Picasso, mélomane récalcitrant, génie de la musique en peinture

L'exposition, qui se tient à la Philharmonie de Paris -retardée de cinq mois en raison du virus- rassemble plus de 250 oeuvres en lien avec la musique, avec entre autres des toiles comme "Violon et feuille de musique", "Nature morte au piano", "la femme au tambourin". (AFP).
L'exposition, qui se tient à la Philharmonie de Paris -retardée de cinq mois en raison du virus- rassemble plus de 250 oeuvres en lien avec la musique, avec entre autres des toiles comme "Violon et feuille de musique", "Nature morte au piano", "la femme au tambourin". (AFP).
Short Url
Publié le Mardi 22 septembre 2020

Picasso, mélomane récalcitrant, génie de la musique en peinture

  • "Je n'aime pas la musique", aurait dit Picasso
  • Pourtant, l'oeuvre de l'artiste, l'un des plus célébrés au monde et qui a fait l'objet d'un nombre incalculable d'expositions, "regorge d'instruments, de musiciens, de danse"

PARIS : "Je n'aime pas la musique", aurait dit Picasso. Mais une exposition inédite à Paris montre que le génie espagnol était un passionné de rythmes populaires, un explorateur minutieux d'instruments et surtout, le créateur d'une vraie musique pittoresque.

"Il n'était pas mélomane; a priori il ne savait pas lire une partition, il n'avait pas besoin de la musique pour travailler comme Chagall", Matisse ou Braque, affirme à l'AFP Cécile Godefroy, commissaire de l'exposition "Les musiques de Picasso" à la Philharmonie de Paris (22 septembre-3 janvier).

Pourtant, l'oeuvre de l'artiste, l'un des plus célébrés au monde et qui a fait l'objet d'un nombre incalculable d'expositions, "regorge d'instruments, de musiciens, de danse", dit-elle.

Il y a quatre ans, cette historienne de l'art a pris pour point de départ de l'exposition cette affirmation qui semble chez lui contradictoire, ce "Je ne n'aime pas la musique", attribuée à Picasso (1881-1973) par la journaliste française Hélène Parmelin dans les années 60. 

L'exposition --retardée de cinq mois en raison du virus-- rassemble plus de 250 oeuvres en lien avec la musique, avec entre autres des toiles comme "Violon et feuille de musique", "Nature morte au piano", "la femme au tambourin".

On y retrouve aussi trois sculptures en terre cuite blanche représentant des joueurs de flûte et de diaule (une flûte double à deux corps provenant de l'Antiquité).

Elles avaient été créées pour le jardin de sa villa "La Californie" sur la Côte d'Azur où il vécut pendant les années 50.

Des instruments démontés, recréés

A l'origine de cette attirance, une enfance aux côtés d'un père, José Ruiz Blasco, passionné de flamenco. Petit, "il traînait dans les quartiers gitans de Malaga (sa ville natale, ndlr) en compagnie de son père et ça l'a beaucoup marqué", d'après Mme Godefroy.

Cela lui a surtout donné un goût pour la musique populaire, comme celle qu'il écoutera plus tard d'artistes ambulants à Barcelone, dans les corridas, le cirque et les cabarets du quartier de Montmartre, où il s'installa en 1909.

C'est "cette musique de fond de salle, bruyante (qui) se partage, (qui) est fraternelle" que reflète Picasso dans ses premières toiles, notamment à travers la figure d'Arlequin, comme celui qui joue, le regard triste, une petite guitare dans une peinture à l'huile.

Sans surprise, la guitare était son "instrument favori", un symbole en relation avec son Espagne natale, note la commissaire et la figure du saltimbanque, qui devient une forme d'auto-représentation de l'artiste, est présente à travers son oeuvre prolifique.

L'exposition réunit pour la première fois une vingtaine d'instruments à cordes et à vent que Picasso collectionnait pour les étudier, avec une méthodologie digne d'un scientifique.

