Des histoires régionales peu connues révélées à la Foire du livre de Charjah

Traduction d’un recueil qui a été «réalisée entre le Xe et le XIe siècle» (Photo fournie)
Traduction d’un recueil qui a été «réalisée entre le Xe et le XIe siècle» (Photo fournie)
Short Url
Publié le Jeudi 04 novembre 2021

Des histoires régionales peu connues révélées à la Foire du livre de Charjah

Traduction d’un recueil qui a été «réalisée entre le Xe et le XIe siècle» (Photo fournie)
  • Les principaux ouvrages de la collection du marchand de livres rares Peter Harrington sont exposés ce mois-ci aux Émirats arabes unis
  • El Kamsa, un traité rédigé en 1866 par Carlo Guarmani et le double-volume L’élevage des pur-sang arabes et L’histoire du haras de chevaux arabes authentiques de la Société royale d’agriculture offrent un aperçu fascinant de l’histoire des pur-sang arabes

DES CHEVAUX QUI PARLENT 

1

1

El Kamsa, un traité rédigé en 1866 par Carlo Guarmani et le double-volume L’élevage des pur-sang arabes et L’histoire du haras de chevaux arabes authentiques de la Société royale d’agriculture tous deux produits par la Société royale d’agriculture égyptienne dans les années 1930 et 1940 — offrent un aperçu fascinant de l’histoire des pur-sang arabes.  

Les livres de la Société royale d’agriculture d’Angleterre (Rase) relatent les efforts déployés par la société pour mettre un terme à l’extinction de cette icône culturelle, efforts largement soutenus par l’Arabie saoudite. Le livre de Guarmani, quant à lui, est considéré comme l’un des meilleurs ouvrages occidentaux anciens sur le sujet des chevaux arabes, notamment parce qu’il comprend la traduction de «trois ouvrages arabes clés, dont le plus important est celui d’un certain Ahmed, considéré par Guarmani comme «le principal hippologue du siècle», directeur des écuries d’Abdallah Pacha ben Ali, gouverneur ottoman de l’Eyalet de Sidon de 1820 à 1832», selon le catalogue de Peter Harrington. 

Guarmani, expert et marchand de chevaux italien, s’est rendu dans la région en 1850. Il a passé seize ans en Syrie, en Palestine, en Égypte et dans le désert d’Arabie et a appris à parler couramment l’arabe. Il était chargé de trouver des étalons arabes de race pure à acheter pour les militaires français et italiens. «Au bout de plusieurs mois, après nombre d’aventures risquées, Guarmani “réussit à acheter trois étalons de premier choix pour le prix exorbitant de 100 chameaux”. Cette deuxième édition ajoute son récit de ce voyage», précise le catalogue. «Le titre, El Kamsa, fait référence aux cinq grandes familles de chevaux arabes.» 

DES COURS DE LANGUE 

1

Le libraire décrit cette collection de sept manuels d’arabe khaliji (du Golfe) comme «une réunion très inhabituelle de guides linguistiques extrêmement rares». Ils ont été rédigés dans les années 1940 à 1960 à l’intention des employés des diverses compagnies pétrolières étrangères qui ont étendu leurs activités dans la région après la Seconde Guerre mondiale, notamment Aramco en Arabie saoudite, la Bahrain Petroleum Company et la Kuwait Oil Company. 

Le Vocabulaire de travail arabe pour les Américains en Arabie saoudite d’Aramco est, selon le catalogue, «le premier à couvrir le dialecte qatifi, les usages à Hofouf, Bahreïn et Joubaïl, avec également quelques adaptations pour les Bédouins». Il comprend également quelques conseils culturels, tels que celui-ci: «La tendance de l’occidental à se passer des formalités peut souvent être involontairement offensante». Seuls six exemplaires de cette édition sont conservés dans les bibliothèques du monde entier. 

