Juifs d’Orient à l’IMA: «Lutter contre l’oubli et les amalgames»

Tikims, coffres servant à conserver et protéger la Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Tikims, coffres servant à conserver et protéger la Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Grande robe de mariée, Rabat, 1900 (Photo Anne Ilcinkas)
Grande robe de mariée, Rabat, 1900 (Photo Anne Ilcinkas)
Moïse Maïmonide, Misneh Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Moïse Maïmonide, Misneh Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Veste de femme et robe, Constantine Algérie XIXᵉ siècle (Photo Anne Ilcinkas)
Veste de femme et robe, Constantine Algérie XIXᵉ siècle (Photo Anne Ilcinkas)
Homme lisant un livre saint dans sa maison à Wadi Amlah, Yémen, tirage moderne (Photo Anne Ilcinkas)
Homme lisant un livre saint dans sa maison à Wadi Amlah, Yémen, tirage moderne (Photo Anne Ilcinkas)
Affiche de l’exposition
Affiche de l’exposition
Short Url
Publié le Mardi 23 novembre 2021

Juifs d’Orient à l’IMA: «Lutter contre l’oubli et les amalgames»

Tikims, coffres servant à conserver et protéger la Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Grande robe de mariée, Rabat, 1900 (Photo Anne Ilcinkas)
Moïse Maïmonide, Misneh Torah (Photo Anne Ilcinkas)
Veste de femme et robe, Constantine Algérie XIXᵉ siècle (Photo Anne Ilcinkas)
Homme lisant un livre saint dans sa maison à Wadi Amlah, Yémen, tirage moderne (Photo Anne Ilcinkas)
Affiche de l’exposition
  • L’IMA accueille du 24 novembre 2021 au 13 mars 2022 l’exposition Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire, la première d’une telle ampleur sur cette thématique
  • À travers un parcours déployé sur 1100 m² et 280 œuvres, ce sont quinze siècles de cohabitation des juifs dans le monde arabe que le visiteur découvre

PARIS: «Accueillir l’exposition Juifs d’Orient, une histoire plurimillénaire à l’Institut du monde arabe porte une symbolique forte: célébrer la pluralité du monde arabe et lutter contre l’oubli et les amalgames», tels sont les mots employés par Jack Lang dans la préface du catalogue de l’exposition du même nom, organisée à l’Institut du monde arabe (IMA) du 24 novembre 2021 au 13 mars 2022. Ce projet est le troisième volet d'une trilogie consacrée par l'IMA aux religions monothéistes, succédant ainsi au Hajj, le pèlerinage à la Mecque, en 2014, et à Chrétiens d'Orient, 2000 ans d'histoire, en 2017. Sous la direction de Benjamin Stora, commissaire général de l’exposition, la nouvelle exposition met en lumière la longue histoire juive en Orient. 

À travers un parcours déployé sur 1100 m² et 280 œuvres, ce sont quinze siècles de cohabitation des juifs dans le monde arabe que le visiteur découvre. Des pièces d’exception: rares objets liturgiques, manuscrits anciens, bijoux d’une grande valeur et finesse, œuvres archéologiques exceptionnelles, photographies de famille et installations audiovisuelles témoignent de l’importance et de la pluralité des communautés juives, des rives de l’Euphrate aux plateaux de l’Atlas. 

Première exposition internationale de grande ampleur qui aborde ce sujet, elle illustre aussi les liens profonds – tour à tour féconds et tumultueux – qui ont uni juifs et musulmans pendant des siècles.  

«Le but n’est pas de "réconcilier" ceux qui pensent que cette histoire doit être seulement décrite comme un exemple d’harmonie et de convivialité entre les trois religions monothéistes en Orient et ceux qui la décrivent seulement comme une suite de conflits terribles, notamment après l’apparition de la civilisation islamique», déclare Benjamin Stora à Arab News en français, media partenaire de l’exposition. «Ce que nous aimerions dire, montrer, se situe à l’intersection de ces deux conceptions», précise-t-il.  

