Le chef de la Ligue musulmane mondiale reçoit le Bridge Builder Award à Oslo

Le Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale (LMM) et président de l’Association des oulémas musulmans, a reçu le Bridge Builder Award norvégien. (Photo fournie)
Le Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale (LMM) et président de l’Association des oulémas musulmans, a reçu le Bridge Builder Award norvégien. (Photo fournie)
Le Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale (LMM) et président de l’Association des oulémas musulmans, a reçu le Bridge Builder Award norvégien. (Photo fournie)
Le Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale (LMM) et président de l’Association des oulémas musulmans, a reçu le Bridge Builder Award norvégien. (Photo fournie)
Le Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale (LMM) et président de l’Association des oulémas musulmans, a reçu le Bridge Builder Award norvégien. (Photo fournie)
Le Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale (LMM) et président de l’Association des oulémas musulmans, a reçu le Bridge Builder Award norvégien. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 26 novembre 2021

Le chef de la Ligue musulmane mondiale reçoit le Bridge Builder Award à Oslo

  • Il était l’un des trois lauréats de ce prix en 2021, qui est décerné à des personnes ayant contribué à tisser des liens entre les peuples, les nations et les communautés
  • C’est la première fois que la capitale norvégienne voit se réunir des représentants de haut niveau de l’islam, du judaïsme et du christianisme

OSLO: Le Dr Mohammed ben Abdelkarim al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale (LMM) et président de l’Association des oulémas musulmans, a reçu le Bridge Builder Award norvégien lors d’une cérémonie à Oslo.

Il était l’un des trois lauréats de ce prix en 2021, qui est décerné à des personnes ayant contribué à tisser des liens entre les peuples, les nations et les communautés. Les deux autres étaient le père, professeur et Dr Ioan Sauca, secrétaire général par intérim du Conseil œcuménique des Églises, et Michael Melchior, grand rabbin et chef de la Religious Peace Initiative en Israël.

Le jury a qualifié le Dr Al-Issa de force mondiale de premier plan en matière de modération, affirmant qu’il représente une voix claire et distincte pour la paix et la coopération entre les nations et les religions. «Cette distinction est une reconnaissance et un encouragement à poursuivre ses grands efforts pour promouvoir la tolérance, le respect et l’amour.»

Le Dr Al-Issa a reçu des messages de félicitations de la part de plusieurs responsables norvégiens et européens.

«C’est la première fois que la capitale norvégienne voit se réunir des représentants de haut niveau de l’islam, du judaïsme et du christianisme pour souligner le respect et la tolérance entre eux, et exprimer une ambition claire pour une plus grande coopération interconfessionnelle», a déclaré le jury lors de la cérémonie.

Dans le discours qu’il a prononcé après avoir reçu le prix, le Dr Al-Issa explique que le fait de parler de «construire des ponts» revient à parler de participation active au processus d’instauration de la paix.

Le secrétaire général de la LMM met en garde contre la distribution inéquitable du vaccin contre la Covid-19: «C’est une honte que seuls les riches puissent bénéficier du vaccin, alors que les pauvres doivent faire face à la douleur de la pauvreté, à la douleur de la maladie, à la douleur de la cruauté du mépris et de l’injustice. Tout comme la maladie ne distingue pas entre les personnes, le traitement ne doit pas distinguer entre les personnes.»

Concernant les conflits résultant de clivages religieux, culturels, politiques et autres, le Dr Al-Issa mentionne que «Le fait de nous éloigner les uns des autres construit des murs de peur, de méfiance et d’incompréhension.»

Il appelle à établir un dialogue qui permette de résoudre efficacement les problèmes, et non un dialogue formel ou de courtoisie. Il exhorte également les adeptes des religions et des civilisations à unir leurs forces, à rejeter les accusations et à combattre les discours de haine et les actes de violence.

«Le choix des sages après avoir examiné les chapitres douloureux de l’histoire est de regarder vers l’avenir, en inculquant la tolérance, la coexistence, l’amour et la coopération, car les événements de l’histoire sont entre les mains de leurs propriétaires et entre les mains de ceux qui leur ont succédé», indique-t-il.

Le Dr Al-Issa réitère ensuite son appel à la paix en disant: «Nous voulons une paix sincère et durable, instaurée par une véritable volonté de paix, une paix qui prend en compte l’histoire. Cette paix ne peut être réalisée que si elle vient des profondeurs de l’âme avec sa sincérité, sa pureté et son amour du bien pour tous.»

Il affirme que l’amour sincère dans son sens large est le plus grand artisan de la paix, soulignant dans ce contexte la responsabilité de la famille et de l’éducation, depuis l’enfance jusqu’aux premiers stades de la jeunesse. «Le processus éducatif doit se concentrer sur l’enseignement des valeurs communes de manière interactive.»

Parmi les anciens lauréats du Bridge Builder Award figurent l’ex-président américain Barack Obama et l’actuel directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Ghebreyesus.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Le Maroc suspend le trafic maritime de passagers avec la France

Vue du port Tanger Med dans la ville nord de Tanger sur le détroit de Gibraltar le 13 mars 2020. (Photo, AFP)
Vue du port Tanger Med dans la ville nord de Tanger sur le détroit de Gibraltar le 13 mars 2020. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les vols réguliers vers et en provenance de la France seront également interrompus jusqu'à nouvel ordre
  • La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc

RABAT : Le Maroc a décidé de suspendre le transport maritime de passagers avec la France à partir de dimanche soir, en raison de la recrudescence de l'épidémie de Covid-19, a indiqué samedi un responsable au ministère du Transport.