Le manuel de la Kuwait Oil Company est similaire et contient des conseils sur la manière de converser dans «le bazar, le port, les magasins, la raffinerie, etc. », ainsi que des exercices sur la géographie et le climat locaux, la pêche à la perle, la pêche et la construction de bateaux, tandis que le manuel Arabe dialectal de la Bapco, destiné aux employés, est «composé de huit leçons axées sur le travail avec le personnel local à Bahreïn: il inclut le vocabulaire du lieu de travail, les salutations et conversations, l’entretien, la construction, le transport, dans les magasins, et les problèmes». 

LE RÉCIT D’UN ESPION 

1

Au début du XXe siècle, Max Van Oppenheim a traversé le nord de la Mésopotamie depuis Le Caire. Officiellement, il effectuait une expédition pour déterminer le circuit du chemin de fer de Bagdad, mais en réalité, il était espion pour le compte de l’empereur allemand Guillaume II. Van Oppenheim est considéré comme «l’une des personnalités les plus marquantes de la politique et de l’archéologie du Moyen-Orient (...), un orientaliste et un ardent défenseur du destin de son pays en Orient. Il a beaucoup voyagé à travers la Mésopotamie et la Syrie, puis les territoires ottomans, cartographiant et prenant des notes méticuleuses sur tout, de la configuration du terrain au nombre de tentes et de maisons appartenant à chaque tribu et village . Son périple l’a conduit à Beyrouth, Damas, Palmyre, Mossoul, Bagdad, Mascate, Aden, et Zanzibar, entre autres. 

L’ENCYCLOPÉDIE D’UNE SOCIÉTÉ SECRÈTE 

1

Reconnue comme «l’une des encyclopédies scientifiques médiévales les plus complètes existantes», il s’agit de la traduction d’un recueil qui a été «réalisée entre le Xe et le XIe siècle par un groupe énigmatique et remarquable d’auteurs anonymes basés à Bassorah, connus collectivement sous le nom d’Ikhwān al-Safā’ ou Frères en pureté». Selon un historien britannique, ils ont «saccagé toutes les croyances, toutes les philosophies. “Aucune science, aucune méthode n’est à mépriser”, disaient-ils, aucune part de connaissance, aucune tentative de découvrir la vérité, n'était commune ou impure pour eux (...) Sa valeur réside dans son exhaustivité, dans sa systématisation des résultats de l’étude arabe». Les 52 «traités» portent sur les mathématiques, la théologie, la psychologie, les sciences naturelles, et bien plus encore. 

UN GUIDE ESSENTIEL SUR L’AGRICULTURE 

1

L’auteur Ibn Al-‘Awwam était «un agriculteur arabe qui a prospéré à Séville, dans le sud de l’Espagne, à la fin du XIIe siècle». Ce guide est présenté comme «le traitement le plus complet de l’agriculture en arabe médiéval, et l’un des ouvrages médiévaux les plus importants sur le sujet, quelle que soit la langue». Il a été «pendant longtemps la seule source de référence sur l’agronomie andalouse médiévale». Al-‘Awwam décompose son sujet de manière très détaillée et couvre les cultures et le bétail. «Le livre décrit la culture de 585 plantes différentes, et donne des remèdes aux maladies des arbres et des vignes, ainsi qu’aux maladies et blessures des chevaux et du bétail.» 

UNE CARTE RARE DE LA RÉGION 

1

Cet ouvrage de 1935 est la dernière édition de la «fameuse carte d’Arabie» de Frederick Fraser Hunter. Ce dernier l’a produite pour accompagner le célèbre Index géographique du Golfe, d’Oman et d’Arabie centrale, rédigé au début du XXe siècle, qui demeure «un outil important pour les chercheurs». Hunter a basé son travail sur les enquêtes des compagnies pétrolières et des géologues, les récits des voyageurs, les cartes existantes et les «informations des autochtones locaux». Ce travail constitue «un jalon dans la cartographie de la péninsule Arabique». Il s’agit d’un ouvrage «extrêmement rare et méticuleux» dont seulement quatre exemplaires sont répertoriés dans le catalogue WorldCat. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L'exposition d'art «De l'Orient à l'Orient» à Riyad, un pont entre les cultures arabe et chinoise

