Colombie: arrestation d'«Otoniel», plus grand narcotrafiquant du pays

Des images diffusées par le gouvernement colombien montrent Otoniel, vêtu de noir, menotté et entouré de militaires colombiens armés. Le narcotrafiquant a été capturé à Necocli dans le nord-ouest du pays, près de la frontière avec le Panama. (Photo, AFP)
Des images diffusées par le gouvernement colombien montrent Otoniel, vêtu de noir, menotté et entouré de militaires colombiens armés. Le narcotrafiquant a été capturé à Necocli dans le nord-ouest du pays, près de la frontière avec le Panama. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 24 octobre 2021

Colombie: arrestation d'«Otoniel», plus grand narcotrafiquant du pays

  • L'opération, pendant laquelle un policier a été tué, a mobilisé quelque 500 membres des forces de sécurité, appuyés par 22 hélicoptères
  • Le Clan del Golfo est le plus puissant gang de narcotrafiquants de Colombie et l'arrestation de son chef représente le plus gros coup porté par le gouvernement colombien au crime organisé dans le pays

BOGOTA : Le gouvernement colombien a annoncé samedi l'arrestation de Dairo Antonio Usuga, alias "Otoniel", le narcotrafiquant le plus recherché du pays, pour lequel les Etats-Unis avaient offert 5 millions de dollars de récompense.

"C'est le coup le plus dur qui ait été porté au trafic de drogue en ce siècle dans notre pays (...) seulement comparable à la chute de Pablo Escobar", s'est félicité le président Ivan Duque, dans un message diffusé sur les réseaux sociaux.

Pablo Escobar, chef du cartel de Medellin (nord-ouest) qui a contrôlé jusqu'à 80% du commerce mondial de cocaïne, avait été abattu par la police colombienne en 1993.

Des images diffusées par le gouvernement colombien montrent Otoniel, vêtu de noir, menotté et entouré de militaires colombiens armés. Le narcotrafiquant a été capturé à Necocli dans le nord-ouest du pays, près de la frontière avec le Panama.

Il s'agissait de "la pénétration dans la jungle la plus importante jamais vue dans l'histoire militaire de notre pays", selon M. Duque. 

La police colombienne a mené "une importante opération satellitaire avec des agences des États-Unis et du Royaume-Uni", a expliqué en conférence de presse le directeur de la police, le général Jorge Vargas. 

L'opération, pendant laquelle un policier a été tué, a mobilisé quelque 500 membres des forces de sécurité, appuyés par 22 hélicoptères, a-t-il précisé.

Le Clan del Golfo est le plus puissant gang de narcotrafiquants de Colombie et l'arrestation de son chef représente le plus gros coup porté par le gouvernement colombien au crime organisé dans le pays. 

"Reconnaissance spéciale aux forces de sécurité (...) pour la capture à Necocli de Dairo Antonio Usuga, alias +Otoniel+, haut dirigeant du Clan del Golfo", a déclaré sur Twitter Emilio Archila, conseiller du président Ivan Duque.

Les Etats-Unis avaient offert une récompense de 5 millions de dollars pour sa capture.

Otoniel, qui a été inculpé par la justice américaine en 2009, fait notamment l'objet d'une procédure d'extradition devant le tribunal du district sud de New York.

Coursiers plutôt que téléphone

Le narcotrafiquant, âgé de 50 ans, était à la tête du Clan del Golfo, formé d'anciens membres de groupes paramilitaires qui ont mené une lutte acharnée contre les guérillas de gauche jusqu'aux années 2010.

Le cartel, financé principalement grâce au trafic de drogue, à l'exploitation minière illégale et à l'extorsion, est présent dans près de 300 municipalités du pays, selon le groupe de réflexion indépendant Indepaz. 

Le gouvernement colombien accuse le Clan del Golfo d'être l'un des responsables de la pire vague de violence qui secoue le pays depuis la signature de l'accord de paix en 2016 avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxiste).

En 2017, Otoniel avait annoncé son intention de parvenir à un accord pour se rendre à la justice. Le gouvernement avait répondu en déployant pas moins de 1.000 soldats pour le pourchasser. 

Selon la police, le narcotrafiquant se cachait dans la jungle, dans la région d'Uraba, dont il est originaire, et n'utilisait pas de téléphone, s'appuyant sur des coursiers pour communiquer.

"Il se déplaçait avec huit cercles de sécurité" autour de lui, a précisé le général Vargas.

