Juifs d’Orient à l’IMA: «Lutter contre l’oubli et les amalgames»

Tikims, coffres servant à conserver et protéger la Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Tikims, coffres servant à conserver et protéger la Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Grande robe de mariée, Rabat, 1900 (Photo Anne Ilcinkas)
Grande robe de mariée, Rabat, 1900 (Photo Anne Ilcinkas)
Moïse Maïmonide, Misneh Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Moïse Maïmonide, Misneh Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Veste de femme et robe, Constantine Algérie XIXᵉ siècle (Photo Anne Ilcinkas)
Veste de femme et robe, Constantine Algérie XIXᵉ siècle (Photo Anne Ilcinkas)
Homme lisant un livre saint dans sa maison à Wadi Amlah, Yémen, tirage moderne (Photo Anne Ilcinkas)
Homme lisant un livre saint dans sa maison à Wadi Amlah, Yémen, tirage moderne (Photo Anne Ilcinkas)
Affiche de l’exposition
Affiche de l’exposition
Short Url
Publié le Mardi 23 novembre 2021

Juifs d’Orient à l’IMA: «Lutter contre l’oubli et les amalgames»

Tikims, coffres servant à conserver et protéger la Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Grande robe de mariée, Rabat, 1900 (Photo Anne Ilcinkas)
Moïse Maïmonide, Misneh Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Veste de femme et robe, Constantine Algérie XIXᵉ siècle (Photo Anne Ilcinkas)
Homme lisant un livre saint dans sa maison à Wadi Amlah, Yémen, tirage moderne (Photo Anne Ilcinkas)
Affiche de l’exposition
  • L’IMA accueille du 24 novembre 2021 au 13 mars 2022 l’exposition Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire, la première d’une telle ampleur sur cette thématique
  • À travers un parcours déployé sur 1100 m² et 280 œuvres, ce sont quinze siècles de cohabitation des juifs dans le monde arabe que le visiteur découvre

PARIS: «Accueillir l’exposition Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire à l’Institut du monde arabe porte une symbolique forte: célébrer la pluralité du monde arabe et lutter contre l’oubli et les amalgames», tels sont les mots employés par Jack Lang dans la préface du catalogue de l’exposition du même nom, organisée à l’Institut du monde arabe (IMA) du 24 novembre 2021 au 13 mars 2022. Ce projet est le troisième volet d'une trilogie consacrée par l'IMA aux religions monothéistes, succédant ainsi au Hajj, le pèlerinage à la Mecque, en 2014, et à Chrétiens d'Orient, 2000 ans d'histoire, en 2017. Sous la direction de Benjamin Stora, commissaire général de l’exposition, la nouvelle exposition met en lumière la longue histoire juive en Orient. 

À travers un parcours déployé sur 1100 m² et 280 œuvres, ce sont quinze siècles de cohabitation des juifs dans le monde arabe que le visiteur découvre. Des pièces d’exception: rares objets liturgiques, manuscrits anciens, bijoux d’une grande valeur et finesse, œuvres archéologiques exceptionnelles, photographies de famille et installations audiovisuelles témoignent de l’importance et de la pluralité des communautés juives, des rives de l’Euphrate aux plateaux de l’Atlas. 

Première exposition internationale de grande ampleur qui aborde ce sujet, elle illustre aussi les liens profonds – tour à tour féconds et tumultueux – qui ont uni juifs et musulmans pendant des siècles.  

«Le but n’est pas de "réconcilier" ceux qui pensent que cette histoire doit être seulement décrite comme un exemple d’harmonie et de convivialité entre les trois religions monothéistes en Orient et ceux qui la décrivent seulement comme une suite de conflits terribles, notamment après l’apparition de la civilisation islamique», déclare Benjamin Stora à Arab News en français, media partenaire de l’exposition. «Ce que nous aimerions dire, montrer, se situe à l’intersection de ces deux conceptions», précise-t-il.  