Un événement intitulé «De l'Orient à l'Orient et l'exposition sélective de célèbres artistes arabes en visite en Chine» s'est tenu au Palais de la culture (Photo fournie).
Un événement intitulé «De l'Orient à l'Orient et l'exposition sélective de célèbres artistes arabes en visite en Chine» s'est tenu au Palais de la culture (Photo fournie).
Short Url
  • L'événement du Palais de la culture présente 40 œuvres d'artistes arabes qui partagent leurs impressions de la Chine
  • Une fusion de musique et de danse arabo-chinoise et un spectacle d'art vivant qualifié de «symbole de notre unité»

RIYAD: La visite de trois jours du président, Xi Jinping, à Riyad renforce les relations commerciales et la coopération stratégique entre l'Arabie saoudite et la Chine, tout en donnant la priorité aux échanges interculturels afin d’aider à renforcer les relations diplomatiques.

En marge de la visite de Xi, un événement intitulé «De l'Orient à l'Orient et l'exposition sélective de célèbres artistes arabes en visite en Chine» a été organisé au Palais de la culture pour présenter le travail d'artistes et de musiciens arabes et chinois.

Parrainé par le ministère saoudien de la Culture, le ministère chinois de la Culture et du Tourisme et la Ligue arabe, en coopération avec le ministère saoudien de l'Information, l'événement a présenté un spectacle traditionnel d'Ardah et un numéro de danse chinoise.

Un trio d'interprètes saoudiens et chinois a créé une fusion unique de sons avec les sons ténus des cordes musicales chinoises du zheng, la version arabe de l'instrument à cordes, le qanun, et le oud.

Depuis 2009, plus de 170 artistes de renom originaires de 21 pays arabes ont été invités à visiter la République populaire de Chine par le ministère chinois de la Culture et du Tourisme. Les artistes ont transformé ce qu'ils ont vu, ressenti et pensé en plus de 500 peintures, sculptures et œuvres en céramique.

L'exposition a été organisée par Bauhinia Culture Holdings Limited (Photo fournie).

L'exposition présente 40 de ces œuvres, réalisées par un assortiment d'artistes saoudiens, libyens, algériens, palestiniens, égyptiens, bahreïnis, irakiens et jordaniens, ainsi que des œuvres d'artistes chinois ayant visité des pays arabes.

On y trouve des peintures chinoises de Manama et d'Amman, ainsi que celle d'un Égyptien avec un chameau, décoré de cordes et de cloches colorées, sur fond iconique des pyramides de Gizeh.

Les influences de l'ancienne route de la soie étaient également évidentes dans plusieurs œuvres d'art et des grands écrans couvrant les murs montraient des calligraphies et des objets du patrimoine chinois et arabe.

L'exposition a été organisée par Bauhinia Culture Holdings Limited, exécutée par China Arts and Entertainment Group Ltd. et soutenue par l'Association des artistes chinois.

Une exposition d'art vivant a par ailleurs eu lieu, mettant en valeur l'architecture distinctive de la Grande Muraille de Chine et du palais Salwa de Diriyah.

«J'ai trouvé des similitudes dans la façon dont la roche et la pierre étaient utilisées ici et dans mon pays», a déclaré le peintre chinois Wang Haikun à Arab News.

«Ces ressemblances m'ont incité à l'appliquer sur mon côté de la fresque comme un symbole de notre unité», a-t-il soutenu.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La culture, porte d’entrée vers un avenir «vert», selon le ministre saoudien

Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, participe à la 23e conférence des ministres arabes de la Culture (Photo, SPA).
Le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah ben Farhane, participe à la 23e conférence des ministres arabes de la Culture (Photo, SPA).
Short Url
  • Le prince Badr a rencontré plusieurs de ses homologues en marge du forum
  • Plusieurs accords ont été signés lors des réunions bilatérales afin de renforcer la coopération culturelle

RIYAD: Le ministère saoudien de la Culture, en coopération avec l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (Alecso), a organisé mercredi la 23e conférence des ministres arabes de la Culture dans la capitale, Riyad, a rapporté l'Agence de presse saoudienne.

