Guadeloupe: à Sainte-Rose, coupée du monde, rues désertes et pénuries

Cette photographie prise le 25 novembre 2021 montre des véhicules incendiés à Sainte-Rose, sur l'île antillaise française de Guadeloupe à la suite de jours d'émeutes contre les mesures de Covid-19. (Photo, AFP)
Cette photographie prise le 25 novembre 2021 montre des véhicules incendiés à Sainte-Rose, sur l'île antillaise française de Guadeloupe à la suite de jours d'émeutes contre les mesures de Covid-19. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 26 novembre 2021

Guadeloupe: à Sainte-Rose, coupée du monde, rues désertes et pénuries

  • «Il y a trop de difficultés, tu rentres avec un caddie dans un supermarché, tu t’en sors pour… c’est infernal ça»
  • Les poubelles n'ont pas été ramassées, les magasins sont aux trois-quarts fermés. La place Tricolore, habituel centre névralgique garni de nombreux stands de vendeurs, est vide

SAINTE - ROSE, FRANCE : La voie maritime est le seul accès à la ville de Sainte-Rose, coupée du reste de la Guadeloupe par des barrages hermétiques depuis une semaine et le début de la contestation contre l'obligation vaccinale. Le bourg est quasiment désert et certaines denrées alimentaires commencent à manquer dans les rayons. 


D'habitude si animé, avec ses cabanes qui proposent des excursions aux touristes et ses étales de poissons fraîchement pêchés, le port principal de Sainte-Rose, au nord de l'île de Grande Terre, somnole.


Une poignée de pêcheurs disposent encore de suffisamment de carburant pour poursuivre leur activité. 


Mais la plupart sont au chômage technique, comme Joël, 56 ans, qui "ne travaille plus depuis une semaine".


Comme tous les habitants interrogés par l'AFP, il soutient néanmoins le mouvement, né d'une opposition à l'obligation vaccinale pour les soignants et pompiers avant d'embrasser d'autres revendications, essentiellement sociales.


"Il y a trop de difficultés, tu rentres avec un caddie dans un supermarché, tu t’en sors pour… c’est infernal ça" lance Joël, pointant du doigt le coût de la vie.


L'accès à Sainte-Rose en provenance de Pointe-à-Pitre est bloqué par le barrage du pont de La Boucan, sous bonne garde.

(Photo, AFP)


"Même les ambulances ne passent pas alors vous imaginez... (Une ambulance) amène les malades d’un côté (du barrage) et une autre ambulance attend de l’autre côté" explique Joël.


En aval de la ville, d'autres barricades empêchent l'accès depuis Deshaies, d'où viennent en temps normal touristes et Guadeloupéens.


Et au sein même de Sainte-Rose, de nombreux autres barrages infranchissables empêchent la circulation entre quartiers, les "sections" selon la division administrative guadeloupéenne.


Le bourg a donc des allures de ville morte, avec ses rues désertes, sa route principale parsemée ici et là de carcasses de voitures brûlées, débris et barrages (non gardés) que franchissent avec difficulté et précautions les automobilistes.


Les poubelles n'ont pas été ramassées, les magasins sont aux trois-quarts fermés. La place Tricolore, habituel centre névralgique garni de nombreux stands de vendeurs, est vide.

(Photo, AFP)


Shirley, 53 ans, est l'une des rares à avoir dressé ses produits (miel, épices, boissons, riz, chapeaux...) sur une table devant sa camionnette.


Elle n'a eu "aucun client" de toute la matinée et pliera bagages en début d'après-midi.


Une cinquantaine de mètres plus loin, dans le supermarché, les rayons proposant des produits frais sont vides à 90%. Plus de lait, d'eau, de céréales, de pâtes ou de nourriture pour animaux domestiques non plus.

Entraide et philosophie

La situation est similaire dans le quartier "complètement bloqué" depuis une semaine d'Emmanuelle, jointe par téléphone et qui habite depuis 22 ans en Guadeloupe.