Une «convivance» historique entre juifs et musulmans 

«La particularité de cette exposition est d’inscrire la présence des juifs en Orient – au sens large – dans une très grande temporalité historique. Nous avons pour habitude de percevoir les relations entre les juifs et les musulmans par la fin, c’est à dire au XXᵉ siècle, avec notamment le conflit israélo-palestinien qui est très important, mais nous oublions ce qu’a été cette histoire très longue de la présence juive en terre d’islam et avant l’arrivée de cette religion», confie l’historien. «Cette histoire du monde juif dans le monde arabe ne se réduit pas à la question de la création de l’État d’Israël, mais existait déjà bien avant. Ensuite, il y a la question du sionisme, mais le sionisme est une idéologie politique», poursuit Benjamin Stora. 

L’historien insiste sur l’importance de la préservation du lien culturel en dépit de toutes les questions politiques «non réglées». «J’emploie le mot convivance entre juifs et musulmans pour décrire cette exposition, un terme emprunté à l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb. Dans le fond, il y a certainement des appréhensions côté palestinien vis-à-vis de cette exposition, mais elle peut maintenir le fil d’une histoire longue pour créer les conditions de retrouvailles politiques. Dans l’attente de solutions politiques, il est de notre devoir de préserver ce patrimoine historique et ce fil culturel», précise-t-il.  Ce dernier passe par la littérature, la civilisation, la religion, ou encore la langue. Et c’est ce que «l’exposition a mis en valeur». 

Un questionnement sur les origines  

Pour Benjamin Stora, le but ultime est de réinscrire cette histoire dans la temporalité longue, afin que celle-ci ne disparaisse pas. «Aujourd’hui, de nombreux jeunes s’interrogent sur leurs origines et lorsqu’ils découvrent qu’il  existait une présence juive en Orient au XIIIᵉ siècle, ils se posent de nombreuses questions sur la nature de cette présence, son histoire, les relations que la communauté entretenait avec les autres religions monothéistes, notamment l’islam, la langue parlée…», ajoute le commissaire général de l’exposition. 

L’approche privilégiée par l’exposition est à la fois thématique et chronologique et décline les grands temps de la vie intellectuelle et culturelle des juifs en Orient. Chaque espace de l’exposition évoque une situation vécue par les populations juives, du Maroc à l’Irak, de la Tunisie à la Syrie, en passant par le Yémen. 

De l’Antiquité au temps des dynasties 

L’exposition promène le visiteur de la Haute Antiquité à nos jours, selon un parcours chronologique. «L’idée est d’ancrer cette histoire dans le temps long», explique Élodie Bouffard, commissaire exécutive de l’exposition pour l’IMA. Le premier espace est consacré aux communautés juives avant l’islam, lorsque pendant plus d'un millénaire, ces communautés vivent en terre de Canaan. Avec les répressions romaines durant jusqu'au milieu du IIᵉ siècle, la diaspora juive s'intensifie et les populations quittent Jérusalem, emportant avec elles les rouleaux de Torah. Les quatre grands foyers deviennent la Galilée, la Babylonie, la Syrie et l’Égypte. 

Le second espace retrace la période du VIIᵉ au XVᵉ siècle. À cette époque, la majorité des populations juives vivent dans le monde musulman. Elles y adoptent la langue arabe, dans la multiplicité de ses dialectes, qui, retranscrite en hébreu, devient le «judéo-arabe». Une période de symbiose culturelle, linguistique et philosophique entre les trois religions monothéistes présentes en Orient. À titre d’exemple, les vestiges des synagogues de cette période qui témoignent de ces échanges interreligieux, dont l’intérieur somptueux et d’une grande finesse démontre la richesse des contacts entre les artisans de toutes confessions.  