L'événement, qui s'est déroulé sous le patronage du Prince Badr ben Abdallah ben Farhane, ministre de la Culture et président du Comité national pour l'éducation, la culture et les sciences, a vu la participation de ministres et de responsables de 20 pays arabes, ainsi que de représentants de la Ligue arabe et d'organisations régionales et internationales.

Le ministre de la Culture, qui préside également cette 23e session, a déclaré: «La session de cette année, dont le thème principal est: “La culture et l'avenir vert”, vise à rendre le secteur culturel plus durable, car nous cherchons à en faire le point de départ d'efforts internationaux impliquant le secteur culturel avec ses différentes branches, s'étendant pour couvrir tous les éléments de sa chaîne de valeur.»

«L'utilisation de la culture vers l'avenir vert contribue à inculquer la culture dans le débat mondial sur le développement, qui reçoit toute l'attention du roi Salmane et du prince héritier, Mohammed ben Salmane, à travers la participation du Royaume aux plates-formes culturelles mondiales, où le thème "La culture et l’avenir vert" est conforme aux objectifs de la Vision 2030 du Royaume», a-t-il ajouté.

Le prince Badr a affirmé qu'en retour, cela souligne le soutien du Royaume aux efforts collectifs visant à améliorer les connaissances, les compétences et les pratiques afin de rendre le secteur culturel plus durable et respectueux de l'environnement.

Au cours de la conférence, les ministres se sont concentrés sur le rôle de la culture dans la réalisation du développement durable, tout en travaillant à l'élaboration de politiques sectorielles efficaces apportant une valeur ajoutée aux efforts collectifs afin d’avancer vers un avenir plus créatif et durable.

Pendant ce temps, le prince Badr a rencontré son homologue égyptienne, Nevin al-Kilany, en marge du forum, où les deux ministres ont signé un protocole d'accord pour renforcer la coopération dans le domaine culturel.

Le mémorandum inclut des domaines culturels, tels que le patrimoine, les arts visuels, les arts du spectacle, la littérature, les livres et l'édition, la décoration islamique et d'autres pistes créatives.

Il comporte également le renforcement de la participation des intellectuels saoudiens et égyptiens aux festivals et aux événements culturels organisés dans les deux pays, ainsi qu’une coopération conjointe en matière de formation et de qualification des cadres artistiques locaux et la mise à profit des expériences des deux pays dans les domaines des musées, du patrimoine urbain et des industries artisanales.

Le Prince Badr a fait l'éloge des relations stratégiques solides qui lient le Royaume à l'Égypte dans tous les domaines culturels. Les deux ministres ont de plus discuté de la coopération quant à l'enregistrement des dossiers du patrimoine immatériel auprès de l'Unesco et l'échange d'expertise par le biais de programmes de bourses culturelles.

Le prince Badr a de même rencontré le ministre marocain de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mohamed Mehdi Bensaid, avec lequel il a signé un autre accord dans le but de renforcer la coopération culturelle dans divers domaines, notamment la littérature, l'édition et la traduction, le patrimoine, l'architecture et le design, les musées, le théâtre et les arts du spectacle.

Le mémorandum prévoit également de renforcer la participation des intellectuels saoudiens et marocains aux festivals et aux événements culturels organisés dans les deux pays, ainsi que l'échange d'expertise dans les organisations et les politiques culturelles.

Le ministre saoudien a par ailleurs tenu des réunions similaires avec le directeur général de l'Organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture, Salem al-Malik, et le directeur général d’Alecso, Mohammed Ould Amar, avec lesquels il a discuté des programmes de coopération actuels les plus importants entre les organisations et le Royaume. Des protocoles d'accord ont aussi été signés.