Une «convivance» historique entre juifs et musulmans 

«La particularité de cette exposition est d’inscrire la présence des juifs en Orient – au sens large – dans une très grande temporalité historique. Nous avons pour habitude de percevoir les relations entre les juifs et les musulmans par la fin, c’est à dire au XXᵉ siècle, avec notamment le conflit israélo-palestinien qui est très important, mais nous oublions ce qu’a été cette histoire très longue de la présence juive en terre d’islam et avant l’arrivée de cette religion», confie l’historien. «Cette histoire du monde juif dans le monde arabe ne se réduit pas à la question de la création de l’État d’Israël, mais existait déjà bien avant. Ensuite, il y a la question du sionisme, mais le sionisme est une idéologie politique», poursuit Benjamin Stora. 

L’historien insiste sur l’importance de la préservation du lien culturel en dépit de toutes les questions politiques «non réglées». «J’emploie le mot convivance entre juifs et musulmans pour décrire cette exposition, un terme emprunté à l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb. Dans le fond, il y a certainement des appréhensions côté palestinien vis-à-vis de cette exposition, mais elle peut maintenir le fil d’une histoire longue pour créer les conditions de retrouvailles politiques. Dans l’attente de solutions politiques, il est de notre devoir de préserver ce patrimoine historique et ce fil culturel», précise-t-il.  Ce dernier passe par la littérature, la civilisation, la religion, ou encore la langue. Et c’est ce que «l’exposition a mis en valeur». 

Un questionnement sur les origines  

Pour Benjamin Stora, le but ultime est de réinscrire cette histoire dans la temporalité longue, afin que celle-ci ne disparaisse pas. «Aujourd’hui, de nombreux jeunes s’interrogent sur leurs origines et lorsqu’ils découvrent qu’il  existait une présence juive en Orient au XIIIᵉ siècle, ils se posent de nombreuses questions sur la nature de cette présence, son histoire, les relations que la communauté entretenait avec les autres religions monothéistes, notamment l’islam, la langue parlée…», ajoute le commissaire général de l’exposition. 

L’approche privilégiée par l’exposition est à la fois thématique et chronologique et décline les grands temps de la vie intellectuelle et culturelle des juifs en Orient. Chaque espace de l’exposition évoque une situation vécue par les populations juives, du Maroc à l’Irak, de la Tunisie à la Syrie, en passant par le Yémen. 

De l’Antiquité au temps des dynasties 

L’exposition promène le visiteur de la Haute Antiquité à nos jours, selon un parcours chronologique. «L’idée est d’ancrer cette histoire dans le temps long», explique Élodie Bouffard, commissaire exécutive de l’exposition pour l’IMA. Le premier espace est consacré aux communautés juives avant l’islam, lorsque pendant plus d'un millénaire, ces communautés vivent en terre de Canaan. Avec les répressions romaines durant jusqu'au milieu du IIᵉ siècle, la diaspora juive s'intensifie et les populations quittent Jérusalem, emportant avec elles les rouleaux de Torah. Les quatre grands foyers deviennent la Galilée, la Babylonie, la Syrie et l’Égypte. 

Le second espace retrace la période du VIIᵉ au XVᵉ siècle. À cette époque, la majorité des populations juives vivent dans le monde musulman. Elles y adoptent la langue arabe, dans la multiplicité de ses dialectes, qui, retranscrite en hébreu, devient le «judéo-arabe». Une période de symbiose culturelle, linguistique et philosophique entre les trois religions monothéistes présentes en Orient. À titre d’exemple, les vestiges des synagogues de cette période qui témoignent de ces échanges interreligieux, dont l’intérieur somptueux et d’une grande finesse démontre la richesse des contacts entre les artisans de toutes confessions.  

Du temps des séfarades au temps des exils 

Cette situation se dégrade notamment dès la fin du XIVᵉ siècle, surtout dans la péninsule Ibérique. Les difficultés économiques et les troubles politiques entraînent violences et conversions forcées. En 1492, les souverains espagnols victorieux signent l’édit d’expulsion des juifs. Ils leur donnent le choix entre la conversion au christianisme et le départ. Les juifs hispaniques, dits «séfarades», ainsi que les «marranes» (juifs convertis de force au christianisme, mais perpétuant en secret leurs traditions religieuses) émigrent pour beaucoup vers les ports de la Méditerranée, et fondent de nouveaux foyers au Maroc, dans l’Empire ottoman et en Europe. Les deux siècles qui suivent connaissent de nouveaux exils.  