Otoniel était devenu le chef du Clan del Golfo après la mort de son frère Juan de Dios, "Giovanni", lors d'affrontements avec la police en 2012. 

Il avait pris les armes à l'âge de 18 ans comme guérillero dans l'Armée de libération populaire (EPL), une guérilla marxiste démobilisée en 1991. 

Après avoir déposé les armes, il était retourné combattre dans les groupes paramilitaires d'extrême droite. 

Nombre de ces groupes avaient été démobilisés en 2006 à l'initiative du gouvernement de l'ex-président de droite Alvaro Uribe (2002-2010). Mais Otoniel avait décidé de rester dans l'illégalité.

Malgré quatre décennies de lutte contre le trafic de drogue, la Colombie reste le premier producteur mondial de cocaïne, dont les États-Unis sont le premier consommateur.


La Russie bloque une résolution du Conseil de sécurité condamnant ses annexions en Ukraine

Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies votent une résolution pour ne pas reconnaître l'annexion par la Russie des régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporizhzhia le 30 septembre 2022 à New York. (Photo, AFP)
Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies votent une résolution pour ne pas reconnaître l'annexion par la Russie des régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporizhzhia le 30 septembre 2022 à New York. (Photo, AFP)
Short Url
  • En dehors du veto russe, la résolution a recueilli 10 voix en sa faveur et quatre pays se sont abstenus, la Chine, l'Inde, le Brésil et le Gabon
  • Ce projet de résolution, préparé par les Etats-Unis et l'Albanie, appelait tous les Etats et autres organisations « à ne pas reconnaître une pseudo-annexion» des quatre régions par la Russie

NATIONS-UNIES : La Russie a sans surprise utilisé son veto vendredi pour empêcher l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant son annexion de quatre régions ukrainiennes, un texte qui va être soumis à l'Assemblée générale où tous les Etats membres ont une voix.

En dehors du veto russe, la résolution a recueilli 10 voix en sa faveur et quatre pays se sont abstenus -- la Chine, l'Inde, le Brésil et le Gabon --, un résultat que les Occidentaux ont décrit comme une preuve de l'isolement de la Russie.

Le projet de texte vu par l'AFP, rédigé avant la signature vendredi par le président russe Vladimir Poutine des documents d'annexion des régions de Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson, condamnait les "soi-disant référendums illégaux" qui ne peuvent avoir "aucune validité" ni "servir de base à une altération du statut de ces régions".

Ce projet de résolution, préparé par les Etats-Unis et l'Albanie, appelait tous les Etats et autres organisations "à ne pas reconnaître une pseudo-annexion" des quatre régions et exigeait également le retrait des troupes russes "immédiatement, complètement et sans conditions".

"Vous nous forcez intentionnellement à utiliser notre veto pour pouvoir vous lancer dans des envolées lyriques sur le fait que nous abusons de notre droit", a accusé l'ambassadeur russe à l'ONU Vassily Nebenzia, dénonçant une "action ouvertement hostile de l'Occident".

Si le veto russe ne faisait aucun doute, les yeux étaient tournés vers la Chine, officiellement neutre mais parfois accusée par les Occidentaux d'être trop conciliante avec la Russie.

Comme en février au lendemain de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la Chine s'est abstenue vendredi.

"Toute action du Conseil de sécurité doit favoriser l'amélioration de la situation et la résolution de la crise, plutôt que d'intensifier les conflits et exacerber la confrontation", a commenté l'ambassadeur chinois Zhang Jun, répétant que Pékin soutenait la souveraineté et l'intégrité territoriale "de tous les pays".

"La Russie est plus seule que jamais", a estimé l'ambassadeur français Nicolas de Rivière.

«Pas si seule»

Seule, certes, mais "pas aussi seule que l'Occident le voudrait", a nuancé Richard Gowan, analyste au sein de l'ONG International Crisis Group.

Si le plus important était que la Chine s'abstienne, "le nombre important d'abstentions laisse entendre que la lassitude observée concernant l'Ukraine est toujours à un niveau élevé", a-t-il ajouté.

Les Occidentaux vont désormais se tourner vers l'Assemblée générale, qui devrait se prononcer dans les prochains jours.

"Nous allons à l'Assemblée générale, où chaque pays a un vote. Les nations du monde diront clairement qu'il est illégal et tout simplement inacceptable d'essayer de redessiner les frontières d'un autre pays par la force", a lancé l'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield.

