Emeutes aux îles Salomon sur fond de rivalité entre Taïwan et Pékin

Les flammes ravagent des bâtiments et des colonnes de fumée noire s'élevent au-dessus de la ville de Honiara, capitale des Iles. (Photo, AFP)
Les flammes ravagent des bâtiments et des colonnes de fumée noire s'élevent au-dessus de la ville de Honiara, capitale des Iles. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 26 novembre 2021

Emeutes aux îles Salomon sur fond de rivalité entre Taïwan et Pékin

  • L'Australie, grand voisin situé à 1500 kilomètres, a déployé une force de maintien de la paix
  • Les manifestants ont brûlé un poste de police et pillé des commerces, dont certains appartenant à des Chinois

HONIARA : De nouvelles émeutes ont secoué jeudi les Iles Salomon, amenant l'Australie à y déployer une force de maintien de la paix, sur fond de rivalité entre Taïwan et Pékin qui s'alarme pour ses intérêts dans l'archipel du Pacifique.

Les Iles Salomon, qui depuis 1983 entretenaient des liens diplomatiques avec Taïwan, ont choisi en 2019 de rompre avec le territoire pour reconnaître le pouvoir communiste de Pékin en tant que représentant légitime de la Chine.

Le géant asiatique, qui considère Taïwan comme l'une de ses provinces bien qu'il ne contrôle pas l'île de 23 millions d'habitants, en fait un prérequis pour l'établissement de relations diplomatiques avec d'autres pays.

La décision du gouvernement des Iles Salomon avait alors provoqué le ressentiment d'une partie de la population qui entretenait des relations étroites avec Taipei.

Mercredi, des centaines de personnes ont manifesté pour réclamer la démission du Premier ministre Manassah Sogavare, avant de se rendre dans le quartier chinois de Honiara, la capitale des Iles Salomon.

Les manifestants ont brûlé un poste de police et pillé des commerces, jusqu'à l'intervention de la police avec des gaz lacrymogènes.

Un couvre-feu a été imposé. Mais en dépit de l'interdiction de sortir, des manifestants sont à nouveau descendus dans la rue jeudi. Les médias locaux ont fait état de pillages et d'utilisation de gaz lacrymogène par la police.

Un témoin a dit à l'AFP avoir vu la police installer des barrages routiers. Sans aucun signe d'accalmie du côté des émeutiers, plus de 24 heures après le début des troubles devant le Parlement.

Jeudi soir, des centaines de pillards défiaient ouvertement le couvre-feu instauré par la police, courant dans les rues avec des cartons et des sacs de marchandises, alors que les flammes ravageaient des bâtiments et que des colonnes de fumée noire s'élevaient au-dessus de la ville.

Des images publiées sur les réseaux sociaux montraient des bâtiments en flammes, de la fumée s'échappant des devantures et des toits effondrés. Des débris, poubelles et branches d'arbres parsemaient les rues.

Les banques, écoles, postes de police et les commerces détenus par des Chinois faisaient selon ces sources partie des bâtiments incendiés.

Pékin a fait part de sa "grande préoccupation" pour ses intérêts aux Salomon.

"Nous demandons au gouvernement des Iles Salomon de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des ressortissants chinois et entités chinoises", a indiqué devant la presse un porte-parole de la diplomatie de Pékin, Zhao Lijian.

Le Premier ministre Manasseh Sogavare, qui a déploré mercredi un "événement triste et malheureux visant à faire tomber un gouvernement démocratiquement élu", a assuré qu'il resterait au pouvoir.

Des manifestants venus de l'île voisine de Malaita auraient pris part à ces violences pour protester contre la décision, en 2019, de transférer sa reconnaissance diplomatique de Taïwan à la Chine.

Le dirigeant de la province de Malaita, Daniel Suidani, a accusé le Premier ministre d'être l'homme de Pékin, affirmant qu'il avait "placé les intérêts étrangers au-dessus de ceux des habitants des îles Salomon". "Les gens ne sont pas aveugles et ne veulent plus être trompés", a-t-il ajouté.