"La seule supérette encore accessible est totalement dévalisée: il n'y a plus de riz, de pâtes, d'eau ni d'œufs depuis deux jours" raconte-t-elle.


Si elle en "conteste la méthode de dresser des barrages" et la violences, Emmanuelle soutient aussi "certaines revendications comme (la lutte contre) la vie chère, (pour) l'emploi jeunes".


"On n'écoute pas cette jeunesse qui ne se voit pas d'avenir" ajoute-t-elle.


Certains commerçants se font ravitailler par la mer "mais les petits n'ont pas les moyens" dit Joël.


Rodrigue possède l'un de ces bateaux qui font la navette avec Grande Terre. Il dit avoir arrêté les excursions pour touristes afin de "transporter des marchandises, ravitailler des boulangeries, transporter les locaux ou touristes qui veulent rejoindre l'aéroport".

(Photo, AFP)


Face aux pénuries, les habitants font preuve de "philosophie" et de solidarité, selon Patrice, qui travaille à Sainte-Rose.


"On a cette chance et malchance: nous sommes un peuple habitué à vivre des catastrophes, car il peut y avoir demain un cyclone, un tremblement de terre, l'éruption (du volcan) de la Soufrière. On a toujours cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, on est capable d'affronter les difficultés" développe-t-il.


"Il y a toujours eu de l'entraide: si quelqu'un a un arbre fruitier, il va donner le surplus à ses voisins, un autre des légumes. On est une île, il y a l'esprit insulaire" développe Patrice. 


Lui est actuellement hébergé par son ex-compagne, bien qu'ils soient séparés, puisque qu'il ne peut rejoindre Sainte-Rose depuis Sainte-Anne, où il habite.  


L'ancien ministre François Baroin nommé président de Barclays France

Le maire de Troyes et président de l'Organisation des maires de France François Baroin s'exprime sur scène lors du 103e Congrès des maires et présidents d'intercommunalité de France à Paris, le 16 novembre 2021. (Photo, AFP)
Le maire de Troyes et président de l'Organisation des maires de France François Baroin s'exprime sur scène lors du 103e Congrès des maires et présidents d'intercommunalité de France à Paris, le 16 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • La banque britannique Barclays a annoncé jeudi la nomination de l'ancien ministre de l'Economie et figure de la droite François Baroin en tant que président de sa filiale française
  • Le maire de Troyes (Aube), 56 ans, exerçait depuis 2018 un rôle de conseiller au sein de la banque sur les métiers de banque d'affaires

WASHINGTON : La banque britannique Barclays a annoncé jeudi la nomination de l'ancien ministre de l'Economie et figure de la droite François Baroin en tant que président de sa filiale française.

"L'expérience et la stature de François Baroin font de lui un choix idéal pour devenir Chairman (président, ndlr) pour la France", explique Francesco Ceccato, PDG de Barclays Europe, cité dans un communiqué.

"En élargissant son rôle, il sera en mesure de contribuer encore plus fortement à l'expansion de nos activités en France", reprend-il.

M. Baroin aura notamment pour mission de participer au développement des relations avec les grands clients de la banque et à la promotion de toutes les activités et solutions proposées par Barclays en France, est-il précisé.

Le maire de Troyes (Aube), 56 ans, exerçait depuis 2018 un rôle de conseiller au sein de la banque sur les métiers de banque d'affaires.

Ancien parlementaire, François Baroin a été plusieurs fois ministre de gouvernements de droite entre 2005 et 2012, notamment de l'Intérieur, du Budget et de l'Economie et des finances. Il dirigeait jusqu'en 2021 la puissante Association des maires de France (AMF).

La banque britannique emploie environ 300 personnes en France, avec une activité de banque d'affaires mais aussi d'investissement, de financement et de banque privée.