Ce futur vote à l'Assemblée générale, où aucun des 193 Etats membres n'a de veto, permettra d'évaluer plus précisément le degré d'isolement de la Russie, alors que certains pays en développement s'agacent que l'Occident concentre toute son attention sur l'Ukraine.

Au printemps, l'Assemblée générale avait voté trois résolutions concernant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la troisième fin avril s'étant traduite par un effritement de l'unité internationale face à Moscou.

Le 2 mars, lors d'un premier vote historique, 141 pays avaient condamné l'invasion russe, cinq pays votant contre (Russie, Bélarus, Syrie, Corée du Nord et Erythrée), 35 s'abstenant.

Le 24 mars, l'Assemblée avait réclamé un accès humanitaire sans entrave et la protection des civils en Ukraine: 140 voix pour, cinq contre (les mêmes) et 38 pays avaient choisi l'abstention.

Le 7 avril, seulement 93 pays avaient soutenu la suspension de la Russie du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, 24 votant contre et 58 s'abstenant.

Après la session sur les "référendums" d'annexion, le Conseil a discuté, à la demande de la Russie, des quatre fuites touchant les gazoducs Nord Stream en mer Baltique.

Alors que l'origine et l'auteur des explosions restent mystérieuses, la Russie, vers laquelle tous les regards se sont tournés, a de nouveau suggéré l'implication des Etats-Unis qui ont eux nié toute responsabilité.

Quant à l'ONU, elle "n'est pas en mesure de vérifier ou de confirmer aucun des détails rapportés", a déclaré Navid Hanif, sous-secrétaire général chargé du développement économique, soulignant les risques que les fuites font peser sur les marchés de l'énergie et sur l'environnement.


Les manifestations en Iran pourraient faire tomber la police des mœurs, selon Human Rights Watch

Des manifestations ont éclaté dans plus de 80 villes et villages à travers le pays, les femmes étant en première ligne, agitant des hijabs, les jetant au feu et se coupant les cheveux. (AFP)
Des manifestations ont éclaté dans plus de 80 villes et villages à travers le pays, les femmes étant en première ligne, agitant des hijabs, les jetant au feu et se coupant les cheveux. (AFP)
Short Url
  • Le régime «devrait abroger les lois et les politiques discriminatoires à l'égard des femmes», selon une chercheuse de l’organisation
  • Des manifestations à l'échelle nationale ont suivi la mort en détention de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans

LONDRES: Des manifestations à l'échelle nationale en Iran à la suite de la mort d'une femme en détention pourraient faire tomber ce que l’on appelle «la police des mœurs du pays», a déclaré Human Rights Watch.

Rothna Begum, chercheuse principale à la division des droits des femmes de HRW, a déclaré à The Independent que la police des mœurs «pourrait se voir retirer ses pouvoirs» après la mort en septembre de Mahsa Amini, âgée de 22 ans, qui avait été arrêtée pour une prétendue violation de la réglementation iranienne relative au hijab.

«Je pense que personne ne s'attendait à ces manifestations. L'Iran devrait abolir la police des mœurs, les lois obligatoires sur le hijab, et abroger les lois et politiques discriminatoires à l'égard des femmes», a affirmé Begum.

«Alors que les femmes ont mené une campagne contre une série de questions et protesté contre des lois et de politiques discriminatoires à leur égard, nombre d’entre elles ayant été condamnées à la prison, cette fois ci, des hommes et des femmes, des gens ordinaires ont manifesté aux quatre coins de l’Iran.»

Des manifestations ont éclaté dans plus de 80 villes et villages à travers le pays, les femmes étant en première ligne, agitant des hijabs, les jetant au feu et se coupant les cheveux.