Dans sa période cubiste, l'artiste, qui a vécu la majeure partie de sa vie en France, démontait des objets pour les recréer, que ce soit avec un morceau de carton ou sur une toile. 

Dans les instruments, "tout y est, même les composantes qui sont invisibles", comme "Le violon", peinture à l'huile de 1914.

Compagnon pendant près de 20 ans avec la ballerine Olga Khokholova, ami de grands musiciens comme Erik Satie et Igor Stravinsky, il n'était peut-être pas mélomane mais on "voyait bien que tout ce qui représentait la musique le fascinait", souligne la commissaire.

Musiciens et ballerines ont habité toutes ses périodes successives, y compris le néoclassique, ce qu'illustre bien le chef d'oeuvre "La Flûte de Pan" (1923), qui représente un adolescent jouant du syrinx auprès d'un autre dans un décor théâtral d'inspiration méditerranéenne.

Vers la fin de sa vie, la musique se convertit en une célébration. Faunes, satyres et autres personnages mythologiques peuplent ses oeuvres qui débordent d'énergie et de sensualité et font "entendre" une musique pittoresque qui fait allusion à l'univers de l'artiste.


George Clooney ouvre les métiers du cinéma aux lycéens défavorisés

«Notre but est de mieux refléter la diversité de notre pays. Cela implique de commencer tôt». (Photo, AFP)
«Notre but est de mieux refléter la diversité de notre pays. Cela implique de commencer tôt». (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette initiative suit de peu l'annonce d'un projet similaire par les producteurs de musique Dr Dre et Jimmy Iovine
  • Ce programme, qui sera parrainé par Clooney lui-même, Eva Longoria ainsi que Don Cheadle, débutera à la rentrée 2022

LOS ANGELES: George Clooney et d'autres stars d'Hollywood ont annoncé lundi le lancement d'un programme éducatif destiné à préparer des lycéens de Los Angeles, défavorisés ou issus de minorités, à intégrer les métiers du cinéma.

Ce programme, qui sera parrainé par Clooney lui-même, Eva Longoria ("Desperate Housewives") ainsi que Don Cheadle (le super-héros War Machine de la saga Marvel), débutera à la rentrée 2022 et s'adressera initialement à des adolescents de 14 à 16 ans, scolarisés dans un lycée du centre-ville de Los Angeles. Il a vocation à être étendu à d'autres établissements scolaires publics de la ville.

"Notre but est de mieux refléter la diversité de notre pays. Cela implique de commencer tôt", lance George Clooney dans un communiqué annonçant la création d'un établissement qui portera ce projet, l'école Roybal de production de cinéma et de télévision.

"Cela signifie la création de programmes au lycée pour enseigner aux jeunes gens les techniques de caméra, de montage, d'effets visuels, de son, et toutes les opportunités de carrière que cette industrie peut offrir", explique l'acteur.

Cette initiative suit de peu l'annonce d'un projet similaire par les producteurs de musique Dr Dre et Jimmy Iovine, en partenariat avec d'autres établissements de la mégapole californienne.

Le district scolaire de Los Angeles, deuxième plus important du pays, compte quelque 650 000 élèves, majoritairement issus de foyers à revenus modestes et souvent de familles afro-américaines ou hispaniques.

Le manque de diversité à Hollywood, tant devant que derrière la caméra, a été souvent critiqué ces dernières années, notamment via la campagne #OscarsSoWhite lancée en 2015 pour dénoncer la prédominance des artistes blancs dans la sélection des Oscars.

Signe d'une amélioration, une étude publiée au printemps relevait que les acteurs issus des minorités ethniques ou culturelles étaient pour la première fois représentés à un niveau comparable avec leur proportion au sein de la population américaine.

Les auteurs soulignaient toutefois que les films dirigés par des femmes ou des membres d'une minorité disposaient de budgets bien inférieurs aux autres, et que les artistes latino-américains restaient nettement sous-représentés à l'écran.

