Arabie saoudite: Une pionnière du yoga aspire à guérir esprit, corps et âme

Bien qu’il soit sous-estimé et mal compris, le yoga est une pratique centrée sur la relation corps-esprit qui regroupe postures physiques, techniques de respiration et méditation ou détente. (Photo fournie)
Bien qu’il soit sous-estimé et mal compris, le yoga est une pratique centrée sur la relation corps-esprit qui regroupe postures physiques, techniques de respiration et méditation ou détente. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Lundi 15 novembre 2021

Arabie saoudite: Une pionnière du yoga aspire à guérir esprit, corps et âme

  • Nouf Al-Marwaai veut exploiter la popularité naissante de la pratique
  • Les Saoudiens sont de plus en plus soucieux de leur santé ; le yoga devient l’une des activités physiques les plus répandues en Arabie saoudite

DJEDDAH: Après près de 20 ans d’enseignement, de formation et de promotion de la discipline au Royaume, le président du Comité saoudien de yoga a promis qu’il était temps d’accorder à la pratique une autre dimension.

«Nous œuvrons à mettre en place un plan stratégique pour promouvoir le yoga et encourager la société à participer aux activités de yoga», a dit Nouf Al-Marwaai, première professeure de yoga certifiée en Arabie saoudite, à Arab News.

 «Nous voulons en savoir plus sur le yoga et [ses bienfaits sur] la santé et le bien-être. C’est une pratique qui convient à tous les âges.»

Le yoga a été fortement soutenu au Royaume au cours des dernières années. Ainsi, les professionnels ainsi que les apprentis yogis ont bien intégré la communauté et c’est Al-Marwaai qui prend en charge cette lancée.

 «Nous vivons dans une époque où tout change continuellement», a-t-elle déclaré. «Je suis, plus que jamais, motivée à devenir une femme saoudienne productive et fière. Je cherche à servir ma société. Je veux faire partie des changements qui s’opèrent dans mon pays. Je suis sûre que beaucoup d’autres femmes de domaines et de secteurs différents sont motivées et optimistes aussi.»

En Bref

  • Nouf Al-Marwaai a commencé à pratiquer le yoga en 1998. Elle avait 18 ans et luttait contre le Lupus, une maladie auto-immune et rhumatismale qui attaque les tissus et les organes du corps. L’inflammation peut toucher les articulations, la peau, les cellules sanguines et d’autres organes.
  • Al-Marwaai n’a pas seulement vaincu sa maladie, mais elle a aussi repris ses études et a obtenu un diplôme en psychologie clinique. Après avoir terminé ses études universitaires, elle est devenue l’une des meilleures spécialistes de yoga au Moyen-Orient, avec 20 ans d’expérience sur le tapis [de yoga].
  • Elle a commencé à donner des cours de yoga en 2004 et a eu beaucoup de succès. En 2012, Al-Marwaai avait déjà formé plus de 300 instituteurs de yoga venus de différentes régions du monde, tout comme elle avait appris à 3 000 personnes à pratiquer le yoga.

Bien qu’il soit sous-estimé et mal compris, le yoga est une pratique centrée sur la relation corps-esprit qui regroupe postures physiques, techniques de respiration et méditation ou détente.

Nouf Al-Marwaai a commencé à pratiquer le yoga en 1998. Elle avait 18 ans et luttait contre le Lupus, une maladie auto-immune et rhumatismale qui attaque les tissus et les organes du corps. L’inflammation peut toucher les articulations, la peau, les cellules sanguines et d’autres organes.

 «Le yoga m’a aidée à mener une vie plus seine et active», a-t-elle révélé. «C’est la raison pour laquelle j’ai voulu que les gens l’apprennent et en fassent un mode de vie.»

En 2018, Al-Marwaai a été lauréate du prix Padma Shri, décerné par le président indien Ram Nath Kovind. Ce titre lui a été attribué en récompense des efforts qu’elle a déployés pour que l’on reconnaisse le yoga comme une activité sportive en Arabie saoudite (Photo fournie).