L'Australie, grand voisin des Salomon situé à 1500 kilomètres, va y déployer une force de maintien de la paix, a annoncé jeudi le Premier ministre Scott Morrison. "Notre objectif est d'assurer la stabilité et la sécurité", a-t-il déclaré, affirmant avoir reçu une demande d'assistance de son homologue.

La ministre australienne de l'Intérieur Karen Andrews a indiqué que "vingt-trois membres de la police fédérale australienne ont été déployés (...), ils sont déjà sur le terrain à Honiara. D'autres seront déployés aujourd'hui, environ 50", a-t-elle informé.

"La situation est très volatile ici. Pour l'instant, nous savons que les émeutes se sont intensifiées au cours des deux derniers jours", a-t-elle déclaré, ajoutant que les troupes sécuriseraient, entre autres, l'aéroport et les ports.

Selon la ministre, le déploiement australien devrait durer "quelques semaines", contrairement à la dernière mission de maintien de la paix qui s'est déroulée entre 2003 et 2017, coûtant près de 2,2 milliards de dollars (près de deux milliards d'euros). 

"Notre objectif principal est de rétablir la loi et l'ordre public, il ne s'agit certainement pas d'intervenir dans les affaires politiques qui se déroulent en ce moment", a-t-elle assuré.

Les Salomon, indépendantes de la Grande-Bretagne depuis 1978, avaient sombré dans des violences interethniques au début des années 2000. De nouvelles tensions avaient entraîné le déploiement d'une force de maintien de la paix dirigée par l'Australie.

Des émeutes avaient notamment éclaté dans le quartier chinois de Honiara lors des élections législatives de 2006, à la suite de rumeurs selon lesquelles des entreprises proches de Pékin avaient truqué le vote.

 

 

 

 


Tragédie de la Manche : Priti Patel demande à la BBC de ne pas faire usage d’un langage « déshumanisant »

Le Royaume Uni fera tout ce qui est nécessaire pour aider à sécuriser les côtes françaises afin d'empêcher les migrants de risquer leur vie en tentant de traverser la Manche. (Photo, Reuters)
Le Royaume Uni fera tout ce qui est nécessaire pour aider à sécuriser les côtes françaises afin d'empêcher les migrants de risquer leur vie en tentant de traverser la Manche. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Mercredi, 27 personnes en direction du Royaume-Uni se sont noyées dans la Manche près de Calais après le naufrage de leur bateau
  • Patel avait auparavant imputé la responsabilité de la mort des 27 personnes à la France, affirmant qu'il appartenait aux Français de prendre des mesures pour empêcher de nouvelles tragédies

LONDRES : La ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, s'est engagée à demander à la BBC et à d'autres chaînes médiatiques de ne plus utiliser le terme « migrants », affirmant qu’il est « déshumanisant ».

Patel a pris cet engagement après avoir été critiquée par le député du Parti national écossais Brendan O'Hara la BBC ayant qualifié de « migrants » les 27 hommes, femmes et enfants décédés en traversant la Manche plus tôt cette semaine.

Mercredi, 27 personnes en direction du Royaume-Uni se sont noyées dans la Manche près de Calais après le naufrage de leur bateau. Parmi les noyés figuraient 17 hommes, sept femmes – dont une enceinte – et trois enfants.

À la suite de l'incident, O'Hara avait déclaré à la Chambre des communes : « Hier soir, je me suis connecté à BBC News pour avoir les dernières nouvelles sur cette terrible catastrophe et j'ai été absolument consterné lorsqu'un présentateur m'a informé qu'une trentaine de migrants s'étaient noyés. »

« Les migrants ne se noient pas. Les gens se noient. Des hommes, des femmes et des enfants se noient », a-t-il ajouté, exhortant Patel à prendre des mesures et à demander à la BBC et à d'autres médias de « réfléchir à l’usage d'un langage aussi déshumanisant et d'accorder à ces pauvres gens le respect qu'ils méritent ».

Patel a favorablement répondu à la demande d'O'Hara et a déclaré : « Même pendant les opérations et évacuations en Afghanistan, j'ai entendu beaucoup de propos relatifs aux personnes qui fuyaient qui semblaient franchement inappropriés. »

« Alors oui, je le ferai », a-t-elle promis.

