Le guide de la mosquée Al-Aqsa démystifie les récits sionistes

Sur cette photo prise le 20 mars 2020, des Palestiniens marchent devant la mosquée Al-Aqsa, à l'intérieur de l’enceinte presque déserte de la vieille ville de Jérusalem, après que des religieux ont pris des mesures de protection dans le but d'endiguer la propagation du nouveau coronavirus, le 20 mars 2020. (AFP)
Une photo prise le 1er mars 2018 montrant une vue générale des travaux de construction sur la place du Mur occidental de la vieille ville de Jérusalem avec la mosquée du dôme du Rocher, dans l'enceinte d'Al-Aqsa en arrière-plan. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 22 septembre 2020

Le guide de la mosquée Al-Aqsa démystifie les récits sionistes

  • « Ce guide est important pour les pèlerins musulmans et les visiteurs non musulmans »
  • Abdel Hadi explique que le guide constitue une réponse aux continuelles tentatives israéliennes de falsifier les faits

AMMAN: Un guide détaillé de la mosquée Al-Aqsa/Al-Haram Al-Sharif a été publié en plusieurs langues, à la fois sur papier et en ligne, pour démystifier les récits israéliens qui cherchent à diviser la mosquée.

Mahdi Abdel Hadi, fondateur et directeur de la Société académique palestinienne pour l'étude des affaires internationales (Passia) et auteur principal du guide, a déclaré à Arab News que le document était la version mise à jour d'un guide publié en 2015 en langues arabe, anglaise et turque.

Abdel Hadi explique que le guide est une réponse aux continuelles tentatives israéliennes de falsifier les faits. «Ils ont essayé à plusieurs reprises de créer une nouvelle réalité sur le terrain et ont tenté de prendre le contrôle de Bab Al-Rahmeh. Nous voulions montrer que toute la superficie de la mosquée de 144 dunums (soit 144 000 mètres carrés) est sacrée pour les musulmans.»

Abdel Hadi affirme que le guide répond aux tentatives d'Israël, lors des récents accords de normalisation, de différencier la mosquée Al-Aqsa du reste de la zone fermée d’Al-Haram. «Nous avons documenté 136 lieux saints différents dans Al-Haram, nous voulions que tout le monde, ici et à l’étranger, y compris nos frères arabes, le sache», dit-il.

Cheikh Abdel Azim Salhab, président du conseil du Waqf islamique à Jérusalem, explique que le nouveau guide est un ajout important à la riche série de publications sur cet important site islamique.

«Il s'agit d'un livre mis à jour et bien documenté avec beaucoup plus de détails sur les différents emplacements et lieux saints qui composent la mosquée Al-Aqsa/Al-Haram Al-Sharif. Nous souhaitons le diffuser largement et nous  espérons que le Fonds hachémite le distribuera dans les écoles et les universités afin que les étudiants et les enseignants connaissent la mosquée et ses différents emplacements», déclare-t-il.

Salhab souligne que même les Palestiniens vivant à proximité pourront bénéficier de ce livre. «Nous espérons que les journaux l'utiliseront pour mettre en évidence différents emplacements afin que les jeunes Palestiniens qui ne peuvent pas atteindre la mosquée soient conscients de ses nombreux emplacements et de son importance pour les musulmans.»

Cheikh Azzam Khatib, directeur du département du Waqf à Jérusalem, déclare qu’il y a 136 sanctuaires islamiques dans la zone de 144 dunums, notamment la mosquée Al-Aqsa, le dôme du Rocher et les mosquées Marwani et Bab Al-Rahmeh. «Pour chaque emplacement, le guide précise qui l'a construit et ce qu'il offre pour la mosquée et pour les fidèles.»

Khatib indique que le guide sera distribué aux organismes d'intérêt locaux et internationaux, notamment les centres de recherche, les établissements d'enseignement et auprès des diplomates et de tous ceux qui visitent la mosquée. »

Wasfi Kailani, directeur exécutif du Fonds hachémite de restauration de la mosquée Al-Aqsa, déclare que le livre a été conçu en 2012 en réponse aux récits des radicaux sur la mosquée, guidé par la nécessité de soutenir les musulmans visitant la mosquée. Il souligne que le Fonds de restauration hachémite a fourni un soutien financier à un grand nombre de chercheurs pour y travailler.

« Ce guide est important pour les pèlerins musulmans et les visiteurs non musulmans», précise Kailani. «Il fournit un itinéraire facile à suivre qui combine à la fois les aspects spirituel et pédagogique. Je ne pense pas qu’un autre site islamique dans le monde possède une documentation aussi détaillée sur son histoire qu’Al-Aqsa.»