Al-Marwaai n’a pas seulement vaincu sa maladie, elle a aussi repris ses études et a obtenu un diplôme en psychologie clinique. Après avoir terminé ses études universitaires, elle est devenue l’une des meilleures spécialistes de yoga au Moyen-Orient, avec 20 ans d’expérience sur le tapis [de yoga].

Elle a commencé à donner des cours en 2004 et a eu beaucoup de succès. En 2012, Al-Marwaai avait déjà formé plus de 300 instructeurs de yoga venus de différentes régions du monde, tout comme elle avait appris à 3 000 personnes à pratiquer le yoga.

Après des passages en Australie et en Inde, elle a assumé le rôle de «Yogacharya» – un titre de respect attribué à un professeur de yoga – et a ensuite établi l’École saoudienne de yoga qui a plus tard été nommée «Fondation arabe de yoga».

En 2018, Al-Marwaai a été lauréate du prix Padma Shri, décerné par le président indien Ram Nath Kovind. Ce titre lui a été attribué en récompense des efforts qu’elle a déployés pour que l’on reconnaisse le yoga comme une activité sportive en Arabie saoudite. L’événement a eu lieu à New Delhi, dans la résidence du président.

D’après Al-Marwaai, le Comité saoudien de yoga a été créé le 16 mai, avec le soutien de 26 autres fédérations, comités et ligues faisant partie du Comité olympique d’Arabie saoudite. Il a été établi au moment où les dirigeants du Royaume ont décidé d’accorder une importance à la santé physique et mentale, suite au plan Vision 2030 mis en place par le prince héritier Mohammed ben Salmane.

 «Cela va aider à protéger la santé physique et mentale», a dit Al-Marwaai. «Comme nous l’avons vu au cours de la pandémie de Covid-19, plusieurs initiatives sportives ont été mises en place de façon virtuelle et ont été soutenues par les fédérations saoudiennes. Le ministère des Sports a mis l’accent sur l’importance de la santé et du bien-être durant ces temps difficiles.»

Nous vivons dans une époque où tout change continuellement. Je suis impatiente de servir ma société - Nouf Al-Marwaai (Photo fournie).

Alors que le yoga a continué de gagner en popularité au Royaume, la demande a augmenté et a plus tard été reconnue par des autorités sanitaires et sportives compétentes.

 «En février 2017, j’ai rencontré la princesse Rima bint Bandar qui a approuvé l’idée de faire reconnaître le yoga», a raconté Al-Marwaai. «Elle m’a aussitôt mise en contact avec un groupe d’experts du ministère des Sports pour examiner les règlements et les normes. Puis, le yoga a été classé comme une activité sportive au ministère du Commerce.»

Selon Al-Marwaai, le Comité saoudien de yoga continue à sensibiliser les gens au yoga à travers des activités organisées et des événements.

 «À l’Institut du leadership, nous examinons les normes de yoga et mettons en place un mémorandum d’accord qui devrait être signé avec le ministère indien de l'AYUSH (Ayurveda, Yoga et Naturopathie, Unani, Siddha, Sowa Rigpa et Homéopathie), a-t-elle poursuivi. En outre, nous participons à la deuxième édition des Jeux asiatiques en novembre, soutenue et sponsorisée par l’Arabie saoudite.»

Al-Marwaai a affirmé que les Saoudiens devenaient de plus en plus soucieux de leur santé, ce qui a engendré la demande croissante d’un plus large éventail de centres de yoga à travers le Royaume. Ainsi, le yoga devient l’une des activités physiques les plus répandues en Arabie saoudite, notamment chez les femmes. C’est un point focal collectif qui attire les gens et qui leur permet de pratiquer, de découvrir et de se livrer au pouvoir du yoga afin de prendre conscience des bienfaits de cette technique ancienne qui profite à l’esprit, au corps et à l’âme.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Mort de Déwé Gorodey, figure de la littérature et de l'indépendantisme de Nouvelle-Calédonie