Patel avait auparavant imputé la responsabilité de la mort des 27 personnes à la France, affirmant qu'il appartenait aux Français de prendre des mesures pour empêcher de nouvelles tragédies.

Elle confirme qu’il n’y a pas de solution rapide au problème des personnes qui cherchent à traverser la Manche, mais réitère l’offre d'envoyer plus de policiers en France.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Grèce: ouverture de deux nouveaux camps fermés pour migrants

Le RIC (centre d'accueil et d'identification) polyvalent financé par l'UE pour les migrants sur l'île de Samos, en Grèce, le 18 septembre 2021. (Photo, AFP)
Le RIC (centre d'accueil et d'identification) polyvalent financé par l'UE pour les migrants sur l'île de Samos, en Grèce, le 18 septembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • « Une nouvelle ère commence », a déclaré le ministre des Migrations Notis Mitarachi en annonçant l'ouverture de ces deux nouveaux camps
  • Les nouveaux camps sécurisés sont entourés de barbelés, pourvus de caméras de surveillance et de portails magnétiques

KOS, GRECE : La Grèce a ouvert samedi deux nouveaux camps fermés pour demandeurs d'asile dans les îles de Leros et de Kos, un modèle critiqué par des défenseurs des droits humains pour les contrôle stricts qui y sont imposés.

"Une nouvelle ère commence", a déclaré le ministre des Migrations Notis Mitarachi en annonçant l'ouverture de ces deux nouveaux camps.

Les nouveaux camps sécurisés, entourés de barbelés, pourvus de caméras de surveillance et de portails magnétiques où les demandeurs d'asile doivent présenter des badges électroniques et leurs empreintes digitales pour pouvoir entrer, sont fermés la nuit. 

Les demandeurs d'asile peuvent sortir dans la journée mais doivent impérativement rentrer le soir.

Ces nouvelles installations que la Grèce s'est engagée à mettre en place grâce des fonds de l'Union européennes, sont appelées à remplacer les anciens camps sordides où s'entassaient des milliers de migrants dans des conditions insalubres.

"Nous libérons nos îles du problème des migrants et de ses conséquences", a ajouté le ministre. "Les images des années 2015-2019 appartiennent désormais au passé".

Le premier camp sécurisé de ce type a été ouvert en septembre sur l'île de Samos, après le démantèlement du  vieux camp, véritable bidonville, qui avait abrité près de 7.000 demandeurs d'asile au plus fort de la crise migratoire entre 2015 et 1016.

La Grèce avait été la principale porte d'entrée par laquelle plus d'un million de demandeurs d'asile, principalement des Syriens, des Irakiens et des Afghans, étaient arrivés en Europe en 2015.

Le situation en Afghanistan a fait redouter l'arrivée d'une nouvelle vague de migrants.

Les nouveaux camps à accès contrôlé sont dotés de commodités comme l'eau courante, les toilettes et de meilleures conditions de sécurité qui étaient absentes dans les anciens camps.

La Grèce a prévu d'ouvrir deux autres nouveaux camps sécurisés sur les îles de Lesbos et de Chios.

La contribution de l'UE pour la mise en place de ces nouvelles installations s'élève à 276 millions d'euros (326 millions de dollars).

Des ONG se sont toutefois inquiétées de l'isolement des personnes qui y sont hebergées, estimant que leur liberté de mouvement ne devrait pas être soumise à des restrictions aussi sévères.

Selon des estimations de l'ONU, quelque 96.000 réfugiés et demandeurs d'asile se trouvent sur le territoire grec.