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


La graphologie, une science étonnante

Saman Aslam. (Photo fournie).
Short Url
  • La graphologie est un domaine qui fait l'objet d’un intérêt croissant de la part des jeunes Saoudiens
  • «L'écriture est notre miroir; elle projette notre esprit conscient, préconscient et subconscient»

DJEDDAH: L’autoévaluation est l’une des tendances croissantes chez les jeunes Saoudiens, de l’analyse de son art, de son langage corporel à son écriture, manuscrite, entre autres.

Si l’écriture manuscrite joue un rôle important dans la vie universitaire d’une personne, elle peut aussi révéler des traits de personnalité, des habitudes et un état de santé grâce à une science appelée «graphologie».

La graphologie est l'analyse des modèles trouvés dans l'écriture pour identifier l'état psychologique de la personne.

Arab News a rencontré la graphologue Saman Aslam, une expatriée pakistanaise résidant à Riyad, qui déclare que la graphologie se développe chez les jeunes. Elle a créé une page sur Instagram pour les clients qui souhaitent faire analyser leur écriture gratuitement.

En parlant de cette science, elle déclare que la graphologie a été la chose la plus difficile qu'elle ait faite dans sa vie. «J'ai fait divers travaux, mais être graphologue est le plus difficile à ce jour et le plus surprenant.»

Elle définit l’écriture d’une personne comme une «écriture cérébrale», car c’est le cerveau qui guide les mains et crée des motifs. «L'écriture manuscrite est notre miroir; elle projette notre esprit conscient, préconscient et subconscient. La graphologie permet également de déterminer l’état de santé physique d'une personne.»

Selon Saman Aslam, les apparences peuvent être trompeuses mais l'écriture manuscrite ne ment jamais. Elle révèle une manière de penser, de se sentir et de se comporter. «Cela se produit directement et immédiatement, sans même que les individus soient présents. La graphologie indique la motivation qui sous-tend les actions et décrit la propension de la personne dont l’écriture est analysée à se comporter d’une manière inattendue.»

La graphologue dissipe également une idée fausse liée à ce domaine particulier, qui est souvent confondu avec la divination ou les études spirituelles: la graphologie ne permet pas de prédire l'avenir.

L'intérêt de Saman Aslam pour la graphologie découle de son expérience dans l'apprentissage de l'écriture arabe. Une équipe de graphologues arabes lui a parlé de certains de ses traits de personnalité qui ont éveillé son intérêt pour le domaine. Elle a ensuite étudié l'écriture anglaise.

La graphologie a non seulement permis à Aslam d'aider son entourage, mais l'a également aidée à améliorer sa propre personnalité et ses relations.

«Chaque jour, j'apprends et j'applique de nouvelles techniques. De la compréhension de mes frères et sœurs à la personnalité de mes étudiants, savoir ce que mes aînés attendent de moi, aider mes amis à trouver des partenaires de vie appropriés, et conseiller les gens sur leur carrière et leurs bilans de santé», a-t-elle déclaré à Arab News.

Elle est également devenue une bonne observatrice, capable de repérer ceux qui ne peuvent pas exprimer ce qu'ils vivent, et désormais, elle peut s'entendre avec des personnalités difficiles.

La graphologie ne s'arrête pas à l'analyse, ajoute-t-elle. Il existe un moyen pour les gens d'améliorer et de transformer leurs traits négatifs en traits positifs, grâce à un processus appelé «graphothérapie».

La thérapie est basée sur le changement de la personnalité de la personne en modifiant son écriture manuscrite. Un graphothérapeute conçoit une thérapie personnalisée et suggère de nouveaux modèles d'écriture pour reprogrammer les habitudes négatives. Le thérapeute peut ainsi éventuellement aider à soulager les souffrances, améliorer les relations, les carrières, le développement personnel, diminuer le stress mental et les traumatismes, ainsi que les pensées suicidaires. 

«Avec la graphothérapie, vous pouvez surmonter vos faiblesses et les transformer en forces», souligne-t-elle.

La graphologie, indique Saman Aslam, fonctionne non seulement pour découvrir les problèmes de santé mentale, mais aussi physiques. Cette branche de la graphologie, appelée «graphopathologie», étudie les altérations produites dans les graphismes en raison de perturbations psychologiques ou physiques, qu'elles soient latentes ou évidentes, permanentes ou temporaires.

«Apparemment, de nombreux problèmes de santé sont enregistrés dans notre cerveau six mois avant l'apparition des symptômes», précise-t-elle. «Des problèmes de santé tels que les tumeurs, les déséquilibres hormonaux, les problèmes gynécologiques, les douleurs articulaires, la déshydratation et bien plus encore.»

Dans sa carrière de graphologue, Saman Aslam a eu de nombreuses expériences, dont certaines plus marquantes que d'autres. «Une de ces expériences a été de guérir le mal de dos de mon patient. Un autre événement s’est produit lorsque ma patiente a fait analyser l’écriture de son mari et qu’il s’est avéré souffrir d’un trouble de double personnalité. L'un de ses personnages était céleste et l'autre hostile.»