Barclays a par le passé exercé le métier de banque de détail en France, avant d'annoncer son retrait en 2014. Un plan social et la cession des agences en 2017 au fonds d'investissements AnaCap Financial Partners avait entraîné la création de Milleis Banque, lancée en 2018.

D'autres anciens ministres ont fait le choix du privé: l'ancienne collègue de M. Baroin Nathalie Kosciusko-Morizet est passée par Capgemini tandis que l'ancien Premier ministre François Fillon avait rejoint la société de gestion d'actifs et d'investissement Tikehau Capital.

Fleur Pellerin, ancienne ministre de la Culture de François Hollande, a de son côté fondé en 2016 un fonds d'investissement, Korelya Capital.


Braquages chez Chanel et Chopard: 8 à 20 ans de prison requis contre une «équipe chevronnée»

Photo prise le 30 mai 2009 à Paris, montrant l'une des vitrines du magasin d'élite Chopard de la place Vendôme, où quelque six millions d'euros de bijoux ont été volés. (Photo, AFP)
Photo prise le 30 mai 2009 à Paris, montrant l'une des vitrines du magasin d'élite Chopard de la place Vendôme, où quelque six millions d'euros de bijoux ont été volés. (Photo, AFP)
Short Url
  • Aux "piteux mensonges" des accusés, l'avocat général a opposé une "enquête extrêmement fouillée"
  • Deux d'entre eux, qui ne se sont pas présentés à l'audience, sont jugés par défaut

PARIS: Des peines de huit à vingt ans de réclusion ont été réclamées mercredi à Paris contre sept hommes accusés de braquages en 2015 chez le joailler Chopard et en 2016 chez Chanel, des réquisitions "particulièrement excessives" selon la défense.

La justice doit faire preuve de "fermeté" face à cette équipe au "caractère chevronné", a estimé l'avocat général Philippe Courroye devant la cour d'assises de Paris.

Sept hommes y sont jugés depuis le 4 janvier, soupçonnés d'être impliqués, à des degrés divers, dans le braquage d'une boutique Chopard à Paris en décembre 2015 et celui d'une bijouterie Chanel de la capitale en mai 2016, pour un préjudice de plus de 3 millions d'euros.

Ils répondent également du vol d'une mallette contenant 20 000 euros dans un véhicule de transport de fonds, du vol de cinq Range Rover et de la constitution d'une cache d'armes où des explosifs et deux kalachnikov avaient été retrouvés.

Deux d'entre eux, qui ne se sont pas présentés à l'audience, sont jugés par défaut. Trois autres mis en examen, qui ont contracté le Covid-19 au début du procès, seront jugés ultérieurement.

Aux "piteux mensonges" des accusés, l'avocat général a opposé une "enquête extrêmement fouillée" qui, à partir d'un heureux hasard (une plaque d'immatriculation filmée par la vidéosurveillance du ministère de l'Intérieur lors du braquage chez Chopard), a su "remonter le fil d'Ariane" pour "confondre les accusés".

«Réquisition extravagante»

Dans son réquisitoire, il a relevé le casier judiciaire très chargé de la plupart des accusés, qui selon lui "ont fait le choix délibéré de la délinquance et de la criminalité pour avoir de l'argent facile".

La peine la plus lourde, 20 ans de réclusion, a été requise contre Philippe Enriquez, le "chef d'orchestre" de la bande.

Détenu depuis juillet 2016, il a notamment été filmé passant devant la boutique Chopard juste avant le vol, a été reconnu par une témoin comme le conducteur de la voiture qui attendait les braqueurs devant chez Chanel et son ADN a été retrouvé dans un box utilisé par les malfaiteurs, ainsi que sur des mèches dans la cache d'armes.

Dix-sept ans de prison ont été réclamés contre deux "lieutenants" de l'équipe, pour "association de malfaiteurs" et "vol en bande organisée avec arme". Chez l'un, Frédéric Cruz, les enquêteurs ont saisi plusieurs outils qui se trouvaient dans un utilitaire volé, ayant servi au braquage Chanel.

