En manque de soignants, les hôpitaux allemands sous haute tension face au Covid

Faute de places disponibles dans son service de soins intensifs, le personnel de l'hôpital bavarois de Freising a dû prendre une décision inédite depuis le début de la pandémie en Allemagne: transférer un patient atteint du Covid-19 dans un établissement du nord de l'Italie. (Photo/AFP)
Faute de places disponibles dans son service de soins intensifs, le personnel de l'hôpital bavarois de Freising a dû prendre une décision inédite depuis le début de la pandémie en Allemagne: transférer un patient atteint du Covid-19 dans un établissement du nord de l'Italie. (Photo/AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 novembre 2021

En manque de soignants, les hôpitaux allemands sous haute tension face au Covid

  • En 18 mois de pandémie, les hôpitaux allemands ont régulièrement été sollicités pour prendre en charge des malades de pays européens débordés
  • Mais avec la nouvelle vague de Covid-19 qui déferle depuis octobre, c'est la première économie d'Europe qui se demande désormais combien de temps son système de santé va tenir

FREISING : Faute de places disponibles dans son service de soins intensifs, le personnel de l'hôpital bavarois de Freising a dû prendre une décision inédite depuis le début de la pandémie en Allemagne: transférer un patient atteint du Covid-19 dans un établissement du nord de l'Italie.

En 18 mois de pandémie, les hôpitaux allemands ont régulièrement été sollicités pour prendre en charge des malades de pays européens débordés.

Mais avec la nouvelle vague de Covid-19 qui déferle depuis octobre, c'est la première économie d'Europe qui se demande désormais combien de temps son système de santé va tenir.

"La semaine dernière, nous avons dû transférer un patient à Merano (en Italie) parce que nous n'avions plus de capacité d'accueil, et les hôpitaux bavarois environnants étaient également complets", explique à l'AFP Thomas Marx, directeur médical de l'hôpital de Freising, une ville de 50 000 habitants.

Avec un taux d'incidence de 550 infections pour 100 000 habitants sur sept jours, la Bavière est l'une des régions les plus touchées par ce rebond de l'épidémie.

"Nous sommes aux limites de nos capacités", s'inquiète le docteur Marx, 43 ans.

Son service de soins intensifs compte actuellement 13 patients, "trois au-dessus de notre capacité habituelle", précise le médecin. Cinq sont atteints du Covid, tous non vaccinés.

Au niveau national, le nombre de malades du Covid en soins intensifs reste inférieur au pic atteint fin 2020, mais les hôpitaux sont plus vulnérables en raison d'un manque criant de personnel soignant.

"Il n'existe pas de seuil unique à partir duquel nous pourrions dire +maintenant, tout le système de santé va s'effondrer+", selon Gerald Gass, président de l'association allemande des hôpitaux.

Mais il y a déjà des "signes avant-coureurs", a-t-il déclaré cette semaine au quotidien Handelsblatt, citant les tensions dans les hôpitaux de Bavière et de Thüringe, une autre région particulièrement touchée.

"Cette situation s'aggrave avec chaque nouveau cas de Covid en soins intensifs", a-t-il ajouté.

Personnel épuisé

A l'hôpital de Freising, le docteur Marx décrit "une grosse incompréhension" des soignants devant une dégradation de la situation qui était, selon lui, "prévisible et aurait pu être évitée".

Avec un taux de vaccination de 67,7%, l'Allemagne fait figure de mauvaise élève parmi les pays de l'ouest de l'Europe.

Jeudi, le Parlement adoptera en urgence un projet de loi rétablissant des restrictions pour tenter d'enrayer la hausse des nouvelles infections quotidiennes -entre 30 000 et 50 000 cette semaine.

Le plan prévoit un retour massif au télétravail et la nécessité d'un pass sanitaire pour emprunter les transports.

Le texte préparé par la coalition gouvernementale, qui succèdera bientôt à la majorité d'Angela Merkel, doit permettre aux Länder de prendre des mesures visant les personnes non vaccinées. Plusieurs régions, y compris Berlin, leur interdisent déjà l'accès aux événements culturels, sportifs voire aux restaurants.

Si la situation est cette fois-ci beaucoup plus délicate dans les hôpitaux allemands, c'est qu'ils disposent de "4 000 lits de soins intensifs de moins qu'il y a un an en raison du personnel soignant épuisé qui a quitté son emploi ou réduit son temps de travail", explique Gernot Marx, président de l'Association allemande de médecine intensive (DIVI).

Une pénurie que vit au quotidien le docteur Niklas Schneider, chef du service de soins intensifs de la clinique Munich Schwabing : "Nous avons beaucoup moins de soignants que lors des premières vagues".

Comme à Freising, son service de soins intensifs est au maximum de son occupation. Le docteur Schneider a des mots forts, parlant d'une situation de "catastrophe".