A la même date, les vols réguliers vers et en provenance de la France seront également interrompus jusqu'à nouvel ordre, avaient annoncé jeudi les autorités marocaines en expliquant chercher à "faire face à la dégradation de la situation sanitaire dans certains pays du voisinage européen". 

"Dans le cadre des mesures prises par le Maroc pour contenir la pandémie et consolider les acquis en termes de lutte contre la propagation de la Covid-19, le transport maritime de passagers en provenance et à destination de la France est suspendu à partir du dimanche 28 novembre 2021 à 23h59", a déclaré le responsable à l'AFP.

"Cette suspension ne s'applique pas aux véhicules utilitaires destinés au transport de marchandises et de messagerie", a-t-il ajouté.

La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc. Les liens culturels et humains sont également étroits: plus de 1,3 million de Marocains vivent en France et près de 80 000 Français résident au Maroc.

Au Maroc, la situation épidémiologique s'est améliorée et a permis la levée début novembre d'un couvre-feu nocturne national en vigueur depuis des mois.

 


Une première femme irako-kurde victime de la tragédie de la Manche identifiée

Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi. (Photo, Reuters)
Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Maryam Nuri Mohamed Amin envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot a commencé à couler
  • 27 personnes sont mortes en tentant un voyage périlleux de la côte française au Royaume-Uni

LONDRES : Une femme kurde du nord de l'Irak est la première victime identifiée de la noyade massive de cette semaine dans la Manche.

Maryam Nuri Mohamed Amin, 24 ans, envoyait un message à son fiancé au Royaume-Uni lorsque le canot dans lequel elle se trouvait a commencé à couler mercredi.

Elle est l'une des 27 victimes du périlleux voyage de la côte française vers la Grande-Bretagne, qui a fait des dizaines de morts cette année.

Son fiancé a déclaré à la BBC qu'elle avait essayé de le rassurer sur le fait qu'ils seraient secourus pendant qu'ils coulaient, mais elle a péri avec 26 autres personnes. Seuls deux passagers ont survécu.

17 hommes, six femmes - dont une enceinte - et trois enfants ont péri.

Les deux survivants, un Somalien et un Irakien, sont sortis d'un hôpital français et devraient être interrogés sur l'incident.

Amin avait tenté le voyage avec une proche, en espérant rejoindre une famille en Grande-Bretagne.

Elle envoyait un message à son fiancé sur l'application de médias sociaux Snapchat quelques instants avant que le canot ne commence à chavirer.

Elle était originaire de Souran, une ville du nord-est du Kurdistan irakien. Sa famille attend le retour de son corps pour des funérailles.

Un proche dit : « Son histoire est la même que celle de tout le monde : elle cherchait une vie meilleure. L'un de ses oncles était l'une des personnes les plus proches de moi. Il s'est occupé de nous quand mon père était prisonnier politique. Mais la famille a eu une vie tellement tragique. »

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Irak: un mort lors d'une tentative d'évasion de trois djihadistes de l'EI

Les forces de sécurité irakiennes ont déclaré avoir abattu un militant condamné alors qu'il tentait de s'échapper d'une prison. (Photo, AFP)
Les forces de sécurité irakiennes ont déclaré avoir abattu un militant condamné alors qu'il tentait de s'échapper d'une prison. (Photo, AFP)
Short Url
  • Une force de sécurité conjointe de la police et de l'armée a « réussi à déjouer la tentative d'évasion de trois terroristes condamnés à la prison à vie », indique un communiqué
  • Ils étaient détenus à la prison de Taji, au nord de Bagdad, selon le texte

BAGDAD : Les forces de l'ordre en Irak ont tué samedi un djihadiste du groupe Etat islamique (EI) lors d'une tentative d'évasion avec deux autres hommes de l'organisation extrémiste, tous condamnés à la prison à vie, selon un communiqué officiel.

Une force de sécurité conjointe de la police et de l'armée a "réussi à déjouer la tentative d'évasion de trois terroristes condamnés à la prison à vie", indique un communiqué qui ne donne pas de détails sur leur identité.

Ils étaient détenus à la prison de Taji, au nord de Bagdad, selon le texte. Les forces de l'ordre ont ouvert le feu "en les voyant traverser le mur extérieur de la prison".

"Ils n'ont pas obéi aux avertissements, l'un d'eux a été tué, les deux autres se sont rendus".

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie voisine et la conquête de vastes territoires, l'EI a vu son "califat" vaciller sous le coup d'offensives successives dans ces deux pays.

L'Irak a proclamé sa victoire contre les djihadistes fin 2017 et l'EI a été défait en Syrie en mars 2019.

Les djihadistes restent une menace et continuent de mener des attentats dans ces deux pays.

Aujourd'hui l'EI "maintient une présence largement clandestine en Irak et en Syrie et mène une insurrection soutenue de part et d'autre de la frontière entre les deux pays", selon un rapport onusien publié début 2021.

Dans ces deux pays, l'organisation djihadiste conserverait "en tout 10.000 combattants actifs", d'après ce rapport.

Le dernier attentat d'envergure revendiqué par l'EI en Irak a visé en juillet dernier un marché du quartier chiite de Sadr City à Bagdad qui a fait une trentaine de morts.

En octobre, les autorités ont annoncé deux importantes arrestations grâce à deux opérations menées hors d'Irak: le responsable d'un attentat revendiqué par l'EI ayant fait plus de 320 morts en 2016 à Bagdad et un ancien haut responsable financier de l'organisation ultraradicale, recherché par les Etats-Unis.

Des centaines d'étrangers ont été condamnés à la peine capitale ou à la prison à vie en Irak pour appartenance à l'EI mais leurs peines de mort n'ont pas été exécutées. Parmi eux, 11 Français ont été condamnés à mort et trois à la perpétuité.