Les deux derniers siècles sont également mouvementés pour la communauté juive d’Orient. Le XIXᵉ siècle est marqué par la colonisation de l’Algérie (1830), la prise de contrôle de la Tunisie (1881), de l’Égypte (1882), du Maroc, de la Libye (1912) par la France, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie. Après la Première Guerre mondiale (1914-1918), l’Empire ottoman est démantelé par la mise en place des mandats français (Liban, Syrie) et britanniques (Irak, Palestine et Transjordanie) dans les provinces arabes. La mainmise de l’Europe sur une partie du monde arabe a un impact économique, politique et culturel sur les communautés juives dans le monde arabe. 

L'exposition se conclut sur le «temps des exils» et le rôle de l'Europe dans la détérioration des relations entre juifs et musulmans, l'Holocauste, puis la création d'Israël en 1948 et le début des guerres entre ce nouvel État et des pays arabes.  

Des événements qui vont provoquer une séparation entre les communautés juives et musulmanes et pousser au départ de nombreux juifs vers l’Europe, Israël, les États-Unis et le Canada. Forte d’un million de personnes en 1945, la population juive dans les pays arabo-musulmans n’en compte aujourd’hui que 30 000, principalement en Turquie, au Maroc et en Iran.  

«Le moment présent est certes marqué par des ruptures et séparations, mais il existe une histoire plus profonde qui permet de comprendre la richesse du monde arabo-musulman, mais également celle des identités qui se déploient dans ce monde séfarade aujourd’hui. Nous voulons témoigner d’une histoire et de l’importance de la valoriser au sein des nouvelles générations», explique Élodie Bouffard. «Et surtout, coûte que coûte, lutter contre l’oubli», conclut la commissaire exécutive de l’exposition. 


Dior: quand la broderie raconte la haute couture

Le défilé de la collection Dior Printemps-Été 2022 lors de la Fashion Week Haute Couture de Paris, le 24 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le défilé de la collection Dior Printemps-Été 2022 lors de la Fashion Week Haute Couture de Paris, le 24 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les vestes sans doublures sont traitées en «double face», une technique consistant à ouvrir le premier tissu et d'insérer l'autre dedans, faisant aussi écho à celle de broderie
  • Le décor reproduit en broderies des oeuvres du couple d'artistes indiens, Madhvi Parekh et Manu Parekh en mettant en valeur la dichotomie masculin/féminin

PARIS: Des tenues épurées, agrémentées de broderies: Dior célèbre cet artisanat dans la collection haute couture présentée lundi à Paris dans un décor multicolore, lui aussi brodé par des jeunes femmes indiennes.  

« Je suis obsédée par la broderie, c'est très personnel, je suis italienne, une partie de ma famille vit dans le sud, j'ai tout le temps vu les femmes broder, ma grand-mère, mes tantes, ma mère... J'ai toujours été fascinée, c'est tout un langage à travers lequel les femmes s'expriment », confie Maria Grazia Chiuri, directrice artistique des collections femme chez Dior.  

1
Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de Dior. (Photo, AFP)

Cette obsession se traduit dans l'omniprésence de pièces brodées - collants, maillots, chaussettes et chaussures - et dans une approche innovante: on n'ornemente pas les robes en les brodant, elles sont conçues entièrement par la broderie, pratiquement sans coutures.   

Après la dernière collection prêt-à-porter très colorée, celle-ci se décline en grande partie dans des nuances de blanc et de gris. Les broderies d'une extrême sophistication sont aussi monochromes, avec beaucoup de ton sur ton.  La silhouette s'allonge et se simplifie, s'éloignant de la ligne cintrée de Dior vers plus d'épure.   

Les vestes sans doublures sont traitées en « double face », une technique consistant à ouvrir le premier tissu et d'insérer l'autre dedans, faisant aussi écho à celle de broderie.  

1
L'installation au musée Rodin qui sera ouverte ou public dans la semaine suivant le défilé a été réalisée par 380 brodeuses pendant 3 mois. (Photo, AFP)

380 brodeuses à Bombay 

La palette sobre des robes contraste avec l’exubérance du décor multicolore et saturé au musée Rodin, où se déroule le défilé qui met en lumière et fait dialoguer les artisanats français et indiens.  

Le décor reproduit en broderies des oeuvres du couple d'artistes indiens, Madhvi Parekh et Manu Parekh en mettant en valeur la dichotomie masculin/féminin. 