Du temps des séfarades au temps des exils 

Cette situation se dégrade notamment dès la fin du XIVᵉ siècle, surtout dans la péninsule Ibérique. Les difficultés économiques et les troubles politiques entraînent violences et conversions forcées. En 1492, les souverains espagnols victorieux signent l’édit d’expulsion des juifs. Ils leur donnent le choix entre la conversion au christianisme et le départ. Les juifs hispaniques, dits «séfarades», ainsi que les «marranes» (juifs convertis de force au christianisme, mais perpétuant en secret leurs traditions religieuses) émigrent pour beaucoup vers les ports de la Méditerranée, et fondent de nouveaux foyers au Maroc, dans l’Empire ottoman et en Europe. Les deux siècles qui suivent connaissent de nouveaux exils.  

Les deux derniers siècles sont également mouvementés pour la communauté juive d’Orient. Le XIXᵉ siècle est marqué par la colonisation de l’Algérie (1830), la prise de contrôle de la Tunisie (1881), de l’Égypte (1882), du Maroc, de la Libye (1912) par la France, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie. Après la Première Guerre mondiale (1914-1918), l’Empire ottoman est démantelé par la mise en place des mandats français (Liban, Syrie) et britanniques (Irak, Palestine et Transjordanie) dans les provinces arabes. La mainmise de l’Europe sur une partie du monde arabe a un impact économique, politique et culturel sur les communautés juives dans le monde arabe. 

L'exposition se conclut sur le «temps des exils» et le rôle de l'Europe dans la détérioration des relations entre juifs et musulmans, l'Holocauste, puis la création d'Israël en 1948 et le début des guerres entre ce nouvel État et des pays arabes.  

Des événements qui vont provoquer une séparation entre les communautés juives et musulmanes et pousser au départ de nombreux juifs vers l’Europe, Israël, les États-Unis et le Canada. Forte d’un million de personnes en 1945, la population juive dans les pays arabo-musulmans n’en compte aujourd’hui que 30 000, principalement en Turquie, au Maroc et en Iran.  

«Le moment présent est certes marqué par des ruptures et séparations, mais il existe une histoire plus profonde qui permet de comprendre la richesse du monde arabo-musulman, mais également celle des identités qui se déploient dans ce monde séfarade aujourd’hui. Nous voulons témoigner d’une histoire et de l’importance de la valoriser au sein des nouvelles générations», explique Élodie Bouffard. «Et surtout, coûte que coûte, lutter contre l’oubli», conclut la commissaire exécutive de l’exposition. 


La marque saoudienne Ashi Studio défilera lors de la semaine de la haute couture à Paris

Ashi est le premier couturier de la région du Golfe à être invité à présenter sa collection lors du programme officiel de la semaine de la mode de la fédération. (Instagram)
Ashi est le premier couturier de la région du Golfe à être invité à présenter sa collection lors du programme officiel de la semaine de la mode de la fédération. (Instagram)
Short Url
  • Mohammed Ashi est le premier couturier de la région du Golfe à être invité à présenter sa collection lors du programme officiel de la semaine de la haute couture
  • «Cette nomination est le point culminant de ma carrière», a confié Ashi dans un communiqué publié sur Instagram

DUBAÏ: Le créateur saoudien Mohammed Ashi, fondateur du label parisien Ashi Studio, devrait rejoindre la Fédération de la haute couture comme membre invité, et présenter ses dernières créations lors du programme officiel de la semaine de la haute couture à Paris, le 6 juillet.

Ashi, qui a lancé son label il y a dix-sept ans, est le premier couturier de la région du Golfe à être invité à présenter sa collection lors du programme officiel de la semaine de la mode de la fédération.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Ashi Studio (@ashistudio)

Ashi et son atelier sont établis à Paris depuis 2018. Ses créations ont été portées par des célébrités comme Beyoncé, Lady Gaga, Jennifer Hudson, Kylie Minogue, Penélope Cruz, Deepika Padukone, Sonam Kapoor, la reine Rania de Jordanie et d’autres encore. 

«Cette nomination est le point culminant de ma carrière», a confié Ashi dans un communiqué publié sur Instagram. «Je rendrai ainsi hommage aux grands couturiers qui m'ont précédé et que j'accompagne aujourd'hui dans la poursuite de cette grande tradition d'excellence en matière de créativité et de savoir-faire.»