 


Virus: l'Afrique du Sud se sent «punie» pour avoir détecté un nouveau variant

Le personnel de l'aéroport aide les voyageurs à divers comptoirs d'enregistrement tandis qu'un tableau d'affichage électronique des vols affiche certains vols annulés à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Le personnel de l'aéroport aide les voyageurs à divers comptoirs d'enregistrement tandis qu'un tableau d'affichage électronique des vols affiche certains vols annulés à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le gouvernement estime n'avoir rien à se reprocher et dénonce sa stigmatisation pour être l'annonceur de mauvaises nouvelles, à l'instar d'une multitude d'internautes sud-africains aussi indignés qu'inquiets
  • «Cette dernière série d'interdictions de voyager revient à punir l'Afrique du Sud pour son séquençage génomique avancé et sa capacité à détecter plus rapidement de nouveaux variants. L'excellence scientifique doit être applaudie et non punie»

JOHANNESBURG : L'Afrique du Sud, dont les citoyens sont devenus persona non grata partout dans le monde après l'annonce d'un nouveau variant inquiétant, se sent "punie" et injustement traitée alors que ce sont ses scientifiques qui l'ont découvert et ont rapidement sonné l'alarme. 

Le gouvernement estime n'avoir rien à se reprocher et dénonce sa stigmatisation pour être l'annonceur de mauvaises nouvelles, à l'instar d'une multitude d'internautes sud-africains aussi indignés qu'inquiets.

"Cette dernière série d'interdictions de voyager revient à punir l'Afrique du Sud pour son séquençage génomique avancé et sa capacité à détecter plus rapidement de nouveaux variants. L'excellence scientifique doit être applaudie et non punie", estime le gouvernement samedi, deux jours après l'annonce de cette découverte, baptisée Omicron par l'OMS.

"De nouveaux variants ont été détectés dans d'autres pays. Chacun de ces cas n'a aucun lien récent avec l'Afrique australe. Il convient de noter que la réaction à l'égard de ces pays est radicalement différente de celle des cas en Afrique australe", regrette encore le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Il rappelle aussi que l'OMS a "demandé aux dirigeants du monde entier de ne pas réagir de manière impulsive" afin de privilégier une "approche scientifique, fondée sur les risques". Sans grand effet. Mais Pretoria "s'aligne" évidemment sur cette position. 

Dès vendredi soir, au lendemain de la révélation de ce nouveau variant lors d'une conférence de presse de scientifiques sous sa houlette, le ministre de la Santé dénonçait la réaction pavlovienne et "draconienne" de nombreux pays qui ont immédiatement fermé leurs frontières avant même d'en savoir plus sur sa dangerosité. 

"Certains dirigeants cherchent des boucs émissaires pour résoudre un problème qui est mondial", dénonçait Joe Phaahla, évoquant une réaction de "panique".

Scientifiquement infondé

Pretoria redoute l'impact de ces fermetures sur "les familles, le secteur du voyage et du tourisme, les entreprises". Mais aussi qu'elles dissuadent d'autres pays de signaler la découverte de prochains variants de peur de se retrouver sanctionnés.

"On est parfois puni pour avoir été transparent et fait les choses rapidement", a regretté la star de la virologie sud-africaine Tulio de Oliveira qui, avec son équipe de l'institut de recherche KRISP, a détecté le variant.

Selon le chercheur brésilien basé en pays zoulou, les interdictions de voyager n'ont "scientifiquement pas beaucoup de sens" dans la lutte contre le Covid. Washington avait imposé une interdiction similaire à la Chine au début de la pandémie, avant de se retrouver avec le nombre le plus élevé d'infections, rappelle-t-il.

Le gouvernement plaide aussi que l'Afrique du Sud compte de nombreux atouts contre la pandémie: sa "capacité à tester", l'application des protocoles sanitaires, notamment en matière de transport. Son niveau de vaccination aussi --à 23,8% contre 54% de la population mondiale, c'est peu, mais nettement plus que dans reste de l'Afrique.

Ces éléments, "soutenus par une communauté scientifique de classe mondiale, devrait rassurer nos partenaires mondiaux sur le fait que nous faisons aussi bien qu'eux dans la gestion de la pandémie", argumente encore Pretoria.

Et la ministre des Affaires étrangères Naledi Pandor, si elle "respecte" le droit de pays à protéger leurs citoyens comme ils l'entendent, veut encore rappeler que "cette pandémie nécessite une collaboration et un partage d'expertise".