Le programme promu par George Clooney proposera aussi des "stages qui aboutiront à des carrières rémunératrices", insiste l'acteur, qui fera partie du conseil d'administration comme les autres stars participant au projet.

Ce dernier "associera des enseignants avec des auteurs réputés, ainsi que des professionnels et experts de l'industrie" pour favoriser le recrutement direct de talents reflétant la diversité dans le cinéma et la télévision, a déclaré de son côté le responsable du district scolaire de Los Angeles, Austin Beutner.


Fête de la musique: sans couvre-feu, parfois sous la pluie, pour «voir du monde»

La France célèbre la musique sous toutes ses formes avec une fête de rue géante le 21 juin. (Photo, AFP)
La France célèbre la musique sous toutes ses formes avec une fête de rue géante le 21 juin. (Photo, AFP)
Short Url
  • À l'Élysée, le président Emmanuel Macron a décoré deux noms de la musique électro, Jean-Michel Jarre et Marc Cerrone
  • Les villes de Rennes, Nantes et Tours ont annoncé l'annulation des concerts et autres attractions du programme

PARIS: Après des mois de restrictions liées à la Covid, la Fête de la musique et son cortège de mini-concerts étaient très attendus lundi. Même si les orages ont gâché une partie des festivités, les amateurs se sont pressés dans les rues pour "voir du monde".

Les villes de Rennes, Nantes et Tours ont annoncé l'annulation des concerts et autres attractions du programme.

Strasbourg avait indiqué dès vendredi qu'il n'y aurait pas de concert organisé, non pas à cause de la météo cette fois mais parce que les nouvelles consignes sanitaires avaient été révélées trop tardivement, selon elle.

Dans le Loiret, à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, ce fut le déluge. "Les gens ont essayé de rester, ils n'avaient pas envie de partir, les musiciens avaient envie de jouer. Mais la pluie a tout gâché", a regretté Sylvain Damon, le président de l'association organisatrice du concert, FestHilaire. 

À Brest, pas de pluie battante mais le crachin, qui n'effraie pas les passants. Ils entourent une calèche transportant des musiciens. "Voir des gens, leurs sourires, ça fait du bien", s'exclame Laure, 40 ans, venue avec ses deux enfants de neuf ans, Kyllian et Lucille. 

Les Toulousains occupaient les terrasses. "Ah, ça fait trop de bien de jouer!", lance Mathieu, guitariste du groupe Zoran. "On continue avec un truc plus taré, de la musique kitch et du gros bordel!".

Dans le quartier étudiant, quelque 250 jeunes dansent devant un DJ et son mur d'enceintes. "Non, j'ai pas peur qu'on se contamine, c'est trop bien!", déclare une jeune femme. "On va pas rester enfermés toute notre vie", ajoute sa copine. Jusqu'à ce qu'un véhicule de police approche et que la foule se disperse, en quelques secondes.

Car s'il n'y a plus de couvre-feu depuis dimanche, le port du masque reste recommandé à l'extérieur lors des concerts. Et les attroupements de plus de dix personnes sur la voie publique demeurent interdits.

À Paris, des centaines de jeunes se sont retrouvés en début de soirée dans le Jardin des Tuileries, près du Louvre, avant d'en être délogés sans heurts par les forces de l'ordre, a-t-on appris de source policière.

La petite foule s'est alors dispersée dans les rues de la capitale, rejoignant notamment les quais de Seine, dans un jeu du chat et de la souris avec la police, sans incident notable en milieu de soirée.

«Voir du monde»

Les mini-concerts dans les bars et les restaurants étaient eux autorisés pour cette 40e édition de la Fête de la musique, a indiqué la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

À l'Élysée, le président Emmanuel Macron a décoré deux noms de la musique électro, Jean-Michel Jarre et Marc Cerrone, avant leur concert dans la cour du palais.

Le premier, auteur notamment d'Oxygène et d'Équinoxe, a "dédié" cette décoration "à toute la famille de la musique électronique, les DJ, les techniciens... qui ont tellement souffert de la pandémie depuis un an".