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Ashi Studio (@ashistudio)

«Aujourd’hui, je me rappelle les jours où je m'évadais dans le jardin pour rêver, et ce premier jour où j'ai engagé une couturière pour donner vie aux images que j’avais dans ma tête. Exigeante et joyeuse, la couture continue de mettre à nu mon énergie intérieure, afin que je puisse donner le meilleur de moi-même au service de son grand art», a-t-il ajouté.

«Cette reconnaissance fait naître en moi une intense émotion. Elle m'offre l'opportunité de partager avec vous qui je suis. Alors que s’ouvre ce nouveau chapitre, je reconnais qu'aujourd'hui, rien ne serait pas possible sans le talent et le dévouement exceptionnels de mon atelier. Je tiens à remercier tous ceux qui ont travaillé pour donner vie à mes rêves», a écrit Ashi sur Instagram.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Ashi Studio (@ashistudio)

«Je suis extrêmement fier de mes racines saoudiennes… mes créations sont souvent influencées par le patrimoine saoudien», avait récemment déclaré Ashi à Arab News. En février, le créateur a ouvert son tout premier magasin phare à Riyad. «J'ai hâte d'apporter le faste et la fantaisie de la couture dans mon pays d'origine», avait-il affirmé à Arab News avant l'inauguration.

«La scène de la mode en Arabie saoudite est florissante, et la Commission de la mode fait un excellent travail pour soutenir les nouveaux  talents saoudiens», avait ajouté Ashi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La première dame des États-Unis, Jill Biden, en robe Reem Acra à Marrakech

Jill Biden et la princesse Lalla Hasnaa. (Instagram)
Jill Biden et la princesse Lalla Hasnaa. (Instagram)
Short Url
  • La première dame américaine a porté cette semaine un ensemble mauve de la créatrice lors d'une rencontre avec la princesse marocaine Lalla Hasnaa
  • Jeudi, Jill Biden avait porté une autre robe de Reem Acra lors du mariage du prince héritier de Jordanie, Hussein ben Abdallah II et de Rajwa al-Hussein

DUBAÏ: La première dame des États-Unis, Jill Biden, a maintenu sa relation de longue date avec la créatrice de mode libanaise Reem Acra en portant un ensemble mauve de la créatrice lors d'une rencontre avec la princesse marocaine Lalla Hasnaa cette semaine.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by REEM ACRA (@reemacra)

«La première dame, la Dr Jill Biden, rayonnante d'élégance et de prestance lors de sa rencontre avec Son Altesse royale la princesse Lalla Hasnaa à Marrakech, vêtue d'une robe mauve royale Reem Acra», a publié la marque sur Instagram.

Il y a à peine quelques jours, Jill Biden avait porté une autre robe de Reem Acra lors du mariage du prince héritier de Jordanie, Hussein ben Abdallah II et de Rajwa al-Hussein, née Al-Saïf, à Amman.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by REEM ACRA (@reemacra)

Elle avait déjà auparavant porté la même robe pour un dîner officiel à la Maison Blanche, en l'honneur du président sud-coréen.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Riyad accueille la seconde édition du Festival du film européen

Le VOX cinéma, situé au sein du centre commercial Sahara Mall, projettera 16 films européens durant tout le festival. (Photo fournie)
Le VOX cinéma, situé au sein du centre commercial Sahara Mall, projettera 16 films européens durant tout le festival. (Photo fournie)
Short Url
  • L’événement, organisé du 7 au 14 juin dans la capitale saoudienne, projettera 16 films
  • Le Festival du film européen joue un rôle primordial dans la mise en valeur des talents locaux et leur intégration progressive sur le marché international du film

RIYAD: Riyad accueille la seconde édition du Festival du film européen du 7 au 14 juin. L’événement est organisé par la délégation de l’Union européenne (UE) en coopération avec les ambassades des États membres de l’UE et la compagnie Arabia Pictures Entertainment. 