Saman Aslam souhaite sensibiliser le public à sa pratique à travers des ateliers, des cours de courte durée, et lancer une académie en ligne qui intègre graphologie et graphothérapie.

Elle encourage également les aspirants graphologues à travailler dur. «La graphologie s’accompagne d’une grande responsabilité; assurez-vous de le faire sincèrement parce que vos paroles vont se graver dans l’âme de quelqu'un. Soyez courtois! Vous allez probablement investir toute votre vie dans cette étude; faites-le avec dévouement et honnêteté.»

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


La presse française pleure Maradona, «l'éternel», le «surnaturel»

« Dieu est mort », déplore le quotidien sportif L'Équipe en « Une » (Photo, AFP)
Short Url
  • Dieu « est mort ». Mais c'est seulement le « Dieu du football » pour Le Monde
  • Maradona « était au football ce qu'Elvis Presley était au rock'n'roll, ce que Michael Jackson était à la pop music ou ce que Gérard Depardieu est au cinéma »

PARIS : Dieu lui-même ou génie « surnaturel » désormais entre les mains de Dieu, la presse française convoque le ciel pour commenter jeudi la mort de Diego Maradona, emporté par une crise cardiaque à l'âge de 60 ans, après une carrière qui a déchaîné les passions jusqu'à la vénération.

Maradona

« Dieu est mort », déplore le quotidien sportif L'Equipe en « Une ». Dieu? Diego Armando Maradona (1960-2020), est-il précisé sur une photo où on voit la légende dans un stade enflammé.

Dans son éditorial, Vincent Duluc célèbre un « joueur d'exception, personnage sans pareil, génie autodestructeur » qui « a aimé le football et la vie d'un amour fou, déraisonnable » et qui « laisse la trace d'exploits immenses d'un joueur venu de la rue et de faiblesses d'un homme attiré par les ténèbres ».

« À 60 ans, Diego Maradona est entré dans l'éternité avant l'heure mais d'un pas lent, essoufflé par la vie et par toutes les nuits qu'il ne voulait jamais quitter avant l'aube », observe l'éditorialiste.

Selon lui, « il y a eu peu de personnages comme Maradona et pas beaucoup de joueurs comme lui non plus ». Mais « sa légende s'est nourrie de bien plus que du génie parce que ce prodige argentin arraché à l'adolescence et à une vie ordinaire par les arabesques et les fulgurances qu'il avait décidé de faire partager au monde, a toujours représenté plus que lui-même, semblant porter les rêves du peuple dans tous ses combats ».

Libération consacre 10 pages à la disparition d' « El Diez ». 10 comme le numéro du maillot qu'il portait. Comme on le voit à la Une avec la tenue de l'Albiceleste, avançant les bras écartés, un fanion dans la main droite. « CELESTE. Maradona (1960-2020) » titre le journal.

Immortel

« À force de le voir revenir de tout, des excès en tout genre, de sa dépendance à la cocaïne, d'une suspension pour dopage, de la plus longue chasse à l'homme jamais perpétrée par tous les défenseurs du monde sur un seul homme, du canardage de journalistes à la carabine à air comprimé, des procès en paternité, des voyages en grande pompe chez Fidel Castro ou de la pose d'un anneau gastrique en mondovision, on avait fini par le croire immortel. Parfum d'éternité. Mais il n'y avait pas que cela. Maradona, c'était le foot, le jeu. Et le jeu ne pouvait pas mourir », écrit Grégory Schneider.

Dieu « est mort ». Mais c'est seulement le « Dieu du football » pour Le Monde.

« La mort d'un champion est toujours un événement triste. Celle du “Pibe de Oro“ (“le gosse en or”), comme l'Argentine continuait de l'appeler, réveillera de profonds antagonismes chez les amateurs de ballon rond. Peu de sportifs auront, comme lui, alimenté avec autant de zèle les deux foyers contraires du supporteurisme que sont l'adulation et la détestation. L'auteur de la “main de Dieu”, le protégé de la mafia napolitaine, l'ami de Fidel Castro et d'Hugo Chavez, le cocaïnomane incurable ne fut pas un enfant de chœur ni un modèle de vertu, loin de là. Il restera néanmoins comme l'un des plus grands joueurs de l'histoire du football. Un génie du ballon à l'inspiration insolente », écrit le journal du soir.

Star planétaire, Diego Maradona est désormais « parmi les étoiles », « entre les mains de Dieu », fait remarquer Le Parisien. « Le génial et sulfureux footballeur argentin est décédé, hier, d'une crise cardiaque à l'âge de 60 ans », écrit-il sobrement.