Selon le magazine Spiegel, seul un quart des 1 300 unités de soins intensifs est en mesure de fonctionner à pleine capacité, du fait du manque de soignants.

"L'équipe tient bon, mais nous sommes incroyablement frustrés", regrette M. Schneider. "Frustrés parce qu'au final, nous sommes le dernier recours pour tout ce qui ne fonctionne pas dans la société dans son ensemble".


Afghanistan : les talibans se félicitent de leur rencontre avec les Occidentaux à Oslo

Le ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi. (Photo, AFP)
Le ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi. (Photo, AFP)
Short Url
  • Une délégation de talibans emmenée par leur ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, se trouve depuis samedi soir en Norvège
  • «De ces rencontres, nous sommes certains de retirer un appui dans les secteurs humanitaire, sanitaire et éducatif en Afghanistan» a dit Amir Khan Muttaqi

OSLO: En quête de reconnaissance internationale et d'argent, les talibans ont qualifié lundi à Oslo de  « réussite en soi » leur première visite en Europe depuis leur retour au pouvoir, consacrée notamment à la crise humanitaire en Afghanistan.  

Une délégation de talibans emmenée par leur ministre des Affaires étrangères, Amir Khan Muttaqi, se trouve depuis samedi soir en Norvège où elle rencontre pendant trois jours des membres de la société civile afghane et des diplomates de pays occidentaux, lesquels lient une reprise de leur aide financière au respect des droits humains.   

« Le fait d'être venus en Norvège (...) est une réussite en soi car nous avons partagé la scène internationale », a dit M. Muttaqi à la presse lundi, en marge d'entretiens avec des représentants des Etats-Unis, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de l'Union européenne et de Norvège.  

« De ces rencontres, nous sommes certains de retirer un appui dans les secteurs humanitaire, sanitaire et éducatif en Afghanistan », a-t-il dit en pachto.  

Ces discussions, qui ne font pas l'unanimité, se déroulent à huis clos jusqu'à mardi dans l'hôtel Soria Moria, sur une colline enneigée près d'Oslo.   

A un moment où plus de la moitié de la population est menacée par la faim dans un pays privé d'aides internationales et touché par plusieurs sécheresses, les talibans espèrent un déblocage des moyens financiers et une forme de reconnaissance.   

Aucun Etat n'a pour l'instant reconnu le régime des islamistes chassés du pouvoir en 2001 mais redevenus maîtres de l'Afghanistan en août dernier après une offensive éclair.  

La Norvège a souligné que les discussions d'Oslo ne constituaient « pas une légitimation ni une reconnaissance », mais que, face à l'urgence humanitaire, il était nécessaire de « parler aux autorités qui dirigent de facto le pays ».  

« Tout en cherchant à régler la crise humanitaire (...), nous poursuivrons une diplomatie lucide avec les talibans (dictée par) notre intérêt constant pour un Afghanistan stable, respectueux des droits et inclusif », a tweeté, de son côté, l'émissaire américain pour l'Afghanistan, Thomas West, dimanche.  

Nombre d'experts et de membres de la diaspora afghane ont critiqué l'invitation faite aux fondamentalistes arrivés dans un jet privé affrété par la Norvège et des manifestations ont eu lieu devant le ministère des Affaires étrangères à Oslo.  

A Kaboul, Wahida Amiri, une militante qui manifeste régulièrement depuis le retour des talibans, a dit être « désolée qu'un pays comme la Norvège organise ce sommet, s'asseye avec les terroristes et passe des accords ».  

L'aide internationale qui permettait de financer environ 80% du budget afghan s'est arrêtée en août et les Etats-Unis ont gelé 9,5 milliards de dollars d'avoirs de la Banque centrale afghane.  

Le chômage a explosé et les salaires des fonctionnaires ne sont plus payés depuis des mois.   

La faim menace aujourd'hui 23 millions d'Afghans, soit 55% de la population, selon l'ONU, qui a réclamé 4,4 milliards de dollars auprès des pays donateurs cette année.  

Militantes disparues  

La communauté internationale attend cependant de voir comment les islamistes gouvernent l'Afghanistan, après avoir piétiné les droits de l'homme à leur premier passage au pouvoir entre 1996 et 2001.  

Malgré les promesses, les femmes sont largement exclues des emplois dans le secteur public et les écoles secondaires pour filles restent pour la plupart fermées.  

Deux militantes féministes ont disparu la semaine dernière à Kaboul après avoir participé à une manifestation. Les talibans ont nié toute responsabilité dans cette affaire.  

Avant leurs entretiens avec les talibans, les diplomates occidentaux ont rencontré lundi des membres de la société civile afghane, des militantes féministes et des journalistes notamment, qui ont eux-mêmes eu des discussions sur les droits de l'homme avec les fondamentalistes dimanche.  