Toujours à Paris, Fulvio Roncati, ingenieur de 34 ans, a rejoint son amie Francesca Dupont, archiviste, à la sortie du travail. "Ca semble plus calme que d’habitude mais ça fait du bien. Même s’il n’y a pas beaucoup de groupes, c’est surtout pour l’ambiance, sortir, voir du monde", indique la jeune femme.

Deux antennes de Radio France, FIP et France Inter, organisaient chacune un concert dans la capitale: huit artistes, dont Pete Doherty, le groupe L'Impératrice ou les Belges de Balthazar, aux arènes de Lutèce lors de la soirée de FIP; Feu! Chatterton, Clara Luciani et les Anglais de London Grammar, à L'Olympia, un concert retransmis sur France Inter.

Le stade de Roland-Garros a été transformé en gigantesque scène de concert où une quarantaine d'artistes (Vianney, Patrick Bruel, Kendji Girac, Benjamin Biolay etc.) se produisent devant 4 000 spectateurs, assis et masqués, testés à l'entrée ou munis d'un certificat vaccinal, sur le court central.

L'émission, présentée par le duo Garou-Laury Thilleman, est diffusée sur France Télévisions. 


Le Premier ministre israélien sortant, Benjamin Netanyahou, possède son premier smartphone

L’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou possède maintenant son premier smartphone en 12 ans, ont rapporté lundi les médias israéliens (Shutterstock)
L’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou possède maintenant son premier smartphone en 12 ans, ont rapporté lundi les médias israéliens (Shutterstock)
Short Url
  • Netanyahou était probablement l'une des rares personnes à ne pas posséder de smartphone.
  • Le nouveau numéro de téléphone de l'ancien Premier ministre restera inconnu d’un grand nombre de personnes.

BEYROUTH: L'ancien Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, possède désormais un smartphone pour la première fois en douze ans, ont rapporté lundi les médias israéliens. 

Alors que Netanyahou a été déchu de son poste de Premier ministre début juin, Israel Today a déclaré qu’il était probablement l’une des rares personnes à ne pas posséder de smartphone dans le pays, soulignant qu’«aujourd’hui, il était fier du smartphone qu’il possède». 

Le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, et le Premier ministre, Naftali Bennett, ont réussi à former ensemble un gouvernement à la suite des quatrièmes élections consécutives israéliennes en deux ans. 

Netanyahou, qui a occupé pendant douze ans la fonction de Premier ministre jusqu'à ce que le gouvernement de Bennett prête serment la semaine dernière, n'a pas encore quitté la résidence du Premier ministre à Jérusalem. 

Le nouveau numéro de téléphone de l'ancien Premier ministre restera inconnu du plus grand nombre, à l'exception de quelques privilégiés, a indiqué le journal. 

Évoquant en 2014 la question de posséder un smartphone, Netanyahou se serait exclamé à l’adresse de son entourage, avant un tournage et une interview avec une chaîne de télévision américaine: «Je ne comprends pas ce nouveau monde où chacun veut prendre des photos! Quand prenez-vous le temps de vivre?» 

Des journalistes ont également rapporté qu’il a dit: «Tout le monde prend des photos, c'est tout ce qu'ils font! Ne prenez pas de photos, vivez votre vie! J'ai vécu la mienne sans prendre de photos. Je suis la seule personne qui n'a pas d'appareils électroniques. Je suis un homme libre et vous êtes tous esclaves de vos appareils.» 

Selon le journal, un ami de Netanyahou a affirmé que la dernière fois qu'il avait possédé un téléphone personnel, c'était en 2009. 

Bien qu'il n'ait pas utilisé de smartphone depuis plus d'une décennie, il reste l'une des personnes les plus suivies sur les réseaux sociaux, avec plus de 2 millions de followers sur Twitter, et plus de 2,6 millions de followers sur Facebook. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com