Ces manifestations sont les plus importantes en Iran depuis la pandémie. À ce jour, environ 1 200 manifestants ont été arrêtés après avoir exigé l'éviction du Guide suprême, Ali Khamenei, scandant «femme, vie, liberté» et «mort au dictateur».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les Etats-Unis condamnent les annexions russes en Ukraine et sanctionnent Moscou

Des personnes regardent le président russe Vladimir Poutine s'exprimer après avoir signé les traités d'adhésion de quatre régions d'Ukraine à la Russie, au Kremlin. (AP)
Des personnes regardent le président russe Vladimir Poutine s'exprimer après avoir signé les traités d'adhésion de quatre régions d'Ukraine à la Russie, au Kremlin. (AP)
Short Url
  • «Les Etats-Unis condamnent aujourd'hui la tentative frauduleuse par la Russie d'annexer des parties de territoires en Ukraine», a affirmé le président américain Joe Biden
  • Le président américain assure encore que les Etats-Unis «continueront à appuyer les efforts de l'Ukraine pour regagner le contrôle de son territoire»

WASHINGTON : Les Etats-Unis ont annoncé vendredi imposer une nouvelle salve de sanctions "sévères" contre la Russie en représailles aux annexions "frauduleuses" de territoires en Ukraine.

"Les Etats-Unis condamnent aujourd'hui la tentative frauduleuse par la Russie d'annexer des parties de territoires en Ukraine", a affirmé le président américain Joe Biden dans un communiqué, parlant d'une "violation du droit international qui piétine la charte des Nations unies".

Le président américain assure encore que les Etats-Unis "continueront à appuyer les efforts de l'Ukraine pour regagner le contrôle de son territoire".

Le président russe Vladimir Poutine a signé vendredi l'annexion de quatre territoires en Ukraine sous contrôle de Moscou, lors d'une cérémonie au Kremlin au cours de laquelle il a fustigé les Occidentaux et appelé Kiev à déposer les armes.

Dans une sévère mise en garde, les Etats-Unis ont également averti qu'ils sanctionneraient en accord avec les pays du G7 "tout pays, individu ou entité" qui fournirait un soutien aux tentatives de la Russie de s'emparer "illégalement" de territoires en Ukraine.

En parallèle, les pays du forum du G7 (Allemagne, France, Italie, Japon, Canada, Royaume-Uni et USA) ont réaffirmé vendredi dans un communiqué qu'ils "ne reconnaîtront jamais ces prétendues annexions".

Et plus tard vendredi le Conseil de sécurité de l'ONU votera sur une résolution condamnant les "référendums" d'annexion, texte qui n'a cependant aucune chance d'être adopté en raison du droit de véto russe.

Les nouvelles sanctions annoncées vendredi, qui s'ajoutent à une série déjà importante de sanctions frappant tous les secteurs en Russie, visent principalement des responsables russes et l'industrie de la défense, selon des communiqués de la Maison Blanche, du département d'Etat et du Trésor américain.

Elles visent notamment des parlementaires de la Douma (chambre basse du parlement russe) et du Conseil de la Fédération (la chambre haute), des responsables gouvernementaux et des fournisseurs à l'armée russe.

Précipice

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février dernier, les Etats-Unis ont pris la tête d'une vaste coalition contre la Russie, fournissant une aide militaire massive -- plus de 16 milliards de dollars -- à l'Ukraine et sanctionnant à tour de bras le président Poutine, son entourage, ainsi que toute l'industrie et l'économie russes.

Pour autant, malgré des revers sur le champ de bataille, des adaptations de stratégie et une économie chancelante, le président Poutine n'a pas reculé face à cette pression des Occidentaux, allant jusqu'à faire planer la menace de recourir à l'arme nucléaire, le "comble d'irresponsabilité" selon le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

Les Etats-Unis et leurs alliés ont-ils atteint dès lors la quadrature du cercle?

A Washington, des responsables assurent maintenir le cap "tant qu'il le faudra" et se disent malgré tout confiants dans l'impact des sanctions sur la Russie.

"Au cours des prochaines années, (la Russie) aura de moins en moins de ressources pour faire les choses qu'elle veut faire. Elle ne pourra plus financer l'achat d'armes, faire de la recherche ni produire", a estimé le responsable chargé des sanctions au département d'Etat, James O'Brien.

"On constate de vraies pénuries dans des domaines cruciaux: de l'intelligence artificielle à certains produits chimiques, à la technologie de pointe, les semi-conducteurs, etc..", a-t-il ajouté lors d'une audition mercredi devant une commission parlementaire.

"Ceci est le résultat direct des politiques que nous avons mises en place", a-t-il assuré, en soulignant que l'économie russe allait se rétrécir cette année de 4 à 6% et se diriger "vers un précipice".

Quant au soutien à l'Ukraine, Antony Blinken a indiqué vendredi que les Etats-Unis "travaillent à moyen et long terme afin d'être sûrs qu'ils auront ce qu'il faut pour se défendre contre la Russie".