Déwé Gorodey est aussi l'autrice de plusieurs recueils de nouvelles, d'aphorismes et d'une pièce de théâtre (Photo, Facebook).
Déwé Gorodey est aussi l'autrice de plusieurs recueils de nouvelles, d'aphorismes et d'une pièce de théâtre (Photo, Facebook).
Short Url
  • Souffrant depuis de nombreuses années d'un cancer, Déwé Gorodey est décédée à l'hôpital de Poindimié
  • C'est derrière les barreaux qu'elle compose son premier recueil de poésie

NOUMÉA: Déwé Gorodey, la première romancière kanake et pionnière de la lutte pour l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, est décédée dimanche à l'âge de 73 ans, a annoncé le gouvernement, suscitant un hommage unanime du monde culturel et politique de l'archipel et de la métropole.

Souffrant depuis de nombreuses années d'un cancer, Déwé Gorodey est décédée à l'hôpital de Poindimié, sur la côte est, a précisé le gouvernement de ce territoire français du Pacifique sud.

Le gouvernement collégial calédonien a rendu hommage à une "femme politique indépendantiste et écrivain kanak de renom international, qui a marqué la vie" de l'exécutif local, dont elle a été membre pendant 20 ans de 1999 à 2019, en charge notamment de la culture, de la condition féminine et de la citoyenneté.

Le FLNKS, coalition historique de la lutte kanak, a salué "une grande dame de cœur et d'esprit", qui "a lutté de tout temps pour la liberté de son peuple et la pleine souveraineté de son pays".

"Immense poétesse, romancière d’avant-garde, militante convaincue, amoureuse de sa terre calédonienne et du peuple qu’elle vit souffrir et chanter, Déwé Gorodey laisse orphelins non seulement les enfants de la culture calédonienne, mais tous les amoureux de la beauté et de la liberté", a souligné le ministère chargé des Outre-mer.

"L'action est vaste, multiple, mais retenons ce qui était sa bataille de cœur, la défense de la culture et de l'identité kanak", a pour sa part réagi dans un communiqué la ministre française de la Culture, Rima Abdul Malak.

La ministre a salué la mémoire d'une "femme fière et généreuse à qui rendre hommage aujourd'hui est un devoir et un honneur".

Née en 1949 à Ponérihouen, dans le nord-est de la Nouvelle-Calédonie, Déwé Gorodey poursuit des études de lettres entre 1969 et 1973 en France métropolitaine, à Montpellier (sud), où elle s'ouvre à la fois à l'écriture et à la politique, s'imprégnant des idées contestataires et de libération de mai 68.

Dès son retour dans son île natale, elle s'engage dans les premiers mouvements indépendantistes kanaks et participe à des actions militantes, qui lui vaudront plusieurs séjours en prison. Elle était membre du Palika (parti de libération kanak), l'une des deux principales composantes du FLNKS.

C'est derrière les barreaux qu'elle compose son premier recueil de poésie intitulé "Sous les cendres des conques", œuvre militante et hymne à sa culture océanienne.

Déwé Gorodey est aussi l'autrice de plusieurs recueils de nouvelles, d'aphorismes et d'une pièce de théâtre. En 2005, cette militante féministe publie "L'Épave", premier roman kanak jamais publié, qui brise le tabou des abus sexuels et des violences faites aux femmes.

Le monde culturel calédonien a salué l'héritage de son action au sein du gouvernement, citant notamment la création de la Maison du livre, l'Académie des langues kanak, le Salon international du livre océanien (Silo), ou encore le Pôle export de la musique et de la danse (Poemar).