C'est la troisième fois que le décor pour les défilés haute couture de Dior est produit par l'école Chanakya à Bombay (Inde) où des jeunes femmes apprennent la broderie, chose rare dans un pays où ce métier se transmet de père en fils. 

Ces collaborations s'inscrivent dans la démarche féministe de Maria Grazia Chiuri. Elle envisageait au départ de faire venir les brodeuses à Paris pour le défilé, un projet empêché par le contexte sanitaire. 

« C'est un honneur pour elles d'avoir cette visibilité internationale », déclare Karishma Swali, fondatrice et directrice de l'établissement. 

« Au terme d'une formation de 18 mois, elles mettent ainsi en œuvre ce qu'elles ont appris. C'est une opportunité incroyable dont elles ne pouvaient même pas rêver », ajoute-t-elle.  

L'installation au musée Rodin qui sera ouverte ou public dans la semaine suivant le défilé a été réalisée par 380 brodeuses pendant 3 mois.  

Une façon de plus pour Maria Grazia Chiuri de prouver que l'artisanat est un art et que la haute couture un projet culturel international. De nombreuses pièces de la collection sont également brodées dans l'école Chanakya.  

« Il est très important de parler de l'artisanat, c'est crucial pour la haute couture. Nous devons montrer le lien entre le travail artistique et artisanal, ce dernier étant considéré comme moins important dans certains pays » comme l'Italie ou l'Inde, souligne-t-elle.  

Pour Maria Grazia Chiuri, cette réflexion devient vitale depuis la pandémie. « Personne ne sait encore combien d'entreprises ne survivront pas à la crise et combien on perdra de capacités créatives. Ce ne sont pas des ouvriers facilement remplaçables. Il est prioritaire pour Dior de les soutenir », conclut-elle. 

 


En pleins défilés, le monde de la mode ébranlé par la mort de Mugler

Dans cette photo d'archive prise le 3 octobre 1999, le couturier français Thierry Mugler est acclamé par ses mannequins et le public après la présentation de sa collection de prêt-à-porter printemps-été 2000 à Paris.  (Thomas Coex/AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 3 octobre 1999, le couturier français Thierry Mugler est acclamé par ses mannequins et le public après la présentation de sa collection de prêt-à-porter printemps-été 2000 à Paris. (Thomas Coex/AFP)
Short Url
  • Orpheline de ses créateurs légendaires, la mode est de nouveau en deuil
  • «Je retiens de Thierry cette force de casser les murs entre les disciplines: la mode avec une dimension cinématographique, le spectacle», a confié Jean-Charles de Castelbajac

PARIS : La semaine de la haute couture démarre lundi à Paris, ébranlée par la mort de Thierry Mugler, «le couturissime» qui avait régné sur la mode des années 1980 et continuait de ravir des stars internationales avec ses tenues spectaculaires aux silhouettes marquées.  

Kenzo décédé en octobre 2020 du Covid, Alber Elbaz emporté lui aussi par le Covid en avril 2021, Pierre Cardin en 2020, Virgil Abloh mort d'un cancer en novembre, Thierry Mugler qui s'éteint dimanche de façon inattendue: orpheline de ses créateurs légendaires, la mode est de nouveau en deuil.

Après son décès soudain, les hommages pleuvent en provenance du monde entier, de figures de la mode, de la musique et de la politique.

«Repose en paix, Thierry Mugler», a écrit la superstar américaine Beyoncé, avec une photo en noir et blanc d'un Thierry Mugler souriant, en une de son site officiel, accompagné de nombreuses images d'elle portant les tenues du couturier.

La chanteuse Diana Ross a elle partagé sur Twitter une photo avec le créateur français lors d'un de ses défilés à Paris en 1990, avec ces mots: «Vous allez me manquer, Thierry Mugler, c'était un moment merveilleux dans nos vies».

«Je retiens de Thierry cette force de casser les murs entre les disciplines: la mode avec une dimension cinématographique, le spectacle», a confié le créateur français Jean-Charles de Castelbajac.

Le directeur artistique de Mugler, l'Américain Casey Cadwallader, lui a aussi rendu hommage, sur Instagram: «Vous avez changé notre perception de la beauté.»