Le VOX cinéma, situé au sein du centre commercial Sahara Mall, projettera 16 films européens durant tout le festival, notamment venus d’Autriche, de Chypre, du Danemark, d’Estonie, de France, d’Allemagne, d’Irlande, d’Italie, de Lettonie, de Lituanie, de Malte, des Pays-Bas, du Portugal, de Slovénie, d’Espagne et de la Suède.   

Au programme du festival cette année, le long-métrage Quiet Girl, nominé pour l’Oscar du meilleur long métrage international. Le film se déroule dans l’Irlande rurale de 1981 et raconte l’histoire de Cáit, une fille tranquille et négligée par sa famille, envoyée loin de ses proches dysfonctionnels pour vivre avec une cousine éloignée pendant l’été. Elle s’épanouit grâce à leurs soins, mais dans cette maison où il ne devrait pas y avoir de secrets, elle en découvre un…

Le film suédois I am Zlatan, de Jens Sjogren, est également au programme. Il retrace l'histoire de la célèbre star du ballon rond. Fils d’immigrants balkaniques, Zlatan Ibrahimovic, né en Suède, est devenu, après une enfance difficile, un champion de football international pendant plusieurs années. 

Sugar and Stars, réalisé par Riadh Belaïche, fera sa première mondiale lors du festival. Le film retrace la destinée de Yazid, qui depuis son plus jeune âge, est passionné de pâtisserie. Élevé entre familles d’accueil et foyers, le jeune homme tente de réaliser son rêve: travailler avec les plus grands chefs pâtissiers et devenir le meilleur.

D’autres réalisations européennes seront également à l’honneur cette année, notamment Invisible, Io sto Bene, Les bâtisseurs de l’Alhambra, Miss Viborg, Mitra, My Grandfather’s Demons, The Senior, Sanremo, Sister Apart, Sonne, ou encore The Little Comrade.  

À l’occasion du festival, l’ambassadeur de l’UE en Arabie saoudite, Mr Patrick Simonnet, a déclaré être «très heureux d’accueillir, pour la deuxième fois, le Festival du film européen en Arabie saoudite».

«En tant qu’Union européenne, nous tenons à faire partie de la scène culturelle croissante de l’Arabie saoudite via divers événements culturels, qui favorisent les échanges et engagent les Européens et les Saoudiens sur des thématiques communes, comme le cinéma. L’engagement entre les peuples est l’un des piliers importants du partenariat stratégique de l’UE avec le Golfe», a-t-il ajouté.

Fondateur d’Arabia Pictures Entertainment, Abdelelah al-Ahmary s’est félicité que son entreprise ait le privilège d’organiser le Festival du film européen en Arabie saoudite pour la deuxième année consécutive. «Arabia Pictures Entertainment continuera de soutenir l’événement avec tous les outils nécessaires pour en faire une expérience cinématographique spéciale pour tous les cinéphiles saoudiens», a-t-il affirmé.

En plus d’offrir l’opportunité aux films européens d’être projetés et promus dans le monde arabe, le Festival du film européen joue également un rôle primordial dans la mise en valeur des talents locaux  et leur intégration progressive sur le marché international. Il sert par ailleurs de plate-forme pour les cinéastes européens et saoudiens, pour qu’ils puissent se connecter et échanger leurs expériences, espoirs, défis et ambitions.

Destiné à faciliter les échanges culturels et à promouvoir le cinéma européen, le festival favorise également les contacts entre les cinéastes européens et saoudiens à travers l’organisation d’événements parallèles dédiés.

Parmi les invités figureront les réalisateurs Nuno Beato, Sébastien Tulard et Isabel Fernández, respectivement du Portugal, de France et d’Espagne, qui rencontreront le public et dialogueront ouvertement avec les cinéastes et les amateurs de cinéma. L’actrice Zübeyde Bulut, qui joue  dans le film allemand Sisters Apart, présenté au festival, évoquera lors d’une table ronde la relation entre les agents et les acteurs. Le Néerlandais Willemien Sanders participera lui à une table ronde sur la narration d’histoires de femmes dans le cinéma.