Un Picasso volé retrouvé en Irak

Les employés d’une galerie tiennent une œuvre de l’artiste espagnol Pablo Picasso, intitulée Femme au béret et à la robe quadrillée (Marie-Thérèse Walter), dont le prix est estimé à 50 millions de dollars. (AFP)
Les employés d’une galerie tiennent une œuvre de l’artiste espagnol Pablo Picasso, intitulée Femme au béret et à la robe quadrillée (Marie-Thérèse Walter), dont le prix est estimé à 50 millions de dollars. (AFP)
Short Url
  • Cette toile, dont la valeur s’élèverait à plusieurs millions de dollars (1 dollar = 0,98 euro), a été saisie auprès d’un groupe de trafiquants de drogue après une perquisition menée fin juillet
  • Les détails du tableau n’ont pas encore été révélés. La fondation Pablo Picasso, chargée de promouvoir et de gérer les œuvres de l’artiste, n’a pas non plus publié de communiqué

DUBAÏ: Les autorités irakiennes ont annoncé cette semaine qu’elles avaient retrouvé samedi un tableau original du célèbre peintre espagnol Pablo Picasso dans la province irakienne de Diyala, rapporte l’Agence de presse irakienne.

Cette toile, dont la valeur s’élèverait à plusieurs millions de dollars (1 dollar = 0,98 euro), a été saisie auprès d’un groupe de trafiquants de drogue après une perquisition menée fin juillet.

«La Direction de la lutte contre les stupéfiants a mené une opération dans le gouvernorat de Diyala, au cours de laquelle un réseau de trois accusés impliqués dans le commerce et le transport de stupéfiants a été arrêté. Un tableau appartenant au peintre international Picasso, estimé à des millions de dollars, a été saisi en leur possession», déclare à l’Agence le directeur du bureau de presse chargé de la lutte contre les stupéfiants, le colonel Bilal Sobhi.

«Il s’agit d’une opération majeure, organisée par la Direction générale de lutte contre les stupéfiants», ajoute-t-il.

Les détails du tableau n’ont pas encore été révélés. La fondation Pablo Picasso, chargée de promouvoir et de gérer les œuvres de l’artiste, n’a pas non plus publié de communiqué.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Décès à 72 ans de Nicholas Evans, auteur de «L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux»

L'écrivain britannique Nicholas Evans est mort d'une crise cardiaque à l'âge de 72 ans, a annoncé lundi son agent. (Getty Images).
L'écrivain britannique Nicholas Evans est mort d'une crise cardiaque à l'âge de 72 ans, a annoncé lundi son agent. (Getty Images).
Short Url
  • «United Agents est très triste d'annoncer le décès de l'auteur célébré Nicholas Evans qui est mort soudainement mardi, à la suite d'une crise cardiaque»
  • Il est surtout connu pour son premier roman qui a rencontré un énorme succès, «L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux» («The Horse Whisperer»), publié en 1995 et vendu à quinze millions d'exemplaires dans le monde

LONDRES : L'écrivain britannique Nicholas Evans, auteur notamment du best-seller adapté au cinéma "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux", est mort d'une crise cardiaque à l'âge de 72 ans, a annoncé lundi son agent.

Son décès a eu lieu le 9 août mais n'a été rendu public que presque une semaine plus tard dans un communiqué: "United Agents est très triste d'annoncer le décès de l'auteur célébré Nicholas Evans qui est mort soudainement mardi, à la suite d'une crise cardiaque".

Né dans le centre de l'Angleterre en 1950, il a étudié le droit à Oxford avant de devenir journaliste, pour la presse locale puis la télévision.

Il est surtout connu pour son premier roman qui a rencontré un énorme succès, "L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux" ("The Horse Whisperer"), publié en 1995 et vendu à quinze millions d'exemplaires dans le monde.

Le roman raconte l'histoire d'une jeune fille gravement blessée dans un accident de cheval, au cours duquel sa meilleure amie est tuée et son animal mutilé. Pour la guérir, sa mère décide une expédition de la dernière chance dans le Montana où vit le "chuchoteur" Tom Booker qui a la réputation de soigner les chevaux les plus difficiles.

Le livre a été adapté au cinéma par Robert Redford, à la fois le réalisateur, l'acteur et le producteur de cet hymne aux grands espaces, à la nature vierge et aux chevaux.

Sorti en 1998, le film avec Scarlett Johansson et Kristin Scott Thomas, a été nommé aux Oscars, sans remporter de prix.