- Folie créative -

Selon l'attaché de presse de Thierry Mugler, Jean-Baptiste Rougeot, la mort du grand couturier, qui s'était transformé physiquement ces dernières années et se faisait désormais appeler Manfred Thierry Mugler, est survenue de façon inattendue dimanche après-midi.

Il avait encore des projets et devait annoncer de nouvelles collaborations en début de semaine.

Témoin de sa popularité durable, les foules se pressent à Paris pour retrouver son exubérance et sa folie créative, célébrée en ce moment au musée des Arts décoratifs.

Intitulée «Couturissime», cette exposition invite jusqu'à fin avril à sortir du monde virtuel et repousser les limites de la mode commerciale et uniformisée. On y retrouve aussi des costumes crées pour le clip «Too Funky» de George Michael avec son défilé débridé de certaines des plus grandes top models du début des années 1990.

Vernissage de l’exposition « Thierry Mugler : Couturissime » au Musée des Arts Décoratifs à Paris le 28 septembre 2021. (Christophe Archambault/AFP)
Vernissage de l’exposition « Thierry Mugler : Couturissime » au Musée des Arts Décoratifs à Paris le 28 septembre 2021. (Christophe Archambault/AFP)

- Haute couture «pour les jeunes» -

Né à Strasbourg en décembre 1948, Thierry Mugler avait démarré dans la danse avant d'arriver à Paris à 20 ans puis avait créé sa propre griffe «Café de Paris» en 1973, avant de fonder un an plus tard la société «Thierry Mugler».

Ses silhouettes structurées et sophistiquées s'étaient rapidement imposées. La «femme Mugler», aux épaules accentuées, décolletés plongeants et tailles corsetées, a fait le tour du monde, de Jerry Hall à Kim Kardashian.

Cette dernière apparaissait parmi les dernières photos du compte Facebook Manfred Thierry Mugler, en tenue de cow-girl intergalactique que le créateur avait conçue pour elle pour Halloween.

Car si Thierry Mugler s'était retiré de la mode en 2002, les icônes de la pop culture d'aujourd'hui, de Lady Gaga à Cardi B, revêtent encore ses tenues d'archives pour les grandes occasions.

Metteur en scène dans l'âme, il avait marqué les esprits en devenant pionnier, dès les années 1970, des défilés à grand spectacle.

Il s'était plus tard lancé dans la création de parfums, son premier modèle féminin «Angel» lancé en 1992 connaissant un très grand succès, jusqu'à disputer la première place des ventes au mythique N°5 de Chanel.

Ses collections mode avaient aussi marqué le monde politique, comme lorsqu'en 1985, le ministre de la Culture Jack Lang fut sifflé à l'Assemblée nationale à cause de son costume col Mao signé Mugler, porté sans cravate. «Thierry Mugler était un ami inestimable», a réagi l'ancien ministre en se disant «stupéfait».

«Mugler voulait se détacher de la haute couture qui correspondait à une élite, et montrer que les jeunes pouvaient aussi porter de la haute couture», avait à l'époque déclaré à l'AFP Thierry-Maxime Loriot, commissaire de l'exposition «Couturissime».

Après le prêt-à-porter homme la semaine dernière, la haute couture, spécificité parisienne, débute lundi avec le très attendu défilé Dior.


Avec «Amours (2)», Joël Pommerat cherche terrain vierge pour théâtre à nu

La mezzo soprano française Chloe Briot (troisième à gauche), en tant que «Pinocchio», et le baryton-basse français Vincent Le Texier (troisième à droite), en tant que père, jouent dans l'opéra «Pinocchio» composé par Philippe Boesmans de Belgique, mis en scène par Joel Pommerat et dirigé par Emilio Pomarico, le 29 juin 2017 lors du Festival international d'art lyrique d'Aix-en-Provence, dans le sud-est de la France. (Boris Horvat / AFP)
La mezzo soprano française Chloe Briot (troisième à gauche), en tant que «Pinocchio», et le baryton-basse français Vincent Le Texier (troisième à droite), en tant que père, jouent dans l'opéra «Pinocchio» composé par Philippe Boesmans de Belgique, mis en scène par Joel Pommerat et dirigé par Emilio Pomarico, le 29 juin 2017 lors du Festival international d'art lyrique d'Aix-en-Provence, dans le sud-est de la France. (Boris Horvat / AFP)
Short Url
  • Après une première version d'«Amours» créée en 2019, c'est le quatrième spectacle monté par le metteur en scène et sa compagnie avec un petit groupe de détenus d'Arles
  • Les pathologies de l'amour se déclinent en une série de saynètes dans lesquelles les mots pesés et incisifs de Joël Pommerat tiennent le premier rôle

MARSEILLE : Du théâtre revenu à l'essentiel: avec «Amours (2)», présenté en avant-première ce week-end à Marseille, Joël Pommerat poursuit, hors les murs de la prison mais dans une économie de moyens intacte, le travail engagé depuis 2014 avec des détenus purgeant de longues peines.