Il a de même rencontré ses homologues tunisien et djiboutien, ainsi que le président de l’Autorité de la culture et des antiquités de Bahrein.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Arab News annonce un projet de métavers pour 2023

«Il s'agit donc d'une salle de rédaction virtuelle d'Arab News élaborée par Arab News pour Arab News», explique le rédacteur en chef Faisal Abbas (Photo, AN).
«Il s'agit donc d'une salle de rédaction virtuelle d'Arab News élaborée par Arab News pour Arab News», explique le rédacteur en chef Faisal Abbas (Photo, AN).
Short Url
  • Cette plate-forme immersive polyvalente est une opportunité pour l'équipe ainsi que pour les lecteurs
  • Ce projet fait partie d'une initiative plus large de la société visant à étendre ses offres numériques et donner aux lecteurs de nouvelles façons d’être en contact avec le journal

LONDRES: Arab News (AN) a annoncé le lancement du premier projet de métavers de la société lors de la réunion annuelle de l'équipe à Dubaï.

Le métavers d’AN, qui devrait démarrer l'année prochaine, est une plate-forme immersive polyvalente qui aidera l'entreprise à relever certains des défis posés par le travail à l'échelle mondiale, tout en offrant aux clients de nouveaux canaux d’interaction avec le journal.

Le rédacteur en chef, Faisal J. Abbas, a déclaré: «Nous sommes très enthousiastes à propos de cette initiative interne pour deux raisons: premièrement, cela résoudra vraiment un problème logistique et créera pour nous une véritable salle de presse virtuelle où les membres de notre équipe pourront se connecter et échanger des idées, des commentaires et des images en temps réel et de manière entièrement interactive.

La deuxième raison pour laquelle nous sommes enthousiastes est que cela est réalisé par nos propres concepteurs et sous notre propre supervision. Il s'agit donc d'une salle de rédaction virtuelle d'Arab News élaborée par Arab News pour Arab News

Ce projet fait partie d'une initiative plus large de la société visant à étendre ses offres numériques et donner aux lecteurs de nouvelles façons d’interagir avec le journal et son contenu.

Le responsable de la transformation numérique, Eslam Refaat, a précisé: «Notre équipe d'innovation dans Arab News Labs est toujours à la recherche de nouveaux canaux et de technologies émergentes pour mieux servir nos clients.

Nous estimons que la réalité virtuelle apporte à ceux qui nous suivent une nouvelle expérience qui est à couper le souffle et immersive.

Nous pouvons les amener directement au milieu de l'événement en utilisant des images en direct à 360 degrés, ou nous pouvons les inviter à s'asseoir dans notre salon en regardant nos derniers reportages ou en rejoignant l'un de nos podcasts ou émissions.

Notre nouvelle application disposera de technologies de pointe et d'idées innovantes pour la réception d'informations et la vision de médias.

De plus, pour une salle de rédaction qui s'étend sur plusieurs bureaux à travers le monde comme la salle de rédaction d'Arab News, cette technologie offre une nouvelle opportunité de rassembler l'équipe dans une salle virtuelle pour réduire les distances et améliorer la collaboration.

Notre application VR devrait être lancée en 2023 et nous espérons en faire une référence pour le secteur des médias. Nous sommes très enthousiastes à ce sujet.»

Le projet comprend également une section avec une galerie présentant des premières pages historiques, des interviews et des vidéos exclusives de premier plan, ainsi que des jalons des quarante-sept ans d'histoire du journal.

Le projet a été dévoilé lors de la réunion annuelle de la société, qui s'est tenue à l'hôtel Sofitel de Dubaï et à laquelle ont participé des invités du Moyen-Orient, du Japon, des États-Unis et d'Europe.

Cet événement de trois jours a été l’occasion de réfléchir sur l'année écoulée de la compagnie, et a donné aux invités l'occasion d'en savoir plus sur les futures initiatives d’AN.

Il s'est conclu par un dîner de gala qui a récompensé les meilleurs journalistes et leur travail en 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com