Lundi, une de ces militantes, Mahbouba Seraj, a affirmé que les talibans les avaient « reconnues » et « écoutées ». « J'ai espoir. J'espère une forme de compréhension réciproque », a-t-elle dit à la presse.  

Dans ce qu'il a présenté comme une « déclaration commune », le porte-parole taliban, Zabihullah Mujahid, a tweeté dimanche que « la compréhension et la coopération » étaient « les seules solutions à tous les problèmes de l'Afghanistan ».   

Parmi les 15 membres de la délégation - exclusivement masculine - figure Anas Haqqani, un des chefs du réseau Haqqani.  

Sa présence à Oslo est particulièrement critiquée. Il est responsable de plusieurs attentats meurtriers en Afghanistan et son clan est considéré par les Etats-Unis comme un groupe « terroriste ». 

Selon les médias norvégiens, une plainte contre Anas Haqqani a été déposée à Oslo pour crimes de guerre. « Cela fait mal. C'est comme si Anders Behring Breivik (le néonazi norvégien qui a tué 77 personnes en 2011) se rendait dans un pays » en tant que délégué, a dit l'auteur de la plainte, Zahir Athari, à la radiotélévision NRK. 


Une Académie de la Fédération française de football inaugurée à Riyad pour former les talents saoudiens

Lancement de l’académie française de Football en présence de l’ambassadeur français en Arabie Saoudite Ludovic Pouille, le 24 janvier 2022. (Twitter)
Lancement de l’académie française de Football en présence de l’ambassadeur français en Arabie Saoudite Ludovic Pouille, le 24 janvier 2022. (Twitter)
Short Url
  • Présent lors de l’inauguration au stade Qabous de Riyad, Ludovic Pouille a affirmé que le sport était «un pilier de la coopération» entre la France et le Royaume
  • L’installation de cette association française de renom à Jeddah et à Riyad est une opportunité de choix pour les jeunes aspirants sportifs saoudiens

BUENOS AIRES : Ce lundi, l’ambassadeur français en Arabie saoudite, Ludovic Pouille, a annoncé le lancement officiel à Riyad de l'Académie de la Fédération française de football en Arabie saoudite. 

Le diplomate a rendu public sur son compte Twitter la nouvelle, déclarant être «ravi d'assister à l'inauguration de l'Académie de la Fédération française de football». Il a ajouté que «le sport est un pilier de notre coopération bilatérale et la France est fière de contribuer au développement de la formation footballistique dans le Royaume!» 

Présent lors de ce coup d’envoi au stade Qabous de Riyad, Ludovic Pouille a également partagé quelques photographies de l’événement. Il n’a d’ailleurs pas hésité à échanger quelques passes avec les participants.

Le site officiel de la Fédération française de football indique que cette académie désormais présente dans le Royaume va «former les futures générations du pays». 

La FFF, fondée en 1919 sous le nom de Fédération française de football association (FFFA) a toujours été une référence d’excellence dans la formation des sportifs. 

Par ailleurs, la Fédération compte parmi ses membres les meilleurs joueurs du monde ainsi que les meilleurs entraîneurs et accompagnateurs de l’histoire du football international. Ce qui fait de l’installation de cette association française de renom à Jeddah et à Riyad une opportunité de choix pour les jeunes aspirants sportifs saoudiens.


Allemagne: des blessés par arme à feu dans une université, l'assaillant décédé

"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué. (AFP).
"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué. (AFP).
Short Url
  • Ce site universitaire, sur la rive nord du fleuve Neckar, accueille notamment des facultés de sciences naturelles
  • Selon les informations de la chaîne publique Südwestrundfunk (SWR), l'université a demandé par mail à ses étudiants de ne pas se rendre sur le campus du quartier de Neuenheimer Feld pour le moment

BERLIN: Plusieurs personnes ont été blessées lundi dans une attaque perpétrée par un homme muni d'une "arme longue" dans un amphithéâtre de l'université de Heidelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, a annoncé la police locale, ajoutant que l'assaillant était décédé.


"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué.


"L'auteur lui-même est mort", a-t-elle ajouté, sans préciser s'il avait ou non été abattu par les forces de l'ordre arrivées en nombre sur place.


Selon les informations de la chaîne publique Südwestrundfunk (SWR), l'université a demandé par mail à ses étudiants de ne pas se rendre sur le campus du quartier de Neuenheimer Feld pour le moment. Il n'y aurait cependant "plus de menace imminente", selon SWR.


Ce site universitaire, sur la rive nord du fleuve Neckar, accueille notamment des facultés de sciences naturelles, des départements du centre hospitalier universitaire et le jardin botanique.


La législation allemande sur la détention d'armes à feu a été renforcée après deux attaques perpétrées dans des écoles dans la ville d'Erfurt, dans l'est du pays, en avril 2002, et dans la ville de Winnenden, dans le sud-ouest, en mars 2009.