Après une première version d'«Amours» créée en 2019, c'est le quatrième spectacle monté par le très plébiscité metteur en scène et sa compagnie Louis Brouillard avec un petit groupe de détenus de la maison centrale d'Arles (Bouches-du-Rhône).

Dans une petite salle aux allures d'entrepôt de la Friche de la Belle de Mai, pôle culturel marseillais, l'espace scénique est délimité par une quarantaine de chaises en plastique disposées en U sur lesquelles se serrent les spectateurs, masques FFP2 vissés aux oreilles.

«Tu sais, si je ne t'avais pas imposé ma loi, c'est toi qui me l'aurais imposée», lance, à brûle-pourpoint, un père à son fils. «Tu m'as terrorisé toute mon enfance, toute mon adolescence, toute ma jeunesse. J'ai peur de toi», lui répond ce dernier.

Des chaises pour tout accessoire, un simple interrupteur rythmant la succession des scènes en guise d'éclairage et, tenant lieu d'horizon, une seconde pièce hors-champ qui devient comme un espace de fuite pour les personnages et d'où émanent bruits de coups ou sons d'ébats.

Tentation de l'amour de jeunesse croisé par hasard, couple en mal d'enfant, amitié mise à mal par un souvenir: les pathologies de l'amour se déclinent en une série de saynètes dans lesquelles les mots pesés et incisifs de Joël Pommerat tiennent, avec leurs interprètes saisissants de justesse, le premier rôle.

Un dépouillement d'abord dicté par les contraintes logistiques inhérentes à la détention après deux précédents spectacles, «Désordre d'un futur passé» en 2015 et «Marius» en 2017, qui étaient «extrêmement ambitieux et lourds sur un plan technique», explique Joël Pommerat.

«Donc +Amours+ a été fait dans cette forme très légère, très dépouillée, sans décor, sans costumes» puisqu'il fallait faire «un objet le plus discret et simple possible» afin de continuer à travailler dans le milieu carcéral, poursuit-il.

- «Virginité» -

«Amours (2)» ne conserve qu'une dizaine de textes, tirés de trois précédents spectacles de Joël Pommerat, pour cinq à six comédiens quand la première version en comptait environ le double.

Parmi eux, deux anciens détenus: Redwane Rajel, qui a déjà joué sous la direction d'Olivier Py au Festival d'Avignon, et Jean Ruimi, l'homme à l'initiative de la troupe formée à la prison d'Arles. Ils sont accompagnés de trois comédiennes professionnelles.

«La plupart des gens avec qui on a construit cette équipe ne sont jamais allés voir un spectacle de théâtre. Donc on a fabriqué du théâtre en toute innocence, en toute virginité», raconte Joël Pommerat, 58 ans, dont chacune des créations fait salle comble à Paris.

«Dans le fond, c'est ça qui m'a retenu, cet engouement. Les gens avec qui on a bossé, ce sont les plus gros travailleurs que j'ai rencontrés. Des passionnés et des amoureux du travail», confesse-t-il, décrivant une expérience loin de l'entre-soi théâtral, ce «petit monde de gens qui se ressemblent».

Pour la tournée, qui devrait débuter en septembre, Joël Pommerat imagine jouer «Amours (2)» dans une boucherie, un casino, un gymnase, une paroisse même. «A partir du moment où on arrive à faire une configuration comme celle-ci, à peu près, on peut jouer n'importe où».

«Le grand principe, c'est de garder cette intimité: faire du théâtre pour un petit nombre de spectateurs pour pouvoir aller le plus possible dans la proximité», ajoute-t-il.

N'importe où sauf peut-être sur un plateau de théâtre: «C'est bien d'être à un endroit neutre où le théâtre n'est pas attendu».