L'autre, Joseph Toffa, aurait conduit la moto utilisée lors du même braquage (les clés du véhicule et ceux du box ont été retrouvés chez lui). Considéré comme "en fuite", il refuserait en fait de sortir de chez lui en raison d'un délire de persécution, a indiqué son avocat, qui estime que "sa place, c'est à l'hôpital".

L'accusation a ensuite demandé 14 à 15 ans contre "le plus diplômé de la bande", accusé d'avoir participé à la préparation des braquages et d'avoir servi d'intermédiaire pour écouler les bijoux Chanel, qui n'ont jamais été retrouvés.

Dix ans ont été requis contre le frère cadet de Frédéric Cruz, également absent. Mis en garde à vue quelques jours avant le braquage chez Chopard dans une affaire de vols de véhicules, il n'a pas pu y participer.

Cependant, les policiers ont saisi chez lui un téléphone faisant partie d'une "flotte" de sept appareils prépayés n'ayant servi que trois jours avant les faits et le jour même du vol à main armée.

Si c'est un "voleur à la petite semaine", qui a reconnu les vols de Range Rover, il n'a "pas l'étoffe d'un braqueur", a plaidé son avocat, demandant son acquittement sur les faits d'"association de malfaiteurs".

La même peine de dix ans a été demandée contre celui décrit par les enquêteurs comme l'"armurier" (un pistolet automatique a été trouvé à son domicile, et son ADN sur un sac dans la cache d'armes), également poursuivi pour le recel de la mallette de la Brink's.

Selon ses avocats, une durée "disproportionnée" qui réduirait "quasiment à néant ses chances de réinsertion" et "ne correspond pas à son implication dans le dossier", ceux-ci estimant que l'accusation de recel ne repose que sur des "raccourcis et des insinuations".

Enfin huit ans de détention ont été réclamés à l'encontre d'un garagiste, ami de Philippe Enriquez, accusé d'avoir fourni une plaque d'immatriculation utilisée pour le braquage Chopard.

Là encore, son avocat a jugé cette demande "absolument extravagante", affirmant qu'il ne connaissait pas les projets criminels de la bande

Le verdict est attendu en fin de semaine.


Pass vaccinal: le Sénat met sur les rails une commission d'enquête

Le ministre français de la Santé, Olivier Véran prononce un discours au Sénat, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le ministre français de la Santé, Olivier Véran prononce un discours au Sénat, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La commission des Affaires sociales du Sénat a demandé de se voir conférer les pouvoirs d'une commission d'enquête
  • Actée mercredi en conférence des présidents, cette demande sera soumise jeudi au vote des sénateurs dans l'hémicycle

PARIS : Le Sénat dominé par l'opposition de droite a mis sur les rails mercredi une commission d'enquête pour suivre "l'adéquation" du pass vaccinal, qui doit entrer en vigueur dans les prochains jours, avec l'évolution de l'épidémie de Covid-19.

La commission des Affaires sociales du Sénat a demandé de se voir conférer les pouvoirs d'une commission d'enquête, importants, pour six mois.

Actée mercredi en conférence des présidents, cette demande sera soumise jeudi au vote des sénateurs dans l'hémicycle. 

"Nous allons contrôler l'adéquation du pass vaccinal avec la situation pandémique", a indiqué mercredi matin le président du Sénat Gérard Larcher (LR).

Le Sénat avait prévu la semaine dernière, lors de l'examen en première lecture du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, un mécanisme d'extinction, fonction du nombre de patients hospitalisés en lien avec la Covid-19. Cette disposition n'a pas été retenue par les députés.

Le projet de loi controversé instaurant le pass vaccinal à partir de 16 ans, que le gouvernement veut voir entrer en vigueur au plus vite, a été définitivement adopté dimanche par un dernier vote de l'Assemblée nationale.

Le Conseil constitutionnel, saisi par des députés et sénateurs de l'opposition, doit rendre vendredi sa décision sur ce texte.