un réseau d'artisans. En mobilisant le maximum de forces, il est possible de réaliser cela», a-t-il souligné.

La premier jour de la semaine du prêt-à-porter sera consacré, comme le veut la tradition, à la jeune création. La styliste belge Marie Adam-Leenaerdt, qui fait de la mode conceptuelle pour une femme avant-gardiste, ouvrira le bal.

La maison italienne Marni et l'Américain Peter Do figurent parmi les nouveaux entrants au calendrier officiel tandis que Carven, Maison Margiela et Mugler sont de retour.

La maison Pierre Cardin qui, sous l'impulsion de son neveu Rodrigo Basilicati-Cardin, est revenue en mars sur le calendrier officiel après 25 ans d'absence, présentera un nouveau défilé, en pleine dispute autour de la succession du couturier décédé en 2020.

Celle-ci fait l'objet d'une enquête notamment pour abus de faiblesse et escroquerie et de plaintes déposées par la famille du créateur et son petit-neveu, qui lui a succédé.

- Stylistes de Buckingham -

Le défilé Alexander McQueen le 30 septembre sera le dernier de sa directrice artistique Sarah Burton, qui avait succédé au fondateur de la marque mort brutalement en 2010. Elle s'était illustrée en dessinant la robe de mariage de Kate Middleton, l'épouse du Prince William.

Dior présentera sa collection mardi, moins d'une semaine après avoir été sous le feu des projecteurs: la reine Camilla a porté une longue robe du soir bleu nuit imaginée par la créatrice italienne des collections féminines Maria Grazia Chiuri à l'occasion du dîner d'Etat à Versailles.

Dior comptait parmi ses clientes Lady Diana, ancienne épouse du roi Charles III, morte dans un accident de voiture à Paris en 1997, à qui elle a rendu hommage avec le sac Lady Dior devenu iconique.