« Un Maradona »

Maradona restera « Pibe de oro pour toujours », écrit Mario Albano dans La Provence. « En dépit de tout, Diego Armando Maradona est devenu un mythe de son vivant et il va le demeurer. Plus qu'un joueur de football, plus que l'incarnation d'un pays, plus qu'une marque, plus qu'un maillot ou un numéro que d'autres ont pu porter avant ou après lui. Il n'y a eu qu'un Maradona, après qui un Lionel Messi, au talent aussi immense que son palmarès, courra éternellement sans jamais le rattraper parce qu'il n'a pas gagné la Coupe du monde. Celle que Diego a quasiment remportée tout seul pour son pays ».

Maradona « était au football ce qu'Elvis Presley était au rock'n'roll, ce que Michael Jackson était à la pop music ou ce que Gérard Depardieu est au cinéma », écrit Benoît Lasserre dans Sud-Ouest. « Lâché par son cœur que d'innombrables frasques n'avaient pas ménagé, Diego Maradona devait certes sa célébrité à ce ballon rond dont il faisait ce qu'il voulait grâce à un pied magique. Mais son nom était connu dans le monde entier, y compris de ceux qui n'éprouvent aucune chair de poule en entendant chanter un stade ».

Pour Fabien Surmonne, du Républicain lorrain, « le “gosse en or” est un cas à part dans l'histoire du football mondial. Un talent brut, instinctif, qui aura suscité autant d'admiration que de rejet tout au long d'une carrière jalonnée d'excès et de frasques. De drogue, de petits ponts et de coups de sang. On possède tous une part d'ombre paraît-il, Diego Maradona n'aura jamais cherché, lui, à la dissimuler ».

« Grand Dieu » titre en une 20 minutes qui montre une photo de Maradona jonglant de la tête avec le globe.


Procès en diffamation perdu contre le Sun: la demande d'appel de Johnny Depp rejetée

Johnny Depp et Amber Heard s'étaient rencontrés sur le tournage de « Rhum Express » en 2011, avant de se marier en février 2015 à Los Angeles, en Californie (Photo, AFP)
Short Url
  • Début novembre, l'acteur d' « Edward aux mains d'argent » et « Pirate des Caraïbes » avait perdu son procès en diffamation contre News Group Newspapers (NGN)
  • Mercredi, ce même juge a aussi ordonné à Johnny Depp de payer un peu plus de 628 000 livres (705 000 euros) au Sun pour couvrir ses frais judiciaires

LONDRES : La justice britannique a rejeté mercredi la demande de la star hollywoodienne Johnny Depp de faire appel après avoir perdu son procès en diffamation contre le tabloïd britannique The Sun, qui l'avait décrit en mari violent envers Amber Heard. 

Cette décision n'est toutefois pas définitive: l'acteur américain a jusqu'au 7 décembre pour s'adresser directement à la cour d'appel. 

« J'ai refusé au plaignant l'autorisation de faire appel », a indiqué le juge Andrew Nicol. « Je ne considère pas que les motifs d'appel invoqués aient des perspectives de réussite raisonnables, et il n'y a pas d'autre raison impérieuse pour laquelle la demande d'appel devrait être accordée ». 

Début novembre, l'acteur d' Edward aux mains d'argent et de Pirate des Caraïbes avait perdu son procès en diffamation contre News Group Newspapers (NGN), société éditrice du Sun, qui l'avait qualifié de « frappeur de femmes ».

Le couperet était tombé après trois semaines d'audiences, en juillet, à la Haute Cour de Londres, souvent en présence du comédien de 57 ans et de son ex-femme Amber Heard, 34 ans, qui avaient donné lieu à un déversement de révélations peu reluisantes sur leur vie privée. 

Addiction à la drogue, accusations de tromperies et même excréments retrouvés dans le lit conjugal avaient été discutés, alimentant les unes des tabloïds. S'appuyant essentiellement sur les déclarations de l'actrice, le Sun avait invoqué 14 épisodes de violences, tous contestés par Johnny Depp.

Début novembre, le juge Nicol avait tranché en faveur du tabloïd, estimant dans son premier jugement que les qualifications du Sun étaient « substantiellement vraies », car « la grande majorité des agressions présumées ont été prouvées ».

Mercredi, ce même juge a aussi ordonné à Johnny Depp de payer un peu plus de 628 000 livres (705 000 euros) au Sun pour couvrir ses frais judiciaires. 

Johnny Depp et Amber Heard s'étaient rencontrés sur le tournage de Rhum Express en 2011, avant de se marier en février 2015 à Los Angeles, en Californie. 

Le couple avait divorcé avec fracas début 2017. L'actrice de The Danish Girl et d'Aquaman avait alors évoqué « des années » de violences « physiques et psychologiques », accusations vivement rejetées par Johnny Depp.